AGRIPPA

Un livre infernal

AGRIPPA
Le livre noir

Commentaire sur le livre de
MARIO ROSSIGNOL
et
JEAN-PIERRE STE-MARIE

*Il nest pas question de magicien ou de sorcier.
Il est question de l’éternelle lutte du bien contre
le mal. De la lumière contre les ténèbres. Le mal
peut adopter la forme de nombreux visages. Et
celui de l’homme est un de ses préférés.
(Extrait :  AGRIPPA Le livre noir, Mario Rossignol,
Jean-Pierre Ste-Marie, les éditions Michel Quintin,
2006, édition de papier, 350 pages)

1925 : Un mystérieux médecin du nom de William Black tente de s’emparer d’un exemplaire de l’Agrippa, grimoire maléfique signé par le diable et enfermé depuis 1855 dans le mausolée de l’église St.Mathew. La libération de l’Agrippa aurait des conséquences désastreuses pour les habitants de Sainte-Clothilde-de-Chateauguay. Pour éviter que le livre infernal ne se retrouve entre les mains de William Black, l’évêché de Valleyfield envoie d’urgence un prêtre aux dons pour le moins particuliers… car pour empêcher le mauvais sort de se répandre dans la campagne québécoise, l’Agrippa doit reprendre sa place dans les profondeurs de la crypte.

UN LIVRE INFERNAL
< L’Agrippa avait fait le malheur des siens
pendant des décennies. Et cette nuit,
même enterré dans l’église St. Matthew,
il ravissait la vie de son père et détruisait
la sienne. >
(Extrait : AGRIPPA le livre noir)

C’est un autre livre ayant comme toile de fond l’éternelle dualité entre le bien et le mal. Malgré tout, il a retenu toute mon attention car les auteurs ont trouvé le moyen d’être originaux, intenses et d’avoir tout mis en œuvre pour surprendre le lecteur. Si le début de l’histoire est lent, à l’image de la vie campagnarde québécoise des années 1920, le récit nous réserve une finale époustouflante qui n’est pas sans rappeler le film LE CORBEAU de Roger Corman qui adapte au cinéma la nouvelle d’EDGAR ALLAN POE. J’y reviens plus loin. Je veux dire ici que tout ce qui se dégage du récit de mystérieux, surnaturel incluant la maîtrise d’une science qui va au-delà de toute compréhension me rappelle Edgar Poe et la façon singulière qu’il avait de mystifier le lecteur.

L’histoire raconte l’inévitable rencontre entre le curé Laberge, un prêtre formé pour affronter les manifestations du mal, et le docteur William Black dont le seul objectif est de s’emparer de l’Agrippa : un livre énorme, de la taille d’un homme, mû par une force *élémentale*, c’est-à-dire, dans le cas de l’Agrippa, des forces sombres de l’univers liées à l’enfer…*Je suis l’Église du Diable, le sanctuaire du mal en ce monde, je suis la porte par laquelle le malheur arrive* (Extrait) Au départ, l’Agrippa est en dormance dans la crypte de l’église Sainte-Clothilde. Black veut s’en emparer et s’en nourrir pour devenir le maître du mal et asservir l’homme. Laberge veut maîtriser Black et détruire l’Agrippa. Ça donnera lieu à un combat dans lequel les incroyables forces libérées sont innommables et deviennent rapidement hors de contrôle.

Dans la version LE CORBEAU de 1963 réalisée par Corman, on assiste à un duel extraordinaire entre le mage noir incarné par Boris Karloff et le mage blanc incarné par Vincent Price. Pour les moyens de l’époque, c’était magnifiquement réussi. Le lien m’a semblé aller de soi car Black et Laberge ont la même maîtrise des éléments, la même volonté de vaincre mais de toute évidence, il y en a un qui est mal préparé. Je n’en dis pas plus mais le combat entre les deux forces primaires est particulièrement bien ficelé…*Celui qui n’est pas préparé au grand livre noir peut se voir conduit à la folie, ou tout simplement à l’anéantissement total, car toute la fureur et tout le feu de l’enfer couvent dans ses pages.* (Extrait)

