CHASSEURS DE TÊTE

Les limites de l'ambition

CHASSEURS DE TÊTES

Commentaire sur le livre de
MICHEL CRESPY

*Ça doit être effrayant le barrage qu’il s’est
construit pour tout refouler. Et ce qui fermente
derrière. Non, ce qui me fait peur, c’est qu’il
n’a pas de limites. Il est tellement sûr de lui…
Les autres n’existent pas, ce ne sont que des
reflets de son égo.*
(Extrait : CHASSEURS DE TËTES, Michel Crespy,
Éditions DenoÏL, 2000, numérique, 200 pages)

Jérôme Carceville, cadre supérieur au chômage, reçoit un e-mail d’un prestigieux cabinet de recrutement :  De Wavre international, une agence ultraspécialisée qui recherche les meilleurs éléments, la crème de la crème des candidats éventuels pour des emplois de hauts niveaux dans les grandes entreprises. Carceville réussit la sélection pour participer au test final :  Carceville et les autres candidats retenus sont séquestrés dans un endroit secret pour des épreuves qui dureront plusieurs jours. Entrevues piégées, mises en situation, résolution d’énigmes et pour la grande finale, un jeu de rôle, mais pas du tout celui auquel les candidats s’attendaient. Il s’agit de la simulation d’une guerre économique … les candidats sont maintenant piégés dans une machine infernale. Ce qui se voulait au départ une chasse aux talents devient une chasse à l’homme.

LES LIMITES DE L’AMBITION
*Attends, tu vas pas me tirer dessus…tu es
complètement fou ! Pourquoi ferais-tu ça?
…-Par plaisir? Eh bien ça ne me déplairais
pas.*
(Extrait : CHASSEURS DE TÊTES)

Ne pas confondre avec chasseurs de primes, coupeurs de têtes ou chasseurs de scalps…blague à part, les chasseurs de tête dont il est question dans le livre de Michel Crespin sont des recruteurs ultraspécialisés qui font du head hunting, ce que l’on appelle en français de la chasse de tête. Ils existent réellement. Vous faites une petite recherche internet et vous aurez le choix…on sait que les méthodes d’approche et de sélection varient d’un chasseur à l’autre. Ces méthodes sont en général très pointues, agressives jusqu’à un certain point et vise à recruter, pour le compte de grandes entreprises des candidats de haut-niveau, avec un profil précis : la denrée rare, le top, la crème de la crème. Dans le récit de Crespin, la firme de chasseurs de tête est fictive et a pour nom De WAVRE. Le recruteur et examinateur s’appelle Del Rieco et le principal de sa méthode est de réunir ses seize candidats sur une île isolée mais pourvue de tout le confort, et de les lancer dans un jeu de rôle : trois équipes, trois grandes entreprises en concurrence dans un marché difficile au point de pousser à la faillite à moins d’être particulièrement habile. Le temps est limité…l’enjeu est crucial.

Del Rieco voit tout ce qui se passe mais…il voit surtout que tout ne se passe pas du tout comme prévu…la barre est très haute. Les trois entreprises vendent la même chose : des hameçons. On peut comprendre que quelqu’un va tomber. Il ne faut pas perdre de vue que les candidats sont humains et qu’il y a des têtes plus fortes que d’autres, il y a aussi des serpents, des timorés, des flagorneurs. Ce qui est au départ une mise en situation de management concurrentiel devient un féroce combat économique, et sous l’impulsion de la tête forte : Jérôme Carceville qui ne voit dans ce jeu de rôle que de l’espionnage et du contre-espionnage, tout part à la dérive, tout bascule : *Ils veulent voir comment ça se passe quand on est ensemble et qui survivra à la jungle effrayante des relations humaines dans un climat de compétition…mais quand on vous plonge par surprise dans un grand tonneau de fumier, les éclaboussures sont inévitables.* (extrait)

Si le lecteur peut survivre aux interminables explications techniques, économiques et boursières, des irritants qui poussent à l’ennui, il verra que l’auteur l’entraîne dans une incroyable dégradation des conditions humaines. Plus on avance dans le récit, plus la tension est palpable. Ce qui était au départ une concurrence même féroce, devient un combat à mort. Le désir d’être le meilleur vendeur d’hameçons a poussé au carnage. Quelle limite amène les hommes à devenir des bêtes ?

*Ces hommes froids et rationnels s’étaient subitement mués en garnements de cour de récréation se battant dans la boue. En coqs armés de fusils. Moi-même, j’étais en proie aux sentiments les plus primitifs : ceux que j’avais tenu à distance ma vie durant : la peur, la haine, le désir de vengeance, l’envie de tuer…* (Extrait)

Ce livre a des forces, des qualités que j’aime à découvrir en cours de lecture. D’abord son sujet est original. Puis je me suis vite aperçu que Crespin a une très bonne connaissance de la psychologie humaine. Ses personnages sont bien définis et travaillés. L’auteur s’est montré aussi très habile à changer une situation en poudrière. La plume est fébrile, tendue, prête à nous lancer d’un rebondissement à l’autre et une finale étonnante qui montre jusqu’à quel point l’être humain peut avoir le don du gâchis.

Côté irritant… Les longues explications techniques qui sont dans les faits plus éprouvantes qu’éclaircissantes. La finale a de quoi surprendre. Elle est malheureusement sous-exploitée. Là où le livre aurait pu devenir un petit chef d’œuvre, on s’est laissé aller à une conclusion qui, quoique intéressante, est malheureusement bâclée. Enfin, le récit est classé littérature policière, mais il n’y a pas l’ombre d’un policier. On a fini par les rejoindre…genre avant dernière page… Le livre vaut tout de même la peine d’être lu car il nourrit une réflexion intéressante sur les côtés crasses du capitalisme et sur la complexité des relations humaines en situation de concurrence.

Quand même un bon moment de lecture

Michel Crespy est un sociologue, journaliste et romancier français né en 1946. C’est aussi un passionné de la politique. Il a milité entre autre pour le parti socialiste. En tant qu’écrivain, il a publié quelques romans psychologiques et études de mœurs, puis en 2000, il choisit la voie du roman policier avec CHASSEURS DE TÊTES et ça lui a réussi car ce titre traduit en près d’une dizaine de langue a remporté le grand prix de la littérature policière en 2001. Le livre, publié chez Denoël a été réédité par la suite chez Gallimard. Le livre est d’ailleurs toujours en demande.

Bonne lecture
Claude Lambert
le dimanche 18 août 2019

 

Laisser un commentaire

Votre courriel ne sera pas visible.

*

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

Current day month ye@r *