LE JOUET DES DIEUX

 L’ILIADE ET L’ODYSSÉE

D’après le livre d’HOMÈRE

*Zeus s’irrita à son tour : -Quel mal Priam et ses enfants
t’ont-ils fait pour que tu sois si résolue à détruire leur
belle ville? De toutes les cités du monde, Troie est la
plus chère à mon cœur.
-Tout ce que je te demande répondit Héra, est de
permettre à Athéna de descendre sur le champ de
bataille et de pousser les Troyens à rompre la trêve.
(extrait d’un document conçu par Jean-Philippe Marin et
basé sur L’ILIADE d’Homère, 1956, édition des Deux Coqs
d’or, adap. : Jane Werner Watson, 135 pages, éd. Num.)

L’ILIADE ET L’ODYSSÉE est un document basé sur le livre du même nom, adapté du poème original d’Homère par Jane Werner Watson. Le document ainsi que le site internet qui y est associé ont été conçus et réalisé par Jean-Philippe Marin, écrivain essentiellement numérique qui a passé sa jeunesse à Athènes en Grèce. C’était  sans doute l’endroit parfait pour se lier au chef d’œuvre de la littérature grecque racontant une épopée de la Grèce antique et attribué à Homère qui prête vie à des personnages célèbres de la mythologie grecque : Achille, Hector, Athéna, Pâris, Agamemnon, ainsi qu’à une forteresse à conquérir : Troie.

LE JOUET DES DIEUX
*Mais le géant au cœur sans pitié répondit :
-Tu es bien naïf si tu crois qu’ici, nous nous
soucions des Dieux. Nous sommes plus forts
qu’eux.
Là-dessus, il étendit les bras et saisit deux
des hommes. Il leur brisa la tête contre terre,
puis découpa leurs membres et en fit son souper.*
(extrait de L’ILIADE ET L’ODYSSÉE)

L’Iliade et L’Odyssée sont deux des plus belles histoires de la littérature. C’est avec Homère que je suis devenu un passionné de la littérature grecque et quand j’ai besoin d’une diversion dans mes lectures, je replonge dans le fabuleux récit épique et poétique du célèbre aède.

Il y a plusieurs raisons à cela. D’abord, il y a les Dieux de l’Olympe, ces yoyos qui prennent le parti des hommes un jour et qui se retournent contre eux le lendemain. Il y a surtout des hommes qui par leur courage et leur ténacité ont bravé les Dieux afin de limiter leurs excès et leur faire comprendre que le jour où les hommes choisiront de ne plus croire aux Dieux, ceux-ci ne seront plus rien.

Et puis il y a le côté fantastique du récit qui réussit chaque fois à pousser mon esprit à la dérive, à m’imaginer que je suis aux côtés d’Ulysse bravant le cyclope, déjouant les ruses de Circée ou s’apaisant dans les bras de Calypso car tel est le pouvoir d’Homère, celui d’agripper le lecteur, l’entraîner dans un univers onirique et lui faire connaître des personnages puissants, mystérieux, orgueilleux et susceptibles :  Zeus, Athéna, Apollon, Poséidon, Ulysse, Achille, Hector et plusieurs autres…il semble en effet que les Dieux soient assez *tassés* dans l’Olympe.

Je recommande chaleureusement la lecture de l’Iliade et l’Odyssée. C’est un récit enchanteur qui se lit très bien. L’écriture est fluide et les chapitres sont courts. L’Iliade s’attarde surtout à la guerre de Troie et à la célèbre ruse du Cheval de Troie et l’odyssée se concentre sur le retour d’Ulysse vers son royaume d’Ithaque : une errance dramatique qui a duré plus de 20 ans et pendant laquelle Ulysse a perdu tous ses amis et a dû affronter des créatures inimaginables et surtout des Dieux malins et capricieux.

Bien sûr, les poèmes homériques ont une connotation philosophique. Une errance de 20 ans ne pousse-t-elle pas à l’introspection…? Je crois que vous passerez un bon moment avec cette œuvre que je qualifie de magistrale.

