ET DIEU CRÉA LES BEATLES

ET DIEU CRÉA LES BEATLES

Commentaire sur le livre de
DANIEL ICHBIAH

Après la sortie de *SHE LOVES YOU*…
*Le 31 octobre, le groupe débarque à Londres après avoir passé une semaine en Suède. À la stupéfaction générale, ils découvrent qu’une foule tumultueuse les attend.
Les Beatles ne parviennent aucunement à expliquer ce qui a pu expliquer une telle frénésie.
«Nous n’en savons rien, dira Lennon. On nous pose cette question mais nous n’en avons aucune idée. Je ne pense pas que quiconque détienne une telle réponse»*
(Extrait : ET DIEU CRÉA LES BEATLES, Daniel Ichbiah, Édition Les Carnetl’ics de l’Info, 150 pages, édition numérique, 2009)

La discographie remasteurisée des Beatles étant disponible sur le marché, une nouvelle génération découvre l’incroyable talent mélodique de ce quatuor anglais dont la liste de chansons entrées dans la légende est incroyablement longue. Pourtant la carrière du groupe a été courte. Entre juin 1962 et janvier 1970, les Beatles ont bâti une œuvre d’une étonnante richesse. ET DIEU CRÉA LES BEATLES raconte la saga des Beatles depuis ses tout débuts. Tous les albums du groupe sont analysés en détail. Daniel Ichbiah évoque les facteurs qui ont permis une éclosion aussi extraordinaire en tenant compte bien sûr de l’atmosphère débridée des sixties. Il évoque la rencontre de deux génies de la composition qui va marquer à jamais l’histoire de la musique : John Lennon et Paul McCarthy, et bien sûr, l’œuvre du légendaire orchestrateur : Georges Martin. Une histoire extraordinaire…

 Les Secrets d’une alchimie musicale
*Au fond, il faudra peut-être des millénaires
pour que la civilisation absorbe la quintessence
de cette œuvre magnanime. Ou bien alors…
ou bien encore… Se pourrait-il que l’œuvre des
Beatles ait passé un pacte avec l’éternité?*
(Extrait de l’introduction à ET DIEU CRÉA LES BEATLES)

Je n’ai jamais été un inconditionnel des Beatles, mais j’ai toujours été intrigué par l’incroyable succès que le FABFOUR a connu à l’échelle planétaire. En fait, j’ai commencé à apprécier les Beatles au milieu des années 60 alors que l’influence du *folk song* commençait à se faire sentir dans certaines de leurs chansons. Il devait être difficile, même dans les sixties, d’échapper à l’influence de groupes ou de chanteurs bien implantés…Mamas and the Papas, Peter and Gordon, Donovan et Bob Dylan en particulier…ou encore d’échapper à la montée graduelle de groupes émergents comme les Rolling Stones, Animals, Emerson Lake and Palmer, Credence clearwater Revival, Led Zeperlin et j’en passe bien sûr.

En lisant ET DIEU CRÉA LES BEATLES, je ne m’attendais pas à une explication satisfaisante sur le fait que les Beatles soient devenus en si peu de temps des légendes vivantes. Leurs disques se vendent encore et il y a une recrudescence des ventes suites à la remasteurisation de leur œuvre. À ce chapitre, l’auteur, Daniel Ichbiah n’a fait que me confirmer que l’incroyable succès des Beatles est hors de toute compréhension.

C’est sur les plans anecdotiques et analytiques que le livre est venu me chercher. Pour nous aider à comprendre comment quatre jeunes hommes qui, pris séparément, n’avaient rien d’exceptionnel aient pu créer autant de chansons majeures en si peu de temps, influençant à vie la musique pop et rock, Ichbiah n’avait pas le choix, il devait passer en revue et analyser différents facteurs : l’atmosphère un peu débridée des sixties, la fusion intellectuelle et artistique de deux maîtres de la composition : John Lennon et Paul McCartney, les personnages-clés qui ont encadré les Beatles dont l’orchestrateur de génie George Martin, surnommé le cinquième Beatle, la chimie qui a soudé les membres du quatuor. Ichbiah complète le tout par une analyse méticuleuse de chaque album et de plusieurs chansons phares.

