FISSURES NOIRES

La réalité qui bascule

FISSURES NOIRES

Commentaire sur le recueil
de nouvelles de
JESS KAAN

<Dylan Coudrelier s’était effondré face contre
terre, provoquant l’hilarité de ses amis, un rire
de gosses habitués à se souler et tomber ivres
morts. Mais la marrade avait vite cessé quand
la tête de Max…avait explosé et souillé le
carrelage de l’entrée de sang, d’os et de
cervelle.>
(Extrait de la nouvelle UN HABITANT, UNE BALLE, du
recueil FISSURES NOIRES de Jess Kaan, Éditions Le
Héron d’argent, 2014, édition numérique et de papier,
336 pages)

Les élèves d’un car scolaire meurent dans des circonstances mystérieuses, un étrange cocon rouge serait en cause… 1916, sur le front allemand, un mystérieux tableau garderait il ouvertes les portes de l’enfer ? Pendant une amicale, un sniper frappe. Les morts s’accumulent. La peur ajoute au ravage. Qui survivra pour raconter. À Locquières, un chômeur profanant la tombe de son patron s’apprête à réveiller d’inquiétantes forces obscures. Vous vous préparez à lire des nouvelles inquiétantes dans lesquelles l’univers familier se délite et laisse place à l’Ailleurs. Et si notre réalité commençait à se fissurer…

Les titres du recueil étant assez évocateurs, j’en reproduit ici la liste :

KÉVIN, CHUTE D’UNE DAMNÉE, RUSTBELT, ÉPIÉS, UN HABITANT UNE BALLE, SHROMAZDISTE, L’INTRIGUE, LE SYNDROME DE MIDAS, LES CHATS, 59, TOUTE LA PEINE DU MONDE, 915, PAUPÉRISATION, LE RESTOROUTE, APRÈS LE NEKKER, FANTASY IMPROMPTUE, CRUEL HIVER, LA GUILDE DES AVALEURS D’ASPHALTE, LES HERBES HAUTES, FENÊTRE OUVERTE SUR…, MACHINE À BROYER LA JEUNESSE.

LA RÉALITÉ QUI BASCULE
*Aux survivants, nous offrirons la beauté absolue
et l’éternité. Mais ils pourront toujours renoncer
à ces dons en se suicidant. Si vous voulez survivre,
il vous faudra renoncer à la technologie et à
toute forme artistique…*
(Extrait de la nouvelle «59» du recueil FISSURES
NOIRES de Jess Kaan.)

 C’est un recueil intéressant qui se caractérise par une belle variété de style et aussi par une évidente variété d’influences. J’y ai savouré du bout de la langue un peu de Guy De Maupassant, EDGAR ALLAN POE et même THÉOPHILE GAUTHIER car il faut bien préciser ici la différence entre le *fantasy* et le *fantastique*. Dans le recueil de Kaan, il n’y a pas de sorcière, de dragons ou d’elfes. Dans FISSURES NOIRES, on trouve plutôt des personnages qui tentent de se tenir la tête hors de l’eau dans leur fleuve de misère. Je ne vous cacherai pas que les nouvelles dans l’ensemble sont plutôt noires et mettent lez nez de la Société sur les misères qu’elle a créé elle-même…

Un aspect extrêmement intéressant de ces nouvelles, c’est que dans l’ensemble, elles commencent par la réalité. Le décor est planté dans un ordinaire très noir, puis, bascule peu à peu dans une distorsion de la réalité. L’auteur crée alors une brèche, une fissure donnant accès à une dimension surnaturelle. Sa façon de le faire est remarquable. C’est la grande force du recueil. L’auteur est très habile et manie parfaitement l’art de la nouvelle. Par ses nouvelles, il présente un portrait peu flatteur de la société. Dans chaque nouvelle, il y a un petit quelque chose de sombre, de malsain même qui va crescendo.

