MISSION PAS POSSIBLE 2

MISSION PAS POSSIBLE 2

Commentaire sur le livre de
NADINE POIRIER
(POUR LES 7 À 10 ANS)

*Ce soir, ma grand-mère et moi, on s’ennuie
toutes les deux devant une émission de télé
réalité…alors, je lui propose de jouer avec
moi à un jeu vidéo. –Allez Mamie, c’est facile!
Ma belle Samuelle, je ne dis pas non. Mais
tu sais que je ne connais rien à tout çà.*
(Extrait : MISSION PAS POSSIBLE No 2, Nadine
Poirier, Les Éditions Héritage, 2016, collection
Grand Roman Lime, Dominique et Compagnie,
littérature jeunesse, 7 à 10 ans, édition de
papier, 109 pages)

MISSION PAS POSSIBLE raconte les aventures de Samuelle, 10 ans, une petite fille intrépide et astucieuse, toujours prête à remplir une mission pas possible. Samuelle adore sa grand-mère, Mamie Marion : une super-mamie qui a passé sa vie à faire des activités risquées comme le moto-cross et le ski nautique, mais là, il semble que Mamie Marion ait bien changé. Un soir où elles s’ennuyaient toutes les deux, Samuelle décide d’initier sa grand-mère aux jeux vidéo. Mais voilà, Mamie passe de plus en plus de temps à ces jeux. Deviendrait-elle accro? Samuelle se confie à sa meilleure  amie, Marilie, et se lance dans une nouvelle mission pas possible.

Y’A PAS D’ÂGE!
*Elle est devenue folle des jeux vidéo.
-Génial! Je le savais que ta grand-
mère était encore cool. -Tu veux rire?
Elle est complètement accro. Grrr*
(Extrait : MISSION PAS POSSIBLE No 2)

Il n’y a pas de plus beau défi que d’amener un enfant à aimer les livres et la lecture. Encore faut-il que l’enfant soit bien servi dans ce domaine. Heureusement, la littérature-jeunesse québécoise est abondante, variée et vigoureuse. Cette littérature couvre toutes les étapes de l’apprentissage en matière de lecture, la première étant les petits livres qui développent l’abécédaire, la seconde étant les petites histoires qui sont de nature à stimuler l’imagination, créer des émotions et écrites d’une façon qui permet aux enfants d’en tirer une petite leçon à la fois instructive et amusante comme c’est le cas pour MISSION PAS POSSIBLE.

Les enfants de 7 à 10 ans vont se reconnaître dans les petites histoires de Nadine Poirier. On retrouve Samuelle, bien sûr, sa meilleure amie, Marilie, on sait que l’amitié naissante est une pierre précieuse chez les enfants,  il y a aussi Fannie, la fatigante de la classe, papa, maman et évidemment Mamie Marion, une grand-mère pas comme les autres et qui en a long à raconter.

Ce petit livre a plus d’une centaine de pages, mais les lettres sont très grosses, les chapitres très courts et le tout est agrémenté par les superbes illustrations de Géraldine Charrette qui a le don de mettre un texte en valeur et contribuer à rendre l’histoire vivante. Ce petit livre peut-être lu seul par un enfant bien sûr mais il se prête très bien aussi à une belle interaction entre l’enfant et un raconteur comme maman, papa, mamie ou papi. Avec ce livre on peut passer une belle petite demi-heure avec son enfant et il se prête très bien aussi à des séances de lecture animée pour petits groupes, dans une garderie par exemple.

Ajoutons à tout cela que MISSION PAS POSSIBLE No2 développe un sujet très actuel qui concerne la plupart des enfants, pré-ados, ados et beaucoup d’adultes aussi : l’addiction à ce générateur de plaisir que sont les jeux vidéo. Notez bien qu’il n’y a rien de moralisateur dans cette histoire, bien au contraire mais elle peut faire réfléchir sur les risques, les dangers et les conséquences d’un *accrochage* aux jeux vidéo, tablettes, smartphone et autres gadgets électroniques que les jeunes expérimentent de plus en plus tôt. L’auteure pointe du doigt la cyberdépendance mais sans juger, au contraire, la finale du livre est tellement mignonne.

