LE BAISER DU SERPENT

Le baiser du serpent

Commentaire sur le livre de
MARK TERRY

*La première balle atteignit Frank McMillan sur le
côté gauche…le long des côtes flottantes. La douleur
le fit pivoter, mais réagissant comme il avait été
entraîné à le faire, McMillan chuta en adoptant une
position de Weaver classique, les deux mains sur son
revolver, retournant le tir. Et ce fut l’enfer sur terre.*
(Extrait : LE BAISER DU SERPENT, Mark Terry, éditions AdA,
2007, t.f. 2008, édition de papier, 525 pages)

Nouvelle de dernière heure
Cinquante-deux personnes ont perdu la vie dans une attaque fatale au gaz sarin dans un restaurant du centre-ville de Détroit, à 8 h, ce matin. Détroit : 10 h 50
Je suis le Serpent. Trois millions de dollars doivent être versés dans le compte 84-532-6887 d’ici 11h45 ; sinon, plusieurs autres personnes mourront. Détroit : 11 h 47
Le Serpent frappera de nouveau. Dans cinq minutes. Ils en sont responsables.
Nouvelles de dernière heure
À midi, quarante-trois personnes ont été trouvées mortes dans une salle de conférence de la Wayne State University. Cet incident paraît être le deuxième de nombreuses attaques bioterroristes déterminées d’avance sur la ville de Détroit.
Détroit est à court de temps. Il est temps de faire intervenir Derek Stillwater.

La crainte nourrie du bioterrorisme
*Rien ne se produisit. Ils se retournèrent devant
la maison. –Peut-être n’était-ce qu’une alarme,
supposa Jill. La résidence éclata, la vitre et le bois
explosant vers l’extérieur. La vague de compression
leur fit perdre l’équilibre. Au moment où ils
reprenaient leurs sens, la petite habitation se
voyait engloutie par les flammes.
(EXTRAIT : LE BAISER DU SERPENT)

Ce n’est pas ce que j’appellerais une œuvre magistrale, mais c’est un bon roman policier. Son sujet demeure résolument populaire, mais il est un peu usé et renouveler le genre n’est pas facile. En effet, il est question ici de terrorisme.

Le Docteur Derek Stillwater, cet agent très spécial et pas très discipliné qu’on a connu  dans LA FOURCHE DU DIABLE est de retour pour combattre un dangereux terroriste qui organise des attaques mortelles au gaz sarin. Les pistes sont minces…le criminel est habile…le temps presse et les morts s’accumulent.

Comme dans la plupart des histoires de ce genre, nous avons ici une course contre la montre. Dans LE BAISER DU SERPENT, tout se déroule à la vitesse grand V. L’histoire est très ventilée, les chapitres sont courts, il y a de nombreux rebondissements et revirements et surtout, beaucoup de fausses pistes. Tous les ingrédients sont réunis pour garder le lecteur alerte et captif.

Toutefois, j’ai été agacé par cette impression de déjà vu ou devrais-je dire de déjà lu qui ne m’a pas quitté tout au long de ma lecture. Je pense que Mark Terry n’a pas fait grand-chose pour dépoussiérer le genre même s’il a donné à son personnage principal beaucoup de caractère et un don particulier pour briser les règles et les procédures…une particularité qui devient irritante à la longue.

Je dirai donc que l’ensemble manque d’originalité mais demeure tout de même très actuelnà notre époque où le terrorisme est devenu une préoccupation mondiale.

La finale de l’histoire laisse supposer une suite, mais étrangement, celle-ci n’est jamais venue. En fait, au moment d’écrire ces lignes, il y a plusieurs années que je n’ai pas eu de nouvelles de Mark Terry.

En bref, LE BAISER DU SERPENT est une histoire bien bâtie, avec beaucoup d’action. Le rythme est élevé. Somme toute, ce livre m’a procuré un bon divertissement.