Chaque nouvelle laisse un petit goût amer, mais aussi, développe le goût onirique de faire un ménage dans le société, un ménage qui commence d’abord par soi-même : voyons quelques extraits :
*Afin de prouver que je ne suis pas fou et que les mutilations que je vais m’infliger ne résultent pas d’une maladie mentale, voici quelques détails me concernant : je m’appelle Arnaud Ribauval* (Extrait : LES HERBES HAUTES) ou encore cet extrait de ma nouvelle préférée : 59 qui pourrait faire l’objet d’un roman complet comme beaucoup d’autres des nouvelles de ce recueil d’ailleurs, à cause de l’originalité des sujets » Chaque nouvelle constitue une petite fresque de la société dans ce qu’elle a de pire, ce qui n’est pas pour me déplaire.

*Nous sommes les gardiens d’Agven. Écoutez-nous humains, car il en va de votre vie. Dans huit jours exactement et à cette heure, il ne restera plus sur terre que 59% d’entre vous que nous stériliserons. Les autres, nous les aurons éliminés, car nous en avons décidé ainsi* (Extrait : 59) Ces mystérieuses voix qui viennent d’une fissure laissent le choix aux épaves entre l’alpha et l’oméga : *Aux survivants, nous offrirons la beauté absolue et l’éternité. Mais ils pourront toujours renoncer à ces dons en se suicidant* (Extrait : 59) langage direct sur la crasse que camoufle habilement la Société. Vous comprenez sans doute mieux maintenant la signification du titre. Ces fissures altèrent la réalité des hommes pour les placer face à eux-mêmes. Ça ne fait pas très sympathique mais l’écriture est d’une remarquable beauté et va bien au-delà d’une simple histoire. Il y a des leçons à tirer et tant qu’à tirer, on peut supposer qu’il y a de l’espoir.

J’ai beaucoup aimé ce recueil. Tout est sombre c’est vrai. Mais le livre a deux forces qui tranchent : Les brèches dans la réalité, ces fissures qui nous font verser dans le fantastique mettent notre société face à elle-même avec ce qu’elle a de plus tordu, mais c’est écrit, imaginé avec une finesse qui m’a fasciné, voilà pour la première force et il y a, je l’ai déjà dit, la beauté de l’écriture et une parfaite maîtrise des sujets. L’écriture est aussi fluide et le propos très direct…pas de temps mort, aucune déviation. Les décors sont savamment plantés. Lisez les titres plus haut, regardez bien la page couverture au début de cet article…tout est en place pour nous amener dans un ailleurs, mais en douceur…

J’en ai déjà parlé sur ce site, écrire une nouvelle est souvent difficile. C’est un art. Il faut couper court et jongler entre le raisonnement cartésien et la fluidité de l’écriture de façon à figer le lecteur et finalement l’engloutir et le pousser à l’empathie pour plusieurs personnages. Il y a dans l’ensemble un petit aspect philosophique, une observation méthodique des travers de la société. Pas d’erreur, FISSURES NOIRES est une réussite. Je vous recommande ce livre sans hésiter.

Né sur les bords de la mer noire, Jess Kaan est un auteur éclectique puisque ses écrits couvrent les champs de la science-fiction et de la fantasy humoristique et surtout du fantastique. Dans ses écrits, Kaan nous montre des personnages ancrés dans la réalité qui basculent soudain, la faute à un grain de sable qui vient gripper la mécanique parfaitement huilée. Ses récits, ayant souvent comme toile de fond le nord du Pas de Calais, naissent d’anecdotes vécues ou entendues. L’auteur s’est donné comme objectif de pousser le lecteur à éprouver de l’empathie pour ses personnages et de les confronter ainsi à la déglingue de la réalité. Les livres de Kaan, publiés à l’origine en France ont été traduits en six langues dont le russe. Il a reçu en 2003 le prix Merlin pour sa nouvelle L’AFFAIRE DES ELFES VÉROLÉS et en 2005 le prix de l’armée des douze singes. Un de ses scénarios écrits en 2012 a été adapté pour un court métrage.