J’ai beaucoup apprécié ce livre, en particulier son caractère anecdotique. Je croyais tout savoir des Beatles. J’ai bien vu qu’il y a toujours moyen d’en savoir plus. J’ai lu entre autres beaucoup de détails intéressants sur les évènements qui ont amené la création des Beatles. Mais j’ai été surtout surpris par l’analyse de la chaîne d’évènements qui ont conduit à la dissolution du quatuor incluant l’influence destructrice de Yoko Ono et l’incompétence ou l’honnêteté douteuse de certains gérants. Je devine aussi que l’auteur est allé au-delà des souhaits des lecteurs et lectrices en y allant d’une description des carrières solos de Paul McCartney, John Lennon, George Harrison et Ringo Star ainsi que sur leurs albums, les producteurs et sur les nombreux artistes qui ont enregistré des reprises de chansons des Beatles. Enfin, j’ai appris des détails très intéressants sur la carrière cinématographique des Beatles.

Même s’il ne peut pas expliquer comment le quatuor a fait pour bâtir une œuvre aussi extraordinaire en si peu de temps, 1962 à 1970, Ichbiah a enrichi son récit d’une grande quantité d’anecdotes sympathiques, ce qui, ajouté à la genèse des chansons rend la lecture du livre très agréable. Je mets un tout petit bémol parce qu’à plusieurs reprises dans le dernier quart du volume, l’auteur sous-entend que vers la fin, les Beatles deviendront graduellement dépassés, spécialement après la production d’un des plus purs chefs d’œuvre du FABFOUR : SGT. PEPPER’S LONELY HEARTS CLUB BAND. Dépassés peut-être, mais dépassés par quoi? Ils n’ont jamais cessé de vendre des disques et d’être réclamés partout, même après leur dissolution. C’est un peu paradoxal. Mais je ne peux pas vraiment blâmer Daniel Ichbiah d’avoir évité d’expliquer l’inexplicable. J’aurais simplement souhaité me mettre quelques hypothèses sous la dent pour m’aider à comprendre comment quatre musiciens chanteurs peuvent être adulés de toute une planète. Je ne suis même pas sûr qu’on se soit posé la même question pour d’autres phénomènes comme Elvis Presley par exemple.

Je n’irais pas jusqu’à qualifier ET DIEU CRÉA LES BEATLES de livre extraordinaire. Il ne m’a pas apporté de révélations capitales mais c’est quand même un livre original, agréable à lire avec l’accent mis sur l’analyse des chansons et des albums et par la bande, sur l’état d’esprit des auteurs-compositeurs. Je crois qu’ichbiah n’a rien négligé dans sa recherche et qu’il nous propose un ouvrage très bien documenté. À tout ce que j’ai déjà dit s’ajoute des détails qui rendent l’ouvrage exhaustif : comment le groupe s’est construit? Avait-il une intimité? Quelles étaient les relations entre les membres du groupe et pourquoi se sont-elles à ce point envenimées, précipitant la chute du quatuor. À ce titre, Ichbiah livre des détails très signifiants sur le rôle des femmes, les conjointes des Beatles et spécialement sur la ténébreuse Yoko Ono. J’ai été particulièrement impressionné par les détails contextuels sur les années 60 : les tendances, l’ambiance sociale entre autres.

Voilà. Je pense que, comme moi, vous apprécierez la lecture de ET DIEU CRÉA LES BEATLES. C’est une biographie qui a réussi à m’atteindre, moi qui n’ai jamais été un inconditionnel des Beatles. Je suppose donc qu’elle ravira les passionnés du quatuor…livre d’autant intéressant qu’étrangement son sous-titre est plus révélateur que le titre : alchimie…magie sous-entendue, inexpliqué enrobé….légende adulée…

Avec ET DIEU CRÉA LES BEATLES, de très beaux souvenirs devraient refaire surface.

Daniel Ichbiah est un écrivain et journaliste français spécialisé dans les jeux vidéo, la robotique, le multimédia et la musique. Il est aussi compositeur à ses heures. C’est surtout un passionné des jeux vidéo. Sa saga des jeux vidéo régulièrement mise à jour est un véritable ouvrage de référence. Il a écrit plus d’une soixantaine de livres dont BILL GATES ET LA SAGA DE MICROSOFT en 1995, et ROBOTS GENÈSE D’UN PEUPLE ARTIFICIEL qui lui a valu le prix Roberval en 2005. Notons enfin que depuis quelques années, Ichbiah publie en autoédition dans différentes bibliothèques numériques.

