LES CONTES DES 1001 NUITS partie 2

Les compléments

LES CONTES DES 1001 NUITS

(Partie 2)

LES COMPLÉMENTS

On pourrait créer une encyclopédie colossale seulement en réunissant les différents travaux, œuvres et créations divers sur les contes des 1001 nuits. Mon exploration de la question sur internet m’a amené à une quantité considérable d’analyses, d’œuvres littéraires de toutes formes et tendances bandes dessinées incluses, pièces de théâtre, adaptations cinématographiques incluant les œuvres d’animation, jeux de société, comédies musicales sans oublier les représentations musicales classiques dont celles de Maurice Ravel et Maurice Schuman. Je vais aujourd’hui me limiter à citer quelques exemples de tendances issues de l’univers littéraire en commençant par l’iconographie.

Le plus célèbre des illustrateurs des 1001 nuits pourrait être Léon Carré (1878-1942) le fameux peintre et illustrateur français. En 1926, l’éditeur d’art Henri Piazza commande au peintre orientaliste Léon Carré les illustrations des 1001 nuits. Carré réalisera 144 planches en couleurs hors textes qui trouvent leur place dans les 12 volumes de l’édition de luxe de Piazza. Pour en avoir une bonne idée, voyez l’album publié par bnf.fr qui propose une sélection d’illustrations commentées de Léon Carré dans l’ordre où elles apparaissent dans l’édition Piazza. Allez voir, vous ne serez pas déçu. Cliquez ici.

POUR UNE LECTURE HISTORIQUE DES MILLE ET UNE NUITS propose une analyse historique des contes tels qu’ils sont versés dans la première édition de l’ouvrage en Égypte en 1835. Jean-Claude Garcin, éminent historien de l’Islam médiéval passe en revue les différentes influences et censures successives qui ont modelé la version égyptienne telle que nous la connaissons aujourd’hui. Très intéressante analyse de contenu et de contexte. Le livre a été publié en 2013 chez Acte Sud.

LES MILLE ET UNE NUITS est une bande dessinée envoûtante, une œuvre remarquable de deux excellents scénaristes américains de bandes dessinées : Richard Corben, surtout connu pour ses œuvres de fantasy et Jan Strnad, connu pour son travail sur l’univers de Star Wars et bien sûr ses différentes collaborations avec Corben. Cette BD pénètre les contes des 1001 nuits et en déborde avec entre autres le huitième voyage de Sinbad, un inédit qui se fond dans l’esprit des contes en y restant fidèle. Les critiques publiées sur la bedethèque sont flatteuses et soulignent entre autres l’originalité de l’œuvre.

Une belle façon d’entrer dans le royaume des 1001 nuits est de passer par la porte de la cuisine. C’est une façon de dire que la cuisine orientale est toute de saveurs délicates et de parfums envoûtants. Dans RECETTES DES 1001 NUITS : À LA TABLE DE SHÉHÉRAZADE, un collectif publié par Hachette, les personnages emblématiques des contes vous convient à leur table. Par exemple, le sultan Shahryar livre sa meilleure recette de boulettes de lentilles, Sindbad le marin et ses brihouhats aux crevettes, Ali Baba et sa tajine de poulet, olives vertes et citron vert. Shéhérazade vous sucre le bec avec des cornes de gazelles entre autres. Dans ce livre vous trouverez une centaine de recettes orientales qui vous enchanteront vous et vos invités. C’est un voyage gastronomique qui nous entraîne au Maghreb, en Inde, en Irak et au Liban entre autres. Le livre offre de nombreuses photos pleine page qui, avec une puissante force d’attraction vous fais pénétrer dans l’univers enchanteur de la cuisine orientale dite des mille et une nuits.

Sans dénier aux Mille et Une Nuits l’aspect divertissant, cet ouvrage veut montrer, grâce au thème du voyage, que ces contes étaient ancrés à à des réalités multiples, puisqu’ils ont traversé les temps et les lieux en incorporant à chaque étape de nouvelles histoires et en adaptant le contenu à d’autres mentalités. Les Mille et Une Nuits contes réputés arabes, sont en fait un fabuleux creuset où se sont mêlés des éléments grecs, chinois, indiens et persans, réunis sur le tard par un liant arabe.

POUR LES JEUNES LECTEURS

Je ne vous ai donné que quelques exemples de sous-thèmes liés aux CONTES DES MILLE ET UNE NUITS. Ce n’est que la pointe de l’iceberg. Les contes ont bercé et stimulé à la fois des dizaines de générations. Si vous voulez allez un peu plus loin sur la question, je vous invite à consulter le dossier de PATRIMOINE PARTAGÉ. Cliquez ici. Vous pouvez également consulter un dossier très complet concernant les 1001 nuits sur Wikipédia. Cliquez ici. Je signale aussi à l’intention des parents, que les CONTES DES 1001 NUITS sont expliqués aux enfants dans le très beau site 1 jour 1 actu. Cliquez ici.

