MOMENTUM

Le côté obscur des services secrets

MOMENTUM

Commentaire sur le livre de
PATRICK DE FRIBERG

*À la moindre hésitation de sa part, sa vie, sa carrière,
sa légitimité seraient considérées comme celles d’un
criminel de droit commun au mieux, et au pire, il serait
lâché entre les mains du grand frère américain et de
ses débauchés paranoïaques de La CIA*
(EXTRAIT : MOMENTUM, Patrick de Friberg, les Éditions
Goélette, 2011, édition de papier, 320 pages)

Beaupré, 1962. Un jeune Soviétique fanatisé est infiltré au Québec sous l’identité d’un immigrant anglais. Moscou, 1985. Le KGB met sur pied un complot qui lui permettra d’ici trois décennies de prendre le contrôle du gouvernement du Canada. Québec, 2012. Gilles Drouin est en tête des sondages. Il sera le prochain premier ministre sur fond de magouilles financières et de meurtres… Au fil des rebondissements de Momentum se dessine ce qui pourrait être notre prochaine campagne électorale. Ajoutons à cela une mission secrète initiée trente ans plus tôt dans un troisième pays, la Russie…une magouille autour du KGB, des services secrets et canadiens et une galerie impressionnante de personnages aux motivations singulières. Question… la fiction pourrait-elle devenir réalité ?


LE CÔTÉ OBSCUR DES SERVICES SECRETS

*Il l’avait laisser débiter son baratin au sujet
de retrouvailles et avait déployé de grands
efforts à la trouver suffisamment belle pour
l’emmener dans la chambre. Jusqu’à lui
faire l’amour. Dans la brume, le soleil se
cachait. Il sortit son pistolet…*
(Extrait : MOMENTUM)

C’est un livre m’a captivé pour plusieurs raisons, d’abord son actualité. Revenons d’abord sur le synopsis : les services secrets russes qu’on appelait autrefois le KGB s’impliquent dans la campagne de Gilles Drouin, pressenti comme prochain Premier Ministre du Québec. La Russie compte ainsi à long terme, prendre le contrôle du gouvernement canadien. Des espions et contre-espions œuvrent dans l’ombre pendant que Gilles Drouin est en tête des sondages et que s’accumulent meurtres et obscurs complots.

Le livre MOMENTUM a été publié en 2011. Je ne sais pas si la plume de Patrick de Friberg était prémonitoire mais son livre est encore aujourd’hui d’une terrifiante actualité si on tient compte du fait que plusieurs observateurs de la politique américaine considèrent que la Russie de Vladimir Poutine s’est impliquée dans l’élection américaine de Donald Trump en 2017. Le récit est aussi fort intéressant compte-tenu que le Québec est au cœur d’un obscur plan d’action impliquant les services secrets russes et français, la CIA américaine et le gouvernement du Québec. Pour ce qui est de mettre le Québec à l’avant-scène d’un complot d’espionnage, l’auteur Patrick de Friberg a bien tiré son épingle du jeu, d’autant que le cinéma ne nous a pas encore habitué à ce genre d’intrigue, ce qui consacre l’originalité de l’histoire.

Comme je l’ai déjà exprimé en commentant sur ce site le livre de Robert Littel LA COMPAGNIE, le grand roman de la CIA, explorer les souterrains des services secrets, c’est comme plonger dans un panier de crabes. C’est un territoire peu connu, mais on sait toutefois qu’il n’est pas très propre. Plusieurs pensent que les services secrets ont joué un rôle majeur dans l’équilibre géopolitique actuel, mais à quel prix, meurtres complots, infiltration et même des guerres. Dans MOMENTUM, De Friberg vient nous rappeler que le système n’a jamais vraiment été repensé.

J’ai parlé de panier de crabes plus haut, c’est un peu ce qu’on trouve dans MOMENTUM et c’est là la faiblesse du récit : la trame est complexe parce que l’histoire implique une grande quantité de personnages, plusieurs pays et les motivations politiques de la Russie demeurent assez obscures. Donc malgré un effort évident de ventilation et de simplification, l’histoire demeure compliquée : Résumons : on a le meurtre d’un diplomate sur le dos, bien qu’il ait été une crapule qui venait d’avouer que le candidat principal à l’élection québécoise était contrôlé par une équipe du FSB. On a une équipe de tueurs russes à nos trousses, mais qui a soudainement renoncé à l’évidente mission de récupération de l’ambassadeur. On a l’élection prochaine d’un premier ministre du Québec dont on sait qu’il était l’amant du mort et qu’il est vraisemblablement un agent du KGB (Extrait)

Donc, c’est pas évident de suivre l’histoire jusqu’au bout sans confondre les personnages dont plusieurs changent de nom. Toutefois, le fait que l’intrigue se déroule en grande partie au Québec et que l’actualité démontre clairement que l’implication d’un pays dans l’élection d’un autre pays est une réalité formant un tout qui motive le lecteur et la lectrice à se concentrer pour bien comprendre le rôle de chacun et où tout le monde s’en va.