Donc j’ai aimé cet ouvrage pour ses rebondissements mais aussi pour la beauté de son écriture. Elle est tranchante, mais son vocabulaire est très étendu et elle magnifie l’érudition, en particulier l’histoire. Les auteurs n’hésitent pas non plus à donner la parole à des monstres sacrés de la littérature… : *Et la terre est au soleil ce que l’homme est à l’ange (Victor Hugo 1802-1885)* Ils citent aussi Saint-Augustin pour donner l’heure juste sur nos croyances… : *Les miracles ne sont pas une contradiction de la nature, ils sont simplement une contradiction de ce que nous savons de la nature. Saint-Augustin (354-430)* Et comme j’ai senti l’influence d’Edgar Allan Poe dans L’atmosphère éthérique du récit, il ne faut donc pas se surprendre de trouver une citation de Charles Baudelaire. Dans ce livre, ce ne sont pas les citations qui manquent…Victor Hugo, Paracelse, Sainte Beuve, Théophile de Viau, Machiavel et même Roosevelt. Toutes les citations sont insérées de manière à illustrer et enrichir le propos. J’ai remarqué que les auteurs utilisent beaucoup le latin. Ça donne l’impression que le curé Laberge veut impressionner avec son savoir étendu. Ça fait un peu pompeux et c’est irritant. Quoiqu’il en soit, mon attention reste focalisée sur l’action et l’intrigue. C’est ce qui compte.

Donc ce livre m’a plu. J’y ai senti de l’émotion, de l’urgence. La première moitié du récit pourrait décourager des lecteurs car il y a des longueurs, le rythme est plus lent mais accrochez-vous au fil conducteur qui est clair et solide car dans la deuxième moitié du récit, vous ne verrez pas le temps passer. Les personnages principaux sont bien travaillés et bien sûr, je suis sensible au fait que l’intrigue se déroule dans une région du Québec et le caractère surnaturel de l’histoire y est inséré de façon intelligente. Très bon concept en général. Tout est en place pour la suite. C’est toute la série qui est prometteuse. C’est une très bonne lecture.

(Photo : INFOSuroit.com)

Mario Rossignol et Jean-Pierre Sainte-Marie, deux cousins natifs de Sainte-Clotilde-de-Chateauguay, ont toujours adoré la lecture. Leur fascination pour l’histoire, la théologie et le fantastique leur a permis d’écrire Agrippa, leur tout premier roman qui deviendra une véritable saga. Attiré spécialement par la théologie, Mario Rossignol lira la bible en entier. Il s’intéressera en particulier aux prophéties dont bien sûr l’apocalypse de Jean. Jean-Pierre Sainte-Marie, détenteur d’un certificat en création littéraire est plutôt passionné par les romans historiques et voyage beaucoup. L’association des deux passions donneront naissance à cette passionnante série qu’est AGRIPPA.

LA SUITE

         

         

 BONNE LECTURE
Claude Lambert
le dimanche  août 2020

PARIS BRÛLERA-T-IL ?

Un bon tourne-page

PARIS BRÛLERA-T-IL ?

Commentaire sur le livre de
ÉRIC ROBINNE

*Il lut le message qui était inscrit à l’écran et crut
aussitôt à une plaisanterie. Il le relut…Dune détente
subite, il se rejeta dans son fauteuil qui recula sur ses
roulettes. Maurice n’
en croyait pas ses yeux. Ce n’était
plus de la stupéfaction
qui lanimait mais une crainte
violente
une onde de peur venait de lenvahir !
(Extrait : PARIS BRÛLERA-T-IL ? Éric Robinne, Éditions AO,
2017, édition numérique et papier, 375 pages)

Le 11 septembre 2009…La date n’est pas choisie au hasard par le mystérieux groupe M3W pour adresser par mail un ultimatum au Président de la république, Nicolas Sarkozy. Si les conditions posées ne sont pas respectées, Paris pourrait bien brûler d’ici quelques jours. Donc, sans le savoir, des milliers de parisiens sont au bord de la catastrophe. Ce roman met en scène un personnage devenu récurrent dans l’œuvre d’Éric Robinne, le lieutenant Mathieu Guillaume et son enquête s’annonce corsée…une enquête du genre *course contre la montre*…

 

UN BON TOURNE-PAGE
*Sarkozy lut le texte, les sourcils froncés…
Ses interlocuteurs attendaient en retenant
leur souffle qu’il leur en dise plus. Il
redressa la tête et afficha un sourire jaune.
La nouvelle devait être mauvaise.*
(Extrait : PARIS BRÛLERA-T-IL ?)

