BLANCHE NEIGE

Un conte dépravé

Dans la série
LES CONTES INTERDITS
(partie 2)

BLANCHE NEIGE

De L.P. SICARD

*Que dois-je faire pour obtenir la vérité ? Dis-le-moi tout de suite ; si tu comptes la garder pour toi-même, je vais t’assassiner, en finir de ce pas. Mes frères ont besoin de moi, je n’ai pas de temps à perdre à torturer une sorcière de ton espèce…Quand je pense que nous hésitions entre toi et une autre, bien plus belle encore que toi et ta grande gueule ! Nous l’aurions tous eue, notre pipe, et rien de tout ça ne serait arrivé. Bordel…(Extrait : BLANCHE NEIGE, série LES CONTES INTERDITS, L.P. Sicard, Éditions AdA, édition de papier, 2017, 200 pages).

UN CONTE DÉPRAVÉ
*Ce geste en soi était des plus horrifiques,
mais pire encore que ce sanglant et
désinvolte assaut fut l’absence de
réaction de la part des autres ; pas un ne
vint à son secours, pas un n’émit un
commentaire quant à ce geste d’une
innommable inhumanité ; leur comparse
venait d’être tué, et ça ne les indisposait
nullement.*
(Extrait: BLANCHE NEIGE…Les Contes Interdits)

La série m’intriguait. Les titres m’intriguaient. Je trouvais les 4e de couverture impressionnants. J’ai fini par me décider à entreprendre une exploration de la série suite à ma visite au Salon International du Livre de Québec en 2018. C’est là que j’ai rencontré les auteurs Simon Rousseau et L.P.Sicard. J’ai pu discuter avec eux de leur motivation. Il devint clair pour moi que leur livre était le résultat d’une exploration des secrets parfois cachés parfois imaginés, enfouis dans les contes des Frères Grimm qui apparemment n’étaient pas destinés aux enfants, du moins au commencement. C’est ainsi que Blanche Neige est devenu un conte interdit parce que perverti et dépravé qui explore les cauchemars qui se confondent dangereusement avec la réalité. C’est un côté B, la face noire, le côté obscur, appelons ça comme on voudra, ça fait frémir : *Nul mot n’aurait pu décrire avec quelle terreur je levai mes yeux, ni quel effroi me parcourut l’échine lorsque je vis enfin l’auteur de ces gémissements : Un homme, suspendu au plafond, par d’énormes clous qui lui transperçaient et les coudes et les genoux, souriait du plus grotesque sourire. * (Extrait)

C’est un livre très noir qui devrait plaire aux amateurs de gore. Car pour être violents et sanglants, on peut dire que l’auteur a atteint les objectifs des contes interdits et plus : *Il empoigna une lame de rasoir…et la porta à sa gorge. Sans détourner le moindrement ses yeux desquels étaient prisonnières mes pupilles, il porta son arme blanche à sa poitrine qu’il se mit à découper, lentement, indolemment, avec cette même grâce qu’ont les hommes offrant quelque bijou à leur amante* (extrait) Il y a tellement de ces passages créant à l’esprit des images atroces voire trash que l’éditeur prend soin d’avertir le lecteur que le récit pourrait ébranler les âmes sensibles.

L’auteur aussi a bien fait les choses. Il s’est arrimé à la perfection avec l’objectif littéraire des contes interdits. Il s’est aussi arrangé pour nous faire sentir l’influence des Frères Grimm. Elle n’est pas toujours évidente, mais il y a quand même une sorcière qui n’a pas besoin d’interroger un miroir tellement elle est hideuse, il y a sept hommes, ce ne sont pas des nains et ils brillent par leur dérèglement sexuel. Émilie, notre Blanche Neige par défaut ne l’aura pas facile. D’autres petits indices rappellent le conte : Émilie qui dialogue avec une colombe par exemple sans oublier une surexploitation du passé simple comme on l’a vu dans l’œuvre de Perreault, Anderson, Jean Markale, de Maupassant, De La Fontaine et j’en passe. L.P. Sicard s’est aussi employé à nous faire chevaucher entre la réalité et la fabulation : *La générosité de la colombe m’apparaissait d’autant plus admirable qu’elle était aussi affamée que moi*. (Extrait)

Pour lire BLANCHE-NEIGE, il faut désapprendre ce que l’on sait sur les contes et accepter de se laisser aller dans une angoissante exploration de la démence, du complot, de la mort et de l’inimaginable horreur qui vient des pires cauchemars. Relisez les extraits plus hauts. Vous pouvez me croire quand je dis que la plume de l’auteur est d’une redoutable efficacité. Dès le départ, l’auteur nous agrippe. On ressent d’abord de l’empathie pour Émilie et on se demande vraiment qui est fou dans cette histoire, Émilie ou son psychiatre ?

