Les invraisemblables aventures de monsieur tout le monde

Virage dans la vie d'un casse-pied fainéant

LES INVRAISEMBLABLES AVENTURES
DE MONSIEUR TOUT LE MONDE

Commentaire sur le livre de
MAHRK GOTIÉ

*Honnêtement, baillai-je, je n’en ai strictement
rien à cirer de ta vie, de ton pouvoir, ni de tout
ce qui constitue ta particularité intrinsèque qui,
j’en suis convaincu, n’a rien à envier à celle de
n’importe quel autre abruti ordinaire. Mais
puisque tu ne sembles pas comprendre que tu
me dérange, crache ton venin!*
(Extrait : LES INVRAISEMBLABLES AVENTURES DE
MONSIEUR TOUT LE MONDE, Mahrk Gotié,
IS Éditions 2014, édition numérique, 160 pages)

Monsieur Tout le monde est comme tout le monde ou presque : il a un travail qu’il déteste, une femme moche, et deux adolescents dont le premier but dans la vie est de ne surtout pas devenir comme lui. Mais Monsieur Tout le monde, ce père de famille ordinaire veut changer tout ça. Il veut rêver, vibrer. Il veut croire que la meilleure partie de son existence n’est pas derrière lui. Alors, un beau jour, il décide de s’affranchir de ses barrières mentales, et part à la découverte d’un monde beaucoup plus déjanté qu’il ne l’avait soupçonné… Il plaque femme et enfants, bien décidé à vivre. Il se lance ainsi dans des aventures invraisemblables qui seront tout sauf ordinaires, à la découverte d’un monde tordu et débridé. Qu’est-ce qui peut bien trotter dans la tête d’un homme décidé à abandonner une vie de platitude pour passer à quelque chose de plus…stimulant disons…

VIRAGE DANS LA VIE
D’UN CASSE-PIED FAINÉANT
*Je n’aime pas les gens et ils me le rendent à
l’identique. Je pisse sur tout le monde et ça
me fait jouir. Détestez-moi, je ne demande
que ça. Je souhaite votre haine et votre
mépris, ma mauvaise réputation me fait
bander comme un âne. Insultez-moi,
salissez mon image, n’hésitez pas…
(Extrait : LES INVRAISEMBLABLES AVENTURES
DE MONSIEUR TOUT LE MONDE)

J’ai choisi ce livre par curiosité. Le titre n’est pas banal et puis je croyais trouver un monsieur qui me ressemblait un peu. Tel ne fut pas le cas…loin de là. LES INVRAISEMBLABLES AVENTURES DE MONSIEUR TOUT LE MONDE est un livre déjanté et affublé d’une surdose de cynisme, de machisme et d’égocentrisme. Le sujet était pourtant prometteur : Monsieur tout le monde n’aime pas sa vie, il déteste son travail, il croit que sa femme ne l’aime plus et trouve ses deux ados insignifiants. Il décide donc de tout plaquer, décidé à vivre avant de mourir. C’est là que l’auteur aurait pu être original. Au contraire de l’originalité et d’un goût recherché, il nous a laissé un récit aux limites du trash : *La médiocrité, moi je vous la sublime, je la divinise, je l’incarne au plus haut point, parce que je suis monsieur-tout-le-monde, comme vous. Et vous savez très bien que nous ne triomphons pas.* (Extrait)

Il est certain que ce livre va plaire aux amateurs de trash qui recherche dans un livre la plume directe et provocante : le trash, l’indécence, la vulgarité et bien sûr la crudité qui ne manque pas dans le livre de Gothier : *Sur cette annonce pour le moins alléchante, une grosse pute d’au moins soixante ans, vieille, immonde et snobe, un gros tas de graisse puant et dégoulinant, un déchet humain repoussant à l’excès avec des yeux enfoncés dans les fentes, un nez porcin, une bouche dégueulasse, s’assit en face de moi avec la prestance d’un tas de merde…* (Extrait)

Le titre du livre a un petit quelque chose qui évoque un peu l’arnaque. À partir du moment où notre monsieur tout-le-monde choisit de dissoudre sa vie, il n’est plus monsieur Tout-le-Monde, mais tombe dans une minorité indigente selon son propre choix. Quel lecteur ou lectrice va se reconnaître là-dedans. Ce genre de monsieur tout-le-monde ne prend même pas le temps de lire un livre. Vous ne devez pas vous attendre à vous reconnaître dans ce genre de vie délabrée.

