LA THANATOLOGIE DÉMYSTIFIÉE

AVIS DE DÉCÈS
Les tribulations d’un croque-mort

Commentaire sur le livre de
Daniel Naud

*Et cette chose me guette, en attente, les
mâchoires exhibées. Installé entre les
pédales de frein et d’accélération, le crâne
de l’homme me fixe de ses sombres orbites
vides. Tombé de son emplacement
original, il repose entre les pieds de son
propre corps.*
(Extrait : AVIS DE DÉCÈS les tribulations d’un
croque-mort, Daniel Naud, Perro éditeur,  2013,
édition numérique, collection i book)

AVIS DE DÉCÈS LES TRIBULATIONS D’UN CROQUE-MORT est un recueil anecdotique inspiré de l’expérience personnelle et professionnelle de l’auteur, le québécois Daniel Naud, thanatologue depuis 1992. L’auteur répond à presque toutes les questions que se pose le commun des mortels sur son métier, dévoilant ainsi les aspects techniques et rituels généralement classés par le grand public comme des mystères. Mais pour l’auteur, il n’y a pas de mystère, seulement une retenue imposée par le respect, les traditions et les émotions. Les explications livrées par les différents récits contribuent à apporter une meilleure compréhension sur un monde mystérieux, un mystère qui a toujours terrorisé les humains : la mort… un vécu d’embaumeur raconté d’une façon très personnelle, parfois avec humour, mais surtout avec respect.

La thanatologie démystifiée
*Ce recueil ne vise pas le sensationnalisme, mais
bien la présentation des facettes cachées du
domaine funéraire, et le partage d’histoires
parfois touchantes, drôles, stupéfiantes et
même à lever le cœur*
(Extrait du prologue de AVIS DE DÉCÈS LES
TRIBULATIONS D’UN CROQUE-MORT)

AVIS DE DÉCÈS est un ouvrage original qui ouvre la porte sur un monde fascinant qui suscite de nombreuses interrogations et ce, depuis les origines de la vie : LA MORT. L’auteur sait de quoi il parle puisqu’il est lui-même thanatologue depuis de nombreuses années. Dans ce recueil, Naud a soigneusement évité les artifices, l’humour crasse. Il n’est pas question non plus de vie après la mort. Je dirais plutôt que ce livre, dans lequel le respect est omniprésent, développe un sujet aussi mystérieux que la mort elle-même : la thanatologie et la thanatopraxie, c’est-à-dire la gestion de la mort. Pour en parler, l’auteur a choisi de raconter, de façon personnelle et directe, quelques histoires tirées de son vécu d’embaumeur.

Dans ses récits, Daniel Naud nous livre, de façon exhaustive, les grands thèmes qui se rapportent à sa vocation en commençant par sa propre perception de la mort, l’aspect rituel, les aspects techniques comme ceux relatifs à la décomposition, la préservation d’un corps et tout ce qui doit être fait avant l’exposition y compris l’accompagnement des familles en deuil, les aspects complexes de la récupération de corps sur les lieux d’accident, les risques liés à son métier et les sentiments qu’il éprouve…

C’est un récit simple, dépourvu de sensationnalisme qui nous rappelle que les thanatologues sont des êtres humains et empathiques. On ne peut rester indifférent à un tel livre parce que la mort fait peur, mais la fin de la vie suscite tellement de questionnements, de curiosité qu’on ne peut résister à un récit développé avec autant de délicatesse que de franchise. Dans ce recueil, j’ai ressenti de l’émotion…une émotion stimulée par un choix approprié des mots et un certain humour empreint d’une bienfaitrice retenue.

Malgré quelques passages morbides obligés, le livre est équilibré et bien ventilé et livre même des moments qui nous arrachent quelques sourires comme par exemple dans le chapitre COUP DE FOUDRE AU CIMETIÈRE où l’auteur raconte comment il est tombé en amour ou encore le chapitre L’HABIT NE FAIT PAS LE MORT qui raconte une incroyable confusion de vêtements sur des défunts.

Ce livre est un peu plus qu’un simple ABC de la thanatologie car la vie professionnelle et même personnelle de ce que l’on appelle encore aujourd’hui un croque-mort y est livrée avec la mémoire des yeux et du cœur. Pour ma part, je crois que ma curiosité a été satisfaite.