Mark Terry est un auteur américain, né en 1964, diplômé de l’Université d’État du Michigan. Après avoir passé 18 ans à travailler dans la génétique, il se tourne vers l’écriture à plein temps. LE BAISER DU SERPENT est son deuxième roman, publié un an après LA FOURCHE DU DIABLE publié en 2007. Son diplôme en microbiologie et son expérience dans le domaine des maladies infectieuses et en génétique lui ont été très utiles jusqu’à maintenant dans sa nouvelle carrière d’écrivain. Toutefois, au moment d’écrire ces lignes, il n’y a pas de titre récent à signaler. En fait, il y a un bon bout de temps que je n’ai pas entendu parler de Mark Terry.

BONNE LECTURE
JAILU/Claude Lambert
le dimanche 27 août 2017

LE TÉLÉPHONE PORTABLE

Le téléphone portable,
gadget de destruction massive

Commentaire sur le collectif de
L’ÉCHAPPÉE 

*À votre décharge, vous avez peu connu le monde sans portable.
Vos aînés, eux, sont si honteux de leur soumission qu’ils se
justifient à longueur de temps : «C’est juste en cas de panne de
voiture», «je l’utilise très peu», «Avec mon boulot je suis obligé»,
piètre aveu qu’il faut traduire par : «Je me suis fait avoir comme
tout le monde».*
(Extrait : LE TÉLÉPHONE PORTABLE, GADGET DE DESTRUCTION MASSIVE,
Collectif éditorial, Éditions L’Échappée, 2008, numérique, 145 pages)

Dans ce livre, la rédaction de l’Échappée pointe du doigt le téléphone portable qui constitue le plus foudroyant développement technologique de l’histoire. Il est considéré ici comme un instrument d’addiction, générateur d’autisme social. Bref le téléphone portable est devenu un fléau social. L’équipe de rédaction passe en revue ses effets qui, selon elle, ont colonisé nos vies en moins de 10 ans : effets à l’échelle planétaire comme l’accumulation catastrophique de déchets électroniques, effets à l’échelle nationale comme la technification des rapports sociaux et la divulgation de renseignements personnels et bien sûr l’addiction. 

LE PARCOURS   

D’UN

RAVAGE  

C’est un opuscule qui dresse la liste des méfaits du téléphone portable. Je dis bien méfaits car il n’y a que de ça dans ce petit livre. Aucune qualité, aucune vertu, rien de positif. D’ailleurs, le lecteur est averti dès le départ. Ce petit livre fait partie de la collection NÉGATIF dirigée par PIÈCES ET MAIN D’ŒUVRE : *Négatif. Parce qu’on ne peut qu’être contre tout, parce qu’il n’y a rien de bien dans une société négative dès son principe. Négatif. Comme l’envers, la réalité et la révélation des apparences pseudo positives.* (extrait)

Donc ce livre est un rejet total du gadget électronique le plus répandu dans le monde. Il est tout à fait dans l’optique et la mentalité de l’éditeur L’ÉCHAPPÉE : pas d’auteurs désignés et caractérisé par un schéma de pensée libertaire, tranchant et revendicateur. J’irais même jusqu’à dire que c’est noir, ou tout au moins très sombre. Notez que le document, publié en 2008 est dépassé en lui-même parce que la technologie a beaucoup évolué, mais en pire si on s’en tient au raisonnement de l’éditeur : *Mode d’emploi à l’attention des cobayes : pour connaître les dégâts que vous inflige une «innovation», attendez la suivante.* (Extrait)

Malgré le fait qu’il ne développe qu’un seul côté de la médaille, ce petit livre m’a impressionné et m’a tout de même fait réfléchir car il s’appuie sur des données fiables, des observations crédibles, mais qui sont de nature à faire peur. Selon l’éditeur, les téléphones portables n’ont aucune vertu, aucune qualité digne de mention, c’est à peine s’ils sont utiles. Ils sont plutôt polluants, nuisibles et terriblement addictifs…REJET TOTAL : *Le téléphone mobile n’est pas seulement un gadget polluant : il façonne le monde, «révolutionne notre quotidien» comme disent chercheurs et industriels, sans que jamais nous ne l’ayons choisi.* (Extrait)

C’est vrai que le téléphone portable est polluant. On en jette des millions dans le monde à chaque année parce qu’ils deviennent dépassés, technologiquement parlant et on sait que plusieurs composantes de ces mobiles sont toxiques. C’est vrai que les téléphones portables sont addictifs, particulièrement chez les adolescents et les jeunes adultes et c’est vrai que la technologie fragilise la vie privée. Mais est-ce que le téléphone portable est ultimement et foncièrement mauvais. Moi je n’irais pas jusqu’à le prétendre. Mais non, L’ÉCHAPPÉE tranche en parlant de mouchard parfait, de liberté sous surveillance, de grillade de cerveau et d’utilisateurs cobayes.