Ce livre est un peu comme son personnage principal. Il n’a pas de but. Ça raconte, un peu comme dans une chronique, mais avec plus d’errance, des pirouettes sexuelles qui relèvent de l’obsession et surtout avec une philosophie de supermarché facile mais bien tournée toutefois. Par exemple :

*Ouais, je rate toutes ces choses qui valent le coup et ça me plait, parce que c’est moi et personne d’autre qui décide de les rater. J’apprécie la beauté de l’inutile.*
*Au final, chaque homme se révèle minable. Faut juste attendre le moment où il ne dissimule plus sa véritable nature.*
*J’aime la décadence et la saleté, et tout ce qui ne tourne pas comme vous le voulez. Parce que je ne suis qu’un vieux con qui n’en a plus rien à foutre car il sait qu’il va bientôt crever.*
(Extraits)

Ce sont des phrases bien tournées mais qui n’ajoute pas grand-chose à l’intérêt du livre sauf peut-être à la psychologie du personnage principal. Je terminerai en disant qu’au moins le livre est bref, très ventilé, il se lit vite et bien et annonce peut-être une suite…je ne commenterai pas. Conclusion, ce livre ne deviendra sûrement pas un fleuron de la littérature.

Mahrk Gotié est un jeune auteur émergent, un peu philosophe mais surtout provocateur. Il ne semble pas trop s’en faire avec la vie. Pendant un séjour de quelques années sur l’Île de la Réunion, il décide d’écrire nouvelles et poèmes qui apparaîtront ici et là dans quelques revues littéraires jusqu’à la publication de son premier roman : modeste mais se voulant comique et tout à fait cynique voire dérangeant : LES INVRAISEMBLABLES AVENTURES DE MONSIEUR TOUT LE MONDE.

BONNE LECTURE
JAILU/Claude Lambert
le dimanche 14 octobre 2018

LES FLEURS DU MAL

UN FLEURON DE LA LITTÉRATURE

LES FLEURS DU MAL

Commentaire sur le
recueil de poèmes de
CHARLES BAUDELAIRE

*L’horrible soif qui me déchire
Aurait besoin pour s’assouvir
D’autant de vin qu’on peut tenir
Son tombeau; -ce n’est pas peu dire*
(Troisième strophe du poème LE VIN DE
L’ASSASSIN, extrait de LE VIN, troisième
partie du recueil LES FLEURS DU MAL,
Charles Baudelaire, 1861, Bibebook,
édition numérique libre de droits)

LES FLEURS DU MAL constituent l’œuvre majeure de Baudelaire et une des plus importantes de la poésie moderne, à cause de son esthétisme novateur, publiée le 25 juin 1857 puis visée par une accusation d’outrage à la morale publique et à la morale religieuse. L’œuvre aurait pu être acceptable vue la nature un peu libertine des mœurs parisiennes de l’époque, mais les poèmes visés frisaient la pornographie. Baudelaire et ses éditeurs sont  condamnés à une amende pour délit d’outrage à la morale publique,  et à la suppression de 6 pièces de l’œuvre qui a exercé une influence certaine sur de grands poètes comme Arthur Rimbaud, Paul Verlaine.

UN FLEURON DE LA LITTÉRATURE
*La nuit voluptueuse monte,
Apaisant tout, même la faim,
Effaçant tout, même la honte,
le poète se dit : «Enfin !
(Extrait du poème LA FIN DE LA JOURNÉE,
Sixième partie de LES FLEURS DU MAL,
LA MORT…Charles Baudelaire)

Eh oui! Le goût du classique me revient régulièrement. Cette fois-ci, j’ai choisi un livre très très spécial. Je ne suis pas un grand amateur de poésie. C’est la notoriété de Baudelaire qui m’a attiré surtout, son prestige et aussi l’admiration et l’attachement qu’il éprouvait pour Edgar Alan Poe (1809-1849) un écrivain américain que moi-même j’aime beaucoup et dont j’ai déjà parlé sur ce site. Baudelaire est même devenu le traducteur officiel de Poe et il en éprouvait une grande fierté. On ne peut pas vraiment critiquer Baudelaire. Mon avis est qu’il était simplement génial. Je peux vous dire aujourd’hui ce que je ressens après la lecture du chef d’œuvre qui réunit l’essentiel de la poésie de Charles Baudelaire : LES FLEURS DU MAL.

