Les voies du Seigneur… Pénétrables ou pas?…

Si Dieu est bon, il ne peut pas être Tout-puissant
Puisqu’Il ne parvient pas à éliminer le mal.
S’Il est tout-puissant, il ne peut pas être bon
Puisqu’Il permet au mal d’exister.
Un concept exclut l’autre. Lequel préférez-vous?
-extrait de LA FORMULE DE DIEU

COMMENTAIRE SUR LE LIVRE
LA FORMULE DE DIEU
De Jose Rodrigues Dos Santos

1951, 2 espions de la CIA épient une conversation entre David Ben Gourion, chef du nouvel État d’Israël et Albert   Einstein. Les deux hommes discutent de l’obtention de l’arme nucléaire par Israël et de l’existence de Dieu. 50 ans plus tard, un expert en cryptologie, Tomas Noronha est appelé au Caire par une mystérieuse femme qui lui demande de déchiffrer un cryptogramme caché dans un document détenu par le gouvernement de Téhéran écrit de la main d’Albert Einstein et dont le contenu pourrait bousculer l’ordre mondial. Harcelé à la fois par les Iraniens et la CIA, Noronha devient agent double. En cours d’enquête, il découvre que le manuscrit contient beaucoup plus que les belligérants ne le croient…ce document ne serait rien d’autre que la preuve scientifique de l’existence de Dieu…

1952 : rencontre d’Albert Einstein avec David Ben Gourion

C’est un livre intéressant. Il peut être même passionnant pour les personnes versées en philosophies orientales qui accordent de l’importance à la dualité universelle entre le Ying et le yang et surtout à ceux et celles versés dans les sciences, en particuliers les sciences physiques et mathématiques.

En effet j’ai trouvé cet ouvrage très lourd puisqu’il évoque et tente d’expliquer les secrets de l’Univers par le biais de principes et de lois complexes que l’auteur arrive difficilement à vulgariser : théorie de la relativité, principe de l’incertitude, théorie des cordes, microcosme et macrocosme, théorie du chaos, physique quantique sans oublier le déterminisme car d’après la *formule de Dieu*, notre existence n’a pas la moindre chance d’être accidentelle par le simple fait que tout est déterminé depuis le commencement.

C’est d’ailleurs sur la question du déterminisme que j’ai développé l’impression qu’on peut faire dire ce qu’on veut à la *Formule de Dieu* et que les limites de la science seront toujours confrontées à celles de la Foi. Pour ce qui est du roman comme tel, vous avez compris que l’intrigue est noyée dans les longues explications scientifiques, il y a une petite insertion sentimentale *poids plume* et une petite finale qui, bien qu’elle ne m’a pas laissé pantois, est originale quoique prévisible.

Pour résumer, vous apprécierez ce volume dans la mesure où vous êtes prêts à vous investir intellectuellement dans la compréhension des lois physiques et philosophiques qui régissent la vie, le reste étant accessoire…

JAILU
AVRIL 2013

(En Complément…)

Écrire après Harry…

*La lame libérait la douleur qui occupait
Toutes ses pensées et la faisait hurler en
Silence, pour la transformer en pure
Incandescence bestiale par le truchement
Des nerfs et de la peau à vif. Chaque
Entaille était un soulagement…*
(Extrait de UNE PLACE À PRENDRE de
J.K. Rowling, Bernard Grasset éditeur. 2012)

Commentaire sur le livre
UNE PLACE À PRENDRE
De J.K. Rowling

L’action se déroule à Pagford, un petit village apparemment calme. Dans cette petite bourgade ou le quotidien des uns est imbriqué dans celui des autres, un personnage populaire, membre influent du Conseil Paroissial et instructeur de l’équipe féminine d’aviron, Barry Fairbrother meurt subitement.

Cette tragédie mettra tout le village en émoi évidemment. Elle mettra surtout en perspective le chaos dans lequel l’ambition peut faire plonger une petite communauté, car après tout…la place de Barry Fairbrother est à prendre…

Sur UNE PLACE À PRENDRE, j’ai lu dans des sites internet que le livre est classé *comédie de mœurs*. C’est la seule chose de drôle qui me vient à l’esprit en évoquant ce livre. *Étude de mœurs* conviendrait mieux je crois si je me base sur le portrait psychologique détaillé des nombreux personnages réunis dans ce livre qui n’a rien d’une comédie.

