LA THÉORIE DES DOMINOS

La théorie des dominos

Commentaire sur le livre d’
Alex Scarrow 

*En arrivant au bout de leur rue, elle scruta
Uxbridge Road. De chaque côté, les vitrines
avaient disparu. Les articles étaient éparpillés
sur la chaussée : machines à laver, télés,
vêtements…Uxbridge Road aurait dû être
embouteillée…mais elle ressemblait à une ville
fantôme de western.*
(Extrait : LA THÉORIE DES DOMINOS, éditeur original :
Orion 2007, t.f. : Le Cherche-midi, 2010, num. 470 pages)

Un expert en stratégie pétrolière est en mission en Irak pour une méga pétrolière au moment où la tension internationale est très élevée. Pendant son séjour, les pires craintes de David se concrétisent. L’ensemble du Moyen-Orient se déstabilise complètement et s’embrase. Alors que des terroristes détruisent les oléoducs, raffineries et les installations pétrolières les plus stratégiques, la panique s’installe à l’échelle mondiale. En effet c’est tout le globe qui risque d’être privé d’énergie, de nourriture, de chauffage, d’essence et j’en passe, cédant ainsi le quotidien aux émeutes, à la violence…notre expert, David tente de retrouver les siens dans ce chaos, mais quand il est attaqué par des tueurs il comprend vite que cette situation explosive est issue d’un complot machiavélique.

La fragilité de l’équilibre…
*Tout s’enchaînera rapidement…
une chose après l’autre,
comme des dominos.
Personne ne s’y attendra…*
(Extrait : LA THÉORIE DES DOMINOS)

Imaginez un instant que, pour toute sortes de raisons et du jour au lendemain, notre approvisionnement en pétrole soit coupé. Quelles seraient selon vous les conséquences à court terme sur notre vie? La nourriture, l’eau, les transports, les communications, l’électricité, les soins de santé, le chauffage et j’en passe?

Dans la THÉORIE DES DOMINOS, Alex Scarrow tombe rapidement dans le vif du sujet et annonce des couleurs plutôt apocalyptiques : J’ai le sentiment qu’il se passe bien plus de choses que l’on sait…tout a commencé par une série d’explosions en Arabie Saoudite, programmée par quelqu’un qui voulait provoquer une colère à grande échelle…(Extrait : LA THÉORIE DES DOMINOS) Les évènements en Arabie Saoudite constituent la chute du premier domino, issue d’un complot machiavélique et, avec un argumentaire redoutable, Scarrow raconte la suite des évènements : anarchie, chaos… Arrêter le flot continu de pétrole, même l’espace d’un court instant, ressemblait à une embolie ou un infarctus dans le corps humain. Cet étranglement ressemblait exactement à cela : une crise cardiaque économique mondiale* (Extrait : LA THÉORIE DES DOMINOS).

Avec une plume impitoyable décrivant les côtés sombres de la nature humaine, LA THÉORIE DES DOMINOS raconte le destin d’une famille éparpillée entre l’Angleterre et l’Irak et qui tente de se réunir à travers l’incroyable chaos provoqué par une crise pétrolière planifiée qui se transforme rapidement en panique mondiale. Cette description anticipée de la chute d’un monde moderne tellement dépendant du pétrole est d’un réalisme à faire frémir et Scarrow n’a pas peur des mots. Il a bâti d’une façon marquante, un thriller anxiogène qui n’est pas sans nous faire réfléchir d’une part sur notre mode de vie actuel et notre dépendance à l’or noir et d’autre part sur l’extrême violence dont l’homme est capable pour survivre.

Ce livre est, et demeurera selon moi, d’une grande actualité puisqu’il évoque les tensions religieuses, politiques, frontalières et pétrolières au Moyen Orient, une partie extrêmement instable du monde que j’appelle la poudrière planétaire. Scarrow ne fait pas dans la dentelle en décrivant un monde de désorganisation brutale et de violence car les premières conséquences d’une coupure subite d’approvisionnement en pétrole touchent inévitablement la nourriture, l’eau, l’électricité. Scarrow démontre avec une logique désarmante que les hommes peuvent être pires que des bêtes.

