LA FIN DU MONDE

UNE IDÉE DE LA FIN

La fin du monde

Commentaire sur le livre de
Camille Flammarion

*Presque aussitôt tous les cadavres seraient
carbonisés, incinérés et, dans l’immense
incendie céleste, seul l’ange incombustible
de l’apocalypse pourrait faire entendre, dans
le son déchirant de la trompette l’antique
chant mortuaire tombant lentement du ciel
comme un glas funèbre…*
(extrait : LA FIN DU MONDE, Camille Flammarion,
édition originale : 1894 chez Flammarion, réédité
numériquement en 2011 chez FVE. 458 pages.)

Au vingt-cinquième siècle, l’humanité est confrontée au pire danger de son histoire. Les savants ont annoncé qu’une comète neuf fois plus grande que la terre doit entrer en collision avec celle-ci. La fin de l’humanité semble inévitable. Cette nouvelle dramatique annonçant rien de moins que l’apocalypse entraîne un long débat orageux et passionné sur une des craintes fondamentales de l’être humain à l’origine de tant de prophéties inquiétantes et d’angoissantes prédictions : LA FIN DU MONDE. Panique et maladies nerveuses sont au nombre des réactions humaines jusqu’au choc final où l’humanité sera tourmentée par la chaleur incendiaire, le flamboiement du globe et l’empoisonnement de l’atmosphère. L’humanité survivra-t-elle. N’a-t-elle pas survécu jusqu’à maintenant?

UNE IDÉE DE LA FIN
*Quel supplice attendait les hommes?…
La peur qui fige le sang dans les artères
et qui anéantit les âmes, la peur, spectre
invisible, hantait toutes les pensées,
frissonnante et chancelante…*
(Extrait : LA FIN DU MONDE de
Camille Flammarion.)

L’édition originale de LA FIN DU MONDE remonte à 1894 et a été réédité plusieurs fois par la suite. Le livre fait partie d’une collection de livres réimprimés à la demande par l’éditeur Hachette. La dernière édition, toute récente est de 2012. Je signale aussi que l’éditeur FVE a publié une version numérisée en 2011. Ce livre, considéré comme un classique est donc toujours accessible.

LA FIN DU MONDE est issu d’une littérature d’un autre âge. Avec un recul de 120 ans, Flammarion expose sa vision du futur. On aurait pu croire au départ qu’il exposait son œuvre à la désuétude au fil des ans, mais je dirais que, même en 2016, ce livre contient quantité d’éléments extrêmement actuels.

C’est un livre en deux parties : dans la première moitié, l’auteur donne la parole à toutes sortes de spécialistes qui viennent exposer leurs visions de la fin du monde. Cette partie est hautement scientifique, bourrée de calculs complexes. C’est long, c’est compliqué, mais les scénarios exposés sont scientifiquement plausibles et restent même de nos jours sujets à débat. Ça demande une attention soutenue mais j’ai trouvé ça très intéressant. La deuxième partie est beaucoup plus passionnante car elle développe ce qui attend la planète après le choc cométaire. Cette partie verse donc dans la philosophie, la psychologie, les prédictions déductives et dresse un portrait plutôt idéaliste de l’avenir de l’humanité.

L’ouvrage ne peut être totalement actuel car l’auteur n’a pas tenu compte de deux éléments importants qui caractérisent l’homme d’aujourd’hui : son caractère autodestructeur et la pollution. Ici, je peux comprendre Flammarion. Le livre a été écrit à une époque où la destruction de masse était peu envisageable, l’arme nucléaire n’étant inventé que beaucoup plus tard. Quant à la pollution, aucune société n’avait vraiment développé de conscience environnementale au 19e siècle..

Tous les autres éléments du volume demeurent actuels. Je suis demeuré sceptique quant au portrait du futur que propose l’auteur…trop beau pour être vrai allant même jusqu’à prédire le désarmement total, une parfaite égalité entre l’homme et la femme et l’atteinte d’une inimaginable sagesse pour l’humanité.

En fin de compte, c’est un livre intéressant mais atypique…peu romancé, pas beaucoup de dialogues, pas de héros, beaucoup de théories scientifiques plausibles mais complexes, quelques-unes sont devenues caduques avec le temps, mais l’ensemble est bien documenté et dépeint surtout avec une remarquable précision la nature humaine. C’est ce qui rend ce classique passionnant à lire encore de nos jours car il propose une sérieuse réflexion sur la vie qui est un éternel recommencement.

