1958 à 2011 Durée du voyage : 2 minutes

C’était plus fort que moi, il fallait que je me jette corps et âme dans le dernier-né des univers de Stephen King.

Dans un article un peu plus long que de coutume, je vous invite à lire mon commentaire sur le dernier livre de King :  22/11/63 un roman qui transcende un fait historique qui a conservé jusqu’à aujourd’hui toute sa complexité : le meurtre de John Fitzgerald Kennedy.

Je serai très heureux de lire vos propres commentaires à ce sujet.

Aller lire l’article 22/11/63 DE STEPHEN KING

Bonne lecture
JAILU

L’imbécilité formulée

Les crétins…ignorent en général à quel point
Les gens stupides sont dangereux. Rien
d’étonnant à cela, ce n’est qu’un signe de
Plus de leur crétinerie…
(extrait de LES LOIS FONDAMENTALES DE LA
STUPIDITÉ HUMAINE, de Carlo M. Cipolla, Presses
Universitaires de France, 2012)

Commentaire sur le livre
LES LOIS FONDAMENTALES
DE LA STUPIDITÉ HUMAINE
De Carlo M. Cipolla

Essai philosophique qui analyse de façon très originale le phénomène de la stupidité humaine que l’auteur considère comme *…l’une des plus puissantes forces obscures qui entrave le bien-être et le bonheur de l’humanité*. Pour bien connaître cette force, et donc se donner la possibilité de la combattre, l’auteur a établi cinq lois fondamentales (à découvrir dans ce petit livre) en s’appuyant sur une classification simplifiée des individus : les crétins, les intelligents, les bandits et les stupides. L’essai tend à évaluer l’impact de la stupidité humaine sur nos destins personnels.

Brièvement imbriqué dans mes multiples lectures et recherches, LES LOIS FONDAMENTALES DE LA STUPIDITÉ HUMAINE est un petit livre (70 pages) qui pour moi, a fait diversion vu la grande originalité du sujet. En effet, Cipolla y décortique la stupidité humaine avec beaucoup de sérieux, voire de rigueur. C’est un livre spécial, pas banal qui force l’attention. Des étudiants de CEGEP pourraient l’appeler *cours de stupidité 101* ou de façon plus pompeuse le *précis de la stupidité*.

J’ai trouvé ce livre drôle, toutefois, un chapitre situé au cœur de l’opuscule m’a fait prendre l’ensemble plus au sérieux. Il s’agit d’un chapitre qui détaille de façon précise la toute-puissance de la stupidité. C’est un livre intéressant quoique le sujet soit développé de façon très cartésienne et avec un peu d’humour décapant.  Il répond à des questions et en soulève d’autres : Est-ce qu’un crétin peut être intelligent? Quel est le pouvoir d’un être à la fois crétin et stupide? Quel mal peut faire un bandit intelligent? Un prix Nobel peut-il être stupide?

Partant du principe énoncé par le philosophe et poète Johann Christoph Friedrich Schiller à savoir :  *contre la stupidité, les Dieux même luttent en vain* pour moi la grande question est : DE QUOI AURAIT L’AIR L’HUMANITÉ MAINTENANT EN L’ABSENCE TOTALE DE STUPIDITÉ?  Pour tous les lecteurs, il y a de quoi s’amuser avec un des plus grands mystères de la condition humaine.

BONNE LECTURE

JAILU
Juillet 2013

(En Complément…)

Épouvante et profondeur


Petit récit qu’il conviendrait de lire au moins une fois, L’Étrange cas du Dr. Jekyll et de Mr. Hyde est une nouvelle d’épouvante mille fois reprise, citée, adaptée à l’écran et à la scène. Bien que cette réalité prive quelque peu l’intrigue de son effet (lequel serait autrement extraordinaire), la lecture de ce classique en vaut grandement la peine.

Comme on peut s’y attendre, le style est très articulé et fait évoluer quelques gentlemans Anglais dans un décor Londonien qu’on imagine sombre et brumeux, en cette fin de XIXème siècle. Utterson, le notaire et ami du Dr. Jekyll, se fait raconter une sinistre histoire au sujet d’un certain Mr. Hyde. Il découvre que ce personnage, présenté comme un affreux nabot, est une des fréquentations du Dr. Jekyll. Soucieux des intérêts de son client et du bien-être de son ami, il cherchera à connaître le lien obscur qui relie l’un et l’autre.

Comme l’élément clé de son intrigue, le récit affiche deux visages différents. L’angoisse croissante et le mystère, que l’on peut voir en l’aspect de Mr. Hyde, en font un parfait divertissement, et l’émotion est entretenue sans effusion démesurée d’hémoglobine et de violence gratuite. Ensuite lors de la chute, le Dr. Jekyll pousse à la réflexion sur la dualité de l’homme, il explore l’idée de creuser un tel fossé entre le bien et le mal au sein d’un seul individu, que celui-ci se divise en deux entités distinctes. Là est l’originalité au coeur d’un thème éternel. Après avoir lu la dernière ligne, je n’ai pu m’empêcher de prendre quelques instants pour méditer la question, une fois de plus.

Phenixgoglu
Juillet 2013