C’est un livre qui rend captif. La trame est solide, le fil conducteur accrochant, un thriller efficace qui porte à réflexion. Il me rappelle un peu le livre de Barjavel, RAVAGES dans lequel l’électricité cesse d’exister, excellent livre dont j’ai déjà parlé sur ce site.

Je vous recommande LA THÉORIE DES DOMINOS de Alex Scarrow…réaliste à faire peur…*le monde est un vieil homme au cœur fragile et le pétrole est le sang qui coule dans ses veines…* (extrait : LA THÉORIE DES DOMINOS)

Alex Scarrow est né à Nigéria en 1966. Après le collège, il a travaillé pendant 10 ans dans le domaine de la musique, et par la suite une douzaine d’années comme graphiste et concepteur de jeux. Après le collège, il développe graduellement le goût de l’écriture et se spécialise dans la science-fiction. On lui doit entres autres l’octalogie TIME RIDERS. Il a écrit entre temps LA THÉORIE DES DOMINOS et L’EFFET DOMINO qui développe encore une fois un thème qui est cher à l’auteur : La déroute et l’effondrement de la civilisation. Alex Scarrow est le frère de l’auteur bien connu Simon Scarrow.

BONNE LECTURE
JAILU/ CLAUDE LAMBERT
27 novembre 2016

MORT AUX CONS

Mort aux cons

Commentaire sur le livre de
Carl Aderhold

*Je savais enfin contre qui
je me battais. J’avais enfin
mis un nom sur leur visage.
Le con. M’écriais-je,
voilà l’ennemi!*
(Extrait : MORT AUX CONS,
Carl Aderhold, Hachette 2007,
rééd. Fayard 2011. 687 pages

Soucieux de développer une société meilleure basée sur le respect, l’amitié, l’entraide et l’empathie, un homme cible d’abord l’intérêt démesuré que portent les humains pour les animaux. Il décide donc de tuer et faire disparaître les animaux domestiques de son quartier. Si le plan fonctionne au départ, il n’atteint pas vraiment ses objectifs et c’est là que notre homme décide simplement de partir en guerre contre la connerie et d’éliminer une race d’humains qui prolifère un peu trop à son goût : Les cons. Ne réussissant pas à trouver une théorie sans faille sur les cons, à arrêter une définition claire et nette du con typique, il extermine ici et là tous ceux qui l’embêtent ou qui l’ennuient. Le livre prend un peu la forme d’un mode d’emploi tendant aussi à légitimer le combat meurtrier de cet homme contre ceux qu’il trouve cons

Tueur de cons en série
*J’avais l’impression d’être un super-héros qui
vient de découvrir ses superpouvoirs. Littéralement,
je planais au-dessus des choses. Le simple fait de
savoir qu’il existait…une possibilité rapide de
mettre fin à toute nuisance, me procurait un
sentiment de complet détachement vis-à-vis des
contingences…ma démarche est une vraie
démarche scientifique.
(Extrait : MORT AUX CONS)

Au début l’auteur peint le tableau d’un couple normal devant sa télévision où la chatte de la voisine vient se faire câliner. Christine va se coucher, l’homme reste à regarder une émission et se fait mordre par le petit animal. Il décide tout bonnement de la jeter par la fenêtre (4° étage). Elle meurt. Le lendemain, une solidarité se développe vis-à-vis de la maîtresse. Le personnage principal veut voir le retour de l’amitié, plus de contact, de solidarité…. Il extermine donc tous les animaux domestiques du voisinage. Au début sa technique marche mais très vite des clans se forment et se disputent. Il est sur le point de se faire démasquer par la concierge, il la tue donc. C’est à ce moment-là que sa lutte contre les cons commence.Il décide de trouver une théorie pour ne pas faire d’erreurs mais il ne parvient pas à trouver quelque chose de stable.