Daniel Naud est un thanatologue et écrivain québécois né à St-Félicien, au Lac St-Jean, en 1971. Il évolue de près ou de loin dans le domaine funéraire depuis une vingtaine d’années et il adore ce métier qui lui permet d’aider les gens tout en vivant diverses émotions. Passionné depuis toujours par les sciences et la littérature, il poursuit avec bonheur son rêve d’écriture.

BONNE LECTURE
JAILU
OCTOBRE 2015

HA!…CES HUMAINS…

LES 9 VIES D’EDWARD

Commentaire sur le livre de
Chrystine Brouillet

*Edward sauta sur la table de la terrasse pour méditer
au soleil. La lavande et les rosiers miniatures attiraient
des abeilles qui l’auraient sûrement agacé s’il n’avait
été aussi préoccupé par le festin de sa maîtresse. Les
miaulements saccadés de Muscade, une jeune beauté
siamoise qui cherchait un compagnon de jeu, lui
apportèrent la solution.*
(extrait LES 9 VIES D’EDWARD de Chrystine Brouillet, Denoël,
1998, 240 pages)

Ce récit raconte l’histoire de la 9e et dernière vie d’un chat nommé Edward et de l’amour inconditionnel qu’il éprouve pour sa maîtresse *à deux pattes* : Delphine Perdrix, photographe de son métier. Edward s’est mis en tête de trouver un mari pour sa maîtresse. Mais qui??? Pour trouver le candidat parfait, Edward fouille dans ses vies antérieures et trouve finalement le *deux pattes* idéal : Sébastien Morin, un jeune homme qu’il a connu au XVIIe siècle alors qu’il voyageait vers la Nouvelle France. Edward décide de relever le plus grand défi de ses neuf vies : trouver le corps dans lequel s’est incarné Sébastien Morin. Même si Edward a reçu le don de télépathie, sa quête s’annonce périlleuse…

Ha…Ces humains…

*Edward devait l’aider à trouver celui qui la rendrait
heureuse. Il allait se consacrer à cette quête et,
avant de mourir, voir Delphine s’épanouir. Il
aspirait au paradis des chats, au repos éternel,
sans autre vie à revivre, mais pour jouir de cette
paix il devait s’assurer du succès de sa mission.
(extrait : LES 9 VIES D’EDWARD)

C’est un livre tout à fait à la hauteur du talent de Chrystine Brouillet. Il raconte simplement et de façon parfois émouvante la vie de Delphine Perdrix et de son chat Edward. Je n’aime pas particulièrement les chats et je suis sûr que madame Brouillet sait très bien que nombre de ses lecteurs n’aiment pas les chats. Elle s’est simplement organisée pour qu’on les voit de façon différente et ce, avec beaucoup d’intelligence et de subtilité en permettant entre autres à son Edward de jeter un regard très critique, parfois amusé, parfois amusant sur cette bizarrerie à deux pattes qu’est l’être humain.

En fait, le livre comporte deux éléments particuliers qui ont retenu toute mon attention : d’abord les personnages en général et Delphine en particulier : une jeune femme dont la vie est centrée sur la conquête des hommes, la perfection professionnelle et l’amour inconditionnel qu’elle éprouve pour Edward, son chat abyssin qui en est maintenant à sa neuvième et dernière vie. Et justement, pour finir en beauté ses 9 vies, Edward s’est fixé comme objectif de trouver un homme pour Delphine…un homme qui serait l’amant parfait et le mari idéal…

Mais c’est surtout dans les 9 vies d’Edward que reposent toute l’originalité et la richesse du récit de Chrystine Brouillet. On peut dire que dans toutes ses vies, Edward a tout vu ou presque comme en fait foi cet extrait : *…il était en Égypte, sous la XXIIe dynastie, et à Paris en 1997, il avait vécu l’occupation et la première exposition universelle, l’un des passages de la comète de Halley, une traversée éprouvante vers un pays giboyeux…* (extrait LES 9 VIES D’EDWARD).

Donc notre ami Edward a connu Nefertari et le faste de la Cour d’Égypte…il a connu l’inquisition et j’en passe. Il en a suffisamment vu pour pouvoir porter un regard critique sur la nature humaine. De plus, l’auteure a doté son héros d’un don spécial (hérité d’une sorcière dans une de ses vies) : celui de capter par le toucher (ou la lèche) les émotions et les rêves humains et de pouvoir transmettre à ceux-ci des pensées en arrière-plan. J’ai trouvé ça génial car ça donne au texte une remarquable plus-value.

