SANS UN MOT

UN PUZZLE MACHIAVÉLIQUE

SANS UN MOT

Commentaire sur le livre d’
HARLAN COBEN

*Un bon coup dans le foie, ça vous neutralise pendant
un moment…il ouvrit la bouche mais aucun son n’en
sortit. Il s’affaissa sur un genou. Un deuxième coup,
oblique, l’atteignit à l’oreille…il tenta de réagir…mais
un coup de pied dans les côtes le fit tomber à la
renverse.*
(Extrait : SANS UN MOT, Harlan Coben, Pocket, pubié à
l’origine chez Belfont, collection NOIR, 2008. Num. 350 pages)

Dans SANS UN MOT, l’auteur Harlan Coben développe trois histoires qu’il amène en convergence vers la fin du récit : -On découvre un e mail plutôt troublant et un ado, perturbé par le suicide de son ami disparaît…sans un mot. –un professeur commet un écart de langage psychologiquement blessant à l’endroit d’une adolescente : Yasmin. Le père de celle-ci n’admet pas que sa fille soit la risée de l’école et harcèle le professeur. –La voisine de Mike et Tia (les parents du jeune ado disparu) Suzan Loriman cherche un donneur d’organe pour son fils. Mike et Tia qui sont tous deux médecins découvrent des éléments troublants sur le passé de la mère. Ajoutons à cela la mystérieuse quête d’un tueur en série. Des récits apparemment sans lien au début mais qui convergent vers un dénouement surprenant dans ce livre qui met en perspective les dérives de l’adolescence et les dangers d’Internet.

UN PUZZLE MACHIAVÉLIQUE
*Salle pauvre conne.
Sa tête retomba en arrière.
Ce beau visage réduit en
bouillie.
Jamais il n’oublierait cette
image.*
(Extrait : SANS UN MOT)

Amener plusieurs histoires en convergence vers une seule et unique finale est un défi en littérature. Avec SANS UN MOT, Harlan Coben a assez bien relevé ce défi. C’est loin toutefois d’être le meilleur thriller que j’ai lu même si l’intrigue est bien ficelée. Je dois avouer toutefois que la finale est excellente mais voilà…il faut s’y rendre…les liens entre les histoires n’apparaissant que très graduellement et vu l’impressionnante quantité de personnages dont les rôles s’imbriquent dans les récits, le lecteur doit faire preuve de patience et de persévérance. Plusieurs pourraient être tentés d’abandonner la lecture avant même d’atteindre la moitié du récit. Je crois tout de même que ça vaut la peine de persévérer.

La principale faiblesse de ce livre réside dans ses personnages qui sont un peu caricaturaux, idéalisés…parfois trop parfaits. C’est le genre de détail qui me pousse à croire que l’auteur a choisi la facilité dans ce rayon. Le fil conducteur est un peu alambiqué. Mais si le lecteur réussit à persévérer dans le style tentaculaire propre à Harlen Coben, il sera sûrement entraîné dans un rythme allant en crescendo vers une finale où tout s’explique…un dénouement brillant quoiqu’un peu *rose bonbon*.

Je crois que la véritable force de ce livre tient dans son actualité. Il pourrait intéresser les adolescents dans une certaine mesure (le style d’écriture étant un peu coriace). Il pourrait intéresser davantage les parents de jeunes ados et même les pousser à l’introspection étant donnés les thèmes qui y sont abordés : Le contrôle parental des activités en ligne des enfants, le respect de la vie privée des ados par leurs parents, le danger global que représente internet sur la fragilité de l’adolescence et les thèmes sous-jacents comme les activités illégales et les téléchargements, la sécurité à la maison, en particulier l’accès libre à la pharmacie familiale.

En fait, que ce soit voulu ou pas, Coben nous pousse à nous interroger sur la délicate frontière qui sépare le contrôle parental de l’ingérence souvent considérée tyrannique par les ados qui sont dans une période de leur vie où la dérive est souvent facile.

