LE COMPTE DE MONTE-CRISTO

Une vengeance en finesse

LE COMTE DE MONTE-CRISTO

Commentaire sur le classique d’
Alexandre Dumas

*Et maintenant, adieu bonté, humanité, reconnaissance…
Adieu tous les sentiments qui épanouissent le cœur!…
Je me suis substitué à la Providence pour récompenser
les bons…Que le Dieu vengeur me cède la place pour
punir les méchants!*
(Extrait : LE COMTE DE MONTE-CRISTO, Alexandre Dumas,
Flammarion 1998, édition revue en 2007 et réunissant les deux
tomes parus en 1998 en un seul volume. Papier, 420 pages)

Ce livre raconte l’histoire d’Edmond Dantès, capitaine en second sur le navire Marchand LE PHARAON. En février 1815, Dantès est promu capitaine par son armateur suite au décès du capitaine Leclère. Il est heureux et se promet d’épouser Mercédès, sa jolie fiancée. Jaloux de cette promotion, le comptable de bord, Danglar fomente, avec l’aide de complices, un complot qui vise à éliminer Dantès qui se retrouve au cachot dans le château d’If. Il devient ami avec un codétenu, détenteur du secret de l’existence d’un fabuleux trésor sur l’île de Monte-Cristo. Par une ruse habile, Dantès s’échappe du Château d’If, réussit à se rendre dans l’île déserte de Monte-Cristo et à prendre possession du trésor. Alors, Dantès devient le Comte de Monte-Cristo et jure de récompenser les rares personnes qui l’ont aidé et à poursuivre ses bourreaux afin d’exercer une implacable vengeance. Rien de moins, une intrigue puissante sur fond de haine, d’amour et de vengeance.

UNE VENGEANCE EN FINESSE
*«Camarade…je vous adjure d’avoir pitié de moi
et de me répondre. Je suis le capitaine Dantès,
bon et loyal français, quoique accusé de je ne
sais quelle trahison : où me menez-vous? Dites-
le, et, foi de marin, je me rangerai à mon devoir
et me résignerai à mon sort.»*
(Extrait : LE COMTE DE MONTE-CRISTO)

Encore une fois, j’avais une envie irrésistible de me tourner vers les classiques de la littérature. Je voulais un roman à large spectre comprenant plusieurs éléments : action, trahison, espionnage, machination, romantisme, vengeance et autres *tags* appropriés. J’ai consulté la liste des best-sellers à vie et j’ai finalement choisi un livre que j’ai déjà lu il y a plus de 40 ans. Je vous parle du grand classique d’Alexandre Dumas : LE COMPTE DE MONTE-CRISTO. Alors que j’étais dans la jeune vingtaine, je me rappelle très bien avoir été séduit par la beauté de l’écriture du Père Dumas et de son style exotique et alerte.

La trame est très simple mais le développement est surprenant : le 24 février 1815, jour où Napoléon quitte l’île d’Elbe, Edmond Dantès débarque à Marseille pour s’y fiancer avec Catalane Mercédès. Edmond est un jeune marin de 19 ans, second du navire LE PHARAON et pressenti pour remplacer le capitaine. Trahi par ses propres amis jaloux, Edmond est dénoncé comme conspirateur bonapartiste, enfermé au Château d’If sur une île au large de Marseille. Il y restera pendant 14 ans et y fera la connaissance de l’abbé Faria qui dévoile à Edmond le secret de l’emplacement d’un trésor sur l’Île de Monte- Cristo. Avec difficulté et non sans d’énormes risques, Edmond s’échappe de sa prison et réussit à gagner l’île de Monte-Cristo, trouve le trésor, s’en empare et enfin concocte sa vengeance contre ceux qui l’ont accusé et emprisonné injustement.

