LE PETIT PRINCE le roman du film

Le petit prince qui voulait un mouton

LE PETIT PRINCE
Le roman du film

Commentaire sur l’adaptation de
VANESSA RUBBIO-BARREAU

*Il était une fois un petit prince
qui habitait une planète à peine
plus grande que lui, et qui avait
besoin d’un ami…*
(Extrait : LE PETIT PRINCE, le roman
du film, adapté par Vanessa
Rubbio-Barreau, Gallimard-jeunesse
2015, édition de papier, 80 pages)

Alors qu’une petite fille très sage et sa maman très stricte emménagent dans leur nouvelle maison, elles découvrent avec stupeur l’existence d’un voisin étrange. Ce vieux monsieur, aviateur et doux rêveur, excelle dans l’art de raconter des histoires. La petite fille est rapidement captivée par celle d’un petit prince venu d’une autre planète…Vanessa Rubbio-Barreau fait plonger les jeunes lecteurs et jeunes lectrices dans l’univers envoûtant et coloré du PETIT PRINCE. Notez qu’il ne s’agit pas du livre de Saint-Expupéry mais bien du film d’animation inspiré du roman…une belle amitié entre une petite fille et un aviateur mise en mots et en images pour les enfants de 7 à 10 ans.

LE PETIT PRINCE QUI VOULAIT UN MOUTON…
*L’aviateur avait tant de choses à me
montrer, de choses à raconter! Nous
passions des heures entières à jouer,
à rêver, à rire…je pouvais lui parler
de tout.
(Extrait : LE PETIT PRINCE, le roman du film)

LE PETIT PRINCE, LE ROMAN DU FILM est ce que l’on appelle une novellisation, c’est-à-dire un roman tiré d’un film, d’un dessin animé ou d’une bande dessinée. Le roman du film LE PETIT PRINCE a été réalisé par une auteure et novellisatrice passée maître dans son art Vanessa Rubio-Barreau.

C’est une belle histoire, celle d’une petite fille coincée entre les ambitions de sa maman pour elle et une amitié émergente avec un vieux monsieur, aviateur, doux rêveur, particulièrement habile pour raconter de belles histoires. Pour sa petite voisine, il choisit de l’histoire d’un petit prince venu d’une autre planète toute petite…un petit prince responsable d’une rose et venu transmettre le secret du bonheur, la joie de vivre et l’irremplaçable valeur de l’amitié.

J’ai trouvé ce petit livre émouvant. Ce n’est pas nécessairement facile de lire un livre avec les yeux d’un enfant de 7 ans mais j’ai vite compris que ce livre est accessible aux enfants, beaucoup plus que l’original de Saint-Exupéry. Et le plus beau est que Vanessa Rubio-Barreau a conservé toute la magie du film et a su mettre en valeur la douceur, la chaleur et la poésie de l’œuvre originale.

Ce petit livre, éclairé et bien écrit, non seulement transmet de très belles valeurs, mais il est aussi porteur d’une intéressante réflexion sur un certain équilibre à installer entre l’ambition des parents pour leurs enfants et la découverte par ceux-ci des valeurs positives de la vie avec une bonne place pour la créativité et l’entretien d’une magnifique qualité qu’ont les enfants : la faculté d’émerveillement.

Le vieil aviateur vient nous rappeler qu’il peut-être vain de trouver à tout prix le succès et la réussite si on est pour grandir dans une maison sans âme où il n’y a pas de place pour la magie, la créativité, l’imagination sans oublier les échanges et le dialogue.

C’est un petit livre adorable. Je me vois très bien raconter cette belle histoire à un enfant tout comme je vois très bien un enfant de 7 à 9 ans en entreprendre seul la lecture et l’exploration. Ça pourrait le faire sourire, le faire rêver un peu et il pourrait être fasciné par les magnifiques illustrations.