Homère est un poète grec de la fin du VIIIe siècle avant J.C. Le débat sur la réalité historique du personnage est toujours actif de nos jours, mais jusqu’à preuve du contraire, on lui attribue deux œuvres majeures de la littérature : L’ILIADE et L’ODYSSÉE, plusieurs poèmes et bien sûr, les hymnes homériques.  On sait peu de choses sur la vie d’Homère malgré quelques biographies anciennes mais qui sont apparemment peu crédibles. Selon la tradition, Homère aurait été aveugle et il aurait été parent avec le célèbre musicien Orphée.

Jean-Philippe Marin est un écrivain essentiellement numérique. Il est aussi spécialisé dans la création de sites web créatifs. Il a créé entre autres un site basé sur l’adaptation des poèmes d’Homère : L’ILIADE ET L’ODYSSÉE, œuvre dont il est un passionné. Ce site a reçu de nombreuses récompenses partout dans le  monde et est utilisé dans de nombreuses écoles. On peut le consulter à :   http://iliadeodyssee.com

L’ODYSSÉE AU CINÉMA

La meilleure adaptation de L’ODYSSÉE au cinéma est, à mon avis, celle d’Andrei Konchalosky sortie en 2006. La performance d’Armand Assante dans le rôle d’Ulysse est remarquable. Même si on ne voit pas tous les exploits du héros qui défie les Dieux, la reconstitution de la légende d’Homère est excellente et c’est une des rares adaptations qui nous permet de connaître un peu la belle CALYPSO, nymphe des mers et fille d’ATLAS incarnée par la superbe Vanessa Williams qui nous offre une magnifique performance.

                                          Vanessa Williams dans le rôle de CALYPSO

BONNE LECTURE
JAILU
JUIN 2015

VAPEURS ÉTHYLIQUES ET MORT

LES CONTES DU WHISKY

Commentaire sur le recueil de
Jean Ray

*…deux mains énormes, froides, dures comme
l’acier. Dans un silence immense, sans cri, sans
haine, avec une méthode et une sûreté de
machine, elles serraient mon cou.*
(extrait de LES CONTES DU WHISKY, LA NUIT DE
CAMBERWELL, Jean Ray, Nouvelles Éditions Oswald,
1ère édition : 1925, 134 pages, éd. Num.)

LES CONTES DU WHISKY est le premier livre de Jean Ray paru en 1925 et rééditée plusieurs fois par la suite. C’est un recueil d’histoires noires,  diaboliques, contes d’horreur, de crimes crapuleux. Ces brèves nouvelles sont inspirées du quotidien inquiétant des coins obscurs de Londres : les ports, les docks brumeux, tavernes malfamées, ruelles sombres, le tout dans une atmosphère de malfaisance, de crimes et de déchéance sociale aux limites du surnaturel. Le narrateur est plus souvent qu’autrement ivre, le whisky étant omniprésent dans les récits. On ne pouvait trouver meilleur titre dans les circonstances.

Vapeurs éthyliques et mort
*Non mon maître. Il était au milieu des siens,
quand il s’est levé subitement en criant :
C’EST L’HEURE! Puis il partit d’un grand
éclat de rire et il est tombé mort…il était
minuit 20.
(MINUIT 20, extrait de LES CONTES DU WHISKY)

Je dois dire que j’ai passé un bon moment avec ce livre qui est présenté en deux parties : LES CONTES DU WHISKY et QUELQUES HISTOIRES DANS LE BROUILLARD. Les nouvelles sont très courtes et se déroulent dans les coins les plus sombres et les plus mystérieux de Londres ou dans le légendaire brouillard ouaté qui recouvre si souvent cette ville.