J’ai trouvé remarquable la façon dont l’auteur a réintégré Dantès dans son milieu. Il le fait passer pour divers personnages dont le comte de Monte-Cristo. J’ai aussi beaucoup apprécié la finesse avec laquelle Dantès exerce sa vengeance. En adhérant à cette vengeance que je jugeais fort légitime, je devenais accro du livre, de la magie de son écriture et du petit caractère fantastique que j’ai perçu dans le développement du récit. tout à fait dans la tradition littéraire du XIXe siècle avec un petit plus : une vengeance méthodique sans violence abusive, une garantie de bonheur et de liberté pour ceux qui lui sont restés fidèles le tout enrobé d’émotions et d’un style qui je crois allait ouvrir la voie à une nouvelle forme romanesque en littérature et aux fameuses histoires de cap et d’épée au cinéma.

J’ai noté toutefois quelques faiblesses, mais c’est en comptant avec mon raisonnement de lecteur du 21e siècle. Le livre accuse des longueurs et des redondances. Devrais-je me compter chanceux? L’édition originale de l’œuvre compte 1 500 pages dans le genre roman feuilleton. Dumas adorait s’étendre longtemps sur des passages précis de ses œuvres et parfois, ça ne finissait pas de finir. L’édition que j’ai lue a un peu plus de 400 pages et j’observe encore des longueurs. Il y a aussi plusieurs passages déclamés aux formes plus théâtrales que littéraires. Certains passages rappellent la complainte,d’autres le conte. J’ai été aussi un peu déçu de la finale, le sort de Morel traînant à mon avis inutilement en longueur.

Et puis j’ai trouvé l’aspect romanesque légèrement sous-développé. Enfin, il y a deux parties à ce roman : Edmond Dantès avant sa rencontre avec Fariah et le Comte de Monte-Cristo après sa rencontre avec Fariah alors qu’il est devenu un peu plus froid et calculateur jusqu’au machiavélisme, une situation plus difficile à inscrire dans un contexte romanesque.

Mais ce sont des détails. La perfection n’existe nulle part y compris en littérature. Encore une fois, 40 après, j’ai été enchanté de revisiter Alexandre Dumas dont l’influence est encore marquante dans la littérature moderne. Je vous invite donc à entreprendre la lecture du livre le plus lu d’Alexandre Dumas et une des œuvres les plus adaptées à l’écran : LE COMTE DE MONTE-CRISTO.

Alexandre Dumas Père (1802-1870) est un écrivain français. Ne pas confondre avec Alexandre Dumas fils (1824-1895) à qui on doit entres autres LA DAME AUX CAMÉLIAS. Le Père, à 13 ans, grâce à la grande qualité de sa calligraphie, est engagé comme coursier dans une étude de notaire. Il se lie avec Adolphe de Leuven qui l’initie à la poésie moderne. Ils écrivent ensemble des vaudevilles qui connaîtront des succès flatteurs. Il devient très prolifique. Suite à la publication et au succès de LES TROIS MOUSQUETAIRES en 1844 et LE COMTE DE MONTE- CRISTO en 1846, il lance en 1853 LE MOUSQUETAIRE, un quotidien, suivi en 1857 du MONTE-CRISTO, un hebdomadaire. Parallèlement, il écrit…jamais en panne d’inspiration…LA REINE MARGOT en 1845, LE COLLIER DE LA REINE, LA COMTESSE DE CHARNY et plusieurs autres…

LE COMTE DE MONTE-CRISTO AU CINÉMA
Ils ont incarné Monte-Cristo au fil du temps

          
Jean Dangelo (1929)                             Robert Donat (1934)

    

                                 Louis Jourdan 1961               Richard Chamberlain 1975

Jim Caviezel, 2002

BONNE LECTURE
JAILU/Claude Lambert
le dimanche 18 novembre 2018

 

UN TOUT PETIT MONDE

LES CONGRÈS: MODE D'EMPLOI

UN TOUT PETIT MONDE

Commentaire sur le livre de
DAVID LODGE

*Nous étions assis vers le fond de l’appareil, juste
derrière l’aile. Il était près du hublot et moi à côté
de lui. Dix minutes environ après avoir quitté
Gênes…le négociant s’est tourné vers moi. M’a
donné une tape sur le bras et m’a dit : «Excusez-
moi, mais vous ne voudriez pas jeter un petit coup
d’œil dehors. Je rêve ou quoi? Est-ce que ce moteur
est vraiment en feu?*
(Extrait : UN TOUT PETIT MONDE, David Lodge, Éditions
Rivages, Rivages poche, 1992, édition de papier, 500 pages)

