LA FORTERESSE NOIRE

Quelque chose tue mes hommes

LA FORTERESSE NOIRE

Commentaire sur le livre de
F. PAUL WILSON

*Une forme se dessina dans le noir. Cuza reconnut
immédiatement les yeux et le visage. Puis le corps
tout entier devin visible. Devant lui se dressait le
corps d’un géant : il devait mesurer un bon mètre
quatre-vingt-quinze…puissance, décadence,
arrogance- tout y était…*
(Extrait, LA FORTERESSE NOIRE, F. Paul Wilson,  Presses
de la Cité, collection Terreur, 1981, t.f. 1982, éd. Num.)

1941 : le quartier général des armées du troisième Reich reçoit un mystérieux message du capitaine Woermann, expédié depuis la Roumanie, et plus précisément d’une antique forteresse de Transylvanie : *QUELQUE CHOSE EXTERMINE MES HOMMES*. Aussitôt, un homme de fer, le major SS Kaempffer est dépêché sur les lieux. Peut-être pour la première fois de sa vie, le major découvrira la peur en apercevant les cadavres déchiquetés. Chaque nuit, une nouvelle victime est découverte, gorge sectionnée et les SS n’y peuvent rien.  On soupçonne l’œuvre d’un vampire. Kaempffer appelle en renfort un archéologue et sa fille initiés tous deux aux sciences interdites. C’est alors que s’amorce un combat aux dimensions démesurées.

QUELQUE CHOSE TUE MES HOMMES !
* Cuza ne put rien ajouter. Sa voix se brisa et il
s’agrippa aux bras du fauteuil. C’était
impossible! Cette créature des ténèbres
reculait devant la croix et devenait furieuse
à la seule mention du nom de Jésus-Christ.*
(Extrait : LA FORTERESSE NOIRE)

Encore une histoire de vampire allez-vous me dire? Oui et non. En fait je vous laisse le plaisir de partir à la découverte d’une hypothèse originale relative à l’origine des vampires. Ceci dit, LA FORTERESSE NOIRE est incontestablement une histoire de surnaturel.

Bien que j’aie décelé assez rapidement quelques irritants, le récit a un certain cachet original. En effet, il est assez rare en littérature qu’une histoire à caractère surnaturel ait comme toile de fond la deuxième guerre mondiale et spécialement quand les victimes sont essentiellement des soldats allemands. Eh oui, dans un mystérieux donjon au passé indéfini servant de base d’observation aux allemands, quelque chose tue les hommes, un par un, en moyenne un par nuit. Un SS enquête, aidé d’un éminent professeur et de sa fille et je suis finalement passé d’un rebondissement à l’autre.

Dans ce roman très sombre, le décor est planté rapidement. Le développement est rapide, le lecteur est emporté et l’horreur est omniprésente. Il peut être moralement satisfaisant pour certains lecteurs de sentir la souffrance et la mort de soldats SS et nazis victimes du mal à l’état pur dont ils ont été eux-mêmes de parfaits symboles, mais l’auteur a fait preuve d’une retenue salutaire en évitant les artifices et la caricature qui auraient nuit à la crédibilité de l’ensemble. Comme je l’ai dit, il y a beaucoup de rebondissements, de revirements inattendus et j’ai eu la surprise de quelques coups de théâtre.

J’ai trouvé toutefois presque comique l’insertion d’une histoire d’amour entre Glenn qui, comme vous le verrez, surgit de nulle part et Magda, la fille du professeur. L’atmosphère du roman est tellement oppressante qu’une amourette s’y insère assez mal. À ce niveau, j’ai trouvé la plume timide…le genre de liaison qui donne l’apparence d’un intermède…enfin, c’est l’impression que j’ai eue.

J’ai été un peu plus déçu par la finale. Elle m’a semblé rapide, bâclée, expédiée. La conclusion est tellement tirée par les cheveux que j’ai eu l’impression que l’auteur avait hâte d’en finir. Je veux préciser toutefois que ces irritants sont très surmontables car le récit m’a tenu en haleine. Ce livre conviendra parfaitement aux amateurs de frissons, de gore et de scènes effrayantes génératrices de cauchemars. Cette histoire est d’autant intéressante qu’elle pousse à la réflexion principalement sur la notion du mal absolu et ses manifestations et accessoirement sur la folie.