Je crois que ça vaut la peine de bien saisir l’intrigue car elle nous mène à une finale surprenante…une finale qui m’a donné des frissons dans le dos. Donc ce livre m’a aspiré et a provoqué bien sûr quelques questionnements sur la vie privée entre autres et sur l’espionnage. Entendons-nous…je ne deviens pas paranoïaque mais on peut quand même se questionner. Un bon divertissement…à lire : MOMENTUM de Patrick de Friberg.

Patrick de Friberg est un écrivain français né en 1964. Il a vécu quelques temps au Canada, plus précisément à Château-Richer près de Québec. Il se spécialise dans les romans d’espionnage et d’anticipation. Son œuvre, en pleine évolution, est déjà doté d’honneurs significatifs dont le grand prix 2011 du Cercle Littéraire Caron. Il a été élu Chevalier des arts et des lettres en 2015. Patrick de Friberg a traduit LA VÉRITABLE HISTOIRE DE L’AMÉRIQUE DES SIXTIES de John Barnet. Il a publié près d’une vingtaine de livres et ça continue.

Bonne lecture
Claude Lambert
Le dimanche 16 février 2020

MONSIEUR MOZART SE RÉVEILLE

Le temps d'un requiem

MONSIEUR MOZART SE RÉVEILLE

Commentaire sur le livre de
EVA BARONSKY

*Quelque chose n’allait pas. Il n’était plus
à la maison. Sa couche était différente,
plus molle et inégale, plus souple en fait;
un parfum subtil, féminin s’y trouvait. Où
l’avait-on amené? Qui pouvait donc bien
être ces méchants bougres?*
(Extrait : MONSIEUR MOZART SE RÉVEILLE, Eva
Baronsky, Édition Piranha pour la présente
version électronique, aussi en version papier,
200 pages sur liseuse, 2009 original, t.f. : 2014)

Il se souvient de tout : il s’appelle Wolfgang Mozart et hier soir encore, il était étendu sur son lit de mort. À son réveil, il ne trouve aucune explication à ce monde différent, étrange, où la lumière ne provient pas des bougies, où la musique se passe de la présence d’un orchestre, où les carrosses se déplacent sans chevaux…est-il aux portes de l’enfer ou dans l’antichambre du ciel ? Tout ce qui lui arrive ne peut avoir qu’une seule raison : il a la mission divine de terminer l’œuvre de sa vie, son Requiem. Et le voici, anachronisme vivant déambulant dans les rues survoltées de la Vienne du début du XXIe siècle, où la musique est sa seule boussole. Tant de nouveaux compositeurs, tant de sonorités inédites ! Mais, plus le temps passe, plus il se demande ce qu’il adviendra de lui, une fois son chef-d’œuvre terminé…

LE TEMPS D’UN REQUIEM
*Avec respect, presque tendrement, il passa
la main sur la fine écriture. En voilà un qui
était à la hauteur du requiem de Mozart,
qui savait l’achever et…qui damait le pion
au génie de Mozart avec une légèreté qu’
il n’aurait jamais cru possible.
(Extrait : MONSIEUR MOZART SE RÉVEILLE)

L’idée n’est pas nouvelle en littérature : réveiller un mort célèbre, lui laisser tous ses souvenirs et en faire un anachronisme vivant dans un but précis. Pourtant, j’ai trouvé le livre de Baronsky extrêmement bien construit. Il m’a fait rire et surtout, il m’a ému. Quand un livre parvient à ce résultat avec moi, je suis comblé. Alors imaginez un peu. Deux cents ans après sa mort. Mozart se réveille avec le même esprit, dans un environnement dénaturé, étrange. Il faut dire qu’au départ Mozart ne savait pas, ne comprenait pas qu’il venait de sauter deux cents ans d’évolution : *Il comprit par la suite que derrière la plupart des miracles ne se cachait rien d’autre qu’une nouvelle forme d’énergie…* (Extrait)