Il extermine tous ceux qui l’ennuie, d’où il tue « pour un oui et un non » sans raisons bien valables à part que la personne ne lui convient pas au niveau caractère. Il ne se prend pas pour un tueur jusqu’à ce qu’un flic vienne l’arrêter et c’est sa peur de la prison qui lui fait faire son geste. Par la suite il essaye de faire comprendre à l’opinion son combat et d’être légitimé.

Je n’apprécie pas du tout le style de l’auteur, même le but de son ouvrage est négatif. Les tueries sont toutes les fois très répétitives. Il nous peint un personnage peu tolérant, égoïste, qui veut être seul au monde … Heureusement qu’il n’existe personne avec un caractère aussi négatif, même un sérial killer me paraît plus sympathique. On ne retient rien de sa théorie sur les cons, il ne créait rien de bien nouveau. Je suis même choqué qu’un personnage aussi peu tolérant existe dans un roman en effectuant autant de meurtres aussi facilement.

Du coup, je n’ai absolument rien retiré de cet ouvrage (même peu de distraction), aucune théorie, aucune fable :rien . Peut-être n’ai-je pas compris mais j’en doute, le sens réel de ce livre !!!!

Carl Aderhold est un écrivain français né dans l’Aveyron en 1963. Fils de comédiens, il a poursuivi des études d’histoire avant de se spécialiser dans la littérature du XVIIIe siècle. Il est actuellement directeur éditorial chez Larousse dans le domaine des sciences humaines. MORT AUX CONS est son premier livre publié en 2007. (50,000 exemplaires vendus toutes éditions confondues) Ont suivi : LES POISSONS NE CONNAISSENT PAS L’ADULTÈRE en 2010 (15 000 exemplaires vendus en première édition) et FERMETURE ÉCLAIR en 2012.

BONNE LECTURE
JAILU/CLAUDE LAMBERT
20 novembre 2016

BOUILLON DE POULET POUR L’ÂME DES QUÉBÉCOIS

BOUILLON DE POULET
pour l’âme des Québécois

Commentaire sur le livre de
Jack Canfield, Mark Victor Hansen et Sylvain Dion

*J’entends une voix calme et douce qui me chante à l’oreille :
«Bonjour Lise, tu dois bien savoir pourquoi je t’appelle
aujourd’hui?» Et il ajoute cette phrase tant attendue : «LISE,

ON A UN DONNEUR POUR TOI.»*
(Extrait : BOUILLON DE POULET POUR L’ÂME DES QUÉBÉCOIS,
Jack Canfield, Mark V. Hansen, Sylvain Dion, Béliveau Éditeur, 2014,
édition de papier, 430 pages)

BOUILLON DE POULET POUR L’ÂME DES QUÉBÉCOIS est un recueil de 106 courts témoignages et histoires vraies réunis par Jack Canfield et Mark Victor Hansen qui ont créé la série BOUILLON DE POULET POUR L’ÂME, ainsi que Sylvain Dion. Ces textes atteignent un objectif de développement personnel en plus de présenter une vaste mosaïque de la vie des québécois et québécoise. Ces histoires sont vraies, inspirées du quotidien, tantôt heureuses, tantôt dramatiques, tantôt comiques mais toujours touchantes et inspirantes. Elles ont toutes été écrites par des québécois. Sylvain Dion réalise ainsi son rêve de publier le premier livre de la série BOUILLON DE POULET dans une langue originale autre que l’anglais, donc un livre qui n’est pas une traduction et qui réunit des histoires qui ont comme thème commun l’impact de nos relations avec les autres.

Un bouillon d’émotions
*Parfois, il nous arrive des évènements
qui nous semblent insurmontables mais
Qui, selon moi, nous arrivent pour nous
permettre d’ajuster notre vie de façon
plus positive.*
(Extrait : MA PETITE HISTOIRE de Maurice
Robitaille, du recueil BOUILLON DE POULET
POUR L’ÂME DES QUÉBÉCOIS.)