LE PETIT PRINCE, LE ROMAN DU FILM est un autre exemple de la vigueur de la littérature-jeunesse dans la francophonie. La présentation est superbe, les illustrations magnifiques. Le livre comprend des petits chapitres courts. Son écriture est fluide et présentée en grosse lettres et j’ai trouvé sa finale géniale et d’une magnifique limpidité pour les jeunes esprits.

Une petite remarque en terminant : même si LE PETIT PRINCE a 70 ans (première parution en France en 1946), l’œuvre de Saint-Exupéry n’a pas vieilli. Le petit personnage reste intemporel et continue de fasciner les grands et les petits à cause des thèmes profonds qu’il développe tout en douceur en respectant le rythme des petits : l’amitié, la solitude, l’obéissance, et le passage à l’âge adulte entre autres.

Vanessa Rubbio-Barreau est une auteure, traductrice et novellisatrice française. Elle se consacre essentiellement à la littérature jeunesse. Après une double-licence de lettres modernes et sciences du langage, elle a travaillé comme assistante d’édition et enseignante. Vous pouvez suivre son parcours en visitant son site internet et en la visitant sur Facebook. Elle traduit pour éditions Mango, Gallimard, Pocket, Hachette, Bayard Jeunesse…

 

 

 

 

Le Petit Prince est un film d’animation français réalisé par Mark Osborne et sorti en 2015. Il est adapté du livre éponyme d’Antoine de Saint-Exupéry. Ce film combine deux techniques d’animation : les images de synthèse et l’animation en volume.

BONNE LECTURE
JAILU/Claude Lambert
Le dimanche 13 mai 2018

FIFI BRINDACIER

Fififolotte Victuaille Cataplasme Tampon? fille d’Efraïm Brindacier

FIFI BRINDACIER

Commentaire sur le livre d’
ASTRID LINDGREN 

*Regardez-moi un peu le plancher de la cuisine!…Fifi
fit bouillir une grande bassine d’eau qu’elle renversa
sans cérémonie sur le plancher de la cuisine. Puis elle
ôta ses grandes chaussures et les déposa sur la planche
à pain. Puis elle attacha deux grosses brosses à lessiver
à ses pieds nus et patina sur le plancher-splash, splash!*
(Extrait : FIFI BRINDACIER, Astrid Lindgren, Hachette-livre, 1995,
réédition et traduction, Hachette-livre, 2007, num., 90 pages.)

FIFI BRINDACIER est une enfant hors du commun, c’est le moins qu’on puisse dire. C’est une petite fille rousse de 9 ans, intelligente, énergique, audacieuse et astucieuse. Elle est aussi dotée d’une extraordinaire force physique. Elle vit avec monsieur Dupont, ainsi qu’un petit singe et un cheval. Fifi a aussi deux amis qui habitent la maison voisine : Tommy et Annika. Comme tous les enfants du voisinage, Tommy et Annika sont impressionnés par Fifi qui n’a pas d’heure pour se coucher et qui fait tout ce qui lui plait. Fifi est attachante et a un irrésistible petit côté irrévérencieux.  Astrid Lindgren a créé un personnage féminin autonome et sans contrainte et nous entraîne dans ses aventures où la fantaisie côtoie la réalité.

Fififolotte Victuaille Cataplasme Tampon
fille d’Efraïm Brindacier
*Dans l’univers bien sage de ce que l’on appelait
alors la «littérature enfantine», le personnage
si neuf et si exceptionnel qu’était Fifi
Brindacier, libre, primesautier, imprévisible,
faisait irruption avec une joyeuse hardiesse.
Ce fut un coup de vent émoustillant.
(Extrait : FIFI BRINDACIER, avant-propos de l’éditeur)

FIFI BRINDACIER est connue dans le monde entier. Elle amuse et fait rire les enfants et les nombreuses rééditions permettent aux enfants d’aujourd’hui de faire connaissance avec la petite suédoise. Je suis sûr que les enfants se régaleront des aventures de FIFI. Pour ce qui est des adultes, je vous préviens qu’il est de loin préférable de lire ce livre avec les yeux et le cœur d’un enfant. Sinon, ça risque de vous déplaire ou tout au moins de vous faire trouver le temps long.