Au début, ce fut une dure épreuve : Où se loger ? Comment se nourrir ? Restait à comprendre le but de ce miracle : *Chez soi, ce ne pouvait être qu’un petit endroit, au plus profond de soi…tout au fond de son cœur, au plus profond de lui-même, il y avait la musique, rien que la musique et il n’y aurait jamais rien d’autres.* (Extrait) Mozart comprit qu’il devait finir le célèbre requiem, œuvre majeure mais inachevée au moment de sa mort. La chose la plus difficile pour Mozart dans ce récit était d’établir son identité et ça devenait urgent car son talent s’imposait. Chose difficile voire impossible. Personne ne comprenait : *Wolfgang Musterman. Il n’avait pas été le seul à remarquer ce nom singulier, la presse l’avait fait aussi. Un pianiste surgi du néant, sans parcours de vie, sans que quiconque ait pu apprendre quelque chose sur lui. Un phénomène ! * (Extrait)

Un jour, le musicien miraculé en a eu marre et a fini par dévoiler son véritable nom à un impresario qui avait besoin d’une preuve d’identité : *Oui, reconnut Wolfgang à voix basse. Joannes Chrysostomus Wolfgangus Théophilus Mozart. Né à Salzbourg le 27 janvier 1756. Puis-je m’en aller maintenant ?* (Extrait) Cette explosion de sincérité a fini par amené Mozart dans un hôpital psychiatrique.

J’ai adoré cette histoire parce qu’elle m’a émue. Elle m’a émue parce que l’auteur Eva Baronsky a réveillé Mozart en lui conservant toutes ses qualités de corps, de cœur et d’esprit. Mozart était un être bon, généreux mais aussi brouillon, désordonné et insouciant, sans le sou et pas toujours facile à vivre. Son temps, sa passion sa vie…pour Mozart, tout n’était que musique. Alors l’auteure a planché sur la musique. La musique est partout dans le récit qui est profondément imprégné de l’esprit de Mozart.

J’ai trouvé aussi le récit drôle parce qu’après un sommeil de deux-cents ans, Mozart se débrouillait plutôt mal avec la modernité ce qui a donné lieu à beaucoup de situations cocasses. Enfin, j’ai trouvé le récit touchant pour plusieurs raisons : la qualité des personnages, la profondeur de leur psychologie. Par exemple, l’auteur a mis sur le chemin de Mozart un personnage appelé Piotr, musicien violoniste polonais qui a prix Mozart en amitié et l’a pris sous son aile car Piotr a compris qu’au-delà des qualités de cœur, Mozart était un génie de la musique avec un talent qui avait quelque chose de surnaturel. Dans l’optique d’une résurrection de Mozart, Piotr pouvait très bien être un ange. Autre personnage un peu plus intriguant celui-là : c’est Anju, l’amour de la nouvelle vie de Mozart, celle qui a touché son cœur et qui apportera une contribution extraordinaire jusqu’à la finale qui est particulièrement poignante.

C’est donc un livre que je recommande. On sent bien que l’auteure admire Mozart. Elle a imprégné son récit du cœur et de la musique de Mozart et avec humour car elle a exploité les anachronismes qui ne manquaient pas d’ébranler le génie musical. Par exemple, pouvez-vous imaginer comment Mozart a interprété le nom AC/DC trouvé sur un chandail ? Ne se doutant pas qu’il s’agissait d’un des groupes rock les plus populaires de l’heure. Mozart lui, a trouvé une toute autre interprétation : *AC/DC. Il se tortilla le sourcil : Adorate, Cherubim, Dominum Cantu. Adorez le Seigneur avec vos chants. Oui, ça devait être cela* (Extrait)  Un récit magnifique, profondément humain…un coup de cœur.

Wolfgang Mozart est né le 27 janvier 1756 à Salzbourg. Lui et sa sœur Maria-Anna sont des enfants prodiges de la musique, encore jeunes quand leur père Leopold exhibe leurs talents musicaux à travers l’Europe.  Wolfgang joue du violon et sa sœur du piano. Ces voyages permettent à Mozart de découvrir de nombreux musiciens et d’effectuer d’importants progrès. Ainsi, Mozart écrit son premier opéra à l’âge de 11 ans ! Mozart devient de plus en plus connu : il est payé pour écrire de la musique. Puis, il se marie avec Constance Weber et travaille comme professeur de musique particulier auprès de familles riches. Mais, s’il gagne beaucoup d’argent, il ne sait pas le gérer. Mozart passe des années difficiles avec la mort de son père, la maladie et des dettes. En 1791, il compose tout de même deux chefs-d’œuvre : la Flûte enchantée et le Requiem. Mozart meurt à Vienne, en Autriche, le 5 décembre 1791 à seulement 35 ans, en laissant plus de 600 œuvres à la postérité. Le REQUIEM est une œuvre inachevée de Mozart, la première version complétée peu de temps après sa mort fût de Franz Xaver SüBmayr. L’idée de Baronsky était de donner du temps à Mozart pour achever lui-même le REQUIEM.

