L’INFLUENCE D’UN LIVRE

L'alchimie inspire le premier roman de la Nouvelle-France

L’INFLUENCE D’UN LIVRE

Commentaire sur le roman historique de
PHILIPPE AUBERT DE GASPÉ fils

*Les assistants étaient tombés à genoux à ce terrible
spectacle et sanglotaient en voyant leur vénérable
pasteur qui leur avait toujours paru si timide et si
faible, et maintenant si fort et si courageux, face à
face avec l’ennemi de Dieu et des hommes.*
(Extrait : L’INFLUENCE D’UN LIVRE, Philippe Aubert de Gaspé
fils, 1ère publication, 1837, édition revue et corrigée : Les
Éditions du Boréal, 1996. Édition de papier et numérique,
217 pages numériques)

Profondément influencé par Le Petit Albert, ouvrage d’alchimie qui décide du sort de sa vie, Charles Amand s’associe à son ami Dupont pour percer le secret de la pierre philosophale afin de devenir riches. La trame va de conjuration en sortilège, d’apparitions diaboliques en meurtres, de naufrage en mariage. Tout commence par une séance au cours de laquelle Amand s’entête à invoquer les esprits. Mais l’expérience est un fiasco et le paysan, convaincu qu’il a échoué à cause d’une erreur de son ami Dupont, décide de faire ses recherches tout seul. Amand n’est pas au bout de ses peines ; après avoir récupéré, dans une faculté de médecine, des restes de criminels exécutés, il fera naufrage au cours d’une expédition sur le Saint-Laurent et sera contraint de rester pendant cinq ans sur une île. Amand est toujours obsédé par sa quête.

QUÉBEC, 1837
L’ALCHIMIE INSPIRE LE PREMIER ROMAN
DE LA NOUVELLE-FRANCE
*Près de l’âtre, sur une table, un mauvais encrier,
quelques morceaux de papier et un livre ouvert
absorbaient une partie de l’attention de
l’alchimiste moderne; ce livre était : LES OUVRAGES
D’ALBERT LE PETIT*
(Extrait : L’INFLUENCE D’UN LIVRE, repris dans la postface
de Rainier Grutman)

C’est un récit étrange ayant comme toile de fond l’alchimie et la recherche de la pierre philosophale. Le titre aussi peut paraître singulier. Ce livre est considéré comme le premier roman canadien français mais il ne faut pas oublier que son auteur, Philippe Aubert de Gaspé (1814-1841) était un contemporain de très grands écrivains : Lamartine, De Musset, Victor Hugo, Honoré de Balzac, Charles Beaudelaire, pour ne nommer qu’une petite partie des grands écrivains européens. Il y en a autant du côté américain comme par exemple Fenimore Cooper, Edgar Allan Poe, etc . Il y avait donc beaucoup de matière pour nourrir l’imaginaire. J’imagine aussi Philippe Aubert de Gaspé confortablement installé dans la magnifique bibliothèque de son père à Saint-Jean-Port-Joli.

Je trouve aussi assez étrange que le premier sujet développé au Canada Français en littérature soit l’alchimie. L’auteur choisit en effet LE PETIT ALBERT, un grimoire de magie, concentré de sciences cabalistiques et de magie naturelle, pour décider du sort de la vie de son principal personnage : Charles Amand, un cultivateur particulièrement rusé et profondément avide de l’énorme pouvoir que lui conférerait la pierre philosophale : rester jeune éternellement d’une part et transformer les métaux en or d’autre part. Amand rêvait d’un pouvoir sans limite. Le récit met en scène un autre personnage très intéressant : St-Céran qui lui, ne cherche qu’à acquérir la connaissance en général, mais en particulier celle qui lui ouvre les portes de la bonne société.

Je pense que l’idée de départ de l’auteur était d’exploiter la pureté des campagnes canadiennes françaises de la première moitié du XIXe siècle. Il lui a finalement donné un caractère fantastique en faisant passer son héros de conjuration en sortilège, de meurtre en apparition diabolique. Pour bien profiter de ce livre, il faut oublier, voir désapprendre la façon de penser, d’écrire et de développer des sujets en littérature. Il faut se mettre dans la peau d’un jeune auteur très allumé, désireux d’écrire tout simplement, sans égard au fait qu’il lancera officiellement la littérature canadienne et il faut bien sûr se mettre au diapason de la société canadienne de la première moitié du XIXe siècle.

Si vous faites cet exercice comme je l’ai fait, vous serez charmé par le récit. L’histoire est mouvementée et j’ai trouvé la plume de l’auteur savoureuse car elle est teintée d’ironie. L’auteur semble vouloir prendre position dans un pays sans littérature et où il ne se passe rien. Il y a de l’amertume aussi car Aubert de Gaspé a goûté à la prison à cause d’une chicane avec le bras de droit de Papineau. On sent dans son œuvre une espèce d’admiration pour les Chefs Patriotes sur le point d’entrer en rébellion. Aubert de Gaspé rédige L’INFLUENCE D’UN LIVRE et fuit pour éviter à nouveau la prison. *Son histoire a déjà une histoire* et comme lecteur, j’ai goûté à l’Émotion qui s’en dégage. Il a réussi à m’arracher de mon XXIe siècle peinard pour m’aspirer dans la campagne canadienne du 19e siècle et suivre la quête d’Amand.

J’ai beaucoup aimé ce livre qui m’a donné l’impression de participer à une aventure empreinte de diabolisme. Le seul irritant que je veux signaler est l’abondance des citations. Il y en a pour tout et pour rien et plusieurs sont en anglais, l’auteur jugeant peut-être bon de citer Shakespeare. Bien que la plupart soient d’une certaine pertinence, il y en a trop et ça brise le rythme. Le fait que l’auteur choisisse un sujet aussi lugubre me surprend à peine : *Ce que je ne puis concevoir et ce qui répugne à la raison, c’est qu’un être, auquel on ne peut refuser le nom d’homme, puisse s’abreuver du sang de son semblable pour un peu d’or…* (Extrait)

Je me suis dit voilà…c’est avec ça que la littérature canadienne est née : la science-fiction du XIXe siècle, empreinte d’un petit caractère européen. Mal accueilli à sa publication…considéré aujourd’hui comme une œuvre historique… fascinant…

C’est au manoir de son père que Philippe Aubert de Gaspé fils (1814-1841) rédige le premier roman de la littérature Canadienne-Française qu’il intitule L’INFLUENCE D’UN LIVRE. Son père aurait, dit-on, collaboré à l’œuvre. Le roman sera publié en 1837, deux mois avant l’insurrection des patriotes. Reçu d’abord dans l’indifférence, le roman sera attaqué par deux critiques réputés : Hyacinthe Leblanc de Marconnay et André-Romuald Cherrier. Déçu, Aubert de Gaspé fils part pour Halifax où il sera correspondant à l’Assemblée législative de la Nouvelle Écosse. Il meurt le 7 mars 1841 à l’âge de 27 ans à Halifax. Après son décès, le roman connaît une certaine popularité grâce à l’abbé Henry-Raymond Casgrain qui le réédite en 1864 sous un nouveau titre : LE CHERCHEUR DE TRÉSORS, largement censuré.

BONNE LECTURE
Claude Lambert
le jeudi 24 octobre 2019

Laisser un commentaire

Votre courriel ne sera pas visible.

*

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

Current day month ye@r *