SUICIDE RADIEUX

 …Au cours de cette même nuit, ce qui restait
du village d’Ambergreave agonisait- une
agonie violente et grotesque, même pour
un monde transnormal…
(extrait de LE JOUR DES FOUS de Edmund Cooper,
Marabout, coll. Poussière d’Étoiles, 1966)

Commentaire sur
LE JOUR DES FOUS
d’Edmund Cooper

Les scientifiques constatent une augmentation spectaculaire des suicides en Angleterre. Le phénomène s’étend et devient mondial. Les suicidés se chiffreront bientôt par centaines de millions. Les savants qui ont nommé cette tendance *SUICIDE RADIEUX* arrivent à la conclusion que le soleil émet des radiations nouvelles et inconnues qui poussent au suicide. Pour des raisons inconnues, seuls étaient épargnés les  fanatiques, obsédés, déficients, les idiots, maniaques homicides  et dépravés. C’est tout ce qui restait pour assurer la survie du genre humain. Mais dans ce chaos, il reste un homme qui semble lucide : Mathew Greville, condamné à survivre dans un monde livré à la démence…

Bien que le sujet du livre soit surexploité, *élimé*, usé à la corde, il y a une certaine originalité dans le traitement. Les radiations Oméga n’épargnent que les cinglés, les inadaptés et les dégénérés. Ce n’est pas vraiment idéal pour rebâtir un monde. Mais l’auteur a bâti son histoire sur deux exceptions : le héro de l’histoire, Mathew Greville, un macho mysogine et égocentrique et Liz une bête de sexe mais qui a une certaine grâce et qui, avec une infinie patience, apprivoise Greville qui tombe graduellement amoureux.

Ensemble, ils devront survivre dans un infernal chaos, affrontant de cruelles bandes organisées dans un monde sans loi, devenu terne et sans morale. Même s’il y a beaucoup de *déjà vu* dans ce livre, l’histoire est imprégnée d’un caractère très fort qui expliquent probablement pourquoi LE JOUR DES FOUS compte parmi les meilleurs romans d’Edmund Cooper.

C’est sans doute le roman le plus grinçant de l’œuvre de Cooper. L’action est rapide, agressive. Le traitement est minutieux et fort. J’ajouterai que le portrait que livre l’auteur de la nature humaine quand celle-ci est confrontée à l’horreur et la déchéance est d’un réalisme qui m’a séduit, et ce, je le rappelle, même si le sujet est archi-usé (c’est le petit défaut de sa qualité). En fait je m’étais dit dans les premières pages…*flute…encore du post-apocalyptique* mais je n’ai jamais regretté d’être allé jusqu’au bout pour les raisons que j’ai déjà mentionnées et aussi à cause de la brillante imagination qu’a déployé l’auteur pour donner à ses héros l’impulsion et la force d’organiser la survie et de rebâtir un monde qui, en bout de ligne, trouvera son second souffle.

J’ai senti une certaine aisance de l’auteur à supprimer le monde normal pour le livrer à des déséquilibrés et à des cerveaux dans lesquels le génie chevauche la folie…des restes d’humains que l’auteur appelle des *transnormaux* . Je crois que l’auteur a voulu démontrer qu’entre un fou et un être normal, la différence peut-être négligeable dans un monde post-apocalyptique ou la seule préoccupation est de survivre.

Je cite ici en terminant, un propos de Paul, membre du triumvirat qui dirige les ANARS, le troisième et dernier groupe qui recueille Mathew et Liz. Il dit, avec une agressive honnêteté*Nous sommes à ce point cinglés que pour nous, la folie multipliée par mille représente la normale*. Une telle confession ne serait-elle pas le début d’une certaine sagesse?

C’est le cas je crois et c’est le défi du livre et de ses deux héros…rebâtir avec ce que l’on a et avec ce que l’on est.

Edmund Cooper (1926-1982) est un écrivain de science-fiction britannique.. Sa carrière de romancier débute vraiment au milieu des années 50 et il se spécialisera rapidement dans le roman cataclysmique. LE JOUR DES FOUS est son œuvre marquante, sa plus grande réussite. La plupart de ses romans sont plutôt noirs, citons LE DERNIER CONTINENT publié chez Marabout et LA DIXIÈME PLANETE publié chez Denoël  et L’EMPREINTE DE VÉNUS, publié chez Lattès.