Mon choix était de lire l’intégrale, ce que j’ai fait sans le moindre regret. Vous pouvez, si vous le désirez, vous en tenir aux contes les plus lus ou les plus populaires. Ils sont disponibles séparément. D’une façon ou d’une autre, je vous invite à tenter l’aventure.

BONNE LECTURE
JAILU/Claude Lambert
Le mardi 22 octobre 2019

La semaine des bibliothèques publiques du Québec

La culture à la page

LA SEMAINE DES BIBLIOTHÈQUES PUBLIQUES
DU QUÉBEC

Hommage aux bibliothèques
de la ville de Québec

La maison de la littérature est une composante majeure du réseau des bibliothèques de Québec. En plus d’offrir les services d’une bibliothèque publique, on y trouve une exposition sur la littérature québécoise, un studio de création, un atelier de bd et une résidence d’écrivains. À longueur d’année, une programmation variée garde bien vivante et vigoureuse la scène littéraire. La maison de la littérature est aménagée dans l’ancien temple Wesley au cœur du vieux Québec.

LA VIE EN PAGE
*J’avais trouvé ma religion : Rien ne me
parut plus important qu’un livre. La
bibliothèque, j’y voyais un temple. *
(
Jean-Paul Sartre-LES MOTS)

Bibliothèque de l’Assemblée Nationale du Québec

Vingt-six bibliothèques forment actuellement le réseau de bibliothèques publiques de la ville de Québec. Les bibliothèques ont beaucoup changé avec le temps. Les autorités ont reconnu dans ces temples de l’enrichissement de l’esprit la clé d’une culture en mouvance. Nos bibliothèques ont été mises en valeur et sont devenues des bijoux d’architecture et d’aménagement et aussi de service avec des centaines de milliers de livres, revues de toutes sortes et divers document…une collection dite flottante car si vous êtes membres d’une bibliothèque à Québec, vous êtes automatiquement membre du réseau. Vous empruntez un livre à Charlesbourg ? Vous voulez le remettre à Sainte-Foy ? Aucun problème.

Nos bibliothèques ont magnifiquement évolué, s’ajustant constamment aux goûts et aux besoins du public. Elles offrent par exemple une grande variété de ressources numériques : livres et encyclopédies, musique en continu et vidéos et toutes les collections sont mises à jour régulièrement et ne cessent de s’enrichir. Pour tous les détails et les avantages d’être membre du réseau, visitez le site de la bibliothèque de Québec vous ne serez pas déçus. Vous y trouverez entre autres l’ensemble des programmes offerts par la bibliothèque de Québec, y compris les activités pour les enfants. Ces activités sont gratuites la plupart du temps.

Personnellement, je suis fier de la bibliothèque de Québec. Dans toutes les bibliothèques que j’ai fréquentées j’ai pu profiter d’un excellent confort pour la lecture ou la recherche informatique, un éclairage étudié, un environnement aussi calme que stimulant. Je peux rester des heures dans une bibliothèque sans en sortir fatigué. Bravo à tous les personnels qui sont chaleureux et accueillants et qui prennent bien soin de nos bibliothèques. Je vous souhaite une magnifique semaine des bibliothèques publiques et j’invite ceux et celles qui ne l’ont pas encore fait à visiter une bibliothèque.

L’addiction vous guette…

QUELQUES BIBLIOTHÈQUES DU RÉSEAU
DE QUÉBEC

La bibliothèque Étienne Parent
La bibliothèque Gabrielle Roy et bibliothèque Aliette-Marchand

La bibliothèque Saint-Charles

 La Bibliothèque Roger Lemelin et à droite, la Bibliothèque Félix Leclerc


Je n’ai jamais eu de chagrin qu’une heure de lecture n’ait dissipé (Montesquieu 1689-1755)

BONNE SEMAINE DES BIBLIOTHÈQUES
ET BONNE VISITE
JAILU/Claude Lambert
Le samedi 19 octobre 2019

Pour la liste complète des bibliothèques publiques du réseau de Québec, cliquez ici

 

Pour suivre le réseau sur Facebook, cliquez ici.


 

LE PÈRE NOËL S’APPELLE BASILE

UN DÉCLIC QUI CLIQUE

LE PÈRE NOËL S’APPELLE BASILE

Commentaire sur le livre de
PIERRE PELOT

*Basile ne répondit pas, ne trouva pas un mot
ni un son, rien que la sécheresse soudaine au
fond de sa gorge. Ce ton employé soudain
par l’homme avait un effet plus glaçant que
l’extérieur embrouillasse.*

(Extrait: LE PÈRE NOËL S’APPELLE BASILE, Pierre Pelot,
éditions Bragelonne, 2013, Castelmore, édition
numérique, 80 pages, littérature jeunesse 7-10 ans)

Habituellement, Basile, neuf ans, rentre de l’école avec son père ou un autre parent d’élève. Mais ce jour-là est un peu particulier… Ce jour-là, la maîtresse a reçu un coup de téléphone qui l’a forcée à abandonner sa classe plus tôt que prévu. Ce jour-là, le petit garçon a décidé que rentrer à pied pour aller voir les décorations de Noël était une bonne idée. Ce jour-là… c’est le jour où Basile va faire la connaissance d’un jeune homme d’apparence sympathique, et accepter sans le savoir de conduire un agresseur à sa victime… En fait, l’homme que Basile rencontre est un père Noël très particulier….

