TOUS À ZANZIBAR

Éternelle hommerie

TOUS À ZANZIBAR

Tomes 1 et 2

Commentaire sur le livre de
JOHN BRUNNER

Jaime ce pays, et quand ils décomposeront
cet amour en un ramassis de facteurs
analysables par ordinateur, il ne restera rien
de ce qui fait la fiert
é d’être un homme.
(Extrait : TOUS À ZANZIBAR, John Brunner, Éditions
J’AI LU 1968, trad. Fr. Éditions Robert Laffont 1972,
Édition de papier, 412 pages tome 1, 410 pages t.2)

 

Il est important d’insister sur le fait que cette histoire a été écrite en 1968. Elle nous transporte au XXIe siècle à New-York, mais ça pourrait être aussi bien à Londres, Paris, Montréal…Une ville tout entière protégée par un dôme, mais parcourue de saboteurs qui détruisent et tuent pour le plaisir ; une ville régie par la technologie la plus raffinée, mais où l’émeute peut éclater à chaque détour de rue ; où la loi interdit de procréer si vous présentez la moindre tare, mais qu’est-ce qu’une tare ? Pour le savoir, pour tout savoir, il y a Shalmaneser, l’oracle électronique. C’est dans ce monde que tentent de vivre, liés par une amitié menacée, Donald Rogan, le Blanc et Norman House, l’Aframéricain. Deux hommes lucides qui se veulent encore libres. À moins que conditionnés, manipulés, ils ne soient plus déjà que des pions que l’on déplace sur l’échiquier d’une conspiration planétaire…

ÉTERNELLE HOMMERIE
*EXPLOSION DÉMOGRAPHIQUE : Évènement unique de
l’histoire humaine. C’est arrivé hier et tout le monde dit
que c’est pour demain.
(Extrait du lexique de la
délinquescence de Chad C. Mulligan, personnage créé par
Brunner qui publie son lexique en parallèle de l’histoire
principale.)
(Extrait : TOUS À ZANZIBAR, tome 2)

C’est une lecture à la fois fascinante et éprouvante. Voyons d’abord le côté fascinant, en ne perdant pas de vue que le livre a été écrit en 1968, son action se déroule en 2010 et au moment d’écrire ces lignes, nous sommes en 2019. Nous sommes donc en 2010. La surpopulation est telle que la pollution est hors de contrôle, que la tension sociale est soulagée à coup de tranquillisants, le contrôle des naissances est devenu une obsession, les libertés individuelles disparaissent une par une et pire encore, plusieurs pays ont adopté une *législation eugénique contre l’idiotie, la phénylcétonurie, l’hémophilie, le diabète, le daltonisme, rigoureusement appliquée.* (Extrait) La terre abrite maintenant une société paranoïaque et artificiellement oxygénée. À New York, la toute puissante société GT Corporation organise, avec l’aide de son superordinateur omniscient SHALMANEZER, rien de moins que l’achat d’un pays nord-africain. Il semble aussi que l’eugénisme soit appelé à se généraliser. L’humanité aurait un besoin urgent de se rebâtir.

Ce qui m’a le plus émerveillé dans cette œuvre est son aspect prophétique. Dans sa plume multidirectionnelle et parfois indisciplinée, une valeur intrinsèque de l’auteur, Brunner, sans nécessairement le savoir, comme tout bon visionnaire a mis en perspective de nombreux liens entre le monde qu’il décrit et notre propre évolution récente. Le caractère anachronique du récit confirme les qualités de Brunner comme futurologue. Par exemple, toujours dans cet ouvrage écrit en 1968, décrivant une époque proche de la nôtre, Brunner développe une société en effervescence affaiblie par la pollution qu’elle a elle-même engendrée, une société qui banalise l’homosexualité, marginalise la cigarette et tend vers la légalisation de la marijuana, développe de puissants stimulants sexuels, combat ce qui est devenu l’ennemi mondial numéro 1 : le terrorisme et utilise une espèce de *Google* qui, à toute fin pratique a atteint la perfection et qu’on appelle SHALMANEZER.

John Brunner, décédé en 1995 n’aura jamais su à quel point il décrivait avec une étonnante justesse notre société actuelle. Il n’y a pas de doute dans mon esprit, dans le cercle très restreint des écrivains visionnaires des XIXe et XXe siècle, on retrouve John Brunner, bien campé à la droite de Jules Verne, entouré de George Orwell et Arthur C. Clarke.

Et maintenant le côté éprouvant de cette lecture, c’est son caractère multidirectionnel et ses formes narratives au nombre de quatre. Quatre canaux d’expression qui s’imbriquent les uns dans les autres et qui éliminent la possibilité de s’accrocher à un fil conducteur. Un de ces canaux donne la parole à un sociologue fictif, Chad C. Mulligan qui vient donner un poids non négligeable au propos de l’auteur mais qui fait parfois diversion. Les formes narratives sont éclatées, Deux d’entre elles sont bourrées d’ellipses, de sous-entendus, de propos allusifs, de paragraphes inachevés. Les règles narratives sautent. Il semble que c’est une caractéristique de l’auteur dont j’ai déjà lu LE TROUPEAU AVEUGLE, paru en 1972 et qui décrit un monde étouffé par la pollution. Là aussi, construction narrative bizarroïde, développement de plusieurs arguments par l’absurde. Pas toujours facile et pourtant génial au bout du compte. LE TROUPEAU AVEUGLE et TOUS À ZANZIBAR ne sont pas liés et peuvent donc être lus indépendamment mais au début des années 1970, on aurait pu appliquer un slogan publicitaire commun aux deux ouvrages : *LE XIXe siècle comme si vous y étiez*.

Si vous réussissez à surmonter les fantaisies narratives de l’auteur, vous allez comprendre très vite pourquoi TOUS À ZANZIBAR est rapidement devenu un des plus importants ouvrages d’anticipation du XXe siècle. Il a d’ailleurs remporté en 1969 le prix HUGO, une des plus prestigieuses reconnaissances littéraires de la science-fiction. C’est une œuvre majeure de la SF. J’ai dit plus haut que la trame est multidirectionnelle, j’ajouterais que le tout est multidisciplinaire et anti-disciplinaire. John Brunner le dit lui-même d’ailleurs : TOUS À ZANZIBAR est un non-roman. Je le rappelle, ce n’est pas une lecture facile, mais bien au-delà de sa construction littéraire, l’ouvrage est tout simplement génial et demeure toujours aussi pertinent même à la vitesse avec laquelle le temps s’écoule.

TOUS À ZANZIBAR, une belle lecture très sortie des sentiers battus.

Note : pour en savoir plus sur l’eugénisme, cliquez ici.

John Kilian Houston Brunner (1934-1995) écrivain britannique de science-fiction a connu vraiment la consécration en 1969 alors qu’il recevait le prix Hugo et le British SF award pour son livre TOUS À ZANZIBAR devenu un grand classique de la science-fiction. Il a aussi connu un grand succès en 1970 avec L’ORBITE DÉCHIQUETÉE, récipiendaire du British SF award. Il a écrit plus d’une quarantaine d’ouvrages. Une de ses grandes préoccupations était de dépeindre l’humanité au 21e siècle mettant en perspective la portée et les conséquences des progrès technologiques avec un maximum de justesse

Pour lire mon commentaire sur LE TROUPEAU AVEUGLE volumes 1 et 2 de John Brunner, cliquez ici .

BONNE LECTURE
Claude Lambert
Le samedi 5 décembre 2020

Laisser un commentaire

Votre courriel ne sera pas visible.

*

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

Current day month ye@r *