Je ne suis pas un grand amateur de Gore, mais à l’analyse, L.P. Sicard remplit la plupart de mes critères de satisfaction. Le récit est noir, dur mais fort. L’Histoire est atypique et sa finale est fort bien imaginée et bien travaillée. Il y a des passages à soulever le cœur, mais les lecteurs sont bien avertis. Bien écrit ! Bien ficelé ! Lire ce livre, c’est tenter une expérience…

L.P. Sicard a 25 ans alors qu’il achève la sombre réécriture de BLANCHE NEIGE. S’inspirant de la théorie freudienne de l’inquiétante étrangeté, dite unheimlich, il a tenté de conduire subtilement son lectorat dans une indétermination angoissante, où la folie se joint à la fois au réalisme et au surnaturel.
D’abord poète, il a publié un recueil de poésie en 2012, en plus de remporter le second prix de l’association littéraire et artistique de France, FLAMMES VIVES (2011), le grand prix du concours international de poésie de Paris, POÉSIE EN LIBERTÉ, à deux reprises (2016), au Salon du livre international de Québec, avec le premier tome de sa série Felix Vortan (Les Orphelins du roi) qui a été traduit en braille la même année. On peut suivre L.P. Sicard sur Facebook. Vous pouvez aussi visiter son site WEB. Cliquez 
ici

Bonne lecture
Claude Lambert
le vendredi 5 mars 2021

LES CONTES INTERDITS

Âmes sensibles s'abstenir

BLANCHE NEIGE

Commentaire sur le livre de
L.P. SICARD

Et la série
LES CONTES INTERDITS

*Et curieusement, lorsque cette fenêtre
fut verrouillée, le sentiment de m’avoir
fait prisonnière m’assaillit de plein
fouet. Éteindre la noirceur. Traquer
l’obscurité. Cela devint ma toute
priorité. Il me fallait allumer chacune
des bougies de ce manoir, m’entourer
de clarté.>

(Extrait : BLANCHE NEIGE de la série LES
CONTES INTERDITS, L.P. Sicard, Éditions
AdA, 2017, édition de papier, 200 pages)

AVERTISSEMENT : ce livre contient certains
passages au contenu
explicite.

*Cette sombre réécriture du conte
classique BLANCHE-NEIGE ET LES SEPT
NAINS est un plongeon dans les eaux
noires et visqueuses de la démence…
(4e de couverture)

LA SÉRIE

COMMENTAIRE Partie 1

Ce n’était pas nécessairement dans les intentions de l’éditeur, mais cette série des contes interdits vient réactualiser le côté obscur des frères Grimm, développé et mis en perspective dans de nombreux dossiers et articles littéraires. On en trouve abondamment sur internet. Un de ces dossiers m’a particulièrement intéressé, celui publié par le site Bibliobs.nouvelobs.com On y voit par exemple la reine meurtrière assurer le spectacle lors des noces de Blanche-Neige, obligée de danser jusqu’à la mort dans des souliers de fer chauffé à blanc ; les demi-sœurs de Cendrillon se mutilent les pieds…

On affirme, dans ces dossiers que la version originelle des contes de Grimm est beaucoup plus violente et atroce que leur version contemporaine. Il ne faut pas oublier qu’en plus d’être philologues, les frères Jacob et Wilhelm Grimm étaient collecteurs de légendes et de contes. Il est donc dans la logique des faits que les frères Grimm aient adapté des contes qui n’étaient pas du tout prévu pour les enfants pour en faire les douces et tendres histoires qui ont bercé la petite enfance de tellement de générations.