Dans ce récit loufoque et hilarant, David Lodge s’immisce dans le monde huppé des Universitaires, plus précisément des spécialistes en critique littéraire, qui vont de congrès en congrès pour *crier en silence* leur besoin d’être entendus, compris et aimés. Par le biais de deux  Universitaires jeunes et brillants : Angelica Pabst et Perrse McGarrigle, l’auteur nous entraîne dans le monde fascinant des congrès, colloques, conventions et rencontres internationales où les pontes de la critique se retrouvent et se perdent. Lodge jette un regard sarcastique, aussi acide qu’hilarant sur les protocoles et rituels des congrès : rencontres intellectuelles hermétiques, dialogues sirupeux, tourisme, sexe, loisirs, bouffe et conférences ennuyeuses transforment les congrès en liturgie…

LES CONGRÈS : MODE D’EMPLOI
*…Que les filles enlèvent tous leurs vêtements avant de
commencer à danser devant leurs clients. Ce n’est pas du
strip-tease, c’est du vulgaire déshabillage, l’équivalent
terpsichoréen de l’illusion herméneutique d’un sens
récupérable, laquelle illusion prétend que si nous
dépouillons un texte littéraire de son enveloppe
rhétorique, nous découvrirons les faits simples et
élémentaires qu’il essaie de nous communiquer*
(Extrait : UN TOUT PETIT MONDE)

Ce livre fascinant m’a aspiré dès les premières pages dans l’univers cossu des colloques et des congrès des milieux littéraires universitaires de partout dans le monde…un milieu qui souffre d’un snobisme torturé et handicapant : «Les journaux du dimanche et les hebdomadaires ne s’intéressent pas autant à la critique littéraire qu’autrefois, j’en ai bien peur«. «C’est parce qu’elle est souvent illisible, dit Philip Swallow. Moi je ne la comprends pas, alors comment veux-tu que les gens du commun la comprennent? En fait c’est précisément ce que raconte mon livre. C’est pour ça que je l’ai écrit». (Extrait)

Avec un humour parfois noir et grinçant, mais pourtant irrésistible, David Lodge nous décrit les rituels entourant ces congrès, comprenant bien entendu une programmation de conférences et de communications qui n’aurait aucune raison d’être si elle n’avait pas un côté social bien développé : *Allons boire un verre, allons dîner, allons déjeuner ensemble. C’est ce genre de contact informel, bien sûr, qui constitue la raison d’être d’un congrès et non pas le programme des communications et des conférences qui pourtant a servi d’alibi pour rassembler les participants et qui semble à la plupart d’entre eux affreusement ennuyeux.* (extrait) Il y a aussi, selon les congrès des programmations culturelles et touristiques.

Mais surtout, tout bon congrès est assorti d’une programmation un peu plus discrète celle-là, un peu plus cachée, à peine avouée mais qui ne surprend personne…les congrès sont l’occasion d’aventures sexuelles et là-dessus, Gibson entre allègrement dans les détails, comme si l’activité sexuelle entretenait avec la créativité intellectuelle de certains congressistes des liens vitaux, mystérieux et profonds. Cet aspect du rituel des congrès occasionnent dans le récit des tournants plus dramatiques quoi qu’extrêmement intéressants.

Il y a dans ce récit, deux fils conducteurs intimement liés : d’abord, un des principaux héros, Persse McGarrigle a soif de gloire, mais cette soif se transforme graduellement en soif d’amour et la recherche de cet amour incarné par Angelica Pabst va le faire errer de congrès en congrès. Va-t-il la rattraper? Dans une espèce d’attachement au personnage que j’ai développé, je me suis surpris à espérer pour lui. Ensuite, secrètement ou ouvertement, les grands pontes de la critique littéraire espèrent décrocher la chaire de critique littéraire offerte par l’Unesco, dotée d’avantages plus que confortables, ce qui donne au récit un petit caractère intriguant, les héros de la plume versant dans de petites bassesses, des petites jalousies et un peu de léchage. Le fin mot de la course m’a un peu déçu mais pas vraiment surpris.