Ceci dit, je m’attendais à plus et à mieux de J.K. Rowling. Malgré tout c’est un roman assez intéressant malgré des irritants susceptibles de décourager des lecteurs aux attentes élevées : une introduction interminable d’une grande quantité de personnages (on s’y perd un peu), une toile de fond trop *noire* inutilement, une accumulation excessive de commérages, papotages et faits divers (phénomène normal quand une histoire se déroule dans un petit village, mais ici c’est trop) et enfin un style un peu trop cru. Et puis dans ce livre, personne n’est irréprochable sauf le héros mort en première page : Barry Fairbrother à qui on a attribué une pureté trop belle pour être vraie.

Toutefois, il y a dans ce livre des éléments intéressants qui m’ont gardé suffisamment captif pour en apprécier l’ensemble. En effet, ce livre pousse à une réflexion sur le pouvoir d’Internet et des réseaux sociaux potentiellement dangereux quand ils sont utilisés à des fins de délation, de petites vengeances, de médisances, de calomnies…les effets dévastateurs pouvant être décuplés dans de petites agglomérations où tout le monde connait tout le monde et où il est facile de pointer du doigt l’ambition et la lâcheté de tout un chacun sans se soucier de séparer le vrai du faux. Je crois que ce thème a été inséré dans le roman avec finesse et intelligence.

Aussi, dans le dernier quart du livre, Rowling fait errer ses personnages en convergence en augmentant de façon graduelle et constante l’intensité dramatique. Toute la puissance de l’écriture de Rowling est concentrée vers la fin. C’est agaçant mais ça vaut la peine de s’y rendre.

On est très loin du livre innovant, mais UNE PLACE À PRENDRE est quand même un assez bon roman, quoique très insuffisant pour mettre Harry Potter dans l’ombre.

BONNE LECTURE

JAILU
AVRIL 2013

(En Complément…)

Des chiens, de la campagne, de l’amour, et un tueur en série

Eh bien voilà… Il fallait bien que ça arrive un jour. Pour la première fois en 7 ans avec Québec Loisir, je n’ai pas reçu ce que j’avais commandé. En ouvrant la boîte j’ai découvert une petite brique dont l’auteur et la couverture ne me disait rien du tout. Par curiosité plus que par lâcheté, j’ai décidé de conserver le livre plutôt que de le retourner. Après tout, des découvertes fantastiques ont été faites en partant d’une erreur!

Si je te retrouvais, de Nora Roberts

Fiona Bristow mène une vie idyllique sur une île au large de seattle avec ses trois labradors. Dans sa jolie maison campagnarde, elle dirige son centre de dressage canin et reçoit des clients d’un peu partout. Quelques années plus tôt, elle a été kidnappée par un tueur en série. Par miracle elle a pu s’échapper, mais le tueur s’est vengé en assassinant son fiancé, ce qui a conduit à son arrestation. Après des années difficiles, Fiona a enfin pu retrouver la paix dont elle avait besoin pour se reconstruire après ce cauchemar.  C’est alors qu’entre dans sa vie Simon Doyle, un homme plutôt froid et  asocial devenu propriétaire malgré lui d’un chien incontrôlable. Une chimie se crée entre ces deux personnes aux caractères particulièrement opposés. Puis se produit des événements inquiétants: une série de meurtres sont commis en suivant exactement les mêmes méthodes que le kidnappeur de Fiona. Et tout indique que le tueur se rapproche d’elle.

Il serait très facile de ne pas aimer ce livre. Une recherche rapide a confirmé mes doutes: Nora Roberts a une sérieuse bibliographie de romans d’amour et de thrillers psychologique. Du coup ça explique pourquoi l’intrigue amoureuse et les états d’âme de Fiona prennent autant de place. Beaucoup de -je t’aime -moi non plus mais pas trop à l’eau de rose heureusement. Ça peut tout de même devenir vite ennuyeux quand on aime pas le genre.

En ce qui me concerne, trois éléments m’ont fait accrocher suffisamment longtemps pour que je veuille le finir. Dans la première partie du livre,  Fiona dirige une équipe de recherche afin de retrouver un enfant égaré. Il est beaucoup question de dressage, de comportement et de psychologie canine. Moi qui veut un berger ou un retriever depuis des années, j’en ai rêvé un coup! L’histoire se déroule à la campagne, au travers de forêt,  de clairières et  de prairies, encore de quoi me faire rêvasser. Et finalement la petite intrigue policière est somme toute assez intéressante.

Comme vous voyez c’est plutôt subjectif. Les chiens, la campagne et le meurtrier m’ont aidé à passer au travers des histoires de couple des deux personnages principaux, et de ne pas regretter la lecture de ce livre de 600 pages. Enfin j’ai trouvé que Nora Roberts manipule bien les dialogues, qu’elle utilise en abondance. Elle réussit aussi à bien nous représenter les lieux, sans se lancer dans des phases descriptives interminables.

magazine ANIMAL (qc) Avril 2013

Phenixgoglu
Avril 2013