CE PAYS DE RÊVE

LA NOUVELLE-FRANCE AU QUOTIDIEN

Ce pays de rêve
Tome 2 : la déchirure

Commentaire sur le livre de
MICHEL LANGLOIS

*Mine de rien, la nature nous préparait son plus
beau cadeau. Elle sortit de son sommeil à la fin
d’avril pour nous offrir le miracle de ses feuilles
et de ses fleurs. Pendant ce temps, dans le ventre
de ma Radegonde, un fruit poussait qui allait
bientôt être mûr à point.*
(Extrait : CE PAYS DE RÊVE, Tome 2: LA DÉCHIRURE,
Michel Langlois, Éditions Hurtubise, 2012. Édition de
papier, 415 pages.)

L’histoire de Marcellin Perré commence au Havre de Grâce en France en 1670. Il est alors clerc de notaire chez son vieil oncle qui s’appelle Laterreur et il porte bien son nom. Un jour, il reçoit une lettre de Québec, le Nouveau-Monde. Le Père Aveneau, un ami Jésuite l’invite à venir travailler à Québec à titre de notaire de la Seigneurie de Notre-Dame-Des-Anges. Passionné de la Nouvelle-France, Marcellin accepte avec empressement. Il fera l’apprentissage d’un pays rude avec ses saisons, ses habitants, ses traditions. LA DÉCHIRURE est le deuxième tome d’une série de quatre d’une saga mouvementée qui fait revivre le quotidien de nos ancêtres d’avant la conquête 

La Nouvelle-France au quotidien
*Je tenais là dans les mains un message brûlant
comme un feu de la Saint-Jean…Je ne mis guère
de temps à le porter au Père Aveneau qui promit
de le faire suivre sans délai au lieutenant civil et
criminel. Mais voilà que ce dernier ne pût s’en
occuper le jour même, aux prises qu’il était à
régler une mort qui soulagea beaucoup de
monde et…qui fit fondre beaucoup d’inquiétudes.
(Extrait : CE PAYS DE RÊVE 2, LA DÉCHIRURE)

CE PAYS DE RÊVE est une grande saga en quatre tomes qui suit les aventures de trois générations de Perré : Arnaud, Marcellin et Clément à Québec, sous le régime français, de 1627 à 1765. LA DÉCHIRURE s’attarde sur le destin de Marcellin, son installation en Nouvelle-France et son exil forcé. Le livre raconte le quotidien de Marcellin, notaire dans un pays tout neuf aux mœurs rudes et comment il devient victime d’une justice expédiée par des incompétents assis sur un pouvoir hors de contrôle.

J’ai beaucoup aimé ce livre pour plusieurs raisons. Son écriture est très vivante et fait plonger avec aisance le lecteur dans l’environnement naturel et social de la Nouvelle France du XVIIe siècle. J’y ai découvert une bonne centaine d’archaïsmes, de jolis mots chantants issus du vieux français qui dynamisent tellement le récit que je croyais parfois assister à un dialogue en temps réel.

Je me suis donc laissé bercer par un langage savoureux…allant de découvertes en découvertes…j’ai découvert entre entres que si je *bagoule*, c’est que je bavarde, si je *berlande*, c’est que je flâne, si je *cafiniote*, c’est que je me cache dans un coin, si ma fille *gergaude* c’est qu’elle folâtre avec les garçons, si je *gobelote*, c’est que je bois avec excès. Rassurez-vous, il y a un petit lexique à la fin du volume.

Il y a dans ce récit des éléments qui sont venus me chercher très rapidement. Le langage est le premier, le second est l’omniprésence dans le récit de Jean De La Fontaine, célèbre poète français principalement renommé pour ses fables.

  Jean De La Fontaine (1621-1695) était un écrivain français auteur de poèmes, de pièces de théâtre et de livrets d’opéra. C’est en s’inspirant des fabulistes de l’époque gréco-latine qu’il a écrit les fameuses fables qui ont fait sa renommée et qui sont considérées aujourd’hui comme un chef d’œuvre de la littérature française 

 

 

 

Comme on le sait, on peut tirer de chaque fable de monsieur De La Fontaine une petite morale dont s’inspirent plusieurs règles de vie. Dans LA DÉCHIRURE, Marcellin fait des Fables son livre fétiche et s’en inspire pour être meilleur et surtout passer sans trop de mal les épisodes fort dramatiques qui l’attendent et qui sont développés dans le livre avec beaucoup d’intensité quoique sans zèle inutile.

Des personnages riches, colorés et attachants, un langage savoureux, une plume riche et magnifiquement descriptive, un enrichissant retour dans le temps, une histoire palpitante développée dans des chapitres courts…autant d’éléments qui font de la saga CE PAYS DE RÊVE un excellent divertissement qui m’a appris beaucoup de choses entre autres sur la région que j’habite. Je crois que vous ne serez pas déçus.