La série des contes interdits vient détruire cette magie bâtie par les frères Grimm…magie blanche amplifiée et encadrée pour les enfants par des personnages célèbres comme Walt Disney. Les Contes interdits, c’est l’envers de la médaille…c’est plus que le côté B, c’est le côté obscur et glauque de la réalité. Ce sont les petits contes tendres et ouatés qui nous endormaient étant petits qui sont complètement chamboulés, marqués au fer rouge, adaptés en version contemporaine horrifique. Des contes revisités qui mettent en exergue la vision la plus glauque de l’esprit humain. Nous avons maintenant des récits qui inspirent le dégoût et l’horreur dans les thèmes typiques du genre : pédophilie, gore, voyeurisme, drogue, prostitution et même cannibalisme…j’en passe. La sensibilité de beaucoup de lecteurs risque d’être carrément violée.

Ce sera à vous amis lecteurs et amies lectrices de juger si cette série dépasse les limites du bon goût. Personnellement, j’avais mis ce critère de côté au départ car j’étais trop curieux de savoir comment cette série était bâtie et comment les auteurs travaillaient leurs personnages. J’ai misé au départ sur la qualité de l’écriture et l’imagination déployée pour transformer des textes roses bonbon en récits brutalement gores. Je n’ai pas été déçu. La curiosité m’a fait avancer.

Au moment d’écrire cet article, la série compte plus d’une dizaine de titres. J’en ai lu cinq et je m’attarderai, à la prochaine publication sur ce que je considère le mieux écrit des cinq. Mais si vous voulez vous faire une meilleure idée du contenu, j’ai découvert un site internet axé sur l’actualité littéraire qui propose un tableau récapitulatif des principales forces et faiblesses des quatre premier volumes (Les 3 p’tits cochons, Hansel et Gretel, Peter Pan et Blanche Neige) ainsi que des émotions ressenties. Le site propose aussi une critique détaillée de chacun des volumes. Pour visiter le site, cliquez ici. Voilà pour la série. Dans mon prochain article, je parlerai d’un des volumes de cette série plus spécifiquement : BLANCHE NEIGE de L.P. Sicard version CONTES INTERDIS ÉVIDEMMENT.

BONNE LECTURE
Claude Lambert
le dimanche 28 février 2021

50 chefs-d’oeuvre que vous devez lire avant de mourir

des titres immortels

Mes meilleures salutations à vous amis lecteurs, amies lectrices. Aujourd’hui, mon commentaire est un peu hors-norme. Je veux vous parler d’une découverte numérique que j’ai faite récemment chez Kobo. Il s’agit d’une méga-édition qui réunit 50 grands classiques de l’histoire littéraire sous le titre *50 CHEFS-D’ŒUVRE QUE VOUS DEVEZ LIRE AVANT DE MOURIR*. Ce sont 50 titres immortels. Bien sûr, ils sont tous disponibles séparément. Mais si jamais il vous venait à l’idée de lire ces grands classiques à la queue leu leu, vous vous apprêtez à consommer une œuvre numérique de 15,400 pages, ce qui représente plus ou moins 250 heures de lecture, c’est-à-dire 11 jours et demi de lecture en continu. Vous aurez alors pénétré au cœur de l’histoire littéraire, des grands romans, des courants de pensée, des styles et des genres. Rappelez-vous LE GRAND MEAULNES, LE CID, LA REINE MARGOT, LE FANTÔME DE L’OPÉRA.

Il y a dans cette véritable bibliothèque numériquement reliée des titres dont j’ai déjà parlé sur ce site comme LES FLEURS DU MAL de Beaudelaire, L’ILIADE ET L’ODYSSÉE d’Homère, FRANKENSTEIN OU LE PROMÉTHÉE MODERNE et j’en passe. D’autres titres sont dans mes projets de lecture au moment d’écrire cet article comme LE MYSTÈRE DE LA CHAMBRE JAUNE, CYRANO DE BERGERAC, DU CÔTÉ DE CHEZ SWANN et plusieurs autres. D’autres titres ne m’attirent pas mais ça ne leur enlève rien de leur prestige. Plusieurs de ces titres ont été adaptés au cinéma comme LES AVENTURES DE TOM SAWYER, VOYAGE AU CENTRE DE LA TERRE et GERMINAL œuvre romanesque extraordinaire d’Émile Zola qui réunissait à l’écran du septième art une distribution tout aussi extraordinaire : Miou Miou, Renaud, Gérard Depardieu, Jean Carmet.