PARIS BRÛLERA-T-IL est un roman-catastrophe écrit dans la tradition du *page turner* (tourne-page), c’est-à-dire un livre dont on a pas envie d’abandonner la lecture : chapitres très courts, rythme très élevé, intensité dramatique allant crescendo, sujet lié à l’actualité sous le thème du terrorisme et participation de têtes chaudes de la politique française au moment de l’écriture du livre, comme le président de la république, Nicolas Sarkozy dont l’auteur confirme le sale caractère et le côté un peu gauche. Un autre point intéressant : c’est la première fois que je lis Éric Robinne mais je sais, pour avoir lu sa petite histoire que le lieutenant Mathieu Guillaume est un personnage récurrent de son œuvre. L’ombrageux policier est de retour dans PARIS BRÛLERA-T-IL.

Le point fort du récit est certainement l’intensité du drame vécu par le milieu policier à défaut du public puisqu’on réussit péniblement à garder secrète l’information, à savoir la destruction imminente de Paris : *Écoutez-moi bien ! Nous sommes peut-être le dernier rempart qui protégera cette ville et sa population. Le temps joue contre nous et nous n’éviterons probablement pas les premiers décès…Cela me parait impossible. Mais nous avons cinq jours pour trouver ce fils de pute et pour empêcher un massacre général. Je ne sais pas ce que nous allons vivre au cours de ces jours maudits…la seule chose dont je sois sûr, c’est que nous allons nous serrer les coudes et qu’ensemble nous allons résoudre cette équation. * (Extrait)

L’autre point fort du récit est son lien avec la grande actualité. Le sujet n’est pas tellement original en soi mais l’histoire est plausible et son développement vient nous rappeler qu’il n’y a pas grand-chose pour arrêter un individu ou un groupe réellement décidé à semer la terreur, déstabiliser, tuer. À ce sujet, les évènements du 11 septembre 2001 hantent toujours la planète et l’auteur ne manque aucune occasion d’établir un lien avec cette tare de l’histoire. L’auteur a travaillé davantage les personnages qui organisent la destruction de Paris avec une froideur, une indifférence à la vie humaine et un savoir-faire qui ébranle le lecteur. L’ajustement du récit avec l’actualité a un effet un peu hypnotique et même addictif car si des avion-kamikazes peuvent détruire des gratte-ciel de 80 étages, un génie du mal peut bien subtiliser une petite bombe nucléaire aux russes et l’amorcer où ça leur chante. En résumé, le rythme très élevé de la chaîne d’évènements capte et retient l’attention du lecteur qui ne pense qu’à une chose, tourner la page pour connaître la suite.

Ce qui m’a le plus déçu dans ce livre est sa finale. Elle m’a refroidi pas à peu près. Je ne peux évidemment pas dire de quoi il s’agit mais je l’ai trouvé expédiée et bâclée. Les opinions émises sur le livre de Robinne n’en font à peu près pas mention. Peut-être le lectorat a-t-il jugé qu’il n’était pas nécessaire d’aller plus loin. L’équilibre était atteint, c’est ce qui compte. Peut-être…peut-être suis-je trop dur, mais quand on en est rendu à se demander qu’est-ce qui arrive avec la bombe, qu’est-ce qui arrive avec Sarkozy qui semble disparaître de la circulation. Pas vraiment d’explications, de résultats d’enquête mais évidemment beaucoup de congratulations, de tapes dans le dos, de nominations, de départ à la retraite et le sommet de l’ordinaire : l’annonce d’un mariage…*policier*… je n’ai pas compris ce choix de l’auteur qui m’a donné l’impression d’avoir été au bout de son inspiration à quelques pages de la fin. Je n’ai pas compris non plus le choix du titre PARIS BRÛLERA-T-IL qui, à mon avis, manque passablement d’imagination.

