INFERNO

Commentaire sur le livre
INFERNO
de Dan Brown

*…L’humanité sans régulation se comporte
comme une maladie endémique, un cancer…
nous devenons plus nombreux à chaque
génération et bientôt ce qui nourrissait notre
vertu et notre altruisme sera réduit à néant.
Alors viendra le règne de la bête en nous…
Voici que vient le neuvième cercle de Dante…*
(extrait de INFERNO, Dan Brown, éd. JC Lattès, 2013)

Le sixième roman de Dan Brown : INFERNO met en scène encore une fois, le célèbre professeur et expert en symbologie Robert Langdon. Un jour, Langdon se réveille dans un hôpital de Florence, amnésique. Il n’a aucun souvenir de ce qui s’est passé dans sa vie dans les 48 dernières heures. À partir de son réveil, les évènements se précipitent. Il semble qu’on en veut à sa vie. Il fuit, aidée par son médecin la docteure Sienna Brooks. Il découvre qu’il transporte à son insu un tube métallique semblable à ceux qu’on utilise pour stocker des virus mortels hautement contagieux. Il semble que tout le monde cherche Langdon. Il est en danger et il a peu de temps pour éclaircir ce mystère car il semble que les habitants de la planète entière courent un grand danger. Il devra alors s’investir dans la résolution d’un enchaînement d’intrigues et d’énigmes…

Les énigmes que Langdon aura à résoudre sont inspirées de l’enfer décrit par DANTE ALIGHIERI, poète florentin du XIIIe siècle dans sa célèbre DIVINE COMÉDIE.

Robert Langdon sera finalement confronté à un savant transhumaniste, Bertrand Zolbrist, célèbre biochimiste, persuadé que l’humanité court rapidement à sa perte si le nombre d’habitants sur terre n’est pas drastiquement réduit.

AVANT-PROPOS : LE TRANSHUMANISME

Le transhumanisme est un mouvement culturel et intellectuel international prônant l’usage des sciences et de la technologie pour améliorer les caractéristiques physiques et mentales des êtres humains tels que les handicaps, la souffrance, la maladie, le vieillissement ou la mort, subis comme inutiles et indésirables.

Comme le transhumanisme présente autant d’avantages que de dangers, la perspective transhumaniste d’une humanité transformée suscite de nombreuses réactions tant positives que négatives, issues de courants de pensée très divers.

En regard du livre de Dan Brown, INFERNO, je préciserai que Robert Langdon sera finalement confronté à une vision du transhumanisme extrapolée jusqu’à en être déformée. L’argumentaire développé à la fin du volume tend à amener le lecteur à prendre position ou l’amène tout au moins à une réflexion sur ce sujet controversé.

L’UNIVERS DE DANTE
*on ne peut voir la vérité
qu’avec les yeux de la mort*

Concernant INFERNO, j’ai lu beaucoup de critiques et de commentaires en provenance de journalistes, chroniqueurs, critiques littéraires et d’internautes. Certaines de ces critiques sont favorables, mais beaucoup sont plutôt acides, disant que la formule *BROWN* est plutôt cuite, que plus ça change plus c’est pareil, qu’on rame dans les mêmes eaux, que c’est toujours le même moule, toujours le même plat mettant en présence un concept scientifique et une œuvre d’art. Beaucoup s’attendaient à mieux de la part de Brown.

Je m’attendais à mieux moi aussi et pourtant, j’ai aimé ce livre. Me voici à contre-courant encore une fois je le crains.

Il est évident que la griffe de Brown est reconnaissable dans INFERNO car tous les ingrédients de sa recette habituelle sont réunis : enchevêtrements de notions d’art, d’histoire, d’architecture, de science et de technologie, une mystérieuse organisation, risques élevés d’une catastrophe de grande envergure, beaucoup de coïncidences et d’invraisemblances et il se trouve ici que l’amnésie de Langdon est bien pratique pour l’auteur mais amène difficilement le lecteur à participer à la solution de l’intrigue.

L’aspect divertissant d’un livre est évidemment important pour moi, mais j’aime aller au-delà. J’aime apprendre, observer, réfléchir et méditer sur les thèmes et éléments divers qui portent à réflexion. Comme dans INFERNO, le lecteur est poussé à réfléchir et méditer sur les dangers potentiels d’une augmentation exponentielle de la population mondiale.

Il se trouve aussi que j’aime l’histoire et l’architecture. Quant aux invraisemblances, je crois qu’elles ont toujours fait partie de l’univers du roman, même si elles doivent avoir une limite.

Il faut donner à Brown ce qui lui revient. Ses livres sont très bien documentés et les aspects pédagogiques qui en ressortent sont crédibles. Je note aussi que dans INFERNO, le fil de l’histoire est solide, stable et continu. Il tient sur la notion de transhumanisme décrite plus haut et sur un chef d’œuvre historique de la poésie : LA DIVINE COMÉDIE DE Dante Alighieri, une œuvre remarquable connue et étudiée dans le monde entier.

Le poète y narre un voyage à travers les trois règnes supraterrestres : INFERNO (l’enfer), PURGATORIO (le purgatoire) et PARADISO (le paradis). Toutes les énigmes du livre de Brown sont basées sur le premier règne : INFERNO qui est devenu le titre du livre. Je savais peu de choses de Dante Alighieri et de la DIVINE COMÉDIE. Maintenant, je me considère pratiquement initié.