Pour ces raisons, le livre vaut la peine d’être lu. Globalement le récit ne m’a causé aucun choc ni frisson. L’ensemble est un peu tiédasse. Le quatrième de couverture parle d’un thriller électrisant… je dirai que j’ai apprécié ce livre…il m’a diverti…mais disons qu’il ne m’a pas *électrisé*…

Harlan Coben est un auteur américain né en 1962 à Newark, New Jersey. Ses romans, traduits dans une quarantaine de langues, occupent des positions plus qu’avantageuses dans la liste des best-sellers à l’échelle mondiale. Il fût un des premiers auteurs à recevoir les trois prix majeurs de la littérature américaine de type *thriller*, à savoir le SHAMUS AWARD, le prestigieux prix Edgar-Allan-Poe  et le Anthony Award. Il cumule d’importantes distinctions littéraires. Un de ses livres a été adapté au cinéma en 2006  par Guillaume Canet. Résultat : quatre César et une position de tête au Box-Office des films étrangers aux États-Unis. Coben a aussi participé à des œuvres collectives. Au moment d’écrire ses lignes, son plus récent roman : SIX ANS DÉJÀ, vient d’être traduit chez Belfond (avril 2014).

BONNE LECTURE
JAILU
2 octobre 2016


UN LONG JUSTIFICATIF

MATRICULE 728 servir et se faire salir mon histoire

MATRICULE 728
servir et se faire salir
mon histoire

Commentaire sur le livre de
BERNARD TÉTRAULT
et STÉFANIE TRUDEAU

*Tout a changé le soir du 20 mai 2012 quand, intervenant
dans une des émeutes de la grève étudiante, je me suis
retrouvée à la une de tous les journaux, à la radio, à la
télévision et sur les réseaux sociaux, décriée comme «une
folle qui a pété sa coche»…*
(Extrait : MATRICULE 728, servir et se faire salir, Bernard
Tétrault et Stéphanie Trudeau, Éditions Ada, 2015, 304 pages)

Lors des manifestations étudiantes du printemps 2012, à Montréal,  Stéfanie Trudeau, connue comme matricule 728 du SPVM, est filmée aspergeant de gaz poivre des manifestants. Le 2 octobre 2012, elle tente d’arrêter un homme qui buvait une bière sur la voie publique près d’une résidence d’artistes. L’évènement est filmé par une passante avec son téléphone portable. Trudeau  applique une prise d’étouffement sur l’homme qu’elle voulait arrêter ; quand finalement elle lâche prise, elle fait un rapport verbal de l’incident, rapport enregistré sur un téléphone portable saisi et dont la fonction enregistrement avait été accidentellement déclenchée ; son langage est parsemé de jurons et d’insultes à l’endroit des occupants de la résidence. Avec Internet, les vidéos font le tour du monde.

Suite à ces évènements et à certains antécédents relatifs aux agissements de Stéfanie Trudeau, personne ne prendra sa défense, ni les autorités policières du SPVM, encore moins la presse. En 2015, donc trois ans plus tard, bien que la poussière ne soit pas encore retombée sur ces évènements sur les plans judiciaires et médiatiques, Stéfanie Trudeau, vivant l’ensemble de cette situation comme une descente aux enfers, décide de publier un livre pour s’expliquer en entraînant le lecteur sur le terrain des évènements.

Photo d’une manifestation étudiante captée à Montréal lors du *printemps érable*, la grève étudiante la plus longue et la plus imposante de l’histoire du Canada, déclenchée en réponse à l’augmentation projetée des droits de scolarité universitaire dans le budget du Québec 2012-2013 du gouvernement libéral de Jean Charest.

Un long justificatif
*J’avais agi, dans l’imaginaire des gens, sous le
coup de la frustration, de la colère et de
l’impatience, alors que j’avais fait exactement
ce qu’on attendait de moi et ce pourquoi
j’étais payée.*
(Extrait : MATRICULE 728)

Voici un livre qui tente de s’ajuster à une actualité brûlante. En effet, au moment d’écrire mon commentaire sur le livre, Stéfanie Trudeau est devant la justice dans cette affaire qui traîne en longueur. Il est très difficile d’écrire un commentaire sur ce livre sans l’imprégner d’une pensée éditoriale. J’essaie de me limiter au commentaire sur le livre, mais je ne peux éviter de parler du volume sans parler de la personne car le livre, Matricule 728, Stéfanie Trudeau et les évènements pour lesquels elle a été sévèrement blâmée sont intimement liés.