Michel Langlois est un écrivain québécois natif de Baie-Saint-Paul, il a fait carrière comme généalogiste aux Archives Nationales du Québec. Passionné de généalogie, il a écrit plus de 20 livres sur le sujet dont le dictionnaire biographique des ancêtres québécois. Il est très attaché à sa région de Charlevoix et à la région de Québec et ça transpire dans l’ensemble de son œuvre dont LA FORCE DE VIVRE qui a conquis plus de 100,000 lecteurs, UN P’TIT GARS D’AUTREFOIS, qui nous plonge de la Beauce des années 50 et bien sûr, CE PAYS DE RÊVE.

LA SAGA:

 

 

 


 

 (en haut: tomes 1, 2 et 3. En bas à droite, tome 4)

BONNE LECTURE
JAILU/Claude Lambert
Le 7 mai 2017 

CANADA

LES REJETONS DE L'INSOUCIANCE

Canada

Commentaire sur le livre de
Richard Ford

*Sur le moment, je n’ai pas fait le
rapprochement. Mais plus tard, si.
C’était quelque chose qui l’avait
toujours tenté. Il y a des gens qui
rêvent de devenir directeurs de
banque, d’autres, braqueurs de
banque.*
(Extrait : CANADA, Richard Ford, Éditions
de l’Olivier, 2012, éd. Num. 460 pages)

CANADA est le récit de Dell Parsons qui vit avec ses parents et sa sœur jumelle Berner. Nous sommes à Great Falls, Montana en 1960. Les jumeaux ont 15 ans. Après quantités d’emplois instables, précaires et douteux, les parents de Dell et Berner, pressés par un créancier menaçant, commettent un hold-up. Mais celui-ci échoue et les parents se retrouvent en prison. Pour éviter l’orphelinat, Berner fugue à San-Francisco et Dell décide de suivre une idée de sa mère : passer la frontière du Canada en Saskatchewan et retrouver un certain Remlinger, homme rude et secret, organisateur de chasses. Dell devient son apprenti et homme à tout faire. CANADA raconte son apprentissage au milieu d’une nature extraordinaire mais parmi des hommes violents. Devenu professeur d’université, Dell n’oubliera jamais ces années qui l’ont marqué à jamais.

Les rejetons de l’insouciance

*Quand vous nous appréciez, on se met à douter que
ce soit pour de bonnes raisons. Ça doit être tout à
fait différent aux États-Unis. J’ai dans l’idée que
tout le monde s’en fiche là-bas. Faire les choses
pour de bonnes raisons, c’est l’esprit du Canada.
-Ça me plait-, j’ai dit.*
(Extrait de CANADA de Richard Ford)

C’est une belle histoire. Celle de Dell Parson et de sa jumelle, Berner. À l’âge de 15 ans, leur vie va basculer complètement après l’arrestation de leurs parents pour un hold-up complètement raté. Le choix des jumeaux est simple et rapide : la fugue pour échapper aux services sociaux. Berner s’enfuira à San Francisco, pour Dell, ce sera le Canada, plus précisément la Saskatchewan où il fera la connaissance d’un personnage énigmatique, secret, au passé lourd : Arthur Remlingler. Remlinger prend Dell en charge. Le récit se concentre surtout sur Dell qui devient le narrateur et raconte son dur apprentissage dans une nature saisissante parmi des hommes violents.

Bien qu’elles ne soient pas clairement identifiées, il y a trois parties distinctes dans ce livre : d’abord une chronique de la vie familiale dans laquelle j’ai pu me familiariser avec le quotidien et la psychologie des personnages : Dell, que j’ai trouvé particulièrement attachant, Berner la rebelle, et leurs parents un peu étranges, lui,  militaire désœuvré impliqué dans toutes sortes d’activités douteuses, elle, distante, incapable de s’adapter à son environnement. La deuxième partie est celle du hold-up (perpétré avec une incroyable incompétence), l’arrestation et la période d’incertitude et d’insécurité qui suit pour les jumeaux et la troisième partie est celle de la fugue et se concentre sur la fuite de Dell au Canada et la dure réalité dans laquelle il devra plonger en Saskatchewan.

C’est un roman fort, tout à fait conforme au style intense, descriptif et sensiblement philosophique de Richard Ford. La description de la nature au Canada est magnifique et l’auteur nous saisit d’une remarquable toile de la nature humaine, d’une haute précision. Sans être moralisateur, ce beau roman est porteur d’une profonde réflexion sur le sens de la vie, et surtout, la définition du bonheur.

En fait, Ford amène le lecteur à se demander comment rebâtir une vie quand celle-ci a basculé complètement. Comment se reconstruire quand sa vie tourne au désastre? Il faut dire que l’auteur a donné à son personnage principal Dell, une très bonne nature. Dans l’histoire, il se dit lui-même satisfait de la tournure des évènements au Canada et ça l’a aidé à avancer.

Dans CANADA, il n’y a pas beaucoup d’action ni de rebondissements. Le rythme est lent. Le style descriptif de Ford a parfois mis ma patience à l’épreuve. C’est l’émotion que j’ai ressentie qui m’a gardé dans le coup, ainsi que le courage et l’abnégation de Dell dont j’ai partagé finalement les tribulations. Je précise enfin que l’épisode qui précède le départ de Dell pour Winnipeg est particulièrement violent et sa dernière rencontre avec sa sœur Berner, juste avant la mort de celle-ci, est particulièrement émouvante.