À ces aspects culturels et pédagogiques qui ajoutent à la valeur littéraire de INFERNO, j’ajoute quelques éléments intéressants que j’aime bien retrouver dans un suspense : des chapitres courts (il y en a une centaine dans ce livre de 525 pages, édition numérique), des rebondissements, mystère, intrigues haletantes et une finale un peu spéciale qui n’est pas sans faire réfléchir comportant un argumentaire sur les motivations du savant qui a tout déclenché.

En fin de compte j’ai aimé ce livre même si je m’attendais à de la nouveauté et aussi à un peu plus d’originalité. Brown reste fort mais un petit changement de recette serait sûrement le bienvenu. J’aurais envie de lui dire, pour le prochain livre, cette fois, surprend-moi…

BONNE LECTURE
JAILU
Août 2013

(En complément…)

1958 à 2011 Durée du voyage : 2 minutes

C’était plus fort que moi, il fallait que je me jette corps et âme dans le dernier-né des univers de Stephen King.

Dans un article un peu plus long que de coutume, je vous invite à lire mon commentaire sur le dernier livre de King :  22/11/63 un roman qui transcende un fait historique qui a conservé jusqu’à aujourd’hui toute sa complexité : le meurtre de John Fitzgerald Kennedy.

Je serai très heureux de lire vos propres commentaires à ce sujet.

Aller lire l’article 22/11/63 DE STEPHEN KING

Bonne lecture
JAILU

Einstein – Comment je vois le monde

“La condition des hommes s’avérerait pitoyable s’ils devaient être domptés par la peur d’un châtiment ou par l’espoir d’une récompense après la mort.”

“Mais c’est la personne humaine, libre, créatrice et sensible qui façonne le beau et le sublime, alors que les masses restent entraînées dans une ronde infernale d’imbécillité et d’abrutissement.”

“Ceux qui aiment marcher en rangs sur une musique : ce ne peut être que par erreur qu’ils ont reçu un cerveau, une moelle épinière leur suffirait amplement.

“Je crois que l’exagération de l’attitude férocement intellectuelle, sévèrement orientée sur le concret et le réel, fruit de notre éducation, représente un danger pour les valeurs morales. Je ne pense pas aux risques inhérents aux progrès de la technologie humaine, mais à la prolifération des échanges intellectuels platement matérialiste, comme un gel paralysant les relations humaines.”

“Et pourtant je crois profondément en l’humanité. Je sais que ce cancer aurait dû depuis longtemps être guéri. Mais le bon sens des hommes est systématiquement corrompu. Et les coupables se nomment: école, presse, monde des affaires, monde politique.”

“C’est le rôle essentiel du professeur d’éveiller la joie de travailler et de connaître.”
(Voir le complément pour plus!)

“Si l’on sépare le judaïsme des prophètes, et le christianisme tel qu’il fut enseigné par Jésus-Christ de tous les ajouts ultérieurs, en particulier ceux des prêtres, il subsiste une doctrine capable de guérir l’humanité de toutes les maladies sociales.”

“Je m’imagine qu’une des motivations les plus puissantes qui incitent à une oeuvre artistique ou scientifique, consiste en une volonté d’évasion du quotidien dans sa rigueur cruelle et sa monotonie désespérante, en un besoin d’échapper aux chaînes des désirs propres éternellement instables. Cela pousse les êtres sensibles à se dégager de leur existence personnelle pour chercher l’univers de la contemplation et de la compréhension objectives.”

-Comment je vois  le monde, Albert Einstein

Ce sont ces citations et extraits qui m’ont poussé à chercher le livre Comment je vois le monde, de Albert Einstein. Il ne s’agit pas d’une biographie, ça semble plutôt être une réelle volonté d’Einstein d’en dire d’avantage sur sa vision des choses, ses idées, ses opinions. J’avoue qu’après une première lecture (et même la relecture de certains passages), eh bien je n’ai vraiment pas tout compris. Le texte est par moment dense et technique. Le livre est divisé en quatre grands thèmes (Le pacifisme, la lutte contre le nazisme, les problèmes juifs, et la science), eux même subdivisés en plusieurs articles. Ça aide un peu la lecture, mais ça ne rend pas vraiment le tout plus assimilable.

Ce que j’ai retenu surtout de Comment je vois le monde, c’est qu’Einstein parle de la paix, de la démilitarisation, de l’abolition du service militaire obligatoire, du désarmement. Il est aussi question de science évidement, et aussi de religion, surtout du judaïsme. Le tout à travers des textes personnels, des échanges de lettres et des discours  Certains passages sont parfaitement clairs et inspirants, alors que d’autres furent insaisissables pour un non-initié comme moi, quand il aborde la philosophie ou la physique par exemple.

Je ne regrette pas la lecture de ce livre, car malgré tout j’ai pu en apprendre beaucoup sur le personnage et son époque également (ce livre couvre de 1934 à 1955, l’année de la mort d’Einstein). Mais si quelqu’un veut vraiment se documenter, je conseillerais plutôt de partir en quête d’une bonne biographie. Je ne recommande ce livre qu’aux connaisseurs, aux collectionneurs, aux “Einsteinologues” en devenir.

Phenixgoglu
Mars 2013
(En complément…)