BONNE LECTURE
JAILU\Claude Lambert
le dimanche 8 décembre 2019

Les enfants de minuit

Mille et un phénomènes

LES ENFANTS DE MINUIT

Commentaire sur le livre de
SALMAN RUSHDIE

*Comprenez ce que je dis : pendant la première heure du 15 août 1947-entre minuit et une heure du matin- pas moins de mille et un enfants sont nés à l’intérieur des frontières de l’État souverain et nouveau-né de l’Inde. En soi, ce n’est pas un phénomène extraordinaire…Ce qui rendait l’évènement remarquable, c’était la nature de ces enfants, chacun d’eux étant, à cause de quelque caprice de la biologie, de quelque pouvoir surnaturel du moment…dotés de traits, de talents ou de facultés qui ne peuvent être qualifiés que miraculeux…* (Extrait : LES ENFANTS DE MINUIT, Salman Rushdie, 1983, réed. 1987, Éditions Stock pour la traduction française, édition de papier, format poche, 675 pages)

Le roman débute avec la naissance simultanée, le 15 août 1947, de l’Inde indépendante et de Saleem Sinai, avec 999 autres de ses semblables, les « Enfants de minuit » nés la nuit de l’indépendance, dotés de propriétés magiques, notamment le don de télépathie. Mais son appendice nasal, qui n’est pas sans rappeler la trompe du dieu Ganesh, lui vaut railleries et persécutions. Ses parents, en l’opérant des amygdales, lui ôtent une partie de ses pouvoirs occultes. Enchaîné au destin national pour le meilleur et surtout pour le pire, Saleem fait l’expérience des divisions indiennes, entamées dès la partition du Pakistan en 1971.

MILLE ET UN PHÉNOMÈNES
*Indira c’est l’Inde et l’Inde c’est Indira… mais
n’avait-elle pas pu lire une lettre de son père
à un enfant de minuit, dans laquelle sa
Personnalité transformée en slogan était niée;
(Extrait : LES ENFANTS DE MINUIT)

Il est difficile de résumer et de commenter un tel livre. C’est une histoire originale, étrange. Bien sûr, les enfants nés à proximité de minuit le 15 aout 1947 sont dotés de pouvoirs extraordinaires. Mais ces pouvoirs sont secondaires dans l’histoire, je ne vais donc pas m’étendre là-dessus. Toutefois, pour vous donner un exemple, un de ces enfants peut changer de sexe à sa convenance, et notre héros narrateur lui, Saleem Sinai a le pouvoir de pénétrer, sonder et influencer les esprits. Plus l’enfant est né près de minuit, plus le pouvoir est fort. Minuit sonnante dans le cas de Saleem. Même si ce n’est pas l’objet du livre, ces pouvoirs font peur et ébranlent l’Inde. Ce qu’il faut surtout savoir, c’est que Saleem Sinai, doté d’un nez surdimensionné, appelé successivement dans l’histoire Morve-au-nez, Bouille-sale, Déplumé, Renifleux, Bouddha et Quartier-de-lune sera intimement lié au destin de l’Inde. La naissance vient avec l’indépendance de l’Inde, la mort viendra avec l’État d’urgence dans une Inde qui se cherche, l’Inde de Gandhi. Le livre raconte donc l’histoire de Saleem Sinai dont le destin bascule dès la naissance, la nourrice Mary Pereira ayant eu la bizarre idée de changer les étiquettes de bébés…donc je disais l’histoire de Morve-au-nez…la vie ayant un certain sens de l’humour, beaucoup plus tard, le fils de Saleem aura des oreilles d’éléphant.

C’est une histoire très longue, très dense. Le récit est lourd, parfois indigeste à cause de la plume de Rushdie, riche d’abondance et multidirectionnelle. On y trouve une grande quantité de personnages, assez pour s’y perdre. Les phrases sont extrêmement longues. Il faut s’accrocher, parfois désespérément au personnage principal et encore là, il faut se rappeler que celui-ci ne porte pas toujours le même nom à cause de son nez *concombresque* (extrait). C’est mêlant. Toutefois, malgré ses allures de fleuve littéraire interminable et qui s’écoule lentement j’ai senti dans cette lecture un certain humour mais aussi des piques glacées sur les politiques dans une langue ouatée et harmonieuse. Vous ne serez pas surpris de trouver dans ce livre-chronique de nombreuses métaphores, allusions, ellipses…des petits *soit-dit-en-passant* aux remarques acerbes…tout tend à démontrer le caractère allégorique du récit…