Edward cherche, dans sa dernière vie, l’incarnation d’un personnage qu’il a connu dans une de ses vies, en fait celle qu’il a vécue pendant la grande édification de la Nouvelle-France : un homme tout indiqué pour Delphine : le fameux Sébastien Morin : une quête noble et dangereuse.

C’est dans cette quête de la perfection et dans le caractère introverti de Delphine qu’une intrigue captivante prend naissance. Car il faut le dire…Delphine *ne l’aura pas facile*.

Chrystine Brouillet ne m’avait pas déçu comme auteure jeunesse, voilà maintenant qu’elle me surprend dans un roman pour adultes. Avec LES 9 VIES D’EDWARD, elle nous propose un livre léger, agréable à lire, un peu grandiloquent mais très original, fruit d’une recherche raisonnée et sûrement d’un petit faible pour les chats. Il est vrai que la description des vies d’Edward a tendance à noyer l’intrigue mais moi j’ai pu composer avec ça surtout parce qu’Edward est attachant et drôle. Je vous recommande ce livre ne serait-ce que pour sortir des sentiers battus.

Chrystine Brouillet est une auteure et chroniqueuse québécoise née le 15 février 1958 à Loretteville. Elle décroche le prix Robert Cliche dès le tout début de sa carrière avec CHÈRE VOISINE publié en 1982. De 1992 à 2002, elle publie près d’une douzaine de romans pour la jeunesse, surtout à la Courte Échelle. Cette période de sa carrière a été marquée par de nombreux prix prestigieux. Mais ce qui fait que Chrystine Brouillet est passée au rang des auteurs les plus lus au Québec, tient d’un personnage qu’elle a créé, une femme inspecteur de police, héroïne d’une série policière de 1987 à 2013 : MAUD GRAHAM. La carrière de Chrystine Brouillet est gratifiée d’une prestigieuse reconnaissance littéraire dont l’Ordre de la Pléiade et en 1995, le grand prix littéraire Archambault.

BONNE LECTURE
JAILU
OCTOBRE 2015

ZEUS DE NEW-YORK

Percy Jackson 1
LE VOLEUR DE FOUDRE

Commentaire sur le livre de
Rick Riordan

*Nous étions en route pour Los Angeles. Nous
étions censés trouver l’entrée des Enfers. Ma
mère…Sally Jackson. Il fallait que je la retrouve.
Il fallait que j’empêche Hadès de déclencher la
troisième guerre mondiale.*
(extrait de PERCY JACKSON tome 1, LE VOLEUR DE
FOUDRE, Rick Riordan, éditions Albin Michel,
collection WIZ, 2006, 273 pages. Éd. Numérique)

C’est l’histoire de Percy Jackson, un jeune garçon énergique de 12 ans. Après une série d’évènements surnaturels,  la vie de Percy va basculer quand il apprend que les Dieux de la mythologie grecque existent vraiment et qu’ils ont pour demeure le Mont Olympe, accessible par le toit de l’Empire State building. Mais il y a pire pour Percy quand il apprend qu’il est lui-même demi-dieu, fils de Poséidon et qu’on l’accuse d’avoir dérobé l’Éclair Primitif, symbole de la puissance de Zeus. Une guerre sans merci couve et elle aura pour théâtre le monde entier. Avec l’aide de son ami Grover, Percy devra découvrir qui est le véritable voleur de foudre et sauver le monde d’une fin atroce.

JE VOUS PRÉSENTE PERCY…

Rick Riordan a créé pour la jeunesse, un héros attachant et sympathique. Percy Jackson est un jeune garçon de 12 ans au départ de la saga. C’est un jeune un peu turbulent, énergique, curieux, imaginatif.

Percy est un jeune de son temps…un jeune comme tous les jeunes…avec toutefois un gros plus…il est le fils d’un dieu et ça fait de lui un demi-dieu. Dans le VOLEUR DE FOUDRE, Percy apprend sa vraie nature et apprend avec stupéfaction que son meilleur ami Grover Underwood est un satyre (masculin de Nymphe), lui aussi demi-dieu à corps humain avec des jambes de bouc.