Pour comprendre le sentiment des enfants à l’égard de FIFI BRINDACIER, je me permets de décrire FIFI avec mes yeux d’adulte : FIFI a 9 ans, sa mère est morte et son père a fait naufrage quelque part. Elle vit donc seule…eh oui…à 9 ans, dans la villa familiale. Elle fait ce qui lui plait, quand ça lui plait, ne va pas à l’école, éducation déficiente, arrogante avec les adultes, propos incohérents, indépendante et riche, son père lui ayant laissé un plein coffre de pièces d’or. Elle vit avec un cheval et un singe et est proche de ses deux jeunes voisins Tommy et Anika. Elle est excentrique, insouciante et mal élevée. Enfin, FIFI est dotée d’une force physique surnaturelle. Elle a aussi de belles qualités : elle a beaucoup d’imagination, c’est une petite fille très généreuse, elle est aussi courageuse, énergique et volontaire.

Par défaut, les enfants sont peu soucieux des règles, des consignes et de l’étiquette. Ce phénomène se résorbe pendant un processus normal d’éducation mais entre-temps, les enfants ont des tendances anti conformistes. On comprend un peu mieux maintenant pourquoi FIFI BRINDACIER est appréciée des enfants du monde entier.

FIFI BRINDACIER a été publié en 1945 en Suède. C’était une époque où la littérature enfantine avait besoin d’être dépoussiérée, modernisée, où on voulait servir aux enfants autre chose que des contes. Astrid Lindgren a imaginé un jeune personnage, féminin, capable d’en montrer aux garçons, qui défie le conformisme et se moque des adultes. Il n’en fallait pas plus pour que la popularité de FIFI gagne l’Europe, puis le monde entier. C’est probablement la raison pour laquelle l’œuvre a été inscrite dans le top 100 des meilleurs livres à vie et dans l’édition de Peter Boxall des *1001 LIVRES QU’IL FAUT AVOIR LUS DANS SA VIE*.

Personnellement, je n’ai pas été emballé par FIFI BRINDACIER, ni par le livre ni par la série télévisée que j’ai eu l’occasion de regarder pendant mon adolescence. Peut-être suis-je trop conformiste, mais une petite fille de 9 ans qui peut lever un cheval, marcher aisément sur un fil de fer, qui vit seule, qui ne va pas à l’école, qui est capable d’envoyer promener les adultes et qui est affublée de deux tresses plus que voyantes qui me donnaient l’impression d’être tenues par des broches…un petit air punk…tout ça est un peu trop surréaliste pour moi dans le cadre d’une littérature enfantine. Mais il est évident que les enfants ne voient pas ça du même œil si je tiens compte de l’accueil extraordinaire qui a été réservé à FIFI BRINDACIER de par le monde. Je dois tenir compte aussi du fait qu’Astrid Lindgren a reçu en 1958 le prix Hans Christian Andersen qui est presque l’équivalent d’un prix Nobel en littérature pour sa contribution durable à la littérature enfantine qui s’est vue d’une certaine façon révolutionnée.

C’est donc une lecture sortie des sentiers battus qui est proposée aux enfants avec FIFI BRINDACIER qui fait peur aux garçons et qui projette les petits lecteurs dans un monde de fantaisie et d’humour.

