LE MOINE

Le préféré de Sade

LE MOINE

Commentaire sur le livre de
MATHEW GREGORY LEWIS

*Ses crimes ont été grands; et quand vous saurez la
cause de sa mort, don Lorenzo, vous vous féliciterez
que cette malheureuse n’existe plus. Elle est tombée
malade jeudi dernier après avoir été à confesse dans
la chapelle des Capucins : sa maladie était
accompagnée d’étranges symptômes…*
(Extrait : LE MOINE, Mathew Gregory Lewis, Creatives
Commons BY-SA, édition originale : 1796, LIBRE DE DROIT
édition numérique, bibebook, 550 pages)

Voici l’histoire d’Ambrosio, un moine prieur apparemment irréprochable, qui bénéficie d’une grande crédibilité dans sa région. Tout ce qu’il fait est dicté par la foi. Il semble campé sur le chemin de la sainteté jusqu’à ce qu’un mystérieux personnage s’installe au monastère : Rosario. Dès le moment où Ambrosio se lie d’amitié avec Rosario, sa vie bascule,  tiraillé entre son idéal vertueux et une forte attirance pour la chair, car une femme est dans le décor. Le Moine qui pourfendait le mal l’attire maintenant à lui. Il tombe dans la luxure et devient un monstre qui tue, viole et sombre dans la déchéance, se montre sous son vrai jour… pervers…le pire qui puisse exister… 

AVANT-PROPOS :
LA LITTÉRATURE GOTHIQUE

La littérature gothique est un genre littéraire d’origine anglaise qui a fait son apparition en 1764 avec l’œuvre d’Horace Walpole LE CHÂTEAU D’OTTRANTE. Les romans gothiques sont généralement noirs, terrifiants, et se distinguent par des éléments surnaturels et moraux. Ils mettent en perspective la force du mal à l’état brut, la cruauté et la misère. Dans la logique d’un roman gothique, il y a un engouement pour le sentimental, le macabre et l’irrationnel. L’influence du genre gothique sera non-négligeable dans l’évolution de la littérature et donnera naissance au genre fantastique vers le milieu du XIXe siècle.

LE PRÉFÉRÉ DE SADE
*Il se laissa aller et plaqua ses lèvres sur celles
qui les cherchaient. Ses baisers rivalisèrent
d’ardeur et de fougue avec ceux de son amante;
il l’étreignit de toute son âme et laissa sourdre
vers elle le flux montant de ses désirs. Il n’y eut
ni vœux, ni sacrements, ni honneur, il n’y eut
plus que la volupté de l’heure.
(Extrait : LE MOINE)

C’est en parcourant LES 1001 LIVRES QU’IL FAUT AVOIR LUS DANS SA VIE publié chez Trécarré sous la direction de Peter Boxall et dont j’ai déjà parlé sur ce site que m’est venue l’idée de faire l’essai de la littérature gothique. J’ai donc opté pour un roman-phare dans le genre gothique : LE MOINE De Matthew Gregory Lewis, c’est un roman très noir à l’allure subversive, un récit glaçant qui prend son origine d’un monastère dans lequel s’infiltre un envoyé du diable. À partir du moment où le diable, incarné dans une femme se dévoile, le récit sombre dans une alternance de surnaturel et de dépravation.

LE MOINE, c’est Ambrosio, un homme adulé, vertueux jusqu’au puritanisme qui cache un profil de frustré refoulé et sous l’influence de Mathilde sombrera très vite dans les pires excès de cruauté et de perversion. Le rigoriste vêtu du voile de la vertu et de la pureté devient rien de moins qu’un monstre de décadence et de déchéance.

Lors de sa première parution en 1796, ce livre a longtemps été considéré comme immoral et interdit dans plusieurs milieux. Mais c’était compter sans les mœurs de l’époque et sans compter sur la redoutable influence de l’Église en général et de l’inquisition en particulier d’autant que l’Église était pointée du doigt comme cachant dans son voile le vice et l’hypocrisie.

Si Lewis était peu regardant des mœurs de son époque, il était par contre très conforme au style contemporain, avec la complicité des traducteurs bien sûr : un français haut perché, déclamé, presque théâtral qui transpire l’extravagance mais qui donne à l’ensemble un caractère extrêmement visuel qui englouti le lecteur.