L’environnement étant parfois plus important que le personnage principal, le récit s’attache quand même à Saleem depuis son enfance dans une famille qui n’était pas la sienne, en passant par la chaleur de l’adolescence et jusqu’à l’âge adulte : *Tous les saleem sortent de moi depuis le bébé grand format première page instantannée jusqu’au garçon de dix-huit ans avec son amour dégoûtant et cochon, sortent honte de moi et culpabilité, volonté-de-plaire et besoin-d’être-aimé et désir-de-trouver-un-rôle-dans-l’histoire et croissance-trop-rapide, je suis libéré de morve-au-nez…* (extrait)

En ce qui me concerne, le principal intérêt du livre, et il est loin d’être négligeable, c’est que Saleem Sinai est contemporain d’une Inde dont il présente une image peu flatteuse… contemporain de la création du Pakistan (1947), de la guerre de libération du Bangladesh (1971) la partition de l’Inde et du Cachemire, la partition du Bengale, contemporain de nombreuses guerres et chicanes de territoires…de l’entrée de l’Inde dans l’ère nucléaire, œuvre d’un premier ministre qui a changé la face de l’Inde et pas nécessairement pour le mieux, Indira Gandhi et le caractère fictif de l’histoire veut que ce soit elle qui ait anéanti le congrès des enfants de minuit. : Saleem est aussi contemporain du Mahatma, pour un temps (Ghandi 1860-1948, année de la création de l’État d’Israël).

À travers ses enfants de minuit, Salman Rushdie touche et traverse des périodes sensibles de l’histoire. J’ai appris beaucoup de choses. J’ai développé des connaissances et par la bande, de l’empathie pour Saleem et pour l’Inde et aussi, ce petit quelque chose, ce non-dit qui pourrait être comme une empreinte autobiographique. LES ENFANTS DE MINUIT est un livre complexe, très intense. Son rythme est modéré et un peu épars mais l’histoire et la philosophie qu’elles véhiculent m’ont accroché. Rushdie y a mis beaucoup de choses, sans oublier des touches particulières d’humour, de fantastique, de surnaturel et de raillerie. J’ai finalement une bonne opinion de ce livre.

—————————–

C’est le 19 juin 1947, à Bombay (Inde) que Salman Rush­die voit le jour. A tout juste 14 ans, le jeune Salman quitte son pays natal pour aller s’instal­ler avec sa famille en Angle­terre. Très tôt, il se passionne pour la litté­ra­ture. C’est donc sans grande surprise que Salman Rush­die embrasse une carrière d’écri­vain. Son premier roman (un conte de science-fiction) Grimus, en 1975, est méprisé par les critiques litté­raires de l’époque. Qu’à cela ne tienne, Salman Rush­die ne se décou­rage pas pour autant et continu dans sa lancée : De La Honte (1983), à L’Enchan­te­resse De Florence (2008) en passant par Les Versets Sata­niques (1989) (Voir plus bas), avec ses ouvrages, le gamin de Bombay est devenu un symbole de la lutte pour la liberté d‘expres­sion dans le monde entier (Source : Gala.fr)

LES VERSETS SATANIQUES est le quatrième roman de Salman Rushdie. Il a été publié en 1988 et la même année, il reçoit le prix littéraire Whitbread. L’œuvre est encensée les premiers mois, mais rapidement, des campagnes visant à interdire l’ouvrage se développent, d’abord en Inde puis en Afrique du sud, et l’effet d’entraînement aidant, le Pakistan, l’Arabie Saoudite, l’Égypte, la Somalie, le Bangladesh, le Soudan, La Tunisie, la Malaisie, l’Indonésie et le Quatar. Enfin, le 14 février 1989, l’ayatollah Khomeini publie une Fatwa, c’est-à-dire une condamnation à mort contre Rushdie qui devra vivre dans la clandestinité pratiquement pour le reste de sa vie. Le roman n’a sans doute pas été lu comme une œuvre de fiction, la littérature étant un moyen d’exploration formidable pour le langage et l’imagination. En effet, le livre est jugé injurieux, la description de l’Islam et de Mahomet étant jugée irrévérencieuse.