Ce fût pour moi, un très beau moment de lecture où je me suis vu moi-même comme un adolescent cherchant le meilleur chemin pour atteindre la joie de vivre et le bonheur. Je recommande CANADA sans hésiter.

Richard Ford est un écrivain américain né le 16 février 1944 à Jackson, Mississipi. Son roman le plus connu est INDEPENDANCE publié en 1996 et pour lequel il a obtenu le prix Pulitzer ainsi que le PEN/Faulkner award. INDEPENDANCE est la suite du roman UN WEEK-END DANS LE MICHIGAN. Son livre CANADA, publié en 2013 lui a également valu un prix prestigieux : le prix FÉMINA ÉTRANGER 2013. Ford est maintenant professeur dans le Maine.

BONNE LECTURE
JAILU/Clade Lambert
le 9 avril 2017

FÂCHÉ NOIR

MIEUX VAUT EN RIRE

MIEUX VAUT EN RIRE

*…J’aime imaginer qu’un lecteur
puisse pogner les nerfs,
mais je n’ai pas envie de lire
ses insultes…*
(extrait de AVANT QUE JE ME FÂCHE,
avant-propos de FÂCHÉ NOIR,
Stéphane Dompierre,
Éditions Québec Amérique, 2013)

Commentaire sur FÂCHÉ NOIR
de Stéphane Dompierre

 

Le québécois Stéphane Dompierre a réuni 52 de ses meilleures chroniques mises en ligne sur le portail YAHOO. Ce recueil de chroniques d’humeur s’intitule FÂCHÉ NOIR comme sur YAHOO. Dans ces chroniques, Stéphane Dompierre met en perspective nos petits travers bien humains ainsi que des situations quotidiennes qui ont le don de *taper sur les nerfs*.  Il passe en revue les irritants quotidiens, des tendances souvent absurdes et livre le tout de façon parfois (et souvent même) mordante.

 

Dans ce livre, le chroniqueur québécois Stéphane Dompierre nous livre ses meilleures chroniques FÂCHÉ NOIR mises en ligne sur le portail de Yahoo et dans lesquelles se conjuguent humour, ironie et sarcasme. L’auteur y passe en revue nos manies, penchants, travers, habitudes et autres tendances qui, sans qu’on le réalise, ont le don d’énerver les autres.

C’est un livre qui fait diversion de nos tracas quotidiens. Il m’a arraché beaucoup de rires et j’ai eu beaucoup de plaisirs à lire ses commentaires mordants et irrévérencieux sur toutes sortes de petites plaies qui sont souvent la signature de notre personnalité…ou qui ont le don de mettre en rogne. Par exemple, Dompierre se *fâche noir* contre les photos de vacance, les guichets automatiques, les erreurs de jugement, les heures d’ouverture, les tatouages, les voisins et peut-être le meilleur chapitre du livre : un commentaire cinglant et fort réaliste sur les manuels d’instruction.

J’ai trouvé ce livre à la fois délicieux et mordant. Pour apprécier ce livre, il ne faut pas avoir peur du ridicule et accepter de se livrer de bonne grâce à un exercice loin d’être malsain : rire de soi un bon coup. Il ne faut pas oublier non plus que ce sont des chroniques d’humeur en ce sens que Dompierre sonde le cœur des irritants quotidiens, l’amplifie, le caricature et nous oblige carrément à en rire.

Je vous recommande ce livre. Il se lit vite et bien. Les chapitres sont très courts et sautent du *coq à l’âne*. L’auteur fait preuve de beaucoup d’imagination et j’ai apprécié  cette petite touche d’exagération qui caractérise chaque sujet et qui vient nous rappeler que nous ne sommes rien d’autres que des humains…alors vaut mieux en rire.

Peut-être un jour l’auteur deviendra-t-il fâché noir contre…lui-même…

Divertissant…incontournable.

Je vous invite également à lire le commentaire de mllambert sur ce livre

Stéphane Dompierre est né à Montréal en 1970. Son premier roman UN PETIT PAS POUR L’HOMME a eu un succès éclair et lui a valu le Grand-Prix de la Relève Littéraire Archambault en 2004. Dompierre a d’abord fait des études en musique mais il s’est tourné rapidement du côté de l’écriture. Il est aussi scénariste pour la télévision et le cinéma et chroniqueur pour Yahoo et ELLE QUÉBEC en plus d’être porte-parole de la journée mondiale du livre et du droit d’auteur avec Chrystine Brouillet.

BIBLIOGRAPHIE :

-Fâché noir, 2013, Québec Amérique
-Corax, 2012, VLB éditeur
-Stigmates et BBQ, 2011, Québec Amérique
-Gloire et crachats, Jeunauteur- tome 2  avec Pascal Girard 2010, Québec Amérique
-Morlante, 2009, Coups de tête
-Souffrir pour écrire, jeunauteur tome 1 avec Pascal Girard, 2008, Québec Amérique
-Mal élevé, 2007, Québec Amérique
-Un petit pas pour l’homme, 2004, Québec Amérique

BONNE LECTURE
JAILU
6 novembre 2016