Peut-être dois-je mettre de côté cette déception et garder en mémoire que j’ai passé un bon moment de lecture presque ininterrompue… que j’ai apprécié les rebondissements, les revirements de situation, l’imagination déployée par l’auteur dans le projet des terroristes qui sont, je le rappelle, complètement dénués de sentiments. Le livre vaut la peine d’être lu. C’est au lecteur ou à la lectrice d’imaginer la meilleure finale possible. La balance penche davantage pour un peu plus que la note de passage.

Né en 1955 à Rouen, Éric Robinne est marié. Il a trois enfants et autant de petits-enfants. Ingénieur agricole, il accomplit son service national comme coopérant au Gabon. Par la suite, il dirige une entreprise de restauration collective avant de devenir responsable administratif de restaurants à Paris. Un jour, son fils lui demande s’il serait capable de lui écrire un scénario…ainsi nait le premier roman d’Éric Robinne: LE SILENCE DES LOUPS qui s’est vendu à 100,000 exemplaires. Devenu accro à l’écriture, il a publié plusieurs ouvrages par la suite dont JEUX FATALS en 2016, OPÉRATION DIAMANT NOIR en 2015 et bien sûr PARIS BRÛLERA-T-IL en 2017.

BONNE LECTURE
Claude Lambert
Le samedi 8 août 2020

X FILES Les nouvelles affaires non classées

parties 1 et 2

X-FILES LES NOUVELLES AFFAIRES NON CLASSÉES
première et deuxième partie (version audio)

Commentaire sur l’œuvre de
JOE HARRIS, CHRIS CARTER et
DIRK MAGGS

*Alors…! c’est pas bon chef…j’ai sécurisé tous les accès, mais j’ai toujours une longueur de retard. –Vous êtes certain que ça ne peut pas être un virus ? Non…c’est une attaque, menée de l’extérieur du FBI. (Extrait : X-FILES LES NOUVELLES AFFAIRES NON CLASSÉES, 1ère partie, Joe Harris, Chris Carter, Dirk Maggs , Audible studios éditeur 2018. Durée d’écoute : 4 heures 4 minutes et 3 heures 42 minute. Narrateurs : Georges Caudron, Danièle Douet,  Jacques Brunet,  Sylvain Agaësse,  François Tavares,  François Hatt , Jean-Christophe Lebert, Pascale Chemin, Sophie Riffont)

RÉSUMÉ :
LIVRE 1
Une brèche dans la base de données du siège du FBI permet à un groupe d’inconnus d’accéder aux dossiers du service des affaires non classées, aussi connu sous le nom de “the X-Files”. Alors que des personnes que l’on croyait disparues depuis longtemps commencent à réapparaître inexplicablement, les anciens agents Scully et Mulder sont conduits à reprendre du service. Ils doivent alors affronter une série d’événements qui laissent à penser que la menace qui se profile est bien plus terrible que toutes celles qu’ils ont déjà affrontées.
Livre 2
Mulder et Scully ont officiellement repris du service mais se retrouvent plus que jamais confrontés à d’étranges incohérences paranormales dans cette suite d’ X-Files : Les nouvelles affaires non classées.
Alors qu’ils pensaient le Syndicat démantelé, une menace bien plus importante se présente à eux : les membres de l’organisation refont surface et semblent répondre aux ordres de quelqu’un – ou quelque chose – dont les moyens et les intentions représentent une véritable menace pour le sort de l’humanité. Alors que ceux qu’ils pensaient être leurs ennemis deviennent des alliés inespérés, Mulder et Scully sont confrontés à de nombreuses trahisons. Ils jouent contre la montre pour démêler le vrai du faux et résoudre ces affaires non-classées qui ne cessent de ressurgir.