Une histoire assez bien réussie à l’atmosphère lugubre…parfait pour les amateurs de drames fantastiques ou ceux qui veulent en faire l’essai…

Francis Paul Wilson est un écrivain américain né en 1946 dans le New-Jersey. son livre LA FORTERESSE NOIRE qui l’a rendu célèbre par son originalité et son caractère fantastique. Son livre LA TOMBE publié en 1984 avec l’apparition de son personnage fétiche confirme sa parfaite maîtrise littéraire de l’horreur et du fantastique. Il a écrit aussi plusieurs thrillers dont MORT CLINIQUE. Il s’est aussi signalé avec LE TESTAMENT MAUDIT publié chez Fleuve Noir en 2004. Francis Paul Wilson a reçu en 2015 un prix PROMETHEUS spécial pour l’ensemble de son œuvre. Le prix récompense la meilleure œuvre de science-fiction qui prône la liberté individuelle comme un droit naturel.

LA FORTERESSE NOIRE a été adapté au cinéma en 1983 par la Paramount Pictures. Le film a été réalisé et scénarisé par Michael Mann d’après le roman de Francis Paul Wilson. Le titre original en anglais est THE KEEP.  Il est sorti en France en 1984 sous le titre LE DONJON. Malgré une excellente distribution (Scott Glenn, Ian McKellen, Gabriel Byrne) et la musique de Tangerine Dream, le film a rencontré un accueil négatif et fut considéré comme un échec commercial. À ma connaissance, il n’est jamais sorti en dvd. Le but du réalisateur était d’exploiter la nature philosophique du livre de Wilson pour pousser à la réflexion sur le mal absolu.

BONNE LECTURE
JAILU/Claude Lambert
Le dimanche 26 août 2018


LA DISPARITION DE MICHEL O’TOOLE

L'ÉNIGMATIQUE 389

LA DISPARITION DE MICHEL O’TOOLE
recueil de nouvelles

Commentaire sur le collectif québécois
réalisé sous
la direction littéraire de
TRISTAN MALAVOY-RACINE

*Puis un deuxième regard, juste à côté.
Et un troisième, non loin derrière. Un
nouveau tour sur moi-même achève de
me terrifier : on m’encercle.*
(Extrait : LE NORD MAGNÉTIQUE, Tristan
Malavoy, COLLECTIF «LA DISPARITION DE
MICHEL O’TOOLE» Les Éditions XYZ, 2015,
numérique, 278 pages)

LA DISPARITION DE MICHEL O’TOOLE est un collectif québécois de nouvelles traitant d’une seule et même histoire fictive. D’après une idée originale et sous la direction littéraire de Tristan Malavoy-Racine qui fait partie du collectif, huit auteurs québécois ont relevé le défi d’expliquer, chacun à sa façon,  la disparition de Michel O’Toole à partir du postulat suivant :
Un journaliste québécois originaire d’Irlande du Nord et installé au Québec depuis 2002, Michel O’Toole disparaît sans laisser de traces en mai, alors qu’il roulait à moto sur la route 389 reliant Fermont à Baie-Comeau. L’enquête policière n’a rien donné. «Comment peut-on ainsi s’évanouir dans la nature sans laisser la moindre trace?» Huit auteurs, huit points de vue, huit argumentaires différents. Une fascinante expérience littéraire.

LES NOUVELLES :

INTERMÈDE de Deni Béchard
AMIS D’ENFANCE de Chrysrine Brouillet
À HAUTEUR DES YEUX de Stéphanie Pelletier
LE NORD MAGNÉTIQUE de Tristan Malavoy
MICHEL O’TOOLE N’EXISTE PAS de Perrine Leblanc
ENTRE CIEL ET CRATÈRE de Mathieu Laliberté
À LA DOUCE MÉMOIRE DE MICHEL O’TOOLE de Daniel Bélanger
TERRITOIRES de Patrick Sénécal

L’ÉNIGMATIQUE 389
*2 juin, route 389, kilomètre 323
Je suis sur la route du retour. Le corps de Michel
se trouve derrière moi, dans le camion
réfrigéré de la SQ. Je présume qu’il est mort
d’une simple crise cardiaque et qu’un corbeau
ou un renard roux a grugé son cadavre et puis
c’est tout.*
(Extrait : ENTRE CIEL ET CRATÈRE, Mathieu Laliberté,
du collectif LA DISPARITION DE MICHEL O’TOOLE)

Dans ce livre donc, vous l’avez compris, huit auteurs planchent sur LA DISPARITION DE MICHEL O’TOOLE…huit auteurs sur le même thème, la même fiction…le même principe que celui appliqué au projet littéraire de Richard Migneault CRIME À LA LIBRAIRIE dont j’ai déjà parlé sur ce site.