 Le 14 février 1989, l’ayatollah Khomeini publie une fatwa de mort contre lui en mettant en cause son œuvre et force l’auteur à entrer dans la clandestinité. Je veux rappeler ici que les versets sataniques existent vraiment dans le Coran, versets 19 à 23 de la Sourate 53. Pour en savoir plus là-dessus, cliquez sur ce lien. Pour une lecture du quatrième de couverture, cliquez ici.

 BONNE LECTURE
JAILU /Claude Lambert

Le dimanche 17 novembre 2019

 

 

 

L’INFLUENCE D’UN LIVRE

L'alchimie inspire le premier roman de la Nouvelle-France

L’INFLUENCE D’UN LIVRE

Commentaire sur le roman historique de
PHILIPPE AUBERT DE GASPÉ fils

*Les assistants étaient tombés à genoux à ce terrible
spectacle et sanglotaient en voyant leur vénérable
pasteur qui leur avait toujours paru si timide et si
faible, et maintenant si fort et si courageux, face à
face avec l’ennemi de Dieu et des hommes.*
(Extrait : L’INFLUENCE D’UN LIVRE, Philippe Aubert de Gaspé
fils, 1ère publication, 1837, édition revue et corrigée : Les
Éditions du Boréal, 1996. Édition de papier et numérique,
217 pages numériques)

Profondément influencé par Le Petit Albert, ouvrage d’alchimie qui décide du sort de sa vie, Charles Amand s’associe à son ami Dupont pour percer le secret de la pierre philosophale afin de devenir riches. La trame va de conjuration en sortilège, d’apparitions diaboliques en meurtres, de naufrage en mariage. Tout commence par une séance au cours de laquelle Amand s’entête à invoquer les esprits. Mais l’expérience est un fiasco et le paysan, convaincu qu’il a échoué à cause d’une erreur de son ami Dupont, décide de faire ses recherches tout seul. Amand n’est pas au bout de ses peines ; après avoir récupéré, dans une faculté de médecine, des restes de criminels exécutés, il fera naufrage au cours d’une expédition sur le Saint-Laurent et sera contraint de rester pendant cinq ans sur une île. Amand est toujours obsédé par sa quête.

QUÉBEC, 1837
L’ALCHIMIE INSPIRE LE PREMIER ROMAN
DE LA NOUVELLE-FRANCE
*Près de l’âtre, sur une table, un mauvais encrier,
quelques morceaux de papier et un livre ouvert
absorbaient une partie de l’attention de
l’alchimiste moderne; ce livre était : LES OUVRAGES
D’ALBERT LE PETIT*
(Extrait : L’INFLUENCE D’UN LIVRE, repris dans la postface
de Rainier Grutman)

C’est un récit étrange ayant comme toile de fond l’alchimie et la recherche de la pierre philosophale. Le titre aussi peut paraître singulier. Ce livre est considéré comme le premier roman canadien français mais il ne faut pas oublier que son auteur, Philippe Aubert de Gaspé (1814-1841) était un contemporain de très grands écrivains : Lamartine, De Musset, Victor Hugo, Honoré de Balzac, Charles Beaudelaire, pour ne nommer qu’une petite partie des grands écrivains européens. Il y en a autant du côté américain comme par exemple Fenimore Cooper, Edgar Allan Poe, etc . Il y avait donc beaucoup de matière pour nourrir l’imaginaire. J’imagine aussi Philippe Aubert de Gaspé confortablement installé dans la magnifique bibliothèque de son père à Saint-Jean-Port-Joli.