LES FLEURS DU MAL est un  recueil en six parties :
1) SPLEEN ET IDÉAL
2) TABLEAUX PARISIENS
3) LE VIN
4) FLEURS DU MAL
5) RÉVOLTE
6) LA MORT

Cet ouvrage m’a fasciné. Peut-être à cause de son côté sombre. On y voit le mal sous différents aspects : la souffrance, vue comme une nécessité d’expiation du mal, Une idée bien précise voire un goût du mal, goût qu’il partage avec Edgar Alan Poe qu’il admirait tellement qu’il a entrepris de le faire connaître aux français en traduisant ses œuvres. Aussi, partout dans LES FLEURS DU MAL, j’ai vu, j’ai senti une profonde obsession de la mort de la part de l’auteur :

            Ô vers! Noirs compagnons sans oreille et sans yeux
Voyez venir à vous un mort libre et joyeux;
Philosophes viveurs, fils de la pourriture,
À travers ma ruine allez donc sans remord,
Et dites-moi s’il est encor quelque torture
Pour ce vieux corps sans âme et mort parmi les morts !
            (Extrait : LE MORT JOYEUX)

Faut-il s’en surprendre ? Baudelaire était un poète écorché, une âme torturée qui allait complètement à contre-courant de la morale de son époque.

Outre les thèmes récurrents du recueil : la mort, la souffrance, le néant, outre le fait que par son œuvre, Baudelaire fait un constat navrant de la réalité de son monde, de son époque, moi j’ai vu aussi de la beauté dans LES FLEURS DU MAL, de l’espoir, des poèmes sur la pureté, la musique, les chats, les saisons et son hymne à la beauté est un texte, sans jeu de mot, de toute beauté :
            Tu contiens dans ton œil le couchant et l’aurore ;
Tu répands des parfums comme un soir orageux ;
Tes baisers sont un philtre et ta bouche une amphore
qui font le héros lâche et l’enfant courageux.
             (Extrait : HYMNE À LA BEAUTÉ)

La crudité de la réalité s’oppose à la beauté, mais dans plusieurs poèmes, j’ai l’impression que les deux s’amalgamaient. Plusieurs poèmes sont très directs. On voit que Baudelaire n’avait peur ni de la critique ni de la vindicte :
            Puissé-je user du glaive et périr par le glaive!
            Saint Pierre a renié Jésus…il a bien fait!
            (Extrait : LE RENIEMENT DE SAINT PIERRE)
            Gloire et louange à toi, Satan, dans les hauteurs
Du ciel, où tu régnas, et dans les profondeurs
De l’Enfer, où, vaincu, tu rêves en silence !
            (Extrait : PRIÈRE)

Qu’à cela ne tienne, il a dû faire face à la censure. Il n’aura rien gagné de son vivant. Aujourd’hui, il est considéré comme un génie. Pour moi, il n’y a pas de doute, son œuvre est géniale aujourd’hui, et elle l’était à son époque, peut-être trop pour être comprise, trop audacieuse pour être acceptée intégralement sur le plan de la religion, de la morale, de l’éthique et même de la bonne Société qui pourtant, ne se gênait pas au XIXe siècle pour se laisser aller au libertinage.

En ce qui me concerne, ce recueil, LES FLEURS DU MAL m’a beaucoup plus. Bien au-delà de la *beauté extraite du mal* selon les dires même de Charles Baudelaire, j’ai vu la beauté des mots, de l’expression, la richesse des vers, rythmées selon certaines règles qui sont propres à Baudelaire. Ces vers m’ont entraîné dans le raisonnement de l’écrivain, une tempête d’émotions. J’ai développé l’impression que LES FLEURS DU MAL sont devenues une valeur intrinsèque de la littérature du monde, elles sont partout, elles constituent un phare. Les Fleurs du mal sont fiel et miel, le mal, le désespoir puis la souffrance rédemptrice et enfin la reconstruction du monde idéal.

Je pense qu’il faut lire les FLEURS DU MAL au moins une fois. J’en senti et apprécié l’audace de Baudelaire, son sens de la provocation, la variété dans le style, son mépris pour le jugement de ses contemporains dont plusieurs n’allaient pas hésiter à crier à l’immoralité du recueil, le caractère du titre allant à contre-courant de l’éthique et qui pourrait supposer que le les fleurs naissent du mal ou le contraire mais qui nous rappelle aussi que les FLEURS DU MAL auront autant d’interprétations que de lecteurs, la substance des mots.