BONNE LECTURE
JAILU
MAI 2014

UNE VIE QUI BASCULE

*…Elle sortit le revolver de sa poche et
l’empoigna fermement en visant la
porte d’entrée.
-Essaye donc de revenir ici espèce de
salaud, dit-elle les dents serrées, je ne
te manquerai pas…*
(extrait de AU-DELÀ DE LA PEUR, de
Nancy Taylor Rosenberg, Flammarion 1997)

Commentaire sur le livre de
Nancy Taylor Rosenberg
AU-DELÀ DE LA PEUR

Ann Carlisle, agente de probation du comté de Ventura en Californie est blessée par balle. Dès lors, sa vie bascule dans l’horreur. Elle est harcelée, attaquée dans sa propre maison et terrorisée par des menaces qui pèsent sur elle et sur son jeune fils David. Les soupçons portent sur le jeune Sawyer, un dealer dont elle a la responsabilité comme agente de probation. Mais est-ce bien lui? Les preuves sont très difficiles  à établir, et puis il y a…d’autres possibilités, aussi horribles …sinon pires. Le principal défi pour Carlisle : rester en vie.

AVANT-PROPOS :
RÔLE DES AGENTS DE PROBATION :

Les agents de probation ont le mandat légal de favoriser à la fois la protection de la société et la réinsertion sociale des contrevenants. À la demande des juges, ils préparent des rapports présentenciels  sur les personnes reconnues coupables, évaluent pour elles les possibilités de réinsertion sociale et préparent des recommandations sur les possibilités et les risques d’une libération conditionnelle. Pour ce qui est du lien avec le livre de Rosenberg, il faut surtout noter l’importance des rapports présentenciels et le fait que l’agent de probation garde un rapport constant avec les personnes contrevenantes et qu’ils en assument la responsabilité légale…

 

Un métier à risque…

 

Ce livre ne m’a pas empêché de dormir mais il m’a quand même tenu en haleine, spécialement dans la seconde moitié où Rosenberg pousse le lecteur à jongler avec les multiples possibilités de trouver le coupable. Donc l’histoire n’est pas trop prévisible. La faiblesse du livre réside dans les nombreuses situations tirées par les cheveux qu’on y trouve. Il y a en effet des passages abracadabrants qui donnent envie d’escamoter quelques pages. Le hasard est un peu surexploité. Je dirais toutefois que cette faiblesse n’est pas une constante dans l’histoire mais elle me laisse supposer qu’il ne resterait plus grand-chose à faire pour adapter l’ensemble au cinéma.

Je crois que la force du livre réside dans l’originalité du sujet. En effet, l’héroïne de l’histoire est une agente de probation, Ann Carlisle qu’on essaie de rendre folle par des moyens obscurs. L’auteure Nancy Taylor Rosenberg en sait long sur la question puisqu’elle a été elle-même agente de probation et qu’à ce titre elle a eu à traiter de nombreux cas de meurtres et de crimes à caractère sexuel. Malgré de nombreux passages invraisemblables dans l’histoire, elle pousse le lecteur et la lectrice à s’interroger sur le rôle souvent ingrat des auxiliaires de la justice.

On est très loin du chef d’œuvre littéraire, mais ça fait différent. En effet,  je n’étais pas fâché de lire autre chose que les exploits d’un inspecteur de police du style Colombo à l’intuition infaillible et qui a réponse à tout. Bref, AU-DELÀ DE LA PEUR est un suspense assez efficace…un livre divertissant.

Nancy Taylor Rosenberg est née en 1946. Elle a travaillé pendant 14 ans dans la police et les milieux juridiques américains où elle évoluait comme agent correctionnel et de probation. Elle a publié son premier livre en 1993. Plusieurs de ses romans ont été bestseller dont AU-DELÀ DE LA PEUR et traduits dans le monde entier. Elle a écrit entre autres LA PROIE DU FEU et POUR QUE JUSTICE SOIT FAITE.

 

 

BONNE LECTURE
JAILU

mai 2014

CAUCHEMAR TOTALITAIRE

Cauchemar totalitaire

Amis lecteurs, amies lectrices, bonjour.

Comment vous sentiriez-vous si vous viviez  dans un pays imposant un régime totalitaire reprenant les travers les plus sordides et oppressifs du nazisme et du stalinisme, un régime sans humanité où même vos propres enfants n’hésiteraient pas à vous dénoncer et vous livrer à la torture et au lavage de cerveau…???

Dans un article un peu plus long qu’à l’accoutumée, je vous invite à plonger dans l’univers dystopique de *1984*, œuvre emblématique de la science-fiction écrit par George Orwell.

Lisez mon article et n’hésitez pas à me faire part de vos commentaires.

Bonne lecture.

JAILU