Je trouve aussi assez étrange que le premier sujet développé au Canada Français en littérature soit l’alchimie. L’auteur choisit en effet LE PETIT ALBERT, un grimoire de magie, concentré de sciences cabalistiques et de magie naturelle, pour décider du sort de la vie de son principal personnage : Charles Amand, un cultivateur particulièrement rusé et profondément avide de l’énorme pouvoir que lui conférerait la pierre philosophale : rester jeune éternellement d’une part et transformer les métaux en or d’autre part. Amand rêvait d’un pouvoir sans limite. Le récit met en scène un autre personnage très intéressant : St-Céran qui lui, ne cherche qu’à acquérir la connaissance en général, mais en particulier celle qui lui ouvre les portes de la bonne société.

Je pense que l’idée de départ de l’auteur était d’exploiter la pureté des campagnes canadiennes françaises de la première moitié du XIXe siècle. Il lui a finalement donné un caractère fantastique en faisant passer son héros de conjuration en sortilège, de meurtre en apparition diabolique. Pour bien profiter de ce livre, il faut oublier, voir désapprendre la façon de penser, d’écrire et de développer des sujets en littérature. Il faut se mettre dans la peau d’un jeune auteur très allumé, désireux d’écrire tout simplement, sans égard au fait qu’il lancera officiellement la littérature canadienne et il faut bien sûr se mettre au diapason de la société canadienne de la première moitié du XIXe siècle.

Si vous faites cet exercice comme je l’ai fait, vous serez charmé par le récit. L’histoire est mouvementée et j’ai trouvé la plume de l’auteur savoureuse car elle est teintée d’ironie. L’auteur semble vouloir prendre position dans un pays sans littérature et où il ne se passe rien. Il y a de l’amertume aussi car Aubert de Gaspé a goûté à la prison à cause d’une chicane avec le bras de droit de Papineau. On sent dans son œuvre une espèce d’admiration pour les Chefs Patriotes sur le point d’entrer en rébellion. Aubert de Gaspé rédige L’INFLUENCE D’UN LIVRE et fuit pour éviter à nouveau la prison. *Son histoire a déjà une histoire* et comme lecteur, j’ai goûté à l’Émotion qui s’en dégage. Il a réussi à m’arracher de mon XXIe siècle peinard pour m’aspirer dans la campagne canadienne du 19e siècle et suivre la quête d’Amand.

J’ai beaucoup aimé ce livre qui m’a donné l’impression de participer à une aventure empreinte de diabolisme. Le seul irritant que je veux signaler est l’abondance des citations. Il y en a pour tout et pour rien et plusieurs sont en anglais, l’auteur jugeant peut-être bon de citer Shakespeare. Bien que la plupart soient d’une certaine pertinence, il y en a trop et ça brise le rythme. Le fait que l’auteur choisisse un sujet aussi lugubre me surprend à peine : *Ce que je ne puis concevoir et ce qui répugne à la raison, c’est qu’un être, auquel on ne peut refuser le nom d’homme, puisse s’abreuver du sang de son semblable pour un peu d’or…* (Extrait)

Je me suis dit voilà…c’est avec ça que la littérature canadienne est née : la science-fiction du XIXe siècle, empreinte d’un petit caractère européen. Mal accueilli à sa publication…considéré aujourd’hui comme une œuvre historique… fascinant…

C’est au manoir de son père que Philippe Aubert de Gaspé fils (1814-1841) rédige le premier roman de la littérature Canadienne-Française qu’il intitule L’INFLUENCE D’UN LIVRE. Son père aurait, dit-on, collaboré à l’œuvre. Le roman sera publié en 1837, deux mois avant l’insurrection des patriotes. Reçu d’abord dans l’indifférence, le roman sera attaqué par deux critiques réputés : Hyacinthe Leblanc de Marconnay et André-Romuald Cherrier. Déçu, Aubert de Gaspé fils part pour Halifax où il sera correspondant à l’Assemblée législative de la Nouvelle Écosse. Il meurt le 7 mars 1841 à l’âge de 27 ans à Halifax. Après son décès, le roman connaît une certaine popularité grâce à l’abbé Henry-Raymond Casgrain qui le réédite en 1864 sous un nouveau titre : LE CHERCHEUR DE TRÉSORS, largement censuré.

BONNE LECTURE
Claude Lambert
le jeudi 24 octobre 2019