Baudelaire m’a surpris, mais à la lumière de nombreux livres et articles publiés à son sujet, je dirais qu’il a surpris tout le monde, qu’il surprend encore aujourd’hui et que son œuvre est devenu un phare de la poésie moderne.Je vous recommande cette lecture à la fois douce et amère. Si comme moi, vous n’êtes pas amateur de poésie, abordez LES FLEURS DU MAL comme une expérience nouvelle, originale, singulière…sortie des sentiers battus.

Charles Baudelaire (1821-1867) est un des grands poètes du XIXe siècle. Après une enfance et une adolescence agitées qui seront finalement à l’image de sa vie d’adulte, Baudelaire fera ses débuts littéraires dans la traduction. En effet, en 1847, il découvrira l’œuvre de l’écrivain américain Edgar Alan Poe avec qui il se découvre des affinités comme une certaine opinion sur le goût du mal. Ainsi, Baudelaire entreprend la traduction de nombreuses œuvres de Poe afin de le faire connaître aux français. Toujours en 1847, Baudelaire tombera sous le charme de Marie Daubrun qui lui inspirera plusieurs poèmes.

Auteur bohème à l’esprit torturé, Charles Baudelaire ne publiera qu’une seule œuvre de son vivant, son œuvre majeure : LES FLEURS DU MAL, un recueil de poèmes fait de paradoxes : le bien et le mal, la beauté et la laideur, le ciel et l’enfer…le recueil a été condamné et censuré dès sa sortie parce que trop choquant pour la morale bourgeoise. Notez que ça ne l’a pas empêché de passer à la postérité. Une deuxième édition est produite en 1861 après la suppression de six poèmes. L’œuvre ne sera réhabilitée qu’en 1949.

En 1864, croulant sous les dettes, Charles Baudelaire part pour la Belgique comme conférencier. Mais il sera déçu par cette expérience. Sa santé se dégrade rapidement. Il retourne à Paris en 1866 et y meurt un an plus tard après un long combat contre la syphilis, sans compter ses abus de drogues et d’alcool. Un an après, LE SPLEEN DE PARIS et LES CURIOSITÉS ESTHÉTIQUES sont publiés à titre posthume. Baudelaire, qui a mené une vie en total désaccord avec la morale de son époque, n’a jamais été reconnu de son vivant et il en a toujours été attristé. Il peut toutefois reposer en paix car son œuvre introduira graduellement la poésie moderne.

Bonne lecture
Jailu
Le dimanche 7 octobre 2018

LES 1001 LIVRES qu’il faut avoir lus dans sa vie

Un inventaire de rêves et d'aventures

LES 1001 LIVRES
QU’IL FAUT AVOIR LUS DANS SA VIE

Commentaire sur le livre réalisé
sous la direction de
PETER BOXALL

*Ce n’est pas encore tout à fait le paradis de
la lecture qui vous est offert aujourd’hui :
c’est son programme nécessaire et très
précieux, ses échantillons, son délicieux
avant-goût.
(Extrait, LES 1001 LIVRES qu’il faut avoir lus dans
sa vie, sélection de romans réalisé sous la direction
de Peter Boxall avec un avant-propos de Peter
Ackroyd, 2008, Éditions du Trécarré pour la traduction
Canadienne Française. Édition de papier, 960 pages.)

Cet ouvrage est une liste de 1001 livres que l’équipe de rédaction considère comme les plus importants à lire dans sa vie. Il s’agit essentiellement de romans, présentés de façon chronologique à partir des 1001 NUITS publié au 9e siècle. Le livre réunit des titres qui nous viennent de partout dans le monde. Pour chaque titre recensé, l’éditeur propose des détails de l’édition, des prix littéraires, un synopsis et un bref commentaire. LES 1001 LIVRES constitue une sorte de catalogue pour un éventuel plan de lecture…une énorme bibliographie qui, sans être exhaustive, donne d’intéressantes pistes de lecture.