Enfin, L’ÉCHAPPÉE n’hésite pas à pointer du doigt les nouvelles applications développées chaque jour, de plus en plus raffinées et de nature à rendre les utilisateurs encore plus esclaves : *Mais encore, puisque vous le réclamiez, le téléphone qui détecte la mauvaise haleine, qui vous signale les poissons sous votre canne à pêche et qui éloigne les moustiques. Et pour ces dames, le modèle qui indique le jour d’ovulation* (Extrait)

Enfin je rappelle que L’ÉCHAPPÉE avertit clairement le lecteur au début de l’ouvrage. Il n’y a rien de bon dans les téléphones portables et un argumentaire documenté et tranchant est développé sur une centaine de pages. Pour moi, il manque quelque chose c’est claire…l’objectivité. Ça porte quand même à réfléchir.

Fondée en 2004, L’ÉCHAPPÉE est une maison d’édition associative qui n’identifie pas d’auteurs en particulier mais publie collectivement selon une structure militante et revendicatrice. C’est une association alternative qui  essaie de rémunérer tous les travailleurs participant à la chaîne de production d’un livre. L’ÉCHAPPÉE milite aussi dans l’OFFENSIVE LIBERTAIRE ET SOCIALE. Ce sont d’ailleurs deux militants libertaires qui ont fondé L’ÉCHAPPÉE.

BONNE LECTURE
JAILU/Claude Lambert
le dimanche 20 août 2017

LE TUEUR DU DIMANCHE

LE TUEUR DU DIMANCHE

Commentaire sur le livre de
JOSÉ GIOVANNI

*Une seule question : pourquoi est-ce que vous
descendez une femme par dimanche? Merde,
qu’est-ce qu’on lui racontait là? À cette seconde,
il sentit le canon d’une arme qui lui entrait dans
la bouche jusqu’au gosier en lui donnant envie
de vomir.*
(Extrait : LE TUEUR DU DIMANCHE, José Giovanni,
Éditions Gallimard, 1985, numérique, 126 pages.)

À Genève, un tueur en série assassine des femmes à coups de couteau à raison d’une par dimanche matin. Un point en commun chez les victimes : elles sont riches. L’enquête a été confiée au commissaire Kramer mais le policier éprouve beaucoup de difficulté à établir un profil précis du tueur qui n’a apparemment pas de mobile. Pourquoi seulement des femmes, et pourquoi seulement le dimanche? Alors que l’enquête piétine et traîne en longueur et qu’un vent de panique gagne la ville de Genève, le commissaire Kramer va recevoir l’aide inattendue de Rufus, un ouvrier de fonderie qui se trouverait mêlé tout à fait par hasard à ces crimes. 

Des dimanches mortels
*Des petits chocs heurtèrent la poitrine de
léopold. Ça ne faisait pas mal. Comme si
on l’avait touché du doigt. Mais il étouffa,
ouvrit sa bouche, très grande, sentit la
rambarde contre son dos et ne vit même
pas que la neige rougissait.*
(Extrait : LE TUEUR DU DIMANCHE)

LE TUEUR DU DIMANCHE est un roman policier tout à fait typique de la SÉRIE NOIRE de Gallimard qui propose une forme particulière de littérature policière évoquant le côté obscur de la Société. C’est une de mes rares incursions dans la SÉRIE NOIRE et je dois dire que le TUEUR DU DIMANCHE m’a gardé en haleine du début à la fin.