Maintenant, pour ceux et celles qui aimeraient planifier une liste de lectures potentielles, voici les titres proposés, dans l’ordre de parution: LE GRAND MEAULNES d’Alain Fournier, ALCOOLS de Guillaume Apollinaire,  LES DIABOLIQUES de Jules Amédée Barbey d’Aurevilly, LES FLEURS DU MAL de Charles Beaudelaire, UN CRIME D’AMOUR de Paul Bourget, JANE EYRE ou LES MÉMOIRES D’UNE INSTITUTRICE de Charlotte Brontë, LES HAUTS DE HURLE-VENT d’Emily Brontë, ALICE AU PAYS DES MERVEILLES de Lewis Caroll, MÉMOIRES D’OUTRE-TOMBE de François-René de Chateaubriand, LE CID de Pierre Corneille, DE L’ORIGINE DES ESPÈCES de Charles Darwin, DISCOURS DE LA MÉTHODE de René Descartes, CANTIQUE DE NOËL de Charles Dickens, LE MONDE PERDU d’Arthur Conan-Doyle, LA REINE MARGOT d’Alexandre Dumas, L’ÉDUCATION SENTIMENTALE et MADAME BOVARY de Gustave Flaubert, LE JOURNAL D’UN FOU de Nikolaï Gogol, L’ILIADE ET L’ODYSSÉE d’Homère, LE DERNIER JOUR D’UN CONDAMNÉ et COSETTE de Victor Hugo.

         

L’ESCLAVE AMOUREUSE de Gustave Le Rouge, LE FANTÔME DE L’OPÉRA et LE MYSTÈRE DE LA CHAMBRE JAUNE de Gaston Leroux, JUSTICE DE FEMME de Daniel Lesueur, BABBITT de Sinclair Lewis, L’APPEL DE LA FORÊT de Jack London, JUSTINE ou LES MALHEURS DE LA VERTU du Marquis de Sade, BEL-AMI de Guy de Maupassant, LE CHAT NOIR et DOUBLE ASSASSINAT DANS LA RUE MORGUE d’Edgar Allan Poe,  DU CÔTÉ DE CHEZ SWANN de Marcel Proust, CYRANO DE BERGERAC d’Edmond Rostand,  DU CONTRAT SOCIAL ou PRINCIPES DU DROIT POLITIQUE de Jean-Jacques Rousseau,  FRANKESTEIN ou LE PROMÉTHÉE MODERNE de Mary Shelly,  LE ROUGE ET LE NOIR et LA CHARTREUSE DE PARME de Stendhal.

       

DRACULA de Bram Stoker, L’ART DE LA GUERRE (les treize articles) de Sun Tzu, LES AVENTURES DE TOM SAWYER de Mark Twain, LA BIBLIOTHÈQUE DE MON ONCLE de Rodolphe Töpffer, LE KAMA SUTRA de Vatsyayana, LE TOUR DU MONDE EN QUATRE-VINGTS JOUR et VOYAGE AU CENTRE DE LA TERRE de Jules Verne, CANDIDE ou L’OPTIMISME de Voltaire, L’HOMME INVISIBLE et LA MACHINE À EXPLORER LE TEMPS de H.G. Wells, LE PORTRAIT de DORIAN GRAY d’Oscar Wilde, GERMINAL et J’ACCUSE d’Émile Zola.

       

Voilà chers amis. Vous êtes servis. Et si vous voulez aller plus loin dans votre exploration des titres historiques, Oregan a publié le tome 2 de 50 CHEFS D’ŒUVRE que vous devez lire avant de mourir…50 titres, 18 000 pages, près de 450 heures de lecture si vous projetez de lire tout le pavé. On y retrouve des noms qui figurent dans le volume 1 et d’autres comme Jules Renard, Alphonse Daudet, Alexandre Dumas, Machiavel, Théophile Gauthier et beaucoup d’autres. Pour plus de détails, cliquez ici.

Surtout, n’hésitez pas à me faire part de vos commentaires, suggestions et pourquoi pas nous livrer vos titres préférés…

BONNE LECTURE
Claude Lambert
Le samedi 27 février 2021