POUR L’ÂME… 

Quand j’étais petit, nos grand-mères considéraient le bouillon de poulet comme une panacée à un tas de bobos : grippe, rhume, nervosité, anxiété, tension musculaire, indigestion, migraines, convalescence et j’en passe. Le bouillon de poulet réchauffait les frileux, apaisait les tensions, réconfortait l’âme et l’esprit. D’une façon plus scientifique, on disait que le bouillon de poulet était bénéfique pour les problèmes articulaires et osseux, pour la peau, les problèmes intestinaux passagers. La plupart des vertus thérapeutiques du bouillon de poulet ont été confirmées avec le temps. Le bouillon de poulet est donc devenu avec le temps un symbole de réconfort tant sur le plan physique que sur le plan psychologique.

Se basant sur cette réalité et sur la formule BOUILLON DE POULET POUR L’ÂME de Canfield et Hansen, Sylvain Dion a eu l’idée de réunir des petits textes touchant l’âme et réchauffant le cœur. Des expériences de vies, des textes québécois pure laine.

DES QUÉBÉCOIS 

Les petits textes réunis dans ce livre viennent de toutes les régions du Québec. Elles ont plusieurs points en commun : elles sont vraies, elles sont résolument positives, elles sont inspirantes, réchauffent l’âme et c’est sans doute vrai pour tout le monde, mais en ce qui me concerne, ces témoignages brassent les émotions. L’ensemble des textes reflète la vie au Québec et tout ce que l’être humain est capable d’offrir en matière d’empathie, d’altruisme et de partage. Plusieurs de ces histoires peuvent amener les lecteurs à penser différemment sur la valeur de la vie et sur la façon de surmonter les obstacles.

Il est difficile de critiquer un tel livre. Cent six histoires courtes écrites par autant de personnes. C’est un recueil de témoignages, des faits authentiques qui se sont déroulés au quatre coins du Québec…un partage d’expériences, de souvenirs. Des thèmes universels comme l’amour, la famille, le courage et la réalisation de ses rêves nous amène à nous questionner et à réfléchir sur ce qui compte vraiment dans la vie : *Je sais aujourd’hui qu’il est important de suivre son instinct et de ne pas avoir peur du changement. La vie nous amène toujours vers quelque chose de plus grand…il faut faire confiance au lieu de résister au changement. Si un échec survient, c’est pour nous amener à prendre conscience de ce qui nous entoure, afin de mieux nous épanouir par la suite.* (Extrait, BOUILLON DE POULET POUR L’ÂME DES QUÉBÉCOIS, texte : MA PETITE HISTOIRE, par Maurice Robitaille)

Voilà. Ce que je peux dire, c’est que c’est un livre positif *mur à mur*. Beaucoup d’éléments amènent au développement personnel et ça vient nous rappeler que tout n’est pas noir dans la vie, qu’il y a du bon en nous, autour de nous et chez les autres. Il faut prendre ce livre pour ce qu’il est vraiment un recueil de témoignages qui nous outille pour mieux faire face à la vie et à notre propre développement.

Pour terminer, je vous ferais part d’un avis très personnel. Pour moi BOUILLON DE POULET POUR L’ÂME ne devrait pas être lu d’un seul coup. C’est un livre étourdissant qui réunit plus d’une centaine de témoignages arrivant à peu près aux mêmes conclusions, mais de différentes façons. J’ai eu une petite impression de redondance, et je dois gérer une tempête d’émotions. Moi je suggère évidemment de lire le livre au complet car il est évident que chaque texte est une expérience et mérite d’être lu. Mais il faut le lire à petite dose, par épisode. Il pourrait faire une petite diversion dans vos lectures.

Imaginez qu’on vous sert un bouillon de poulet brûlant. Vous le humez, soufflez un peu dessus, le gouttez du bout de la langue, soufflez à nouveau, le posez sur une table et vous y revenez par la suite. Vous buvez lentement et vous savourez. Je pense que c’est de la même façon que vous devez lire BOUILLON DE POULET POUR L’ÂME DES QUÉBÉCOIS afin d’en tirer un maximum de satisfaction.


        Jack Canfield             Mark Victor Hansen             Sylvain Dion

QUELQUES AUTRES BOUILLONS

BONNE LECTURE
JAILU
6 novembre 2016