LES BEATLES…FILMOGRAPHIE


1                                      2                                    3


       4                                                  5

1) A hard day’s night, sorti en août 1964, réalisateur: Richard Lester
2) Help, sorti en juillet 1965, réalisateur : Richard Lester
3) Magical Mystery Tour, sorti en 1967, réalisé par Bernard Knowles pour la BBC
4) Yellow Submarine, sorti en 1968, réalisé par George Durning et Al Brodax
5) Let It Be, sorti en 1970, réalisé par Michael Lindsay-Hogg 

BONNE LECTURE
JAILU/Claude Lambert
le 30 avril 2017

LE SERMENT DES LIMBES

Le serment des limbes

Commentaire sur le livre de
JEAN-CHRISTOPHE GRANGÉ

*Je restai hypnotisé. Impossible de ne pas voir dans
cette éruption un présage. Le souffle du diable
m’accueillait. Je songeai à ce passage de l’apocalypse
de Saint Jean : –Le second ange sonna de la
trompette, et il tomba sur la mer comme une grande
montagne brûlante–*
(Extrait : LE SERMENT DES LIMBES, Jean-Christophe Grangé,
Éditions Albin Michel, 2007, num. 600 pages)

Un policier de la brigade criminelle de Paris, Mathieu durey, essaie de comprendre pourquoi son ami Luc, lui aussi policier, a essayé de se suicider. Mathieu découvre que Luc enquêtait secrètement sur une série de meurtres perpétrés aux quatre coins de l’Europe et que les auteurs de ces meurtres procèdent à  la décomposition des corps selon un rituel satanique. Plusieurs meurtriers sont impliqués dans ces lugubres mises en scènes et ils ont tous un point en commun : ils ont tous frôlé la mort et vécu une expérience de mort imminente. Dans cette enquête troublante, complexe et dangereuse, Mathieu sera confronté à la réalité du diable, d’autant qu’il se retrouvera devant une stupéfiante vérité…

AVANT-PROPOS :
L’expérience de mort imminente négative

Pour comprendre le titre du livre de Grangé LE SERMENT DES LIMBES, il faut se rappeler quelques-uns des grands principes que le philosophe et médecin américain Raymond Moody a évoqués pour décrire l’expérience de mort imminente qui intervient entre le moment de la mort clinique déclarée et le retour à la vie.

-la décorporation de la personne décédée. L’âme sort du corps et flotte au-dessus, d’où le souvenir par survol. -L’âme continue de monter, au-delà du toit et est attirée par une lumière intense, mais non aveuglante qui semble se positionner au bout d’un tunnel. -L’âme se sent enveloppée de pureté, d’amour et de paix. -L’Âme voit ou ressent le film de sa vie se dérouler devant ses yeux.

Dans le livre de Grangé, l’enquêteur Mathieu Durey est confronté à l’antithèse de l’e.m.i., c’est-à-dire l’e.m.i.n. : l’expérience de mort imminente négative qui amène l’âme vers le bas, le fond, attirée par une lumière rouge ou orange derrière laquelle elle fait la rencontre d’un esprit malin ou le diable ou la Bête, peu importe. L’échange issu de cette rencontre EST le serment des Limbes. Au retour à la vie, l’état d’esprit est très différent de celui engendré par l’e.m.i.

En dire davantage équivaudrait à spolier le lecteur du plaisir de la découverte…

En quête du diable
*Ils voulaient seulement comprendre comment
une miraculée de Dieu pouvait être sous
l’emprise du malin. Ou plutôt, pour parler
clair, déterminer s’il pouvait exister une
miraculée du diable. Ce qui revenait à
prouver physiquement l’existence de Satan.
……
Le Prince des ténèbres ne s’était pas invité
à l’interrogatoire…
(Extrait : LE SERMENT DES LIMBES)

LE SERMENT DES LIMBES est une histoire étrange et complexe…une enquête policière haletante qui explore les limites du paranormal. Le livre est issu d’une recherche intense et l’auteur s’est très bien documenté…ça m’a semblé évident.