Donc nous avons ici un roman très bien bâti, facile à suivre malgré une grande quantité de personnages, un roman qui tranche par son originalité bien sûr mais aussi par la plume franche et directe de Gibson qui nous a réservé une fort belle finale.. Le récit a un petit côté noir, en fait disons gris, grinçant, mais moi, je l’ai trouvé terriblement humain car dans cet énorme chassé-croisé de profs d’universités à travers le monde, j’ai pu observer tout au long de ma lecture, l’évolution d’hommes et de femmes qui, sous leur surface hermétique et snobinarde, ont un extraordinaire besoin de reconnaissance et d’amour.

En terminant, l’auteur aborde la littérature et la critique littéraire faite par des professeurs aussi émérites que flagorneurs. Vous comprendrez d’une part pourquoi l’auteur a choisi comme titre UN TOUT PETIT MONDE et d’autre part pourquoi mes articles constituent des commentaires et non de la critique. Mon dernier commentaire est à l’effet que, d’après moi, vous aimerez ce livre.

David Lodge est un écrivain britannique né à Londres en 1935. Diplômé de l’Université de Londres, il enseigne l’anglais. Il a écrit son premier roman à l’âge de 18 ans : LE MONDE, LE DIABLE ET LA CHAIR, mais il ne sera jamais publié. À partir des années 1970, les romans de Lodge dépeignent ironiquement et avec sarcasme les milieux universitaires, créant quelques personnages dont quelques-uns deviendront récurrents dont le professeur de lettre qui aspire à devenir l’enseignant le mieux payé du monde : Morris Zapp. D’ailleurs, David Lodge atteindra la notoriété avec la publication de UN TOUT PETIT MONDE en 1992.Ce n’est que dans les années 80 qu’il variera le cadre de ses romans, développant différents thèmes dans ses romans dont le monde de la télévision et la maladie d’Alzheimer (LA VIE EN SOURDINE, 2008)

BONNE LECTURE
JAILU
Le dimanche 11 novembre 2018

MOZARELLA

prisonnier des illuminés

MOZARELLA

Commentaire sur le livre de
DANIELLE SIMARD

*Mes frères, commence-t-il, si je nous
ai réunis ce soir, c’est que l’heure tant
attendue est enfin arrivée…Wolfgang
a enfin répondu à nos supplications.*
(Extrait : MOZARELLA, écrit et illustré par
Danielle Simard, Éditions Pierre Tisseyre,
1994, édition de papier, 140 pages)

MOZARELLA est l’histoire d’un jeune pianiste sympathique et très doué : Émile Ladouceur. Un jour, son père réalise le rêve d’Émile en lui achetant le synthétiseur d’Amadé Trazom, un compositeur excentrique qui vient de mourir. Dans le synthétiseur, Émile trouve une disquette oubliée et y découvre l’enregistrement d’une musique extraordinaire qui pourrait- être une sonate de Mozart, composée puis oubliée, donc inconnue. Certains indices le laisse supposer. Mais par un curieux concours de circonstance, on croira qu’Émile est l’auteure de cette œuvre fantastique. Ce malentendu jettera Émile dans les filets d’une étrange société secrète et lui fera vivre une aventure très particulière. MOZARELLA est le quatrième roman de Danielle Simard.

PRISONNIER DES ILLUMINÉS
*Soudain, il se rappelle ses deux visiteurs
de la veille, le chiffon puant…son cœur
se met à battre très vite. Il saute du lit
et se jette sur la porte. La poignée refuse
de tourner…
(Extrait : MOZARELLA)

Voici un petit livre des plus rafraîchissant et qui réunit beaucoup d’éléments que les jeunes lecteurs apprécient : une intrigue, une société secrète, un enlèvement et beaucoup de mystère autour d’une mystérieuse musique découverte par hasard. Bien sûr, ici il s’agit de musique classique qui ne fait pas nécessairement tendance chez les jeunes. Mais qu’un jeune lecteur s’imagine un instant se retrouver sous les projecteurs et devenir un héros à cause d’une musique classique, c’est une toute autre histoire.

