Les médias nous manipulent… bah oui mais comment?

150 petites expériences de psychologie des médias

Il s’agit d’un ouvrage vraiment intéressant et très bien présenté.

D’abord une question est posée, associée à un phénomène psychologique. Par exemple:

Pourquoi ne supportez-vous pas le discours de certains candidats politiques ?
Discours et biais d’endogroupe 

Après une mise en contexte suit un ou deux extraits d’études faites par des psychologues, médecins, neuro-scientifiques, anthropologues, etc. Ces extraits font toutes la différence car nous sommes ainsi en mesure de juger nous même de la crédibilité des faits rapportés, ce qui n’est vraiment pas le cas de tous les ouvrages du même genre.  Une conclusion résume l’article et l’auteur laisse des liens menant aux études complètes.

Quand on parle de psychologie des médias ici, il ne s’agit pas seulement de publicité. Il est aussi question de discourt politique, de contenu d’émission ou de magazine, de la façon dont les nouvelles nous sont présentées, etc etc. Le livre est Français, et les nombreuses références qu’il contient (émission, poste de télé, personnalité public) sont donc aussi Françaises. Ça m’a un tout petit peu agacé mais ce n’est pas un obstacle, on trouve très facilement des équivalences dans tous les coins du monde j’en suis sur.

C’est la richesse et la vastitude des phénomènes rapportées qui m’ont particulièrement plu. Bien que savantes, les explications sont simples et concises. L’auteur n’aborde pas le sujet en prenant l’industrie médiatique comme un grand méchant monstre, mais plutôt de façon objective, parfois contemplative même. Considérant que les médias parviennent à jouer avec nos réflexes vitaux, je ne me sens pas nécessairement invulnérable après la lecture de ce livre, mais je comprend mieux les mécanismes utilisés. Du coup même si ça ne protège pas mon cerveau spongieux et influençable d’être humain, ça me donne assurément des bons outils et arguments pour débattre avec moi-même ou prendre de bonne décision, du moment que je puisse prendre un peu de recul.

Phenixgoglu
Octobre 2012

(En complément…)

Poules, Poulets, Oies, Canards… miam miam!

ppoc


Un jour, dans quelques années, je vais élever des canards et des poules pondeuses… vous verrez! En attendant… eh bien je me documente. 

Je trouve que les infos sur le sujet sont plutôt éparpillées. J’ai donc acheté “Poules, Poulets, Oies, Canards – Guide de l’élevage amateur” écrit par Marie-Theres Estermann (qui ne semble pas avoir publié autre chose que ce livre). Il s’agit d’un petit livre de 128 pages bien agrémenté de photos et de schémas. Il est bien écrit en général, à l’exception de quelques grossières erreurs de traduction (l’ouvrage d’origine est en allemand). Personnellement ici ça me gène pas trop mais Les Éditions Ulmer devraient tout de même avoir honte!

L’auteure insiste la-dessus: l’élevage de la volaille est un apprentissage quotidien. Peu importe à quel point on se documente, il manquera toujours quelque chose qu’aucun ouvrage ne pourra apporter: l’expérience. Je crois bien que ce livre pourrais suffire pour démarrer un petit élevage, peut-être de façon maladroite au début, mais tout de même satisfaisante. Des questions précises surviendront à coup sûr: là il faudra pousser les recherches sur les forums, auprès d’éleveurs expérimentés. L’information dans le livre est dense et technique, pas de temps perdu avec les sentiments.

“Poules, Poulets, Oies, Canards” parle en fait surtout de l’élevage des poules et poulets. Les sections “oies” et “canards” sont intéressantes mais me semblent incomplètes, bien que l’auteure spécifie que l’élevage de ces volailles est très simple. Je vais commander un livre spécifiquement dédié à ces oiseaux aquatiques et on verra bien. 

Même si je n’aurai pas l’occasion d’élever de la volaille avant quelques années, j’ai bien aimé ce livre pour son aspect concis et généraliste. Aussi, les nombreux schémas et tableaux en font un ouvrage de référence très utile qu’il sera bon de consulter régulièrement (Je pense surtout au tableau final qui regroupe des chiffres a connaître tels que la consommation de nourriture par an, la productivité moyenne d’œufs par an, le ratio mâles-femelles, etc…)

Pour finir je le conseil à ceux qui démarrent un petit élevage amateur qui tient presque autant du loisir que de la productivité, et le déconseille à ceux qui ont un but très précis ou ambitieux (Élevage de masse, gavage, concours).