Bien sûr, les récits sont empreints de mystère, de fantastique. Le tout semble vouloir atteindre presque le surnaturel un peu à la manière d’Edgar Allen Poe. Toutefois, ce qui m’a le plus fasciné dans ce recueil, c’est l’humour particulier qu’on y retrouve…un humour édulcoré, tamisé, un peu noir et sans aucun doute rehaussé par une impressionnante adulation du divin whisky… : *Il y a des morts galants; souvent même leurs amours portent fruit…Ce sont des mort-nés, cela va sans dire. Jusqu’ici, on s’est fort peu occupé de leur éducation. (extrait LES CONTES DU WHISKY,  MON AMI LE MORT)…C’est bon…fameux…Parmi les choses que je regretterai, il y aura le whisky…je suis trempé…Quelle horreur…un peu de whisky pour me donner du cœur…(extrait LES CONTES DU WHISKY, LA DERNIÈRE GORGÉE)

Ce qui est très spécial aussi dans ces récits, c’est que pour plusieurs d’entre eux, le narrateur est ivre, solidement imbibé de whisky, ce qui favorise le vagabondage de l’esprit du lecteur. On peut de cette façon, relire autant de fois qu’on veut un récit et lui trouver autant d’interprétations.

LES CONTES DU WHISKY est le premier livre de Jean Ray. Sa façon directe et ironique de décrire un univers mystérieux et féroce, un peu onirique, voire surnaturel lui a valu un départ fulgurant dans sa carrière littéraire. Je recommande la lecture de ce livre. Les récits sont très brefs et décrivent un monde de déchéance avec un style particulier où l’horreur, le fantastique et un humour imagé se chevauchent. Je crois que vous passerez un bon moment.

…juste en parler m’a donné une de ces soifs…

Raymond Jean-Marie de Kremer (1887-1964) est un écrivain belge. Jean Ray est le pseudonyme qu’il s’est choisi pour écrire en français. LES CONTES DU WHISKY furent le point de départ d’une carrière fascinante. Mentionnons plus d’une centaine d’aventures d’ Harry Dickson, très populaire dans les années 30 et MALPERTUIS, son premier roman fantastique publié en 1943, œuvre majeure adaptée à l’écran par Ham Kümel. Je cite aussi LES CONTES NOIRS DU GOLF,  et LA GRANDE FROUSSE adapté à l’écran par Jean-Pierre Mocky. Ray a aussi écrit plusieurs livres en néerlandais sous le pseudonyme John Flanders.

BONNE LECTURE
JAILU
JUIN 2015

DU SÉNÉCAL PURE LAINE

LE VIDE

1-VIVRE AU MAX
2-FLAMBEAUX

Commentaire sur les livres de
Patrick Sénécal

*Les assassins tiraient sur Nadeau et les policiers,
mais Rivard ne mourrait pas sur le coup : son
ventre explosait, son visage se faisait déchiqueter
par les balles, il continuait pourtant de hurler à
l’aide…*
(extrait de LE VIDE tome 1, VIVRE AU MAX, de Patrick
Sénécal,  éditions Alire, num. 2008, 313 pages.)

LE VIDE est le récit de l’entrecroisement du destin de trois personnages particuliers : Pierre Sauvé, veuf, la quarantaine, policier qui enquête sur un quadruple meurtre. Frédéric Ferland, divorcé, psychologue à Saint-Bruno. Maxime Lavoie, célibataire, très riche, animateur de la série de téléréalité très controversée VIVRE AU MAX. Ces trois personnages ont un point en commun : ils cherchent un sens à leur vie, une excitation qui la rendrait digne qu’on se batte pour elle… ces trois personnages convergent vers un destin commun à l’issue dramatique. Le but, combler ce qui manque cruellement à leur existence. Combler un vide…peu importe ce qu’il en coûtera…

Du Sénécal pure laine
*Les réunions sont organisées par un certain Charles
qui incite les gens présents à se suicider. Il dit que
plus rien ne vaut la peine, que tout est vain et
que le mieux est de mourir.*
(Extrait de LE VIDE, tome 2, Patrick Sénécal, éditions
ALIRE, 2008, éd. Num.)