 Un déclic qui clique
*Allez. Vite, souffla Livio.
Je ne suis pas fou tu vois…
C’est ce qui fait la différence,
sans doute…*
(Extrait : LE PÈRE NOËL S’APPELLE BASILE)

 Voici l’histoire d’un jeune garçon de 9 ans, Basile Hordeau, fils d’un acteur, Gérard Hordeau qui incarne l’inspecteur Dalong dans une populaire télésérie policière. Basile est un petit garçon généreux de nature. Un jour, sorti plus tôt de l’école parce que sa maîtresse a dû s’absenter, il décide d’aller admirer les magnifiques décorations de Noël dans le centre-ville. Mais il n’en parle à personne. Ce soir-là, Basile aurait aimé être le Père Noël. Mais il ne rêvassa pas longtemps car il fût approché par un inconnu, un homme appelé Livio. Basile ne le savait pas mais Livio était un homme instable qu’il était préférable de ne pas contrarier. Livio cherchait une personne que Basile connaissait. Sans le savoir, Basile allait amener Livio à sa victime.

Ce récit qui est très court est classé thriller de Noël, mais en réalité c’est un conte. Avec un petit rebondissement et une petite morale. En fait, il va se passer quelque chose dans l’esprit de Livio. Un petit quelque chose qui vient nous rappeler que des personnes d’apparence foncièrement mauvaise ne sont dans les faits, pas si méchantes que ça. Et puis il ne faut pas oublier qu’il y a la magie de Noël…n’est-elle pas capable de changer les cœurs… ? Basile n’a que 9 ans, il n’a pas encore trouvé une définition sérieuse du mal. Vous vous doutez sans doute que l’innocence et la pureté de cœur imprègnent le récit.

C’est une histoire légère et un peu linéaire. Il s’en dégage peu d’émotions. Basile va toutefois connaître la peur : *Il avait une voix maintenant rauque, glissée entre ses dents et ses lèvres sur un ton presque chantant, léger, terriblement venimeux pourtant. Ce ton-là acheva de transformer en véritable crainte ce qui venait d’éclore et s’était installé dans le ventre de Basile*. (Extrait) Beaucoup d’aspects sont sous-développés dans le récit. En particulier le changement radical qui s’est opéré dans l’esprit de Livio : *L’homme se retourna. Une seconde, une éternité, le fusil fut braqué dans le mouvement droit sur Basile. Le bras retomba. De nouveau, la pesanteur du temps figea les gestes, les regards indéfiniment .* (Extrait)

L’auteur avait au départ l’idée, l’argumentaire et en fait tout ce qu’il faut pour publier un véritable thriller de Noël même et surtout en s’en tenant à la littérature-jeunesse. Il aurait été intéressant d’en savoir plus sur Livio, son passé, son attitude, ses motivations. Et puis je n’ai pas parlé de Dominique Xadé. C’est la maîtresse d’école de Basile et elle joue un rôle très important dans l’histoire mais la psychologie et les motivations de Dominique sont à peine effleurées. Il y a Nicolas aussi, le conjoint de Dominique, fabricant de jouets de son état. Son rôle aurait pu être renforcé de façon significative l’atmosphère de Noël qui, me semble-t-il, fait un peu défaut parfois dans le récit.

Je m’attendais à plus, je m’attendais à mieux mais c’est quand même une belle petite histoire qu’un père ou une mère pourrait raconter à son enfant en alternant les sourires et les gros yeux. Et puis Pellot a créé un personnage principal très sympathique. Basile est terriblement attachant et il devient naturel pour les jeunes lecteurs de s’y attacher et c’est sans compter sur son engouement pour les décorations de Noël : *C’était ce spectacle que Basile était venu contempler. Aux approches de Noël, à l’éclosion des décorations urbaines, il se sentait volontiers inspecteur vigilant du phénomène. Instinctivement concerné.* (Extrait)

L’histoire est courte et manque d’actions mais j’ai passé un bon moment avec Basile. C’est une lecture sympathique. Je vous suggère donc ce livre à inclure dans votre bibliothèque de Noël. J’en profite pour vous souhaiter un très très joyeux temps des fêtes. On se retrouve en 2018.

Pierre Pelot est un auteur Vosgien né en 1945. Il a écrit plus de cent cinquante romans dans les genres les plus divers, dont beaucoup ont été traduits dans plus de 20 langues. Avec des œuvres dont DELIRIUM CIRCUS ou LA GUERRE OLYMPIQUE, il reste l’un des meilleurs auteurs de SF française. En compagnie d’Yves Coppens, il a signé LE RÊVE DE LUCY et SOUS LE VENT DU MONDE. ÉTÉ EN PENTE DOUCE a été adapté au cinéma. Le film a connu des succès flatteurs…

BONNE LECTURE
JAILU/Claude Lambert
le dimanche 17 décembre 2017