Vous vous demandez s’il s’agit encore d’une histoire de diable, sujet qui, comme on le sait est plutôt élimé et très surchauffé en littérature? Je vous dirai OUI et NON. C’est une question de perception parce qu’il fait appel entre autres à vos croyances. Moi j’ai trouvé le sujet original. Aimerez-vous ce livre ou pas? Ça dépend beaucoup de ce que vous recherchez dans une histoire policière, spécialement quand celle-ci est empreinte d’un caractère surnaturel.

Personnellement j’ai trouvé cette enquête fascinante. J’ai aimé ce livre et voici pourquoi.

D’abord, j’adore relever des défis de compréhension dans l’évolution d’une enquête. Ici, les défis ne manquent pas et ça me plait : des enquêtes qui s’imbriquent, un tas de fausses pistes, des personnages marginaux, un cadre mystique venu bousculer mes convictions, de nombreux rebondissements, une évolution lente mais sûre, quitte à faire valser un peu le lecteur, et surtout des questionnements… beaucoup de questionnements…*…un pur chaos, où chaque réponse posait une nouvelle question.* (Extrait) Chaque nouvelle question étant crédible, il y a de quoi faire bouillonner le raisonnement du lecteur.

Ensuite, comme je l’ai dit plus haut, le sujet est original. L’expérience de mort imminente négative vient apporter une variante intéressante à un genre littéraire essoufflé. Peut-être que le diable est omniprésent mais la connaissance et l’exploration de l’esprit humain nous poussent à nous demander, par la plume de Grangé, où est la frontière entre l’action du diable et la démence humaine…*L’assassinat de Sylvie Simonis ouvrait la porte à une autre réalité, dépassant le meurtre rituel. Un savoir interdit, une logique supérieure qui valait qu’on tue pour la préserver.* (Extrait)

Enfin, je se saurais trop insister sur l’importance de retirer quelque chose d’un livre : un réactif, une matière à réflexion, un frisson, de l’émotion et j’en passe. C’est le cas avec LE SERMENT DES LIMBES : un thriller qui m’a fait passer des bons moments, parfois très intenses. Que vous croyiez au diable ou pas, je crois que vous passerez un bon moment.

Jean-Christophe Grangé est un journaliste, scénariste et écrivain français né à Paris le 15 juillet 1961. Ses enquêtes pour le National Geographic et Paris-Match en particulier l’ont largement inspiré pour ses romans. Comme journaliste, il fait le tour du monde en accumulant plusieurs prix prestigieux. Son premier roman est publié en 1994 et plusieurs suivront et seront adaptés au cinéma dont LES RIVIÈRES POURPRES…ouvrage majeur dont le succès sera fulgurant. LE SERMENT DES LIMBES est le deuxième volet d’une trilogie ayant comme thème la compréhension du mal. Il s’est classé rapidement dans la liste des bes-sellers.

BONNE LECTURE
JAILU/Claude Lambert
Le 23 avril 2017

CANADA

Canada

Commentaire sur le livre de
Richard Ford

*Sur le moment, je n’ai pas fait le
rapprochement. Mais plus tard, si.
C’était quelque chose qui l’avait
toujours tenté. Il y a des gens qui
rêvent de devenir directeurs de
banque, d’autres, braqueurs de
banque.*
(Extrait : CANADA, Richard Ford, Éditions
de l’Olivier, 2012, éd. Num. 460 pages)

CANADA est le récit de Dell Parsons qui vit avec ses parents et sa sœur jumelle Berner. Nous sommes à Great Falls, Montana en 1960. Les jumeaux ont 15 ans. Après quantités d’emplois instables, précaires et douteux, les parents de Dell et Berner, pressés par un créancier menaçant, commettent un hold-up. Mais celui-ci échoue et les parents se retrouvent en prison. Pour éviter l’orphelinat, Berner fugue à San-Francisco et Dell décide de suivre une idée de sa mère : passer la frontière du Canada en Saskatchewan et retrouver un certain Remlinger, homme rude et secret, organisateur de chasses. Dell devient son apprenti et homme à tout faire. CANADA raconte son apprentissage au milieu d’une nature extraordinaire mais parmi des hommes violents. Devenu professeur d’université, Dell n’oubliera jamais ces années qui l’ont marqué à jamais.