Surprenant, visionnaire, intéressant…

Camille Flammarion (1842-1925) était un écrivain et scientifique français, passionné d’astronomie. Il a beaucoup contribué à vulgariser cette science en fondant la Société Astronomique de France et en écrivant de nombreux ouvrages. Il a publié plus d’une cinquantaine de livres dont ASTRONOMIE POPULAIRE qui l’a rendu célèbre (1880) et LA PLURALITÉ DES MONDES HABITÉS (1862). Flammarion est particulièrement passionné par la planète Mars qu’il observe avec obstination. Il est aussi versé dans le spiritisme qu’il considère comme une science. Il a même rédigé des ouvrages sur la communication avec les morts et sur les maisons hantées. ASTRONOMIE POPULAIRE reste son œuvre majeure.

BONNE LECTURE
JAILU
AVRIL 2016

ADAMS OU LE FUTUR HALLUCINÉ

LE DERNIER RESTAURANT AVANT LA FIN DU MONDE H2G2 II

Le dernier restaurant
avant la fin du monde
H2G2, II

Commentaire sur le livre de
Douglas Adams

*Mesdames et messieurs…l’Univers tel que nous le
connaissons existe maintenant depuis cent soixante-
dix millions de milliards d’années et s’achèvera dans
un peu plus d’une demi-heure. Aussi, sans plus tarder,
bienvenue à tous et à chacun à Milliways, le dernier
restaurant avant la fin du monde!*
(extrait de LE DERNIER RESTAURANT AVANT LA FIN DU MONDE
H2G2, II, Douglas Adams, Folio sf,  t.f. : éditions denoël 1982
211 pages, éd. Num.)

Nous sommes dans un futur indéterminé.  La terre a été détruite pour permettre la construction d’une voie rapide intergalactique. Un petit groupe, (un astrostoppeur, un androïde instable, un président de galaxie et deux terriens rescapés de la destruction) vadrouille de galaxies en galaxies équipé d’un guide galactique en faisant des sauts temporels, ce qui les rapproche dangereusement de la fin de l’univers : le big crunch. C’est ainsi que notre équipe, le temps d’une dernière bouffe, aboutit chez Milliways, le dernier restaurant avant la fin du monde. Il s’agit du deuxième tome de la pentalogie H2G2, II de Douglas Adams qui allie avec brio la science-fiction et l’humour et rappelle que tout ce qui a un début a aussi une fin…

Adams ou le futur halluciné
*Dans la crypte, les vingt-quatre joggers se
dirigèrent vers vingt-quatre sarcophages
vides alignés contre le mur, les ouvrirent,
y pénétrèrent et tombèrent dans
vingt-quatre sommeils sans rêve…*

LE DERNIER RESTAURANT AVANT LA FIN DU MONDE est un récit extrêmement original qui comporte de multiples facettes : on y trouve un peu de psychologie, de la philosophie…l’écriture rappelle parfois l’essai, l’étude de mœurs…on trouve évidemment de la science-fiction et de l’humour…beaucoup d’humour lié à la spontanéité des dialogues…

*Les Jatravartidiens de Viltevolde VI croient pour leur part que tout l’univers fut en réalité violemment éternué de la narine d’un être qu’ils nomment le Grand Archtoumtec vert…*
*…un guide touristique…mieux vendu que la théorie du trou noir, un itinéraire personnel par Teraroplopla Eccentrica (la fameuse prostituée à trois seins d’Eroticon Six) et même plus controversé que le dernier titre à scandale du philosophe Ooland Colluphid : Tout ce que vous n’avez jamais voulu savoir sur le sexe tout en étant obligé de le trouver…*
*L’immeuble ne va pas tarder à atterrir. Pour sortir, ne prenez pas la porte…Sortez par la fenêtre…*
*Trin Tragula était un rêveur, un penseur, un spéculateur, un philosophe ou-comme se plaisait à le répéter son épouse-un idiot.*
(extraits de LE DERNIER RESTAURANT AVANT LA FIN DU MONDE de Douglas Adams).

Voilà pour l’humour…je ne me suis pas ennuyé à la lecture de ce livre. Pour l’aspect science-fiction, il y a plein de trouvailles que je vous laisserai découvrir. Je dirai toutefois que la question n’est pas de savoir où se situe le dernier restaurant avant la fin du monde mais plutôt  QUAND il se situe. L’auteur développe la théorie selon laquelle si l’univers a un commencement : LE BIG BANG, il aura aussi une fin : LE BIG CRUSH. Or une bulle temporelle permet à des privilégiés d’assister à la fin de l’Univers en mangeant tranquillement…puis de revenir en arrière par saut temporel pour s’éloigner de la fin et permettre à la vie de continuer tout aussi tranquillement. L’auteur s’amuse ici à amplifier l’absurdité et le comique loufoque des clichés liés aux voyages dans le temps. Ça donne des passages très drôles et parfois même tordus et des trouvailles pour le moins farfelues.