Plusieurs lecteurs ne pourront s’empêcher de comparer Lewis au marquis de Sade. Moi je l’ai fait et pour LE MOINE tout au moins, j’ai trouvé Lewis beaucoup plus raffiné. Il y a dans son texte plus de profondeur, plus de recherche et une meilleure gradation, plus d’intensité aussi car l’atmosphère glauque et le non-dit m’ont peut-être davantage ébranlé que l’innommable perversité du Moine.

J’ai trouvé le récit dur, très noir mais passionnant. Il est complexe aussi car il raconte deux histoires parallèles. Elles finissent par converger mais ça demande un minimum de concentration. Je crois que c’est la grande fluidité de la plume de Lewis qui m’a gardé captif. Le livre développe au-delà de toutes mes espérances la corruption la plus outrancière induite par le pouvoir.

Enfin, je peux comprendre pourquoi ce livre est devenu le préféré du Marquis de Sade. Ce que je comprends moins, c’est que Lewis a écrit LE MOINE essentiellement pour divertir sa mère. Là-dessus, je dois admettre que je m’interroge toujours…

LE MOINE est un véritable cocktail explosif, rien de moins…et il garde toute son actualité

Mathew G. Lewis (1775-1818) était un romancier dramaturge anglais. Il fait ses études en vue d’une carrière diplomatique et devient attaché à l’ambassade britannique de La Haye en 1794. Il n’y restera que quelques mois et c’est dans cette période qu’il écrira, en dix semaines, son roman LE MOINE, publié l’année suivante. Le succès est immédiat mais a une aura de scandale au point que Lewis publiera une 2eédition épurée des passages les plus décadents, ce qui ne changera pas grand-chose. LE MOINE n’empêchera pas Lewis d’être introduit à la cour et de devenir député pendant quelques années. Pendant un voyage en Jamaïque, il contracte une fièvre et en mourra.

LE MOINE AU CINÉMA

Dominik Moll a adapté le livre de Lewis LE MOINE au cinéma dans un film sorti en 2011 et réunissant à l’écran Vincent Cassel, Déborah François et Joséphine Japy. Plusieurs critiques ont considéré que la perdition sexuelle l’a emporté sur la qualité du scénario mais tous s’entendent sur l’excellente prestation de Vincent Cassel.

BONNE LECTURE
JAILU/Claude Lambert
le dimanche 24 juin 2018

 

 

LE LIVRE QUI REND DINGUE

La théorie du bon lecteur

LE LIVRE QUI REND DINGUE

Commentaire sur le livre de
FRÉDÉRIC MARS 

*Elle a souri, rougi un peu, ouvert son exemplaire
comme si elle allait lire des trucs cochons. Je ne
sais pas si ça l’était, mais ça a dû être lumineux,
car elle a souri plus largement encore.*
(Extrait : LE LIVRE QUI REND DINGUE, Frédéric Mars,
Storylab éditions, 2012, numérique)

Le livre très attendu d’un auteur émergent connaît un succès foudroyant qui dépasse la compréhension des milieux littéraires. Dès sa sortie, les librairies sont envahies. On fait la queue le long des trottoirs en priant pour que les stocks ne soient pas épuisés. Tout le monde s’arrache le précieux volume déjà nominé pour l’obtention de nombreuses citations, récompenses et prix littéraires.C’est le plus grand best-seller de tous les temps. Le livre raz-de-marée. En quelques semaines, il se vend à des centaines de millions d’exemplaires, le monde entier est subjugué. Mais bientôt d’étranges phénomènes frappent les lecteurs…

La théorie du bon lecteur
*Je suis l’auteur d’un texte dangereux. Vous qui
me lisez, vous qui, dans le monde entier, avez
pris plaisir à la lecture de mon livre, je vous en
remercie. Très sincèrement. Mais je vous demande
aujourd’hui, solennellement, de le détruire sans
plus attendre.*
(Extrait : LE LIVRE QUI REND DINGUE)

C’est un livre un peu étrange, au sujet intriguant et très original. C’est aussi un roman très court, tout à fait en accord avec la mission que s’est donné Story Lab de ne publier que des livres qui se lisent en moins de 90 minutes, en format numérique. En quelques mots LE LIVRE QUI REND DINGUE est l’histoire d’un auteur qui gère mal le succès phénoménal de son livre.

Il m’a fallu un peu de temps pour m’accrocher au sujet. Je ne savais pas trop où voulait en venir Mars jusqu’à ce que je comprenne en fait que l’auteur voulait idéaliser le lien qui doit exister entre un auteur et les lecteurs comme si, d’une part chaque lecteur apporte ce qu’il a pour se retrouver dans ce qu’il lit et d’autre part l’auteur trouve la perfection absolue du ton juste pour s’adresser personnellement et directement à chaque lecteur.