J’ai trouvé le recueil intéressant quoique je me balance un peu dans une espèce d’ambivalence, comme si je m’attendais un peu à autre chose. En fait, dans ce collectif, le mystère plane beaucoup plus sur la VIE de Michel O’Toole que sur sa DISPARITION. Ça donne à l’ensemble un petit caractère mystique parfois agaçant. Bien sûr, on peut bien aligner 20 lecteurs et avoir 20 interprétations différentes. Moi, ça ne m’a pas impressionné.

Toutefois, plusieurs éléments m’ont plus. Par exemple j’étais heureux de renouer avec Maud Graham, la célèbre enquêtrice québécoise créée par Chrystine Brouillet et dont j’ai fait la connaissance dans LE COLLECTIONNEUR. J’ai trouvé la nouvelle de Patrick Sénécal particulièrement intéressante car il fait évoluer Michel O’Toole dans une espèce d’univers parallèle où il doit faire un choix parmi huit chemins à emprunter, chaque chemin portant le prénom d’un auteur du Collectif. Cette nouvelle étant la dernière du livre, ça évoque bien sûr une rétrospective de l’ensemble. Je souligne en passant qu’ayant vécu moi-même plus de 30 ans sur la Côte-Nord, j’estime que tous les auteurs ont magnifiquement dépeint l’aura qui entoure la périlleuse route 389.

Mon coup de cœur va au texte de Tristan Malavoy avec un fil conducteur clair, sans faille. Tout le développement aboutit sur un choix à faire. La finale est imprévisible. Deux petites déceptions en particulier : le texte de Mathieu Laliberté qui souffre d’un peu d’errance avec des extra-terrestres et du mysticisme. Denis Béchard lui a choisi de morceler son texte en <intermèdes> séparant ainsi chaque récit. L’idée est originale sauf que Béchard fait parler l’esprit d’O’Toole dans ce que j’appellerais un petit voyage introspectif. La plume est plus complexe et le fait de disséminer le texte un peu partout dilue sa compréhension et amène une certaine perte d’intérêt.

L’idée de base étant de permettre à des auteurs de rivaliser d’imagination dans le développement d’un seul et même thème est intéressante et sûrement stimulante pour eux. Je vois ici deux types de lecteur : celui qui est emballé par l’exploration de différentes visions d’un même postulat et celui lassé par le caractère répétitif de l’ensemble et qui a l’impression de passer de Michel O’Toole à Michel O’Toole. Ça ne vous avancera peut-être pas beaucoup mais je suis entre les deux.

Je recommande ce livre parce que le talent des auteurs fait pencher la balance du bon côté.

Natif de Sherbrooke, Tristan Malavoy est un véritable homme-orchestre. Il a publié des poèmes, des nouvelles, a fait paraître deux disques. Il a aussi connu et mis en scène des spectacles où la littérature côtoie la musique. Comme parolier, il a collaboré avec plusieurs artistes dont Ariane Moffat, Catherine Durand et Gilles Bélanger. Pendant une dizaine d’années, Tristan Malavoy a dirigé les pages littéraires de l’hebdomadaire VOIR, a signé une chronique littéraire de 2009 à 2014 à Télé-Québec. Au moment d’écrire ces lignes, il signe la chronique ARTS ET CULTURE du magazine L’ACTUALITÉ et dirige la collection QUAI NO 5 aux éditions XYZ. Il a publié chez Boréal un premier roman : LE NID DE PIERRE. Enfin, il a dirigé le projet littéraire LA DISPARITION DE MICHEL O’TOOLE.