Le livre comporte une petite partie biographique au début. Le reste est une longue justification des attitudes et comportements de Stéfanie Trudeau pendant la crise basée sur une discrimination relative à des aspects bien précis de sa personnalité : *Comme mon image était déjà perçue comme très négative à cause de mon allure, mon caractère, ma stature, mon orientation sexuelle, mes sentiments exprimés sous le coup de l’émotion, ma masculinité et mon look androgyne, ils n’avaient pas eu beaucoup de difficulté à me faire un procès d’intention et à fausser la perception de la population à mon endroit en refusant systématiquement de rectifier les faits en laissant croire que j’étais fautive durant cette intervention.* (Extrait)

C’est là toute la faiblesse du livre : Stéfanie Trudeau n’admet à peu près aucun tort. C’est la faute à tout le monde mais pas la sienne. Le récit prend même, par moment, l’allure d’un réquisitoire contre les autorités policières, les politiciens, la Presse et les réseaux sociaux. Elle n’a pas tout faux. Comme elle le dit elle-même, tous les services de police et tous les systèmes politiques ont leurs côtés occultes et ça j’y crois. Mais malheureusement, j’ai vu moi aussi les vidéos et nonobstant le contexte et l’urgence du moment, je n’ai pas aimé ce que j’ai vu. Je pense qu’il faut être naïf pour croire que la Presse et les réseaux sociaux n’utiliseront pas ces images pour les monter en épingle.

Je crois qu’ici les torts devraient se partager. Les propos publiés par Stéfanie Trudeau dans son livre m’amènent à la certitude que la Presse et les médias sociaux s’attardent rarement à un travail bien fait de part et d’autre. Y a-t-il eu bavure policière? Est-ce que, par des écarts de gestes et de propos, Stéfanie Trudeau a simplement été victime de sa trempe et de son caractère?  À vous de juger. Moi je crois que de part et d’autre le travail a été bâclé.

Quant au livre comme tel, je ne sais pas si c’est parce que Stéfanie Trudeau se disculpe avec l’énergie du désespoir et qu’elle semble fortement miser sur les sentiments du lecteur en parlant par exemple de sa famille, mais je l’ai trouvé ennuyeux avec ses nombreuses répétitions et son  caractère à sens unique. Je l’ai lu plus par curiosité que par la conviction que j’allais tomber sur un chef d’œuvre de haute qualité littéraire. Ne développant qu’un seul côté de la médaille, la crédibilité qu’on peut accorder à un tel volume est finalement une question de foi.

Je ne crois pas que ce livre passera à l’histoire.

Stéfanie Trudeau est née à Brossard en 1972. Cadette de la famille Trudeau, son père était policier. Dans sa biographie, elle avoue avoir connu une jeunesse difficile parce qu’elle était différente des filles de son âge se disant entre autres plutôt masculine. Après son passage à l’école secondaire, elle fait ses études collégiales au Cégep Maisonneuve, puis entre à l’école nationale de police du Québec à Nicolet. Elle est assermentée comme policière à l’été 1994 et accepte une fonction au poste 33 du SPVM. Au printemps 2012, la crise étudiante baptisée PRINTEMPS ÉRABLE bat son plein. Pendant une émeute, elle pose des gestes considérés par ses pairs, les autorités, la presse et le public comme une bavure policière. Avec des images et des propos peu flatteurs qui font le *cybertour* du monde, La vie de Stéfanie Trudeau bascule et elle décide de s’expliquer en publiant en 2015 MATRICULE 728 SERVIR ET SE FAIRE SALIR MON HISTOIRE.

 

Bernard Tétrault est un journaliste spécialisé dans les affaires criminelles et judiciaires depuis 1964. Il a été le rédacteur en chef de l’hebdomadaire Allô Police. Il est aussi le coauteur de Claude Poirier – 10-4, de Claude Poirier – Sur la corde raide et a signé, avec Michael Lechasseur, Confidences d’un agent double – En mission à 14 ans.

 

 

BONNE LECTURE
JAILU
DÉCEMBRE 2015