Percy adhère à la colonie des sang-mêlé où tous les demi-dieux s’entraînent pour survivre et combattre les plans de dieux malfaisants.  C’est là que Percy Jackson se verra confier sa première mission : découvrir qui est le voleur de foudre et restituer à Zeus l’Éclair Primitif. Plusieurs autres quêtes suivront et toutes ces aventures sont magnifiquement bien détaillées dans les cinq volumes de la saga. Voici les quatre titres qui suivent le VOLEUR DE FOUDRE :

 

 

 

 

 

 

ZEUS DE NEW-YORK
(OU la mythologie grecque servie à la moderne)
*Nous avions presque atteint le bord lorsque les miroirs se sont ouverts
comme des écoutilles et que des milliers de minuscules…choses métalliques
ont déferlé. Anabeth a hurlé. C’était une armée de bestioles mécaniques :
des corps de bronze, de petites gueules crochues…qui fonçaient sur nous…
-Des araignées…les créatures mécaniques sortaient du pourtour par millions…*
(Extrait de PERCY JACKSON 1, LE VOLEUR DE FOUDRE)

Je dois dire que j’ai été agréablement surpris par ce livre qui adapte de façon assez remarquable les dieux de la mythologie grecque au goût du jour et là les trouvailles sont nombreuses et issues d’une imagination pour le moins fertile. Par exemple, le fait que le Mont Olympe soit accessible par l’Empire state building de New-York. Il suffit, pour les initiés, de demander le 600e étage…c’est tout simple….

Ma plus belle surprise a été le passage dans lequel Percy Jackson et ses amis se retrouvent aux Enfers devant HADÈS qui explique ses soucis administratifs, décrivant les enfers comme un territoire, avec des départements et des sous-départements. Ça m’a arraché des sourires car dans LE VOLEUR DE FOUDRE, l’auteur a réalisé comme une jonction entre le drame, l’héroïsme et l’humour.

Évidemment c’est grandiloquent…des enfants qui combattent des dieux, c’est pousser l’héroïsme juvénile très loin et beaucoup de lecteurs pourraient se sentir abusés mais moi ça m’a plus, en particulier parce que j’ai pu renouer avec l’imagerie de l’Iliade qui m’a tant fasciné quand j’étais adolescent : les dieux, demi-dieux, héros, satyres, minotaures, monstres, la méduse, Cerbère le chien à trois têtes gardien des enfers, les hydres, les furies et j’en passe…le tout servi dans un cadre moderne et avec un humour bien dosé..

LE VOLEUR DE FOUDRE n’est pas pour moi un coup de cœur à proprement parler mais j’ai quand même  beaucoup apprécié ce livre : il est rythmé, les enchaînements sont rapides, les jeunes personnages sont attachants et bien qu’invraisemblables et parfois délirants, les rebondissements sont nombreux et spectaculaires et le tout est fort bien mis en évidence par les effets spéciaux du septième art. Il faut simplement se rappeler que Percy Jackson est un jeune héro créé pour la jeunesse…l’adulte que je suis y a trouvé largement son compte.

Richard Russel Rick Riordan Jr est un auteur américain né en 1964 au Texas. Dès le début de sa carrière, il connaît une réussite fulgurante avec la TRES NAVARRE une série mystère pour adultes (7 volumes publiés de 1997 à 2007) qui a remporté plusieurs prix prestigieux, dont, le prix Edgar Allan Po. Dès 2005,  il entreprend la série PERCY JACKSON, 5 volumes, et par la suite, LES HÉROS DE L’OLYMPE (la suite de la saga PERCY JACKSON), 5 volumes de 2011 à 2015. Riordan a aussi publié plusieurs romans, recueils, essais et séries dont LES CHRONIQUES DE KANE et la fameuse SÉRIE LES 39 CLÉS, début de publication : 2011

Au moment d’écrire ces lignes,  La Twentieth Century Fox avait acheté les droits cinématographiques de la série PERCY JACKSON.  deux films sont sortis :

 

 

 

 

En 2009: LE VOLEUR DE FOUDRE, réalisé par Chris Columbus. Scénariste: Rick Riordan.

 

 

 

 

 

 

 

En 2013: LA MER DES MONSTRES, réalisé par
Thor Freudenthal. Scénariste: Rick Riordan

BONNE LECTURE
JAILU
OCTOBRE 2015