Évidemment, j’ai lu ce petit opus en moins de 15 minutes. J’ai fait diversion dans mes lectures habituelles (et je le ferai encore) pour attirer votre attention sur l’importance de la lecture comme outil d’apprentissage pour introduire les enfants dans un univers d’émotions et de belles découvertes. On a tout ce qu’il faut au Québec pour garnir une bibliothèque d’enfants d’autant qu’on y ajoute maintenant un nouveau fleuron : MISSION PAS POSSIBLE. J’ai adoré…

Nadine Poirier est une écrivaine québécoise née à Bonaventure en Gaspésie. Détentrice d’un baccalauréat en récréologie à l’Université du Québec à Trois-Rivières, elle organise pendant 15 ans les loisirs socioculturels dans une école secondaire avant de se plonger dans l’écriture et de publier son premier titre en 2006 : OLGA LA FILLE AUX PELURES D’OIGNON. Elle devient écrivaine à temps plein en 2010. Elle ne fait pas qu’écrire, elle met beaucoup de cœur et de temps pour faire la promotion de la lecture dans les écoles et bibliothèques partout à travers le Canada francophone.  Elle a obtenu en 2014, le prix AQPF-ANEL pour son roman ADIOS.

BONNE LECTURE
JAILU
26 juin 2016

LE WAGON

LE WAGON

Commentaire sur le livre de
Philippe Saimbert
et
Isabelle Muzart

*La lumière aveuglante, les sons terrifiants et
L’aspect des apparitions plaidaient pour une
rencontre du troisième type…Cette lumière,
poursuivit Hunt, comme dans tous ces films
de science-fiction…croyez-vous que…enfin…*
(Extrait : LE WAGON de Philippe Saimbert et
Isabelle Muzart, Éditions Asgard, 2011, num.
245 pages.)

Dans un voyage organisé, un train emporte un groupe de voyageurs désireux de voir de leurs yeux de mystérieux phénomènes rapportés par la presse d’un petit pays d’Europe centrale. En pleine nuit, leur wagon se détache, laissant les voyageurs seuls au milieu de nulle part entourés d’une inquiétante forêt recouverte d’un épais brouillard. S’ensuit une chaîne d’évènements qui plongent les voyageurs dans un effroyable cauchemar : bruits insolites, apparitions étranges dans un environnement devenu hostile et surnaturel et finalement, les morts brutales  qui s’enchaînent. Malgré cette atmosphère qui leur glace le sang, les voyageurs s’interrogent : s’agit-il d’une rencontre du troisième type ou peut-être quelque chose de pire encore? Et qui d’entre nous pourra survivre à cet horrible cauchemar?

EFFROI AU MILIEU DE NULLE PART
*Il vit avec horreur ses enfants précipités dans
le vide, jambes en avant. Il se propulsa vers
eux, bras tendus pour les attraper dans ses
bras, quand leur chute fut brutalement stoppée
à un mètre du sol. Une autre corde était passée
autour de leur cou. Elle venait de se tendre et de
briser leur nuque en un insoutenable craquement
de vertèbres…*
(Extrait : LE WAGON)

 C’est une histoire très étrange, imprégnée d’un puissant caractère onirique. Elle n’est pas facile à suivre et à comprendre car il y a des ruptures dans le fil conducteur et la psychologie qui sous-tend l’ensemble suscite plus de questions que de réponses. Toutefois, si on se donne la peine de porter attention et de se concentrer, on ne peut qu’admirer le talent de Saimbert et Muzart qui nous entraînent dans un monde fantastique, bizarre et mystérieux aux frontières du rêve et du surnaturel.

Quoique l’ensemble soit complexe, l’idée de départ est simple : un voyage organisé, en train, dans le but d’assister aux évènements surnaturels annoncés dans les journaux et qui se déroulent en pleine forêt, traversée par le chemin de fer. Il faut dès le départ bien saisir le but du voyage et surtout, saisir la psychologie des personnages, disparates, tantôt sympathiques, tantôt méprisables. C’est indispensable pour bien apprécier leurs réactions aux évènements qui les attendent.

