LE RÉCIT DE L’OPÉRATION WALKYRIE

LA CHANCE DU DIABLE

La chance du diable
Le récit de l’opération Walkyrie

Commentaire sur le livre d’
Ian Kershaw

*…je m’adresse aujourd’hui à vous pour deux
raisons : 1. Que vous puissiez entendre ma
voix et sachiez que je ne suis pas blessé et
que je vais bien; 2. Mais aussi que vous soyez
au courant des détails d’un crime qui est sans
équivalent dans l’histoire de l’Allemagne.*
(extrait du discours de Hitler dans la nuit du 21
juillet 1944 dans LA CHANCE DU DIABLE de Ian
Kershaw, Flammarion 2009, num. 150 pages.)

LA CHANCE DU DIABLE raconte, au fil des heures, le déroulement de la célèbre OPÉRATION WALKYRIE lancée le 20 juillet 1944, alors qu’une bombe éclatait dans la tanière du Loup, le quartier général d’Hitler qui était sur place avec ses principaux généraux. On sait qu’à ce moment, Hitler était le seul obstacle qui empêchait de mettre fin à une guerre définitivement perdue pour l’Allemagne. Kershaw raconte comment cette opération, qui a eu un effet d’ouragan sur le Parti Nazi et l’Allemagne, a lamentablement échoué, s’étant enlisée dans un amalgame de malchance et de confusion. Mais si les conjurés ont été malchanceux, c’est que quelqu’un quelque part a été chanceux…l’histoire démontre en effet qu’Hitler a eu, dans les faits la chance du diable. Sa vengeance fût cruelle et sans appel…

Veine ou déveine?
*Entrer dans la conjuration contre Hitler, ou même
flirter avec elle, c’était mesurer, au fond de soi,
la distance qui vous séparait de vos amis, de vos
collègues, de vos camarades, entrer dans un
monde crépusculaire où les dangers étaient
immenses et s’isoler socialement, idéologiquement
et même moralement.*
(Extrait : LA CHANCE DU DIABLE le récit de l’opération
Walkyrie)

Ce livre raconte, presqu’en temps réel, les origines, l’organisation et le déroulement de la célèbre opération Walkyrie qui visait à assassiner Adolph Hitler le 20 juillet 1944 dans sa *tanière du loup*, c’est-à-dire son quartier général et par la suite réaliser un COUP D’ÉTAT qui devait en principe, permettre de négocier une capitulation honorable (car la guerre semblait irrémédiablement perdue pour l’Allemagne) et permettre une reconstruction de l’Allemagne.

C’est un livre crédible. S’il évoque principalement l’incroyable chance d’Hitler d’avoir échappé à autant de tentatives d’assassinat, dont celle de l’opération Walkyrie, (qu’Hitler s’en soit sorti alors qu’il était à peine à quelques mètres de la bombe tient pratiquement du miracle), le livre met aussi en perspective la malchance évidente des cerveaux de l’opération dont Von Stauffemberg et évoque aussi des faiblesses qui ne sont pas étrangères à l’échec de l’opération : de la confusion, de l’indécision de plusieurs membres de l’organisation (peut-être exacerbée par la crainte d’Hitler et des SS) et d’évidents problèmes de communication.

C’est un récit au rythme très élevé qui couvre tous les aspects de l’opération depuis les origines jusqu’à l’exécution des conjurés et qui m’a éclairé de façon satisfaisante relativement aux effets de Walkyrie sur l’évolution du nazisme et sur l’incroyable paranoïa qui caractérisait Hitler vers la fin de son règne. J’ajoute à cela plusieurs passages éclairants sur le contexte politique, humain et spirituel entourant Walkyrie.

La faiblesse évidente du livre réside dans une certaine étroitesse des mises en contexte et l’absence de référence : pas de prologue (il aurait été intéressant de voir par exemple quelles leçons les Allemands ont retenues de la première grande guerre, si leçons il y a), pas de bibliographie et pas d’organigramme, ni politique ni militaire. Je vous avoue que je me suis pas mal perdu dans l’extraordinaire complexité de l’organisation militaire allemande qui déborde d’innombrables généraux, de chefs d’état-major, de colonels et colonels généraux, de lieutenants aux multiples affectations et j’en passe…

Je vous recommande donc ce livre mais je vous avertis qu’il nécessite une certaine concentration. L’auteur étant un grand spécialiste accuse je crois un petit manque d’empathie envers le lecteur.

Enfin, il serait intéressant qu’un auteur éclairé bâtisse une uchronie à partir de Walkyrie. En effet, imaginez un instant que l’opération ait réussi…

Ian Kershaw est un historien, spécialiste de la seconde guerre mondiale et du nazisme, né le 29 avril 1943 à Oldha (Grand Manchester) en Angleterre. Il a écrit entre autres une biographie d’Hitler en deux tomes, considérée encore aujourd’hui comme une référence majeure sur le plan historique. Le principal argument de Kershaw sur l’installation de la dictature nazie repose sur le racisme confinant à la xénophobie, des dirigeants dénués de jugement, sur Adolph Hitler lui-même, en particulier sur son extraordinaire pouvoir charismatique… Au moment d’écrire ces lignes, Ian Kershaw est professeur d’histoire moderne à l’Université de Sheffield. Il est aussi membre de plusieurs sociétés honorifiques et historiques dont la BRITISH ACADEMY et la ROYAL HISTORICAL SOCIETY.

Adaptation au cinéma :
WALKYRIE

L’opération Walkyrie est brillamment reconstituée dans le film de Bryan Singer : WALKYRIE, sortie en 2009 avec Tom Cruise (qui incarne le colonel Von Stauffemberg)  à la tête d’une solide distribution dont Bill Nighy dans le rôle de Friedrich Oldbricht et Tom Wilkinson dans le rôle du général Fromm. L’adaptation est d’une précision historique et contextuelle fort intéressante. Je recommande de le regarder avant la lecture du livre, si celle-ci figure dans vos projets.

 

 

 

 

 

BONNE LECTURE
JAILU
JANVIER 2016

Laisser un commentaire

Votre courriel ne sera pas visible.

*

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

Current day month ye@r *