LA PIEUVRE

LA PIEUVRE

Commentaire sur le livre de
JULIE RIVARD 

*Après avoir roulé sur l’asphalte, se tordant pour
chasser la souffrance physique, il rouvrit les yeux
et aperçut, non loin, l’agent du SPVM sous
couverture qui regardait la scène sans réagir.
Henrik crispa le visage pour lui communiquer son
impuissance. En guise de réplique, l’agent prit la
fuite.*
(Extrait : LA PIEUVRE, Julie Rivard, VLB éditeur, 2013
édition de papier, 265 pages.)

Dans le petit village à flanc de montagne de Cap-à-Nipi, l’agent Henrik Hansen, encore hanté par son passé amoureux, se bat contre un syndrome de stress post-traumatique dont il souffre à force d’avoir repêché des cadavres. Il semble qu’Henrik ne soit pas au bout de ses peines. Une organisation criminelle d’un nouveau genre prend racine dans la paisible région : la Pieuvre. Le groupe, composé exclusivement de femmes, sévit dans toute la province. Promu à la tête de l’escouade chargée de démanteler l’organisation, Henrik commet l’erreur de prendre l’affaire un peu trop à la légère. Pourtant, il apprendra rapidement qu’il a eu tort de sous-estimer la Pieuvre, surtout lorsque le mystérieux leader du groupe l’entraîne dans les eaux les plus sombres qui soient : celles de son passé.  Julie Rivard s’inspire du quotidien d’enquêtes réelles.

Pourquoi pas des femmes?
*Issues pour la plupart de familles dysfonctionnelles,
elles avaient modelé leur comportement sur celui
d’un père minable ou d’un conjoint accro aux séjours
en prison…Pour que ses filles puissent agir à leur
guise, la leader avait eu la brillante idée de déléguer
toutes les besognes routinières à…des jeunes hommes!
C’était le monde à l’envers.
(Extrait : LA PIEUVRE)

Je dirais dès le départ que LA PIEUVRE est un roman *bon-moyen*. Il n’y a pas beaucoup d’action ou peut-être a-t-elle été mal pressentie parce qu’elle ne saute pas aux yeux. L’histoire tourne autour d’une organisation criminelle nouveau genre, essentiellement composée de femmes et qui s’étend à partir des grandes villes jusque dans les régions éloignées dont Cap-À-Nipi , un village fictif situé sur la Côte-Nord du Québec. Ces femmes prétendent prendre la place des Hells Angels.

Malheureusement, le sujet qui, au départ, était original, a été très insuffisamment exploité et l’auteure a ouvert grande la porte aux clichés et dans une certaine mesure au machisme, je fais ici référence à l’humour qui est passablement mâle. Et puis j’ai pu encore une fois lire le développement d’une histoire vieille comme le monde : celle du policier aux prises avec ses démons qui rencontre régulièrement son psychologue…policier qui a une sœur pour laquelle il est très protecteur…mais ce n’est pas tout…il se trouve que le bon policier a eu une flamme amoureuse dans le passé avec la cheffesse de la Pieuvre : Eva qui se trouve par hasard dans la région de Cap-À-Nipi et que cette flamme se ravive. C’est du déjà vu et revu. En littérature, cette situation amincit considérablement l’intrigue.

Il y a un dernier détail que j’ai trouvé étrange : l’arrivée d’un personnage mal défini dans la vie d’Astrid, la sœur du policier dont j’ai parlé plus haut. Ce personnage s’appelle Marc Bertollini. Il arrive de nulle part, tombe amoureux d’Astrid, s’installe à toute fin pratique avec elle. D’où vient-il? Qu’est-ce qu’il vient faire dans l’histoire? Il y a une explication à la fin, mais elle m’a laissé sur ma faim par sa minceur. Était-ce pour brouiller les cartes du côté du lecteur? Possible.

Donc nous avons ici l’exemple d’une bonne idée, mais exploitée avec timidité. Je m’attendais au départ à un polar solide et original mais je suis tombé finalement sur un simple suspense.

Le livre a toutefois des qualités intéressantes. Je pense entre autres à ce petit côté convivial et parfois bon enfant qui rend les personnages sympathiques. Par exemple, le policier principal Henryk Hensen fait équipe avec Denis et Danny Dupuis, une paire de jumeaux qui verse parfois dans le comique et qui n’est pas sans rappeler le célèbre duo de policiers créé par Hergé : Les dupond-Dupont. Ajoutons à cela une relation très rafraîchissante entre le policier et sa sœur et un bel humour parsemé tout le long du récit. Comme je le disais, cet humour peut faire un peu mâle étant donnée la nature de l’organisation criminelle, mais comme c’est le cas pour le langage un peu cru, l’auteure ne pouvait pas vraiment passer outre..