Je le rappelle, l’histoire est complexe. Mais pour le peu qu’on se livre à une lecture attentive, avec l’esprit ouvert, la plume des auteurs nous entraîne irrésistiblement à nous mettre à la place des personnages qui, une fois seuls, abandonnés au milieu de nulle part s’enlisent graduellement dans un cauchemar indescriptible dans lequel l’angoisse devient omniprésente mettant au grand jour les pires faiblesses humaines.

Tout au long de la lecture, je me suis questionné sur la nature des évènements décrits et le pourquoi d’une violence parfois aussi démesurée. Car c’est violent…très violent avec des passages à soulever le cœur. Mais cette violence devait être exprimée pour tendre à la compréhension du récit et là-dessus, il faut être patient jusqu’à la finale qui est, soit dit en passant, totalement imprévisible et pas simple du tout…j’ai dû la relire plusieurs fois pour me rendre compte que ça valait vraiment la peine de se rendre jusqu’au bout.

Ce livre m’a imposé une réflexion sur l’incroyable complexité de l’esprit humain, le passé qui nous rattrape, le futur qui nous angoisse et les effets de l’introspection souvent imposée par l’horreur d’une situation complexe telle que celle qui est décrite dans l’histoire.

Je recommande ce roman fantastique aussi fluide que complexe mais bien bâti, un peu dérangeant, violent à en atteindre le malaise et qui devrait toucher de plein fouet le cœur et l’esprit de tous lecteurs attentifs.

Philippe Saimbert est un romancier, scénariste et spécialiste de la bande dessinée né en France en 1962. Il a à son actif plusieurs albums de BD dans les tendances fantastique et science-fiction, mais il a touché aussi à l’humour avec entre autres OBJECTIF RENCONTRES publié chez Joker. Ses polars ont aussi contribué à sa notoriété comme sa série LES ÂMES D’HÉLIOS publiée chez Delcourt. Un de ses grands objectifs est de tenter l’adaptation de son roman LE WAGON au cinéma écrit avec la complicité d’Isabelle Muzart. Ça pourrait donner un résultat extrêmement intéressant.

J’espère bien que le projet d’adaptation du livre au cinéma ce réalisera.

Isabelle Muzart est une écrivaine française née à Alençon en 1966. Très jeune, elle développe rapidement un goût pour la lecture et bien sûr, l’écriture va suivre. Et suivra pour l’auteure une très belle aventure littéraire. J’ai été impressionné en particulier par son livre L’INAVOUABLE SECRET, un excellent thriller policier. Sa collaboration avec Philippe Saimbert a aussi donné comme on le sait un excellent résultat. Je lisais récemment une citation de l’auteure publiée en 2009 sur ladepeche.fr : *Moi j’aime lire. La lecture ouvre l’esprit sur d’autres vies.*

BONNE LECTURE
JAILU
12 JUIN 2016


LE SICARIER

MYSTÈRE À SEPT-ÎLES

  *Démembrement humain, expliqua Normand
Vandal, en désignant du doigt les restes humains
placés sur sa table d’autopsie en inox…*
(extrait : LE SICARIER, Danny Philippe Desgagné, Les
Éditions SM, collection Triskèle, 2006, éd. Papier)

Commentaire sur le livre de
Danny-Philippe Desgagné

LE SICARIER

Intrigue sur fond de surnaturel qui se déroule à Sept-Îles. Le détective Dorian Verdon enquête sur le meurtre d’une religieuse. Mais l’enquête piétine et la seule piste même difficilement exploitable qui lui reste, est de suivre l’incroyable raisonnement d’un mystérieux personnage appelé Thomas qui prétend être un ange, réincarné dans le corps d’un héroïnomane, ce qui lui donne l’apparence d’un illuminé. Le meurtre de la religieuse ne serait qu’un mince élément de quelque chose de beaucoup plus grand : rien de moins qu’un complot ourdi par Lucifer dans le but de prendre le contrôle de l’humanité. Les évènements amèneront Dorian Verdon à faire équipe avec le mystérieux personnage dans l’enquête la plus invraisemblable et la plus complexe de sa carrière.