Les rejetons de l’insouciance

*Quand vous nous appréciez, on se met à douter que
ce soit pour de bonnes raisons. Ça doit être tout à
fait différent aux États-Unis. J’ai dans l’idée que
tout le monde s’en fiche là-bas. Faire les choses
pour de bonnes raisons, c’est l’esprit du Canada.
-Ça me plait-, j’ai dit.*
(Extrait de CANADA de Richard Ford)

C’est une belle histoire. Celle de Dell Parson et de sa jumelle, Berner. À l’âge de 15 ans, leur vie va basculer complètement après l’arrestation de leurs parents pour un hold-up complètement raté. Le choix des jumeaux est simple et rapide : la fugue pour échapper aux services sociaux. Berner s’enfuira à San Francisco, pour Dell, ce sera le Canada, plus précisément la Saskatchewan où il fera la connaissance d’un personnage énigmatique, secret, au passé lourd : Arthur Remlingler. Remlinger prend Dell en charge. Le récit se concentre surtout sur Dell qui devient le narrateur et raconte son dur apprentissage dans une nature saisissante parmi des hommes violents.

Bien qu’elles ne soient pas clairement identifiées, il y a trois parties distinctes dans ce livre : d’abord une chronique de la vie familiale dans laquelle j’ai pu me familiariser avec le quotidien et la psychologie des personnages : Dell, que j’ai trouvé particulièrement attachant, Berner la rebelle, et leurs parents un peu étranges, lui,  militaire désœuvré impliqué dans toutes sortes d’activités douteuses, elle, distante, incapable de s’adapter à son environnement. La deuxième partie est celle du hold-up (perpétré avec une incroyable incompétence), l’arrestation et la période d’incertitude et d’insécurité qui suit pour les jumeaux et la troisième partie est celle de la fugue et se concentre sur la fuite de Dell au Canada et la dure réalité dans laquelle il devra plonger en Saskatchewan.

C’est un roman fort, tout à fait conforme au style intense, descriptif et sensiblement philosophique de Richard Ford. La description de la nature au Canada est magnifique et l’auteur nous saisit d’une remarquable toile de la nature humaine, d’une haute précision. Sans être moralisateur, ce beau roman est porteur d’une profonde réflexion sur le sens de la vie, et surtout, la définition du bonheur.

En fait, Ford amène le lecteur à se demander comment rebâtir une vie quand celle-ci a basculé complètement. Comment se reconstruire quand sa vie tourne au désastre? Il faut dire que l’auteur a donné à son personnage principal Dell, une très bonne nature. Dans l’histoire, il se dit lui-même satisfait de la tournure des évènements au Canada et ça l’a aidé à avancer.

Dans CANADA, il n’y a pas beaucoup d’action ni de rebondissements. Le rythme est lent. Le style descriptif de Ford a parfois mis ma patience à l’épreuve. C’est l’émotion que j’ai ressentie qui m’a gardé dans le coup, ainsi que le courage et l’abnégation de Dell dont j’ai partagé finalement les tribulations. Je précise enfin que l’épisode qui précède le départ de Dell pour Winnipeg est particulièrement violent et sa dernière rencontre avec sa sœur Berner, juste avant la mort de celle-ci, est particulièrement émouvante.

Ce fût pour moi, un très beau moment de lecture où je me suis vu moi-même comme un adolescent cherchant le meilleur chemin pour atteindre la joie de vivre et le bonheur. Je recommande CANADA sans hésiter.

Richard Ford est un écrivain américain né le 16 février 1944 à Jackson, Mississipi. Son roman le plus connu est INDEPENDANCE publié en 1996 et pour lequel il a obtenu le prix Pulitzer ainsi que le PEN/Faulkner award. INDEPENDANCE est la suite du roman UN WEEK-END DANS LE MICHIGAN. Son livre CANADA, publié en 2013 lui a également valu un prix prestigieux : le prix FÉMINA ÉTRANGER 2013. Ford est maintenant professeur dans le Maine.

BONNE LECTURE
JAILU/Clade Lambert
le 9 avril 2017