Phenixgoglu
Octobre 2012

(En complément…)

D’étoiles en étoiles

Amateurs de lecture, je vous salue. Pour débuter cette série de collaborations
à ce blogue, j’ai pensé attirer votre attention sur une trouvaille que j’ai faite
récemment lors d’une de mes nombreuses pérégrinations sur internet. Attiré
cette fois par un goût de fantastique et de science-fiction, j’ai découvert Maurice
Limat, un auteur français extrêmement prolifique qui vécut de 1914 à 2002.

Quand je dis prolifique, c’est peu dire, d’autant qu’il a publié sous plusieurs
pseudonymes : Maurice Lionel, Maurice d’Escrignelles, Lionel Rey, Lionel
Rex.Vous verrez par vous-même en consultant la bibliographie très partielle
proposée à la fin de cet article.

MLIMAT1

Maurice Limat
23 septembre 1914-21 janvier 2002

Maurice Limat a publié une quantité considérable de petits romans d’aventure, devenu célèbre pour ses romans de science-fiction réunis dans des collections non moins célèbres, en particulier FLEUVE NOIR dont il est devenu le pilier.

C’était un passionné d’occultisme, des mystères de l’espace, de science-fiction, de fantastique.

Maurice Limat a écris plus de 500 romans. C’est énorme pour un lecteur comme moi qui aime varier ses découvertes. Et puis il faut bien passer à autre chose. Néanmoins, je me suis attardé à la fameuse collection FLEUVE NOIR. J’ai lu en
tout 27 romans de cette collection. Voici les titres:

Un astronef nomme péril – La cloche de brume – Les cosmatelots de Lupus -Les créatures d’Hypnos – Un de la galaxie – Le dieu couleur de nuit – Et la comète passa – L’étoile de Satan – Le flambeau du monde – Flammes sur Titan – Les foudroyants – Fréquence ZZ – Ici finit le monde – J’écoute l’univers – Lumière qui tremble – Particule zéro – La planète de feu – Plus loin qu’Orion – Les portes de l’aurore – Le septième nuage – Les sirènes de Fao – Le soleil de glace – Les soleils noirs – Tempête sur Goxxi – La terre n’est pas ronde – Le treizième signe du zodiaque – Le voleur de rêves.

CreaturesHypnos1

À la lecture de ces petits romans, j’ai été agacé par le manque d’aboutissement et de fini, des conclusions hâtives et quelques fois bâclées. Toutefois, cette faiblesse évidente est compensée par une force non moins évidente, soit l’idée que se fait l’auteur de l’univers. Ici, Limat fait preuve d’une imagination extraordinaire. Il a créé des centaines de mondes, sur des centaines de planètes avec leur flore, leur faune, leurs mystères, leurs phénomènes étranges, leurs peuples, leur organisation administrative et politique, leurs guerres et l’éternelle dualité entre les dominants et les soumis.

J’ai fait aussi des trouvailles étymologiques fort originales, des mots qui parlent par eux-mêmes : cosmatelot, astroport, volnager, coplanétriotes, etc. Enfin, je ne voudrais pas passer sous silence, les personnages que Limat a créé et qui gravitent autour de deux héros : Robin Muscat, policier de l’interplan (créé sur les bases de l’interpol actuelle), la police interplanétaire…un personnage énergique, brillant au caractère fort et pas toujours prévisible et son ami, le Chevalier Coqdor que j’appelle le détective de l’esprit, un personnage sympathique, sensible et attachant qui met ses importants pouvoirs paranormaux au service du bien et de la justice.

Je ne dirai pas que ces romans sont des chefs d’œuvre ou même des ouvrages de haut niveau, mais je vous recommande de les explorer, question de vous offrir une petite fantaisie rafraîchissante en pénétrant dans des mondes mystérieux et fascinants. Maurice Limat a dépeint, pendant un peu plus de trente ans et un peu plus de cinquante romans, l’épopée d’une race humaine qui, partie de sa Terre natale, a su s’allier avec les races voisines de Mars et Vénus puis, de là, se lancer à la découverte de la Galaxie pour enfin fièrement prendre place aux côtés des natifs d’Altaïr et de Persée…

Dépaysement garanti…

JAILU
Octobre 2012
(En Complément…)