BONNE LECTURE
JAILU
Le dimanche 19 août 2018


VIOLENCE À L’ORIGINE

Un tueur hors-norme

VIOLENCE À L’ORIGINE

Commentaire sur le livre de
MARTIN MICHAUD

*Valeri poussa une plainte horrible. Un cri
bestial, à glacer le sang. Le cri d’un animal
blessé qui sait d’instinct que la mort gagne
du terrain et que, cette fois, il n’y aura pas
de dérobade.*
(Extrait : VIOLENCE À L’ORIGINE, Martin Michaud,
Les Éditions Coup d’œil, 2016, papier, 475 pages.)

La tête d’un haut-gradé du Service de Police de la Ville de Montréal est retrouvée dans un conteneur à déchet. L’assassin qui pourrait être un tueur en série froid et sans pitié laisse un message clair : d’autres têtes pourraient rouler. L’enquête est confiée au Sergent-détective Victor Lessard, policier tourmenté par son passé, personnage récurrent de l’œuvre de Michaud dont j’ai déjà parlé, (voir LA CHORALE DU DIABLE) Victor forme une équipe dans laquelle on retrouve entre autres, la redoutable Jacinthe Taillon. Victor devra affronter encore une fois ses démons pour arrêter le tueur et résoudre le mystère d’une horrible toile qui semble inextricable et qui pourrait bien capturer son corps et son âme…

Un tueur hors-norme
*On dit que l’humain est la seule créature
du règne animal qui prend plaisir à tuer
ses congénères. On voudrait nous faire croire
le contraire, mais il s’agit précisément là de la
nature humaine*
(Extrait : VIOLENCE À L’ORIGINE)

C’est la troisième fois que je parle de Martin Michaud. Certains se rappelleront peut-être le commentaire assez favorable que j’ai publié le 30 aout 2015 sur son livre LA CHORALE DU DIABLE, et un autre commentaire que j’ai publié le 24 janvier 2016 sur le recueil de nouvelles CRIMES À LA LIBRAIRIE, dans lequel Michaud publie un texte très intéressant : UNE LONGUE VIE TRANQUILLE. Il semble que Martin Michaud soit devenu un incontournable, ce que confirme les milieux littéraires québécois et même la francophonie canadienne.

De Martin Michaud, j’ai lu cette fois VIOLENCE À L’ORIGINE, un thriller puissant dans lequel j’ai pu retrouver deux personnages familiers que j’appelle les gentils mufles : Victor Lessard qui semble près de faire la paix avec son passé et Jacinthe Taillon, une caractérielle mal embouchée mais très efficace. Encore une fois, Martin Michaud nous offre quelque chose de solide, original, intriguant et haletant. Voyons voir…

La tête de Maurice Tanguay, un haut gradé du Service de Police de la Ville de Montréal est retrouvée dans un conteneur à déchet. Dans sa bouche, on retrouve un petit sachet avec un message à l’intérieur : «Le commandant Maurice Tanguay a été jugé et exécuté le 13 juillet à 3h25. Tanguay était le premier…le dernier sera le Père Noël». (Extrait) Sur un mur à proximité, on retrouve un graffiti qui explique comment sera commis le prochain meurtre. Voilà donc le modus operandi du meurtrier qui annonce ainsi une série d’exécution et de gros maux de tête pour les enquêteurs du SPVM, de la GRC et de la SQ qui iront de surprise en surprise. Voilà, il m’est difficile d’en dire plus sans atteindre le cœur de l’histoire. Je peux toutefois vous dire que Maurice Tanguay était loin d’être un enfant de Chœur : «Fallait-il attribuer un sens au fait que la tête de la victime avait été retrouvée dans un conteneur à déchets?» (Extrait) Les policiers seront carrément propulsés dans une histoire d’horreur qui évoque un fait malheureusement avéré…très réel et dont j’ai déjà parlé dans mon commentaire sur l’autobiographie d’Arielle Desabysses 14 ANS ET PORTÉE DISPARUE. Il s’agit du trafic humain ou esclavage sexuel, une plaie que la Société a tendance à occulter et qui est répandue partout, y compris au Québec, à Montréal en particulier.