Pour utiliser d’entrée de jeu un cliché, Sénécal reste Sénécal. Il a le don de garder ses lecteurs et lectrices en captivité. Un peu comme King, il entretient la curiosité, un irrésistible besoin de continuer à lire pour satisfaire une curiosité qu’il a lui-même suscitée.

Dans LE VIDE, on assiste à l’installation et l’évolution graduelle de la démence dans l’esprit torturé de Maxime Lavoie, pdg milliardaire. Au départ, l’esprit de Lavoie est noble, empathique, ses buts sont de nature philanthrope, mais suite à une cruelle désillusion, son esprit se corrompt, s’avilit. Le bel altruisme du début fait place à la haine, la cruauté, la misanthropie.

Très graduellement, Lavoie met au point un plan très complexe et totalement démoniaque et pour ce faire, il utilisera des outils dont il dispose abondamment : de l’argent, une émission de téléréalité d’une brûlante insipidité qu’il produit et réalise lui-même, ce qui lui permet de rejoindre des milliers d’esprits faibles et dépressifs. Le mélange est explosif et aboutira sur un inimaginable drame humain.

Première chose à souligner (comme l’ont fait tous les critiques), les chapitres du livre sont publiés dans le désordre…33, 5, 34, 35, 18, 7, etc. Bien que n’empêchant pas la compréhension du récit, cette fantaisie impose au lecteur des sauts temporels qui peuvent être irritants. Personnellement, j’ai lu les chapitres dans le désordre, n’ayant aucune envie de passer mon temps à feuilleter.

Le fil conducteur du récit est solide et comporte trois éléments qui m’ont littéralement forcé à garder le livre ouvert : 1) la mystérieuse et dramatique aventure de Lavoie en Gaspésie, mentionnée un peu partout dans le récit et dévoilée vers la fin. C’est là semble-t-il où tout a basculé pour Lavoie. 2) Gabriel : rescapé du drame gaspésien, énigmatique adolescent d’une douzaine d’années, mentalement perturbé, muet, apathique, omniprésent dans le récit, personnage-clé. 3) Et bien sûr, le vide…le vide existentiel, c’est-à-dire l’expression d’une existence sans réalité, sans valeur. (Larousse) Si le vide est un thème plutôt abstrait au départ, l’auteur dévoile à la petite cuillère toute son horrible réalité.

C’est un roman tordu mais bien ficelé au point d’agripper le lecteur. Les personnages sont froids, aucun attachement possible. L’écriture est descriptive, le langage cru et direct autant pour les scènes sanglantes que les scènes de sexe. D’ailleurs dès le début, l’auteur fait la description fort détaillée d’une orgie assez torride merci. Ce n’est pas une diversion. D’ailleurs, il n’y a aucune diversion dans ce roman.

On aime ou on aime pas. Moi j’ai aimé.  Pas de demi-mesure avec Sénécal. Le lecteur est forcément appelé à se demander ce qui se passe dans l’esprit de l’auteur et comment les choses peuvent dégénérer à ce point. C’est dur et intense…au risque de me répéter…du Sénécal pure laine.

Patrick Sénécal né en 1967, est un écrivain québécois spécialisé dans le roman *noir*. Il est aussi scénariste et réalisateur. Il publie son premier roman en 1994 : 5150 rue des Ormes, adapté au cinéma en 2009. Il est détenteur  de plusieurs prix littéraires importants dont le prix Boréal du meilleur roman en 2001 (Aliss) et le prix Masterton en 2006 (Sur le seuil)  en plus des distinctions dans les salons  du livre. Il a aussi publié deux romans pour la jeunesse. LE VIDE, qu’il a pris trois ans à écrire est son 7e roman,  le plus médiatisé de son œuvre. Consultez l’article consacré à son livre CONTRE DIEU sur ce site.   http://jailu.mllambert.com/?p=489

BONNE LECTURE
JAILU
JUIN 2015