J’apprends, dans le quatrième de couverture que LA PIEUVRE est le premier volet des aventures du fameux policier Henrik Hansen. Comme je l’ai constaté souvent en littérature policière, le personnage principal a besoin d’aide, notre héro se bat contre un syndrome de stress post-traumatique dont il souffre à force d’avoir repêché des cadavres. L’influence de ce syndrome sur le travail du policier n’est pas évidente mais force quelques épisodes chez le psy.

Bien que je n’aie pas trouvé cette lecture emballante, je lui ai trouvé un petit quelque chose de sympa, de la sensibilité, et j’y ai pris un certain plaisir. Je suis sûr qu’avec le temps, l’auteure va raffiner son personnage principal, mieux mettre en perspective son petit côté ténébreux et surtout mieux ligoter son intrigue. Quoiqu’il en soit, je suis partant pour lire le prochain volet des aventures du policier d’origine danoise : Henrik Hansen.

Julie Rivard est native de Pointe-Claire. Au moment d’écrire ces lignes, elle habite la ville de Québec où elle a étudié en droit, puis en enseignement de l’anglais. Elle dit avoir écrit son roman à l’âge de 12 ans alors qu’elle était en 6e année du primaire. C’était peut-être mauvais, mais on sait qu’une véritable passion venait de naître. Elle a d’abord écrit des livres pour enfants et trois romans policiers : MEZZA MORTA, DRAMMA (prix des abonnés du réseau des bibliothèques de la ville de Québec), LA PIEUVRE est son troisième roman.

BONNE LECTURE
JAILU/Claude Lambert
le dimanche 30 juillet 2017

L’ORANGE MÉCANIQUE

L’ORANGE MÉCANIQUE

Commentaire sur le livre d’
ANTHONY BURGESS

 *…Alors on l’a croché aux pattes, si bien qu’il s’est
étalé à plat, raide lourd, et qu’un plein baquet de
vomi biéreux lui est sorti swoouuush d’un coup.
C’était si dégoûtant qu’on lui a shooté dedans, un
coup chacun, et alors, à la place de chanson et de
vomi, c’est du sang qui est sorti de sa vieille rote
dégueulasse. Et puis on a continué notre chemin.*
(Extrait : L’ORANGE MÉCANIQUE, Anthony Burgess,
Éditions Robert Laffont, 1972, 2010 pour la traduction
française. Édition de papier, 290 pages)

 Alex, un jeune voyou à la fois charmeur et dépravé décide de régner par la violence et la terreur. À la tête d’une bande d’ados, il frappe, viole, torture, sème la peur et manifeste sa haine de la société. Après une série de meurtres, ce monstre froid et cynique est arrêté et soumis à une forme de lavage de cerveau appelée *méthode Ludovico* basée sur la projection de films violents en continu sur fond de musique classique. Cette thérapie a rendu Alex pacifique au point que toute action violente lui soulève le cœur. En lui retirant son libre arbitre, la méthode a rendu Alex doux et timorée : une orange mécanique. mais son  passé l’a rattrapé, une victime dont il a violé la femme ayant décidé de le torturer.

Maltchick, malchickicaïd et malinfrat
(jeunes, durs et voyous)
*Regarde-le, ce beau spécimen de notre jeunesse lâche
et brutale, critchait-il. Oui, là, au milieu de nous, et à
notre merci. Ses amis et lui m’ont battu, roué de
coups de poing et de pied. Ils m’ont déshabillé,
arraché les dents. Ils ont ri de mon sang et de mes
plaintes. Ils m’ont renvoyé chez moi à coups de
botte, à moitié assommé et nu.*
(Extrait : L’ORANGE MÉCANIQUE)

L’ORANGE MÉCANIQUE, publié en 1972, est un livre qui ne vieillit pas à cause du thème que son auteur développe avec une remarquable justesse : la violence, terme générique utilisé dans son plus large spectre : intimidation, harcèlement, agression et brutalité sur les plans physique, psychologique, sexuel et social.

Le fil conducteur est simple à suivre. Alex, un jeune ado dépravé sème violence et terreur partout où il passe. Un jour, il va beaucoup trop loin et sa victime meurt. Il est arrêté et va en prison où on lui propose de participer à un programme susceptible de le réhabiliter et de le remettre en liberté. Sans réfléchir, Alex accepte et tombe dans le filet du programme Ludovico qui le rendra doux comme un agneau. En effet, la seule idée de la violence le rendra malade et faible. C’est alors que son passé le rattrape et que tout se retourne contre lui. Alex devient victime de ses victimes.