LES DOGMES À L’ÉPREUVE

*J’oubliais l’âme. Vous lui avez donné même
un poids : 21 grammes.
N’est-ce pas merveilleux.*
(extrait : LE SICARIER)
SICAIRE : littéraire. Tueur à gages (Larousse)

Le SICARIER est le deuxième roman de Danny Desgagné. Le récit développe une histoire dans laquelle se chevauchent une enquête policière musclée et un amalgame de faits historiques et mythologiques évoquant une tentative de retour de Lucifer sur terre.

Si la trame de l’histoire n’est pas vraiment d’une grande profondeur psychologique, son sujet est original et au passage, écorche nos plus profondes croyances judéo-chrétiennes. À moins d’avoir l’esprit très ouvert, les Catholiques purs et durs n’apprécieront peut-être pas car les dogmes de l’église sont soumis à rude épreuve. Voici un extrait qui en dit assez long là-dessus, celui qui parle étant Thomas, ange réincarné, contemporain de Jésus : *Pour me suivre, il est obligatoire que tu remettes le compteur de toutes tes croyances à zéro. Quand je dis toutes, cela vaut aussi pour les fables Judéo-chrétiennes serinées par ton oncle du haut de sa chaire* (extrait LE SICARIER, p.285)

Les miracles sont démystifiés et tout y passe…de la multiplication des pains à la résurrection de Lazare en passant par Jésus qui marche sur les eaux. Certaines explications sont tellement plausibles qu’elles m’ont laissé très songeur.

Je crois avoir compris que le but de l’auteur n’était pas de remettre en cause les fondements de l’Église Catholique, mais bien de livrer une enquête criminelle par moments tellement irrationnelle qu’elle pousse le lecteur à la réflexion, entre autres sur l’obscurantisme et la façon parfois spectaculaire dont la vérité peut se tordre et se déformer avec le temps. Au départ ce livre est avant tout une fiction policière.

J’ai trouvé dans ce livre tout ce que j’apprécie habituellement dans mes lectures : les chapitres sont courts à quelques exceptions près, l’intrigue est développée habilement, le langage est clair. Il est facile de s’attacher aux personnages principaux, Thomas l’ange réincarné et l’enquêteur Dorian Verdon malgré leur caractère impulsif, Verdon en particulier n’est pas un tendre. L’enchaînement des évènements est rapide même si l’ensemble peut accuser certaines longueurs dans les dialogues, notamment ceux qui tendent à démystifier les miracles (Mais la lecture en vaut la peine).

C’est un livre audacieux (une audace qui me rappelle un peu Dans Brown) et je n’hésite pas à vous le recommander. Je sais qu’il peut être difficile à trouver sur le marché du livre, mais s’il vous intéresse vraiment, je vous invite à communiquer avec l’auteur à cette adresse :  triskele@cgocable.ca

Je vous invite aussi à consulter le site internet http://www.dpdesgagne.com

Danny Philippe Desgagné est originaire de Chicoutimi et vit actuellement à Sept-Îles. Du moins au moment d’écrire ces lignes. Bien qu’il ait complété des études en Communication à l’Université d’Ottawa, c’est l’écriture qui s’est emparée de sa vie. Son premier roman, Irimi publié en 2000 lui a valu une mention au Prix Abitibi-Consolidated et son second ouvrage, Le Sicarier, publié en 2006, reçoit à son tour une mention au Prix Saint-Pacôme. En novembre 2009, Danny Philippe Desgagné publie LA FLAMME ET L’ABÎME, avec le même style d’écriture mais qui entraîne le lecteur dans un monde très différent : l’univers des DONJONS ET DRAGONS.

BONNE LECTURE
JAILU
JUIN 2016