D’abord, c’est un roman assez bref, 125 pages. Pas de longueurs, pas d’errance. Giovanni ne tourne pas autour du pot et plonge dans le vif du sujet dès le départ : un meurtre à la page 1. Puis tout s’enchaîne rapidement. Le policier Kramer et ses acolytes, d’abord tournés en bourriques vont d’indices en indices puis tout finit par se préciser. Et pour ajouter à la tension du lecteur, tout porte à croire qu’on a coincé puis abattu le meurtrier…surprise imprévisible pour le lecteur coincé lui aussi dans une intrigue puissamment ficelée, ce n’était pas le bon…

C’est un roman très violent dans lequel les meurtres s’accumulent. Mais ce qui m’a surtout sauté aux yeux, c’est la violence du langage et ça va bien au-delà du langage populaire. L’écriture est très argotique, glauque, froide, directe et d’une crudité pour le moins implacable : *On t’aura, espèce de fumier!…on te plombera!…cent kilos de plomb dans tes tripes de pourceau! (Extrait)  Le traducteur s’est donné libre cours comme on voit. *Le sang noyait les cartilages brisés et le truand vomissait déjà le reste de ses dents. Sur le trottoir noyé de bave on ne le voyait pas. Mais dans la bouche de leur propriétaire, ça faisait un sacré vide. (Extrait) Il serait intéressant de voir ce que ça donnerait en jargon québécois. Quoiqu’il en soit, prendre autant de liberté dans une traduction peut-être parfois agaçant.

L’auteur est plus nuancé quand il décrit la mort des victimes du TUEUR DU DIMANCHE, de quoi entretenir les émotions déjà fortes du lecteur : *Mme Risler se sentit touchée à la poitrine…elle heurta la terre battue…le regard gris-bleu qui avait chauffé les tempes de plus d’un homme se révulsa. Sa vie n’était plus qu’un énorme tampon d’ouate qui l’étouffait et, elle eût, pour finir, la sensation qu’on lui maintenait la tête dans une piscine remplie de lait. Et ce fut tout.*(extrait)

Quand on lit ce genre de polar noir pour la première fois, ça donne un coup, tellement l’écriture est descriptive, et la trame violente. Même si l’écriture est teintée d’argots, je la trouve supérieure à beaucoup de polars que j’ai lus dcomme la série San Antonio dont j’ai déjà parlé sur ce site.

Bref, ce livre m’a remué. Il est assez court. Il se lit vite et bien. Les personnages ne sont pas particulièrement attachants mais l’auteur a fait preuve de beaucoup d’imagination et en ce qui me concerne en tout cas, il a su m’agripper dès le départ. Rythme rapide et sans retenue caractérisent ce polar très noir.

C’est cette lecture qui m’avait donné l’idée d’en savoir plus sur la SÉRIE NOIRE de GALLIMARD. Cette impressionnante collection fait l’objet d’un commentaire sur ce site. Cliquez ici .

José Giovanni est un auteur, réalisateur et scénariste français né à Paris  en 1923. Condamné à mort en 1948 pour complicité dans une affaire de meurtre, Joseph Giovanni échappera finalement de peu à la guillotine, sa peine étant commuée par l’état en 20 ans de travaux forcés. Il est libéré en 1956. Mais c’est dans le Couloir de la Mort qu’il s’oriente vers l’écriture. Son premier récit relatant sa tentative d’évasion de la prison de la santé, LE TROU est publié chez Gallimard en 1957. Une vingtaine de romans suivront dont plusieurs chefs d’œuvres du roman noir, une quinzaine de scénarios et 20 films dont LE CLAN DES SICILIENS.  En fait, c’est l’écriture qui a rescapé José Giovanni. Il a œuvré avec passion jusqu’à sa mort en 2004.

 

LE TUEUR DU DIMANCHE a été adapté pour la télévision, réalisé par l’auteur lui-même, José Giovanni en 1985. On retrouve dans la distribution George Wod dans le rôle du commissaire Kramer et Rufus (photo) dans le rôle de Léopold.

BONNE LECTURE
JAILU/Claude Lambert
le dimanche 13 août 2017