X-FILES : UNE MYTHOLOGIE
*Regardez…c’est la jeune fille…Comment c’est possible
de survivre à un truc pareil ? Elle n’est même pas blessée
en plus…Ça va mademoiselle ? Certains ont fui mais
vous êtes restés…*
(Extrait 2e partie)

C’est encore pour moi une très belle expérience omnisonore avec un excellent jeu des comédiens et des voix bien modulées. Cette production vient réactualiser la série X-FILES qui a été diffusée pendant plus de 10 ans sans compter les reprises, une longévité suffisante pour conférer à la série le titre d’institution. La série commence en force par une attaque du serveur ultra-secret des fichiers d’affaires non-classées du FBI qui donne le ton aux épisodes qui ne laissent aucun répit aux auditeurs-auditrices. Ces deux livres audios nous font passer par toute une gamme d’émotions issues du paranormal, le thème qui est la raison d’être de X-FILES. C’est ainsi que sont réactualisés des sujets qui ont fait le délice des téléspectateurs et qui sont développés ici assez efficacement avec une attention particulière sur le caractère immersif: polymorphisme, abduction, télékinésie, clonage, télépathie sans oublier évidemment la menace extra-terrestre et le fameux complot qui consiste à cacher au monde la présence extra-terrestre, complot qui semble décrié dans la série. Aussi, les inconditionnels d’X-FILES ont la chance de renouer avec l’énigmatique homme à la cigarette, imitation parfaite du traditionnel homme en noir. Il a une particularité qui donne tout son sens à la série : il connait la vérité que cherche Fox Mulder et il protège ce secret.

Il faut écouter l’œuvre avec une attention soutenue car à cause du polymorphisme et du clonage on ne sait plus à qui se fier. Cet aspect du livre représente un défi intéressant pour le lecteur. Vous douterez même des héros, Mulder et Scully. Même des ennemis peuvent devenir des amis inespérés. La trahison menace les agents. Tout cela porte un peu à confusion. Il est intéressant de voir comment se démènent Mulder et Scully pour éradiquer une menace qui plane sur le monde. Le texte est bien développé, le mystère savamment entretenu, la performance des comédiens très bonne, le rythme est élevé, parfois époustouflant.

Je dois dire que cette œuvre ne réinvente pas le genre. Elle est tout à fait conforme à la télésérie. Elle ne tranche donc pas par son originalité et ce n’est pas ce que moi, je cherchais de toute façon. Je cherchais ce que m’a procuré par exemple ALIEN-LA SORTIE DES PROFONDEURS de Tim Lebon (audio), un peu d’intrigue, mais du mystère surtout et du frisson. Une création omnisonore a du succès dans la mesure ou elle réussit à créer dans notre esprit, les images qu’elles suggèrent. À ce titre, l’œuvre est presque hallucinante. Du cinéma sans image…seulement le son…bourré d’effets spéciaux, des enchaînements rapides de dialogue, la musique et l’omniprésence du thème musical de X-FILES, fantomatique, un peu glauque qui entretient cette touche de surnaturel et d’obscurité devenue la marque de commerce d’X-FILES.

Il n’y a pas beaucoup de faiblesses dans ce que j’ai entendu, gagné d’avance par les voix de Georges Caudron et Danielle Douet. Une petite faiblesse et encore c’est discutable, est que les deux livres audios ne proposent rien de neuf mais j’admets qu’on ne peut pas éternellement réinventer un genre. Enfin, lorsqu’il y a une baisse de rythme, les dialogues deviennent plus déclamés et rappellent un peu le ton de théâtre et encore là, l’homme à la cigarette vient compenser. J’ai toujours été attiré par le caractère hermétique du personnage et subjugué par sa voix très particulière…la voix de Jacques Brunet.

Je recommande chaudement X-FILES. LES NOUVELLES AFFAIRES NON-CLASSÉES pour retrouver les justiciers du surnaturel Fox Mulder et Dana Scully.

LES AUTEURS

        

À gauche : Joe Harris, au centre : Chris Carter, à droite : Dirk Maggs pour l’adaptation

   LES MAÎTRES NARRATEURS

    

George Caudron (à gauche) est la voix française de Fox Mulder incarné par David Duchovny. Danielle Douet (À droite) est la voix française de Dana Scully incarnée par Guilian Anderson.

Bonne écoute
Claude Lambert
Le dimanche 2 août 2020