Le récit est complexe car trois affaires s’imbriquent parfois dans la même enquête, ce qui éclaire beaucoup certains éléments laissés obscurs dans les livres précédents, mais grâce à une extraordinaire maîtrise de l’écriture et de l’intrigue et à un fil conducteur solide, VIOLENCE À L’ORIGINE est un régal à lire. C’est un polar très sombre, voire noir mais riche et malgré tout teinté d’humour avec entre autres Jacinthe Taillon qui n’a pas peur des mots et un langage très québécois avec jurons appropriés. Le tout vient alléger une atmosphère parfois inévitablement lourde. Michaud a développé sans excès la psychologie de ses personnages. Son roman est original parce qu’il a créé un tueur en série plutôt hors-normes avec des motivations complexes dont celle de faire justice soi-même, un problème de société vieux comme le monde.

Un petit fait à noter : dans le récit, Victor Lessard se rend régulièrement chez sa psychologue pour des problèmes évoqués dans les livres précédents. Je voyais ça comme le vieux cliché, répandu en littérature policière, du policier qui tente de combattre et vaincre ses démons du passé. Je trouvais ça un peu agaçant. Mais à la fin de l’histoire, j’ai compris pourquoi ce choix de l’auteur et j’ai trouvé ça brillant. C’est toute la structure du récit qui est impeccable, ainsi que le développement du schéma de pensée. Les rebondissements s’enchaînent dans des chapitres courts. Ça se lit vite, le temps passe vite et lever le nez du livre est aussi difficile que de trouver le coupable car l’issue est imprévisible.

En terminant, ceux et celles qui lisent régulièrement mes textes savent que je suis sensibles aux messages, petites morales et matières à réflexion issus des livres. Dans VIOLENCE À L’ORIGINE, les thèmes à réflexion ne manquent pas : la loi du Talion ou le principe du œil-pour-œil-dent-pour-dent et la tentation de se faire justice soi-même. C’est inconcevable dans toutes sociétés civilisées mais ce problème encore fréquent de nos jours a toujours suscité réflexion et questionnements. Il y a aussi matière à réflexion sur la violence faite aux femmes ainsi que sur les incroyables bassesses et perversités issues du trafic humain. N’ayons pas peur des mots, il s’agit de commerce sexuel et plus souvent qu’autrement avec des mineures. Ce trafic existe, même au Québec. Il n’y a rien de plus certain. Enfin, une réflexion sur la manipulation et la violence, autant psychologique que physique, phénomène que l’auteur semble définir comme atavique, donc très tenace. Cette réflexion est distinctement exprimée dans le récit : *On porte tous en nous la capacité de détruire et de tuer. On a tous un potentiel de violence à l’origine…ce qu’on appelle le mal est en chacun de nous. Et le seul rempart entre le chaos et la paix sociale, c’est la société qui, avec ses lois et ses règles nous permet de vivre dans une relative harmonie. Mais, parfois, des individus déviants se glissent dans les mailles du filet* (Extrait) on comprend mieux le titre maintenant.

Excellent bouquin. Beaucoup d’action et de rebondissements, une intrigue solide, le développement est impressionnant et la finale est superbe, bien imaginée et peu prévisible et elle laisse croire à une suite possible même si le livre dans son ensemble donne l’impression de la fin d’un cycle. Enfin, bien que plutôt noir, le roman ne manque pas de sensibilité. Du grand Michaud je dois dire.

Né à Québec en 1970, Martin Michaud est un véritable homme-orchestre : avocat, scénariste, écrivain, il est aussi musicien. Sur le plan littéraire, il s’est spécialisé dans le thriller à forte intensité. Ses trois premiers ouvrages (IL NE FAUT PAS PARLER DANS L’ASCENSEUR et LA CHORALE DU DIABLE en 2011, JE ME SOUVIENS en 2012) obtiennent un succès spontané et fulgurant avec la création d’un personnage tourmenté mais d’une impeccable moralité : Victor Lessard qui récidive dans VIOLENCE À L’ORIGINE. Son œuvre lui vaut de prestigieux prix littéraires. Pour en savoir davantage sur cet auteur déjà qualifié de maître du thriller québécois, consultez le site internet michaudmartin.com

Je vous invite également à lire mon commentaire sur LA CHORALE DU DIABLE, de Martin Michaud, publié sur ce site en août 2015.

BONNE LECTURE
JAILU/Claude Lambert
Le dimanche 12 août 2018