*Il me semblait impossible d’adapter mon discours à de parfaits inconnus. Le paradoxe, c’est que mon livre le faisait pour moi, et que cela justement, compliquait tout. Auberge espagnole, il permettait la projection de tous les sentiments, toutes les croyances, tous les savoirs que le lecteur apportait avec lui*(extrait)

Mars se demande en fait si un roman peut créer ses lecteurs. J’aborde la question comme une utopie évidemment, d’ailleurs à la fin du récit, l’auteur déchante un peu et le lecteur peut alors comprendre un peu mieux la démarche de l’auteur. Mais il faut admettre qu’il y a de quoi réfléchir : *Je ne m’étais encore jamais demandé ce qui pouvait bien se passer si mes lecteurs…comment dire…s’ils n’avaient rien à apporter? Ce que j’avais encore moins anticipé, c’est qu’ils seraient nombreux dans ce cas.* (extrait)

Tout au long de ma lecture, j’ai senti que Frédéric Mars tourne en dérision les différents intervenants dans la production d’un livre, les éditeurs en particulier et aussi, tout ce qui vient après la publication. On y trouve des remarques parfois acides sur, les libraires, les médias et même sur les critiques littéraires qui sont loin d’être encensés. Mars établit même une distinction entre le bon et le mauvais lecteur : Il y a une thèse à écrire sur la méchanceté du lecteur attentif… (Extrait) Bref…dans ma longue carrière de lecteur, je ne me suis jamais demandé ce que je pouvais apporter à un livre.

Malgré toute son originalité, je ne peux pas dire que ce livre m’a emballé. Peut-être parce que je n’ai pas été accroché dès le départ et aussi parce que j’ai trouvé la finale un peu décevante. Le livre a tout de même des forces : il est bref, se lit bien, il interpelle. Beaucoup trouveront l’histoire amusante et surtout son sujet est terriblement sorti des sentiers battus. Je pourrais coller au récit une petite étiquette philosophique mais l’auteur ne se prend pas au sérieux et pourrait même vous surprendre par son humour parfois décapant.

Dernière petite curiosité mais non la moindre, le livre dont il est question dans le récit de Frédéric Mars porte un titre imprononçable, il s’agit d’un point d’interrogation à l’envers et mieux encore…on ne saura jamais de quoi parle ce livre…Mars aura vraiment été original jusqu’au bout…

Frédéric Mars est un auteur et scénariste français né à Paris en 1968. Il a aussi été journaliste et photographe, métiers qu’il a quitté  pour se consacrer essentiellement à l’écriture. Un de ses plus grands succès littéraires fut sans doute NON STOP publié en 2011. En plus de ses romans, Mars a publié une quarantaine d’essais et livres illustrés. Les différentes facettes de la personnalité et les limites de la conscience comptent parmi ses thèmes préférés, tendance qu’on retrouve dans LE LIVRE QUI REND DINGUE. Il a aussi écrit un roman -jeunesse : LES ÉCRIVEURS  en 2011.

BONNE LECTURE
JAILU/Claude Lambert
le dimanche 17 juin 2018

LE FACTEUR 119

DÉTOURNEMENT TECHNO

LE FACTEUR 119

Commentaire sur le livre de
LYDIE BAIZOT

*-Mon cerveau est humain, on peut donc dire que
je pense comme un humain. Est-ce leur cas? –C’est
difficile à dire…»…Ils possèdent 118 facteurs qui leur
inculquent un caractère, des envies, des goûts, des
devoirs…mais j’aime à croire qu’ils sont capables
de bien plus.*
(Extrait : LE FACTEUR 119, Lydie Baizot, Éditions Voy’(el)
2015, numérique, 425 pages)

Le professeur Ellyard McComb, un cybernéticien de génie met au point des intelligences artificielles humanoïdes. Un jour, tout à fait par hasard, le professeur découvre que ses I.A. ont été détournées de leur objectif initial grâce à l’ajout dans leur programmation d’un 119facteur. McComb ne tarde pas à comprendre que cette duperie, qui risque de mener tout un peuple à sa perte, est l’œuvre de son patron, Henri Havensborn, homme ambitieux, fourbe et sans scrupule. Le professeur devra prendre des risques périlleux pour contrer les sombres projets d’Havensborn à commencer par réveiller précocement des I.A. pour retrouver les autres I.A. disparues et détourner le mystérieux facteur 119, précurseur d’une catastrophe imminente. Une impitoyable course contre la montre commence…