Eva Baronsky est une auteure allemande née en 1968. Après des études de marketing et de communication, elle a été tour à tour consultante en communication, graphiste, vendeuse de confiture et journaliste. MONSIEUR MOZART SE RÉVEILLE est son premier roman, publié en allemand sous le titre HERR MOZART WACHT AUF en 2009. Avant sa traduction en français plusieurs années plus tard, l’œuvre de Baronsky a reçu le prix Friedriech Hölderlin, un prix d’encouragement de renommée internationale.

BONNE LECTURE
JAILU/Claude Lambert
le samedi 15 février 2020

PETITES HISTOIRES DE LA MYTHOLOGIE

Les phares de la mythologie

PETITES HISTOIRES DE LA MYTHOLOGIE

Commentaire sur la série écrite par
HÉLÈNE MONTARDRE

 Quelques livres de la série

À la demande de Minos, le roi de Crète, Dédale, génial inventeur, a imaginé un labyrinthe pour y enfermer le Minotaure, monstre à la tête de taureau. Mais il aide le jeune Thésée à tuer ce monstre et à s’enfuir. Furieux, le roi fait enfermer Dédale et son jeune fils, Icare, dans le Labyrinthe. Dédale ne connaît qu’une seule façon de s’en échapper : en se fabriquant des ailes, avec de la cire et des plumes d’oiseaux. Icare et lui s’envolent. Mais Icare, enivré par ce voyage dans les airs, ne prend pas garde et s’approche trop près du soleil. Lentement, la cire fond et il tombe dans la mer. Dédale se réfugie en Sicile. Mais Minos est toujours sa poursuite…

Achille est un guerrier invincible, car il a été doté par sa mère, la néréide Thétis, d’une force incroyable. Seule une partie de lui reste fragile : son talon. Malgré son talent de guerrier, Achille se cache lorsque s’annonce la guerre de Troie, car sa mère lui a prédit qu’il y trouvera la mort. il se déguise même en jeune fille pour ne pas être reconnu ! Mais Ulysse, le roi d’Ithaque, parvient à le retrouver. Achille doit alors participer à la guerre contre les Troyens, et affronter son destin…

 

Jason a été dépossédé du trône d’Iolcos par son oncle Pélias. Pour le récupérer, il doit rapporter de Colchide la Toison d’or. Jason rassemble les plus valeureux héros pour mener à bien cette expédition : le colosse Hercule, le héros Thésée, les jumeaux Castor et Pollux, l’aède Orphée… À bord du navire l’Argo, les cinquante Argonautes partent pour la Colchide. Là-bas, Jason devra surmonter des épreuves pour obtenir la Toison du roi Aétés : maîtriser des cracheurs de feu, anéantir des guerriers Spartes. Il y parvient grâce à l’aide de Médée, la fille du roi Aétés, qui est également magicienne… l’amour vient finalement au secours de Jason

La Grèce est un pays extraordinaire, magique diront certains. J’ai toujours été fasciné par la Grèce, ses îles, ses ports, ses décors magnifiques, son histoire, les philosophes qui en sont issus. Pour être franc, je dois dire que c’est surtout la mythologie qui est venue me chercher. L’Olympe nous a laissé la mémoire des dieux, déesses mais surtout des héros qui sont venus émoustiller mon enfance et mon adolescence et encore aujourd’hui. C’est le cinéma qui m’attirait à l’époque, les adaptations d’histoires homériennes avec leur caractère fantastique et bien sûr les effets spéciaux. Puis je suis passé à la lecture parce qu’elle m’offrait des horizons beaucoup plus larges. Malheureusement à cette époque. La littérature jeunesse balbutiait quelque peu. Mais avec le temps, elle s’est enrichie de trésors extraordinaires.

Voici une magnifique petite collection que j’aurais dévoré quand j’étais tout jeune (et aujourd’hui, je ne me suis pas gêné) PETITES HISTOIRES DE LA MYTHOLOGIE. Une série de petits livres écrits par Hélène Montardre et illustrés par Nicolas Duffault. Chaque livre adapte une mythologie à la compréhension des jeunes lecteurs de 9 à 13 ans toujours en respectant l’esprit des textes originaux. Les ouvrages rapportent très simplement les légendes qui lient la vie des Dieux, des humains, des créatures mythiques et aussi des demi-dieux comme Hercule, Achille, Persée et plusieurs autres.