UN INVENTAIRES DE RÊVES ET D’AVENTURES
*…d’une façon ou d’une autre, le bonheur de lire
est demeuré. C’est un plaisir silencieux né de la
solitude et de la concentration, qui produit rêves
et réflexion, flirte avec la passion, entraîne
aventures et transformations. Un roman peut
littéralement changer une vie.*
(Extrait : LES 1001 LIVRES QU’IL FAUT AVOIR LUS DANS
SA VIE.  De la préface de Peter Ackroyd )

                     

À gauche : LES CONTES DES 1001 NUITS, auteurs anonymes,  première parution au IXe siècle vers 850, langue arabe. Au centre : VOYAGE AU CENTRE DE LA TERRE, de Jules Verne, première parution en 1864. À droite, LE DOCTEUR ZHIVAGO de Boris Posternak, première parution en 1957.

C’est un livre qui réunit…des livres, tout simplement…essentiellement des romans…un long pavé de près de 1000 pages dans lequel l’équipe de rédaction propose sa liste de 1001 livres qu’il faut avoir lus dans sa vie. Évidemment, ce genre d’ouvrage qui est un genre de catalogue a toujours un petit côté arbitraire. Si j’avais à faire ma propre liste des meilleurs romans de l’histoire de l’humanité, elle différerait sans doute de celle proposée par Peter Boxall. Si vous aviez à faire la vôtre, elle différerait de la mienne sans doute. Mais on s’entend pour dire qu’une grande quantité de titres sont définitivement incontournables.

                    

À gauche : TROPIQUE DU CANCER de Henry Miller, première parution en 1934. Au centre : CASINO ROYALE d’Ian Flemming avec son fameux personnage James Bond, agent 007, première parution : 1953. À droite : LE PETIT PRINCE d’Antoine de Saint-Exupéry, première parution : 1943.

J’ai lu ce livre en entier et je crois que les passionnés en feront autant car on se pose tous la même question : QU’EST-CE QUI M’A ÉCHAPPÉ? Dans cet ouvrage, j’ai trouvé une grande quantité de livres que j’ai déjà lus. Aussi, je l’avoue franchement, j’ai trouvé une grande quantité de titres qui ne m’intéressent pas, mais surtout, j’ai trouvé une grande quantité de titres qui sont devenus pour moi des projets de lecture. Voilà ce qu’est ce livre, un vaste tour d’horizon des grands moments de la littérature mondiale qui rappelle un peu l’histoire du roman avec ses errances et ses débordements.

                 

À gauche : DON QUICHOTTE de Miguel De Cervantès Saavedra, Espagne, première parution : 1605-1615. Au centre : DES SOURIS ET DES HOMMES de John Steinbeck, États-Unis, première parution : 1937, prix Nobel de littérature en 1962. À droite : L’HISTOIRE DE PI de Yann Martel, Espagne, première parution en 2001.

Voilà ce qu’est ce livre, un florilège de titres de romans qui ont marqué l’histoire de la littérature. Je pourrais aussi la qualifier «d’anthologie suggérée». Pour moi cette liste n’est évidemment pas exhaustive. Aucun ouvrage de ce genre ne peut être exhaustif car *Des livres naissent d’autres livres dans un processus ininterrompu de pollinisation croisée, et il est parfois difficile de savoir où s’arrête l’inspiration d’un ouvrage et où débute la source d’un autre.* (Extrait  de l’avant-propos de Peter Ackroyd) C’est une chaîne sans fin. Comme le dit Jean d’Ormesson, 1001 livres, c’est beaucoup. Même les plus cultivés n’ont pas la connaissance précise de chaque livre inscrit dans la liste. Aussi, j’ai pris ce livre pour ce que je crois qu’il est en réalité : un instrument de découverte et ça m’a pleinement satisfait.

Peter Boxall a dirigé la réalisation et la publication de LES 1001 LIVRES QU’IL FAUT AVOIR LUS DANS SA VIE. Il est enseignant au département de littérature anglaise de l’Université du Sussex et a publié une vingtaine d’ouvrages critiques sur la littérature du XXe siècle. Après la publication des 1001 LIVRES, il a commencé une monographie consacrée à la fiction contemporaine. Pour les 1001 LIVRES, Boxall a travaillé avec la complicité de Jean D’Ormesson de l’Académie française, auteur de plusieurs best-sellers, et Peter Ackroyd, auteur de plusieurs romans historiques et des biographies de T.S. Eliot, Charles Dickens et William Blake.

BONNE LECTURE
JAILU/Claude Lambert
le dimanche 30 septembre 2018