Astrid Anna Emilia Lindgren, née Ericsson (1907-2002) était une écrivaine suédoise, romancière, scénariste et auteure d’ouvrages pour les enfants. Elle s’est fait connaître dans le monde entier par ses personnages originaux, à la fois attachants et impertinents : Zozo la Tornade, Karlssom Pa taket, et bien sûr, la plus connue : FIFI BRINDACIER par laquelle elle a largement contribué à donner un nouveau souffle à la littérature pour enfants. Lindgren a créé FIFI BRINDACIER alors que sa fille était atteinte de pneumonie. Elle fera par la suite l’objet d’un roman publié en 1945. À la suite du décès de l’auteure en 2002, le gouvernement suédois crée un prix portant son nom : le Prix commémoratif Astrid Lindgren : le prix littéraire le plus important au monde en terme pécuniaire, réservé à la littérature pour l’enfance et la jeunesse.

FIFI BRINDACIER À L’ÉCRAN

                
                   1                                              2                                            3

PIPPI LANGSTRUM est une série télévisée germano-suédoise traduite sous le titre de FIFI BRINDACIER (photo 2) réalisée par Olle Hellboom et diffusée en 13 épisodes en 1969 sur la chaîne suédoise SVT, puis par la suite, dans les années 70 pour la francophonie. Par la suite, une série d’animation (photo 1) de 26 épisodes de 26 minutes a été diffusée en première au Canada en 1998, puis rediffusée à plusieurs reprises sur Teletoon. Enfin, le film (photo 3) réalisé par Olle Helboom est sorti le premier janvier 1970, toujours avec Inger Nilsson dans le rôle de FIFI BRINDACIER, personnage éponyme d’Astrid Lindgren.

Inger Nilsson à l’âge de 10 ans en pleine gloire, puis à l’âge de 57 ans. On la voit encore régulièrement à la télévision suédoise.

Bonne lecture
Jailu
Le dimanche 6 mai 2018

FAIMS

LE COMMENCEMENT DE LA FAIM

FAIMS

Commentaire sur le livre de
PATRICK SÉNÉCAL 

*Vous avez une vie en apparence comblée, vous
êtes l’image de l’homme honorable, mais une
étrange faim s’est installée en vous…elle a même
tendance à demeurer en vous, à vous ronger. À
tel point que parfois, vous êtes littéralement
affamé. Parce que cette faim ne se contente plus
de repas discrets et équilibrés.*
(Extrait : FAIMS, Patrick Sénécal, Éditions Alire, 2015,
édition numérique, 545 pages)

L’histoire se déroule dans une petite ville imaginaire : Kadpidi, tranquille, 20,000 habitants. Alors que, par une journée magnifique, le bal du chien chaud bat son plein au parc Woodyatt, une étrange caravane entre en ville et s’y installe. C’est le cirque ambulant HUMANUS CIRCUS. Alors la bucolique tranquillité de Kadpidi se dégrade rapidement : les attitudes et les comportements changent, des meurtres se succèdent. Plusieurs citoyens habituellement tranquilles se laissent maintenant aller à satisfaire leurs pulsions : une faim ressentie au quotidien mais refoulée avec le temps. Une faim étrange, malsaine. Après le premier spectacle qui est d’une singulière étrangeté, Joël reprend du service dans la brigade criminelle et sera entraîné dans une enquête pour le moins troublante…

LE COMMENCEMENT DE LA FAIM
*-Pis y parait qu’la femme a pas juste pété les
meubles dans toute sa maison, mais aussi
son char! Pis est allée au bureau où a
travaille, pis a tout cassé là aussi! À coup
de masse! Criss de folle, hein?
(Extrait : FAIMS)

Encore du grand Sénécal mais dans un style un peu différent. Il nous sort complètement de l’univers de Malphas qui a un registre très à part dans l’œuvre de Sénécal mais FAIMS diffère aussi de ses autres livres même si en cours de lecture, j’ai fait souvent le rapprochement avec LE VIDE. Finalement, j’ai compris que l’auteur avait à peu près le même modus operandi. Dans FAIMS je n’ai pas vraiment ressenti l’horreur, mais plutôt une pression psychologique très forte qui caractérise beaucoup de thrillers. Ça ne change rien, ce livre m’a secoué. Il m’a accroché dès les premières pages…par curiosité d’abord et puis rapidement, je fus pris d’une *faim* de tout comprendre, de tout savoir.