MOZARELLA est le récit du jeune Émile Ladouceur, 12 ans, un petit prodige du piano qui excelle particulièrement dans l’interprétation des sonates de Mozart. Pour stimuler le potentiel de création de son fils, monsieur Ladouceur lui achète un synthétiseur usager, anciennement propriété d’un musicien : Amédée Trazom. Or, Émile découvre à l’intérieur du synthétiseur une disquette oubliée contenant une musique qui a toutes les caractéristiques d’une signature de Mozart. Émile interprète cette musique au synthétiseur et l’aventure commence…le danger aussi car ayant eu vent de cette histoire, une mystérieuse société secrète s’intéresse de très près à Émile.

C’est une belle petite histoire très bien ficelée pour les jeunes. J’ai particulièrement apprécié la vigueur des dialogues et la spontanéité de la plume, tout à fait compatible avec celle des pré-ados et des ados : *En parlant d’oreilles, reprend Émile sur le même ton, je crois qu’il serait grand temps que tu ailles te les faire déboucher, les tiennes d’oreilles! Peut-être que tu pourrais enfin écouter autre chose que des hurlements de chats égorgés avec des solos de scie électrique sur fond de tremblement de terre!* (Extrait)

Il y a aussi dans ce livre, outre les péripéties inhérentes à l’aventure d’Émile, un petit quelque chose d’instructif puisqu’on y parle de WOLFGANG AMADEUS MOZART qui fut l’un des plus grands maîtres de tous les temps dans les principales formes de la musique classique : le concerto, la symphonie et la sonate. Mozart fut aussi un des musiciens les plus prolifiques de l’histoire de la musique. On sait aussi que beaucoup de légendes ont proliféré autour de Mozart et c’est là que ça devient intéressant relativement au récit de Danielle Simard car c’est une légende qui va entraîner notre sympathique Émile dans son époustouflante aventure.

MOZARELLA est aussi porteur d’une petite réflexion sur les idoles et les enfants prodiges. Enfin, On trouve dans ce petit livre beaucoup d’humour. J’ai particulièrement apprécié le passage où les membres de l’ordre des Illuminés se chicanent comme des enfants alors qu’Émile s’aperçoit très vite d’une grotesque supercherie.

C’est donc un bon petit livre qui ne vieillit pas et que je recommande chaudement aux jeunes de 9 à 12 ans

LE HÉROS DANS L’OMBRE :

Notre talentueux Émile partage la vedette de ce roman avec son ami François et aussi avec celui que j’appelle le héros dans l’ombre : Wolfgang Amadeus Mozart (1756-1791), symbole historique de génie et de virtuosité. Beaucoup de secrets entourent la vie de Mozart. À la fin de son histoire, l’auteure Danielle Simard précise, dans une note spéciale, qu’en 1784, Mozart adhère à la franc-maçonnerie, une société secrète très répandue à l’époque. Les francs-maçons se divisent alors en groupes parfois très différents : chez certains on invoque les esprits et les rituels frisent parfois la sorcellerie; par contre, dans l’Ordre des Illuminés, dont fait partie Mozart, on remplace la superstition par la raison, et on travaille à instaurer un monde de liberté, d’égalité et de fraternité pour tous les hommes. Cet idéal se reflète dans l’ensemble de l’œuvre de Mozart.

Danielle Simard est une auteure québécoise née à Montréal en 1952 et spécialisée dans les romans pour la jeunesse. Détentrice d’un baccalauréat en design 2D de l’Université du Québec à Montréal, elle a œuvré plusieurs années comme graphiste et illustratrice à Radio-Canada avant de se consacrer à plein temps à l’écriture et à l’illustration de ses livres. Récipiendaire du prix du Gouverneur Général du Canada en 2003, elle a publié à ce jour près de 70 livres.

Bonne lecture
Jailu/Claude Lambert
le dimanche 4 novembre 2918