J’ai maintes fois remarqué, dans mes lectures, que la philosophie d’apparence bon marché ou teintée d’humour cache souvent des pensées profondes et même de grandes vérités. À travers l’humour qui confine parfois à la loufoquerie, le récit d’Adams porte en lui une réflexion sur l’humanité, ses mythes religieux, ses cultures et comme il est question de fin du monde, l’histoire met en perspective des questionnements sur le sens de la vie et les buts de l’existence.

C’est un livre intéressant, bien écrit et qui va droit au but, avec un regard objectif sur notre ouverture d’esprit quant au rôle que nous jouons dans cette vie. Une lecture divertissante, agréable et même enrichissante…

Douglas Adams (1952-2001) était un écrivain natif du Royaume-Uni. Il s’est fait connaître au départ par sa collaboration avec les Monthy Python. Mais son heure de gloire arrive alors qu’il a 25 ans avec la diffusion de la célèbre série radio H2G2 sur BBC. Quatre ans plus tard en 1979, Adams publie le premier tome du cycle H2G2 le guide du voyageur galactique. Le cycle sera complété en 1992 et comprendra cinq volumes. H2G2 sera par la suite adapté au théâtre, en série télévisée,  au cinéma et même en jeu vidéo. LE DERNIER RESTAURANT AVANT LA FIN DU MONDE  est le deuxième tome de la série. La façon dont l’auteur allie l’absurde, l’humour et la science- fiction a rendu la série séduisante et très populaire.

BONNE LECTURE
JAILU
MAI 2015

 

Pour en finir avec l’apocalypse

L'apocalypse n'est pas pour demain de Bruno Tertrais

*…Qu’il s’agisse du développement, de la santé
De l’environnement ou des relations internationales,
Le monde va mieux qu’on le pense, et le futur n’est
Pas aussi sombre qu’on le dit*
(extrait de L’APOCALYPSE N’EST PAS POUR DEMAIN, de
Bruno Tertrais, Éditions Denoel, 2011) 

Commentaire sur le livre
L’APOCALYPSE N’EST PAS POUR DEMAIN
De Bruno Tertrais

L’APOCALYPSE N’EST PAS POUR DEMAIN est un livre-documentaire qui s’appuie sur l’analyse rigoureuse d’études scientifiques et des statistiques pour dédramatiser la menace nucléaire et mettre en veilleuse les multiples scénarios d’autodestruction du monde qui circulent à l’échelle de la planète sous forme de rumeurs ou de prophéties. L’auteur adopte une vision beaucoup plus sereine du monde et explique l’importance de bannir le catastrophisme.

Les prophéties d’autodestruction humaine, d’apocalypse, bref de fin du monde ne sont pas un phénomène nouveau. Elles fleurissent depuis le milieu du XIXe siècle et malheureusement les humains leur ont accordé une crédibilité qu’elles n’ont jamais eue dans les faits. Après tout, n’ont-elles pas toujours été fausses? Mais les prophéties continuent de pleuvoir et elles reçoivent toujours autant d’attention. L’auteur veut démontrer dans son livre que le catastrophisme est contre-productif.

J’ai choisi et lu ce livre parce qu’au départ son titre et sa présentation vont complètement à contre-courant des idées reçues. Et je n’ai pas été déçu car j’ai pu constater rapidement la crédibilité de l’ensemble. En effet, en s’appuyant sur les dernières statistiques, une analyse rigoureuse des études scientifiques les plus pointues et sur la logique des faits, Bruno Tertrais dévoile sa compréhension des grands problèmes contemporains et de l’avenir qui nous attend.

L’auteur passe en revue tout ce qui a pu inspirer les prophètes de malheur : terrorisme et menace nucléaire, la menace djihadiste, l’effondrement du capitalisme, la prolifération des armes de destruction massive, l’épuisement des ressources naturelles, les pandémies, une démographie hors de contrôle, la dégradation du climat, la surutilisation des produits chimiques, la pollution les guerres et j’en passe.

L’auteur ne prétend pas que tout va bien. Au contraire il pointe du doigt des défis extrêmement sérieux mais il veut expliquer de façon très rigoureuse pourquoi les prophètes de malheur ont toujours eu tort et démystifier le catastrophisme. Tertrais propose une vision plus sereine de notre avenir et ce qui m’a séduit dans son livre, c’est qu’il le fait avec un optimisme raisonné en s’appuyant sur des recherches rigoureuses comme en témoigne une très imposante bibliographie proposée à la fin du livre et le tout, sans faire aucune prédiction.

La meilleure façon de conclure ici est de mentionner l’avertissement du grand philosophe Karl Popper publié en 1957 et cité dans le livre de Bruno Tertrais :

 *…IL NE PEUT Y AVOIR DE PRÉDICTION DU COURS DE L’HISTOIRE HUMAINE À L’AIDE DE MÉTHODES RATIONNELLES DE TYPE SCIENTIFIQUE*.

BONNE LECTURE
JAILU
JANVIER 2014

(En complément…)