Imaginez qu’un petit cirque ambulant qui s’installe dans un petit patelin chamboule complètement le quotidien des gens, modifie attitudes et comportements, provoque bagarres et querelles, alimente des idées de haine, de violence, de meurtres. Le ton est donné dès le départ. Le cirque est bizarre, ses membres sont étranges, marginaux. Leur spectacle est pour adulte seulement. Il est d’une singulière intensité, extrêmement violent en plus d’être sexuellement explicite et hautement suggestif pour des esprits qui ont…*faim*.

Alors qu’un premier meurtre suit de près l’arrivée du cirque, le médecin du patelin, Stéphane, dont la faim est appelée à se réveiller y va de sa petite appréciation du spectacle : *C’est innovateur, c’est baveux, ça brasse la cage et ça fait du bien.* (extrait) voilà qui annonce un changement dans l’esprit du médecin qui finira par dire tout haut ce que tout le monde pense sous l’influence du HUMANUS CIRCUS : *Personne va bien! Tout le monde est tanné, tout le monde est déprimé, tout le monde est frustré! Mais moi, je suis juste écœuré de faire semblant, de me mettre un gros sourire dans face pis de faire ah-ah-ah, pis de raconter n’importe quoi. * (Extrait)

Vous avez compris que cette faim n’a rien à voir avec la nourriture mais symbolise plutôt des pulsions latentes de violence et d’agressivité qui caractérisent l’être humain. La façon dont le thème est développé nous amène à voir la Société sous un jour très différent.

Je considère ce récit comme un thriller, extrêmement noir, puissant et dont il se dégage une atmosphère pesante. La violence y est décrite sans retenue et certains passages sont d’une crudité à faire frémir. L’intrigue est très bien ficelée et j’ai trouvé la finale géniale…totalement imprévisible en ce qui me concerne. Je signale au passage que Sénécal a inclus dans sa distribution un de ses personnages fétiches : Michelle Beaulieu (5150 RUE DES ORMES, REINE ROUGE, ALISS). Je vous laisse aussi découvrir quel personnage de FAIMS a été pourvoyeur dans HELL.COM du même auteur…ce sont des petits entrecroisements à la Stephen King qui me plaisent beaucoup.

Les chapitres sont entrecoupés par un profil complet de chacun des personnages du Humanus Circus : Markitos, Laurus, Sarratou, Régina, Wulf et Wefa…les saltimbanques étranges à l’histoire tordue qui m’ont fait passé par une gamme d’émotions plutôt fortes. Au cœur de l’histoire, il y a aussi la famille Leblanc, Joël, policier de la SQ qui mène l’enquête sur les meurtres et qui n’est pas au bout de ses surprises, sa femme Martine, vétérinaire et leurs ados Nicholas et Émilie dont les rôles pourraient vous surprendre.

Encore un Sénécal dont il est très difficile d’interrompre la lecture… Un nouveau voyage dans les recoins les plus obscurs de l’esprit… Écriture fluide, ventilée, un rythme d’enfer….une écriture qui n’a pas peur des mots…

VOIR AUSSI MES COMMENTAIRES SUR LE VIDE ET CONTRE DIEU DU MÊME AUTEUR.

Patrick Sénécal né en 1967, est un écrivain québécois spécialisé dans le roman *noir*. Il est aussi scénariste et réalisateur. Il publie son premier roman en 1994 : 5150 rue des Ormes, adapté au cinéma en 2009. Il est détenteur  de plusieurs prix littéraires importants dont le prix Boréal du meilleur roman en 2001 (Aliss) et le prix Masterton en 2006 en plus des distinctions dans les salons  du livre.  LE VIDE, qu’il a pris trois ans à écrire est son 7e roman, le plus médiatisé de son œuvre.

BONNE LECTURE
JAILU/Claude Lambert
le dimanche 29 avril 2018