DÉTOURNEMENT TECHNO
*Ellyard écoutait avec une émotion et une fierté indéniables
ses enfants parler entre eux. Une personnalité avait émergé
en chacun, bien au-delà des paramètres de base qu’il avait
lui-même choisis. Finalement, un réveil prématuré avait
peut-être été salutaire pour eux, dans le sens où l’ingénieur
avait l’impression que leur évolution était plus naturelle.
(Extrait : LE FACTEUR 119)

J’ai lu plusieurs livres et vu beaucoup de films avec comme sujet les Intelligences Artificielles y compris celles auxquelles on a fini par attribué certains sentiments et même certaines capacités essentiellement humaines comme pleurer par exemple. Donc le sujet n’est pas nouveau et bien que LE FACTEUR 119 n’échappe pas à un manque d’originalité, ce livre m’a envoûté. Pourquoi? Difficile à expliquer parfois l’attachement à un livre…peut-être à cause de l’intensité de l’écriture, des I.A. qui sont terriblement attachantes dans le récit, à cause de la puissance des mots…pour moi, chaque livre a son aura et celle qui nous intéresse aujourd’hui est très forte. Voyons pourquoi :

L’histoire se déroule dans le futur et dans une galaxie lointaine dont les planètes sont politiquement réunies en confédération. Dans cet univers, deux civilisations en particulier s’opposent dans une guerre qui ne finit pas de finir : Les Loraniens et les Médroviens. Sur Loranys, le professeur McComb a créé 10 intelligences artificielles, type humanoïde et comportant chacune 118 facteurs d’attitudes et de comportements. Or 6 d’entre elles sont sabotées par l’ajout d’un 119facteur qui les amène à prêter assistance à l’ennemi. Elles sont envoyées sur Médrovia.

Pour injecter les nanites susceptibles de neutraliser le facteur 119, le professeurs McComb réveille les quatre I.A. qui restent et qui deviendront les héros de cette histoire : Tyler, 16 ans d’apparence, le plus attachant de la petite compagnie, dotée d’une vraie personnalité d’ado ayant de l’humour et de la réplique, bricoleur génial, William, 60 ans d’apparence, informaticien de première ligne, Ethan, 30 ans d’apparence, spécialiste en médecine et sciences associées et Gabrielle, 30 ans d’apparence, militaire et conceptrice d’armes.

Dans ce récit, il y a beaucoup d’action et de rebondissements, beaucoup d’imagination aussi dans la résolution d’intrigues et de problèmes générés par un conflit complexe et destructeur. Il y a aussi une belle place pour l’humour, grâce à Tyler en particulier. Mais le véritable intérêt du livre vient de la nature même de ses héros : quatre I.A. tellement unies qu’on dirait qu’elles forment une famille. L’auteure les fait évoluer d’une façon subtile et c’est ainsi que le lecteur assiste pour chaque I.A. à l’émergence d’une personnalité forte et attachante, complètement étrangère aux paramètres habituels des I.A.

Ce livre n’est pas sans faire réfléchir sur les nouvelles technologies souvent détournées au profit du pouvoir alors qu’on sait très bien que ce n’est pas pour cela qu’elles ont été créées. Le livre évoque aussi le pouvoir de l’esprit de corps et d’équipe et d’une certaine façon l’éveil à la vie qui appelle à un combat pour l’équité et la justice.

La fluidité de la plume conjuguée à son intensité, une remarquable imagination, des personnages énergiques et attachants qu’on aimerait compter parmi nos amis et une action presqu’incessante font toute la richesse de ce livre de science-fiction que je classe à part car il a été le premier du genre à me faire vibrer depuis de nombreuses années.

Lydie Blaizot est une écrivaine française née à Cherbourg le 12 juillet 1973. Dès son plus jeune âge, elle développe une véritable passion pour la science-fiction, le fantasy, la littérature fantastique en général. À  30 ans, elle en deviendra une spécialiste alors qu’elle prend la plume et offre son premier roman : LA MAISON DE LONDRES, publiée en 2010. LE FACTEUR 119 sera publié l’année suivante.

 BONNE LECTURE
JAILU
Le dimanche 10 juin 2018