La collection comprend une vingtaine de volumes. Pour vous en parler, j’en ai lu douze afin d’identifier les points en commun. Mon volume phare est LES DOUZE TRAVAUX D’HERCULE, Hercule étant mon héro mythologique préféré. Pour d’autres, ce sera Thésée, la belle Hélène de Troie, ou encore Jason qui, avec ses argonautes, est allé chercher la toison d’or au bout du monde. Pour d’autres, ce sera Ulysse, Persée ou même Pégase. Qu’à cela ne tienne, ils y passent tous. Le meilleur pour moi fut définitivement hercule, fils de Zeus, héros grec de Thèbes, descendant de Persée et dotée d’une force extraordinaire, tellement que son nom s’est frayé un chemin jusque dans le langage francophone moderne (quand on parle de force herculéenne).

LES PHARES DE LA MYTHOLOGIE
*-J’ai vaincu le lion de Némée, l’hydre de
Lerne, la biche de Cérynie, le sanglier
D’érymanthe et les oiseaux du lac Stymphale.
Ton taureau ne m’effraie pas !- affirme Hercule.*
(Extrait : LES DOUZE TRAVAUX D’HERCULE)

De tous temps, les hommes ont eu besoin de modèles de force, de bravoure, de héros. Hercule est mon personnage préféré de la mythologie grecque pour ces raisons mais aussi, il faisait preuve d’un très bel équilibre entre la force et la douceur. Peut-être est-ce à cause de cet équilibre qu’Hercule est devenu le héros le plus renommé de la mythologie. En mettant l’accent sur la dimension humaine du personnage, l’auteure raconte l’épisode probablement le plus intense de la vie d’Hercule : pour expier une faute grave, Zeus ordonne à Heraclès de se mettre au service d’Eurysthée. Ce dernier soumet le demi-dieu à 12 travaux…

Ce qui m’a le plus émerveillé dans ces petits livres est la simplicité de la présentation et la beauté du langage. L’auteure a su relever le défi de tamiser la violence et le pouvoir parfois trop descriptifs du langage homérien pour rendre le tout accessible à la jeunesse.

Chaque livre est bien ventilé et facile à lire. Par exemple, dans mon volume phare, chacun des travaux d’Hercule est très bien identifié et magnifiquement décrit. Les enfants peuvent aisément interrompre leur lecture et la reprendre plus tard. Reprendre le fil de l’histoire est facile. Chaque récit est imprégné du caractère fantastique de la mythologie grecque. Cette omniprésence de la magie stimule la capacité d’émerveillement de l’enfant et les parents peuvent être tranquilles car la violence qui caractérise l’œuvre originale est très bien feutrée dans les livres d’Hélène Montardre. Ce sont d’excellentes adaptations.

Enfin, comme pour aller au-devant des questions que les enfants pourraient se poser en cours de lecture, chaque histoire se termine par un petit documentaire présenté sous forme de questions-réponses. Par exemple, dans mon livre phare, l’auteure explique qui est Hercule. A-t-il déjà existé ? C’est quoi un centaure ? Les jeunes trouveront de nombreuses réponses susceptibles de satisfaire leur inépuisable curiosité. Donc je n’hésite pas à inviter les jeunes lecteurs et lectrices à se lancer à la découverte de cette magnifique série, près d’une vingtaine de volumes qui sont autant d’épisodes phares de la mythologie et complétés par une petit documentaire très accessible.

Née en 1954 à Montreuil, Hélène Montardre est passionnée depuis toujours par les voyages, l’écriture et les enfants. La littérature jeunesse lui a offert ce dont elle a toujours eu envie. À travers ses livres, elle veut transmettre les rêves, l’espoir mais aussi la force et la fragilité de la vie et de la mémoire. Ses livres, romans, contes, albums, documentaires s’adressent à tous ceux et celles qui aiment le fantastique.

Comme il le dit lui-même avec humour, Nicolas Duffaut a commencé sa carrière sur les murs de sa chambre. Au fil du temps, l’illustrateur a mis ses talents au service de Milan jeunesse, Nathan, Bayard, le poisson soluble, Flammarion, Magnard, Tourbillon et plusieurs autres. Ses outils : un ordinateur, une bonne tablette graphique, quelques calques, une pincée d’acrylique et quelques carnets de croquis. On peut suivre l’artiste : http://pendantcetempsailleurs.blog.spot.fr/


BONNE LECTURE

Claude Lambert

Le dimanche  février 2020