C’est un roman bien sûr, mais on pourrait très bien l’interpréter comme un essai sur la violence, une sérieuse réflexion philosophique et sociale davantage évidente dans le livre que dans le film qui évoque plutôt une apologie. Ici Burgess ne fait pas dans la dentelle. Son livre m’a non seulement accroché, mais il m’a interpellé et même brassé un peu. Les questions qu’il pose sont toujours d’une brûlante actualité et nous poussent à la réflexion : Est-ce qu’on nait avec la violence en nous ou ces pulsions s’acquièrent dès le plus jeune âge? La violence engendre-t-elle forcément la violence? Et qu’est-ce qu’on peut faire pour diminuer la violence voire l’enrayer? Ce qui me semble impossible.

Ce qui m’a le plus fasciné dans ce livre à saveur fortement philosophique est le programme LUDOVICO et ses conséquences sur Alex dont toutes les idées de violence ont sombré dans la velléité. On l’a forcé à être bon. C’est là où le génie de Burgess nous pousse à l’introspection : quelle société n’a pas songé tôt ou tard à utiliser des moyens tordus pour enrayer la violence. Est-ce qu’il n’y a pas un réel danger de déshumanisation si on enlève à l’être humain son libre arbitre? *L’intention profonde, voilà le vrai péché. Quiconque est incapable de choisir cesse d’être un homme.* (extrait)

La principale difficulté que j’ai eue avec ce livre est d’ordre lexical. En effet, Burgess a créé pour son jeune narrateur Alex et ses semblables un langage qui ressemble à un code qui fait que les jeunes se reconnaissent entre eux. C’est un langage complètement inventé qui fait qu’au début, j’étais complètement perdu. C’est ainsi qu’une jeune fille est une *dévotchka*, un prisonnier est un *plenni*, ce qui est fou est *bezoumni* et ainsi de suite… un vocabulaire de près de 250 mots qui saturent le texte d’un bout à l’autre. *Oh ça j’ai dit, c’est ce qu’on appelle entre nous parler NADSAT. Tous les moins de vingt ans parlent comme ça m’sieu.* (Extrait)

Cette étiquette linguistique m’a désorienté. Je me disais que c’était trop, que ça dilue l’attention et que ça pourrait décourager bien des lecteurs sans compter le fait que traduire ce livre a dû être tout un défi pour les traducteurs Georges Belmont et Hortense Chabrier. Mais finalement, plus vite que je l’aurais cru au départ, j’ai réussi à comprendre la signification des mots en les plaçant dans le contexte de la phrase. Tout est devenu limpide pour mois. Alors, vers la fin du premier quart du livre, j’ai recommencé…retour à la page 1 et croyez-moi, je ne l’ai pas regretté car j’ai pu pénétrer dans l’esprit de Burgess et comprendre son point de vue et le prendre pour ce qu’il est : visionnaire.

Toutes les qualités d’un bon livre sont réunies ici. Je l’ai savouré. Peut-être à cause de son petit côté métaphysique. On ne peut tout simplement pas passer outre à la réflexion que propose ce livre sur la violence du monde moderne. Je recommande fortement la lecture de ce livre. En passant, je préfère le livre au film car je considère que le réalisateur Stanley Kubrik en a trop fait, donnant plus d’importance à l’exhibition du mal qu’à la pensée profonde de Burgess.

Anthony Burgess (1917-1993) était un écrivain romancier, critique littéraire, compositeur et enseignant anglais natif de Manchester. Son tout premier roman A VISION OF BATTLEMENT sera publié en 1965, soit 16 ans après avoir été écrit. Burgess était un auteur prolifique et aussi un grand compositeur. Il a composé des œuvres musicales bien avant d’écrire des livres. Comme la Troisième symphonie et sa version musicale de ULYSSE interprétée à la BBC lors du centenaire de la mort de James Joyce, le célèbre romancier irlandais qui a écrit entre autres ULYSSE en 1922. Toutefois, Anthony Burgess restera surtout connu comme étant l’auteur de L’ORANGE MÉCANIQUE, œuvre majeure d’anticipation sur la violence.

L’ORANGE MÉCANIQUE AU CINÉMA

L’adaptation cinématographique de L’ORANGE MÉCANIQUE est sortie en avril 1972, Réalisé par Stanley Kubrick, le film réunit à l’écran Malcolm McDowell dans le rôle d’Alex, Patrick Macgee, Michael Bates, Philip Stone et Steven Berkoff.

Dès sa sortie, le film a été controversé, considéré comme le plus violent de tous les temps. On l’accusait de banaliser la violence…violence beaucoup plus présente dans le film que dans le livre à mon avis. Avec le temps, ce film, récipiendaire de plusieurs prix, est devenu une œuvre majeure du cinéma.

À propos de L’ORANGE MÉCANIQUE, je vous invite à lire le commentaire de MLLambert. Cliquez ici.

 BONNE LECTURE
JAILU/Claude Lambert
le dimanche 23 juillet 2017